← Revenir aux actualités

TIRUERT pour les IRVE : c’est maintenant que tout se joue Rédigé par Sandrine Henry le 07 Déc 2023 à 06:00 0 commentaires

Il y a quelques mois, nous vous présentions la Taxe Incitative Relative à l’Utilisation d’Énergie Renouvelable dans le Transport aussi dénommée TIRUERT. Où en sommes-nous fin 2023 ?

En France, les acteurs distributeurs d’énergie carbonée dans le transport doivent incorporer environ 10% d’énergie renouvelable. Acteurs d’IRVE ouvertes au public, vous pouvez ainsi revendre vos certificats d’énergie renouvelable et vos certificats sont ainsi éligibles au même titre qu’une vingtaine d’autres solutions (des biocarburants notamment).

Si vous êtes un acteur qui possède des IRVE ouvertes au public, vous êtes éligible à la vente de certificats d’énergie renouvelable dans le transport, mais vous ne le savez peut-être pas. En effet, vous distribuez au minimum 25 % d’énergie renouvelable, car le mix électrique français contient cette même part d’énergie renouvelable. Cette part monte à 100% dans le cas d’une connexion directe à une production d’électricité renouvelable.

Les certificats TIRUERT peuvent donc être revendus à condition que leurs prix s’ajustent par rapport aux autres solutions du marché. Nous parlons dans tous les cas d’un prix de 6 à 9 centimes du kWh.

Activité 2023 des certificats vue par notre adhérent Greenea

Si le marché de la TIRUERT issu de la filière IRVE est récent, l’activité de notre adhérent Greenea au cours de l’année 2023 a été assez intense et a été rythmée entre l’appui opérationnel pour rendre éligible les parcs IRVE et la commercialisation des certificats.

« À ce jour, nous avons accompagné une dizaine d’aménageurs et des contrats de vente sur 2024 ont été conclus voyant le prix descendre d’environ 20% à 30% » indique Fabien Hillairet, directeur de Greenea. « La valeur des certificats électriques a aussi baissé de 2 à 3 centimes / kWh ».

« Greenea s’est également positionné sur la filière hydrogène où les distributeurs et les investisseurs sollicitent des contrats d’offtake, c’est-à-dire des contrats de ventes de certificats sur plusieurs années. De premiers contrats ont ainsi d’ores et déjà été signés depuis septembre 2023.  

L’activité commerciale est relativement importante sur cette fin d’année 2023. En effet, les distributeurs de carburants, tels que les pétroliers et les supermarchés contractualisant d’ores et déjà pour 2024 la majeure partie de leurs carburants et biocarburants. On estime que 85% des volumes d’énergie renouvelable pour le transport pour 2024 sont déjà contractualisés par les acheteurs. 

Le marché des certificats TIRUERT devenant de plus en plus abondant dans un contexte de croissance faible voire quasi constant de la demande, ce marché rencontre un déséquilibre entre l’offre et la demande et un mouvement baissier s’avère très prononcé sur 2024. »

 

Quelles sont les récentes évolutions réglementaires sur les certificats TIRUERT ? 

Deux nouvelles énergies vont faire leur entrée sur le marché des certificats TIRUERT :

  • L’hydrogène bas carbone qui entrera sur le marché dès 2024 ;
  • Et le biogaz renouvelable dès 2025.

C’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle : d’une part, cela permet à de nouvelles énergies de bénéficier de revenus additionnels (on parle de quelques euros du kilo pour l’hydrogène et de quelques dizaines d’euros du MWh pour le biogaz) et d’autres part, cela crée une compétition encore plus intense pour les autres solutions déjà présente sur ce marché.

 

Certificats TIRUERT électricité renouvelable : que retenir de l’année 2023 ?

2023 a marqué le coup d’envoi pour le marché des certificats TIRUERT émanant d’IRVE ouvertes au public. À date, environ 20 000 points de charge ouverts au public sont en cours d’enregistrement auprès de la Direction Générale de l’Energie et du Climat (DGEC) pour être éligibles aux certificats. La cadence d’inscription reste cependant forte et ce chiffre pourrait facilement doubler voire tripler en 2024 et le gouvernement a l’ambition d’accélérer drastiquement le délai des démarches.

D’autres part, le Ministère de la Transition Écologique a développé et vient de lancer CarbuRe (https://carbure.beta.gouv.fr/), un outil qui permet aux acteurs de la filière d’échanger facilement les informations de durabilité des énergies renouvelables en France.

 

Conformité des installations : quelles nouvelles ?

« La digitalisation des déclarations est en train de se mettre en place avec la prise en compte des données dynamiques qui devrait monter en puissance sur 2024 pour le reporting via le protocole OCPP (i.e historique des charging data records)

Côté métrologie, la dérogation MID pour les points de charge en courant continu pourrait être prolongée jusqu’à fin 2024 au regard du faible nombre de distributeurs de compteurs MID. 

Pour ce qui concerne les installations en courant alternatif, l’utilisation des plateformes de supervision pourrait être utilisée pour le reporting trimestriel des données de compteurs MID. Cependant, la première mesure doit se faire directement sur site. » indique Fabien Hillairet.

 

Pour résumer

La TIRUERT reste un levier majeur pour les acteurs IRVE, qui permettrait de :

  • baisser les prix en station,
  • offrir des revenus supplémentaires pour déployer toujours plus d’infrastructures,
  • améliorer la qualité de service,

sans parler des effets positifs sur le compte de résultat, souligne Fabien Hillairet de GREENEA.

GREENEA estime le chiffre d’affaires par point de recharge lié à la vente de certificats d’énergie renouvelable (TIRUERT) autour de 700 € / an pour une borne en courant alternatif et autour de 2 000  € / an pour une borne en courant continu.

partager cette actualité sur :

INFOS


GREENEA

5, chemin des Perrières

17330 COIVERT


Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter