← Revenir aux actualités

Nissan et Mitsubishi vont lancer des citadines électriques cet été Rédigé par Philippe Schwoerer le 24 Mai 2022 à 06:00 1 commentaires

Mitsubishi eK X EV et Nissan Sakura sont des clones qui seront produits par la coentreprise NMKV à l’usine japonaise de Mizushima, préfecture d’Okayama. Ces 2 voitures électriques sont issues du concept K-EV X Style présenté au salon automobile de Tokyo en janvier dernier.

 

Esprit kei-car

Au Japon, les kei-cars sont ces fameux mini-véhicules conçus pour maximiser l’espace à bord avec un encombrement minimal dans les rues. Pour 4 places et un coffre de 107 litres, les Mitsubishi eK X EV et Nissan Sakura s’inscriront dans une empreinte au sol de 3,395 x 1,475 m, pour une hauteur de 1,655 m.

Avec une largeur identique, la Mitsubishi i-MiEV et ses clones Citroën C-Zero et Peugeot iOn s’étalaient sur 8 cm de plus (3,380 m), pour 5,5 cm de moins en hauteur (1,60 m).

La comparaison avec les C-ZiMiOn est d’autant plus judicieuse que l’usine Mitsubishi Motors de Mizushima qui les a produites va exploiter son infrastructure adaptée pour assembler les eK X EV et Sakura. Elle dispose, par exemple, de sa propre ligne pour former les packs de batteries.

 

180 km d’autonomie

Les 2 constructeurs nippons promettent une autonomie jusqu’à 180 kilomètres avec une batterie 20 kWh. Ce surplus de capacité énergétique par rapport aux 16 kWh puis 14,5 kWh des i-MiEV et modèles dérivés explique-t-il le surpoids de 60-70 kg : 1 070-1 080 kg selon modèle et équipements, contre 1 010 kg ?

Quoi qu’il en soit, le pack lithium-ion, aminci grâce à un nouvel empilement des cellules, et toujours placé sous le plancher, alimente un moteur d’une puissance de 47 kW pour un couple maximal de 195 Nm. Cette position tire le centre de gravité vers le bas pour un meilleur comportement routier, dont moins de roulis dans les virages.

Avec la même recherche d’équilibre, le toit a été allégé. Les futures citadines électriques bénéficient en outre d’une répartition des masses avant/arrière 56:44.

 

Concept révélé au début de l’année

Les eK X EV et Sakura sont issues du concept K-EV X Style dévoilé au salon de Tokyo en début d’année par Mitsubishi. Selon ce dernier, l’engin illustre son programme « Mitsubishi Motors-ness » sous lequel vont se présenter ses véhicules de nouvelle génération.

Avec quelle recette ? La maniabilité d’une kei-car, une accélération douce mais puissante, le confort de conduite de haute qualité d’un véhicule électrique, des systèmes avancés d’aide à la conduite, et la connectivité.

Nissan Sakura

De son côté, Nissan évoquait en 2018 son plan à moyen terme baptisé « Nissan M.O.V.E to 2022 », incluant l’introduction d’un mini-véhicule de type kei-car électrique au Japon. Aujourd’hui, Asako Hoshino, vice-président exécutif de Nissan, assure que sa « fleur de cerisier » (traduction de Sakura) « rendra les véhicules électriques beaucoup plus accessibles aux clients du Japon ».

 

e-Pedal

Contrairement à Peugeot et Citroën il y a une dizaine d’années, Nissan n’est pas arrivé les mains vides concernant la conception de ces futures citadines électriques. Dotées des modes de conduite Eco, Standard et Sport, elles vont reprendre le système e-Pedal de la Leaf. Elles vont ainsi pouvoir être conduites avec la seule pédale d’accélérateur, l’immobilisation pouvant être obtenue en levant le pied.

Ce qui constitue un véritable atout pour évoluer en ville. Tout comme le système de stationnement automatisé ProPilot Park. Lorsqu’il est activé par le conducteur pour garer le véhicule, le dispositif repère une place disponible, puis contrôle de façon autonome la direction, l’accélération, le freinage, la mise en mode P et le frein de parking. « C’est une première mondiale pour une mini-voiture », assure Nissan.

Maintien dans la file et au centre de la voie, régulateur de vitesse adaptatif, figureront également, et entre autres, dans la dotation d’assistance à la conduite. A noter que les Mitsubishi eK X EV et Nissan Sakura offriront un rayon de braquage de 4,8 m, et la recharge rapide pour retrouver en 40 minutes 80 % d’énergie à partir d’une batterie quasiment à plat.

 

V2L-V2H

En se munissant du matériel nécessaire, les futures citadines japonaises seront compatibles avec la redistribution d’énergie. Ainsi, avec un adaptateur V2L (Vehicle-to-Load = Du véhicule à un appareil à alimenter) fourni en option, il sera possible de dépanner un autre véhicule électrique ou d’alimenter divers consommateurs, tels des outils électroportatifs, des appareils lors de vacances en camping, ou l’éclairage led et la sono pour un événement particulier en extérieur.

Nissan Sakura

Les Mitsubishi eK X EV et Nissan Sakura pourront également se retrouver au cœur d’une architecture V2H (Vehicle-to-Home = Du véhicule à la maison).

Les 2 constructeurs sont d’ailleurs des maîtres dans ces domaines qui permettent de bénéficier d’une alimentation de secours en cas de panne d’électricité à la maison, ou d’économiser sur la facture d’énergie en associant le principe à une production locale. Par exemple des panneaux solaires sur le toit de son logement.

 

A partir de 17 000 euros

Disponibles cet été, selon les 2 constructeurs, les eK X EV et Sakura seront proposées dans une tranche approximative de 17 000 à 21 500 euros, dans un grand nombre de couleurs, dont des habillages bitons. Les ventes sont pour l’instant officiellement réservées au Japon.

A moins de passer par des sites de vente en ligne comme Rakuten où ces citadines électriques seront proposées. Ce qui n’assurera en revanche pas d’une utilisation possible sur nos routes. Espérons juste que ces voitures branchées débarqueront en Europe afin d’étoffer le marché sur leur segment.

partager cette actualité sur :

INFOS


M Motors Automobiles France

Parc d'Activités des Béthunes

95067 CERGY PONTOISE CEDEX


Commentaires

  • RoscoePC le mer Mai 25 2022

    Bonjour, moi aussi je trouvais l’e-Pedal géniale jusqu’au jour où j’ai envoyé ma voiture contre un mur, donc je tiens à témoigner. En juste 6 mois, j’ai désappris une règle de base: quand on lâche le volant, qu’on lève le pied du frein et qu’on ne prête plus attention à un véhicule, c’est qu’on s’est assuré d’être au point mort avec le frein à main bloqué. Ce soir là, la voiture « bloquait » l’arrêt pour moi, j’ai discuté avec mon fils, je me suis retourné sur mon siège pour attraper une pochette sur la place arrière, envoyant dans le même mouvement mon pied sur l’accélérateur! L’impossible venait d’arriver, et s’il y avait eu une foule de piétons au lieu d’un mur, c’était pareil. Les constructeurs qui ne proposent pas ce système ont bien raison, ou alors il faudrait finir par lâcher l’arrêt au bout d’une seconde pour ne pas donner la mauvaise habitude, ou encore que la voiture soit capable de juger qu’il y a encore quelqu’un aux commandes avant de repartir, ce n’est pas le cas sur la Leaf. Depuis, je ne touche plus à ce bouton e-pedal, qui heureusement n’est pas activé par défaut. A part ce détail, la Leaf est une excellente voiture au quotidien!

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter