← Revenir aux actualités

L’Avere-France publie un guide de référence sur les bus électriques Rédigé par Emmanuel Maumon le 23 Sep 2021 à 10:20 1 commentaires

Association professionnelle pour le développement de la mobilité électrique, l’Avere-France vient de publier un guide sur les bus électriques. Un livre blanc à destination de tous les acteurs du transport en commun : collectivités et opérateurs de services. Les informations délivrées doivent leur permettre d’envisager sereinement l’électrification de leurs flottes de bus. Une électrification inéluctable qui va fortement s’accélérer dans les prochaines années. Une nécessité car le bus électrique se présente aujourd’hui comme une solution pour répondre aux enjeux de décarbonation des transports. Une solution de plus en plus facile à adopter car les constructeurs européens ont considérablement étoffé leurs offres. Ils proposent aujourd’hui des bus électriques permettant de répondre à toutes les contraintes des collectivités.

Un cadre réglementaire propice à l’électrification des bus

Le verdissement des flottes de bus est d’autant plus inéluctable que le cadre réglementaire est propice à l’électrification des bus. La loi de transition énergétique impose une proportion minimale de véhicules à faibles émission lors du renouvellement des flottes. Depuis le premier janvier 2020, cette proportion minimale est de 50%. Elle passera ensuite à 100% à partir du 1er janvier 2025. Avec son Pacte Vert, la Commission européenne prévoit de réviser les normes CO2 et sur les émissions de polluants atmosphériques. De quoi fortement avantager les technologies électriques, en particulier pour les bus.

Les bénéfices du bus électriques

Vouloir favoriser l’électrification des bus n’est pas le fruit du hasard. Le verdissement des flottes offre en effet de nombreux avantages que rappelle ce livre blanc. Les bénéfices climatiques sont incontestables puisqu’un bus électrique émet 6 fois moins de CO2 qu’un bus diesel. L’étude ACV d’EDF montre que le bus électrique est la meilleure solution sur l’indicateur changement climatique. La phase intensive d’usage rend très faible l’impact de fabrication des équipements spécifiques (batteries, piles à combustible, réservoirs). En réduisant fortement la pollution atmosphérique et sonore, l’électrification des bus a également des répercussions positives sur la santé publique.

L’analyse du fonctionnement des bus électriques

Le guide s’attarde également sur le fonctionnement des bus électriques, qu’ils soient à batterie ou à pile à combustible. Des informations sont notamment données sur le système batterie dimensionné pour apporter l’énergie et la puissance au véhicule. Dans le cas des bus, le système batterie est dimensionné au plus près des besoins du véhicule. Ceci afin d’optimiser le poids du véhicule et la capacité d’accueil des passagers. La durée de vie de ces types de batteries peut aller jusqu’à 15 ans. Elle varie en fonction du constructeur et du type de recharge (lente ou rapide).

Comment choisir sa solution de recharge

La question du choix de la solution de recharge est cruciale. Avant de définir la bonne stratégie, les collectivités et opérateurs de transport doivent nécessairement se poser quelques questions. Des questions portant notamment sur la distance parcourue par leur bus et sur la taille de leur flotte de bus. Les réponses à ces questions permettront d’orienter le choix de la technologie à utiliser et de choisir le type de recharge. Plusieurs options sont en effet possibles : charge lente au dépôt, rapide en bout de ligne ou sur la ligne. Au dépôt la charge va nécessiter entre 2 et 6 heures selon le véhicule et la puissance de la borne utilisée. La recharge en bout de ligne permettra de récupérer de l’autonomie rapidement et donc de limiter la taille des batteries.

Le fort potentiel du marché français

Avec 6 049 bus enregistrés en 2020, la France représente le 2ème parc d’autobus européen. Pourtant, avec 179 immatriculations en 2020, elle n’arrive que 11ème en proportion de bus électrique avec 3% de ses immatriculations. Moitié moins que la moyenne de l’Union Européenne (6%) et très loin derrière les Pays-Bas, leader en 2020 avec 70% ! Malgré tout, le marché français du bus électrique est dynamique. De nombreux appels d’offres ont en effet été lancés à grande échelle à l’image de celui lancé en Île-de-France. En juillet 2021, la RATP a ainsi annoncé l’acquisition de 450 nouveaux bus électriques. Des bus venant s’ajouter aux 800 annoncés en avril 2019.

Une offre de plus en plus étoffée

Avec plus de 70 modèles construits par plus de 20 industriels européens, l’offre de bus est de plus en plus étoffée. Les constructeurs français sont aussi bien présents sur ce marché. Ils y affichent des ambitions importantes à l’image d’Iveco France et de Bluebus dont le guide rapporte les témoignages. Les modèles actuels vont de 6 à 24 mètres, se rechargent au dépôt ou via pantographe sur la ligne. Ils fonctionnent avec une ou plusieurs batteries ou à l’hydrogène. Les collectivités ont donc désormais la possibilité de choisir le ou les modèles les plus adaptés à leurs besoins. Ceci quelle que soit la configuration de leur réseau de bus.

Un coût total de possession avantageux

Le bus électrique est le premier véhicule lourd dont le TCO devient compétitif par rapport aux véhicules Diesel. Le coût total de possession se basant sur les investissements initiaux et les coûts d’exploitation. L’étude de Forsee Power montre que l’électrique subventionné (état actuel en France) devient compétitif au bout de 8 ans environ. Le livre blanc souligne néanmoins la nécessité d’une continuité des aides à l’investissement mises en place aujourd’hui. Alors que débute une phase de renouvellement des flottes, certaines aides doivent en effet prendre fin dans les prochains mois. La filière recommande instamment de prolonger ces aides à l’investissement.

Les aides au déploiement et au financement des bus électriques

Le guide de l’Avere-France recense d’ailleurs les nombreuses aides existantes pour favoriser le déploiement des bus électriques. Des aides à l’achat des véhicules, mais aussi à l’installation des infrastructures. Parmi les plus importantes, le Programme MoeBUS concerne aussi bien l’achat de bus que les travaux d’électrification des dépôts. Son objectif est le financement de 500 bus électriques et la transformation de 50 dépôts. Le bonus écologique pour les véhicules lourds peut lui représenter jusqu’à 40% du coût d’acquisition TTC d’un bus électrique. La Banque européenne d’investissement (BEI) peut aussi jouer un rôle important dans le financement des bus et des infrastructures.

partager cette actualité sur :

INFOS


Proviridis SAS

135 Avenue Victoire

13790 ROUSSET


INFOS


IES Synergy

615 Avenue de la Marjolaine

34130 Saint Aunès


INFOS


Enedis

125 avenue De Brancolar

06173 NICE CEDEX 2


INFOS


Avere-France

22 avenue Jean Aicard

75011 Paris


INFOS


Mobelec

33 quai Arloing

69009 Lyon


Commentaires

  • Charlotte le mer Nov 17 2021

    Bonnes nouvelles.
    Les bus à batterie sont plus respectueux de l’environnement et plus confortables pour les passagers.
    C’était la première fois que je voyageais en bus électrique à Amsterdam (plus de photos ici : https://www.travelguide.amsterdam/fr/transportspublics/397-airport-express-bus/).
    Ils sont plus silencieux – aucune comparaison avec le diesel

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter