← Revenir aux actualités

Les vélos électriques s’imposent en Europe avec un nouveau record Rédigé par Philippe Schwoerer le 21 Juil 2021 à 06:00 0 commentaires

Par rapport à 2019, les ventes de vélos électriques se sont envolées l’année dernière de 52 % dans les pays d’Europe et du Royaume-Uni.

Selon la Confédération des industries européennes du vélo, du vélo électrique, des pièces détachées et des accessoires (Conebi), ce marché a pesé l’an dernier 10,6 milliards d’euros sur les 18,3 milliards enregistrés par la filière.

Ces nouveaux records confirment l’intérêt pour la mobilité douce branchée.

 

Avec une pénurie pour effet

 

Actionnés par la seule force musculaire ou avec l’assistance d’un moteur électrique, les vélos ont connu une progression de 40 % l’an dernier par comparaison avec l’exercice précédent. Quelque 22 millions d’exemplaires neufs ont trouvé acquéreur dans une zone qui comprend l’Union européenne des 27 et le Royaume-Uni.

La France n’est ainsi pas le seul pays où la bicyclette s’impose toujours davantage face à l’automobile. Pour rappel, les différentes aides à l’achat dans l’Hexagone sur fond de pandémie de la Covid-19 ont provoqué une véritable pénurie dans les rayons et les magasins de cycles. Les chiffres calculés par la Conebi sont donc en deçà de ce qu’ils auraient pu être avec des stocks disponibles en suffisance.

 

Une situation toujours actuelle

 

Cette situation de pénurie est loin d’être dépassé. Il suffit de constater le parcours du combattant que certains éprouvent encore pour obtenir le modèle souhaité. Les quelques exemplaires exposés en vitrine partent parfois dans l’heure. Ils sont même couramment montés avec des pièces différentes de la dotation d’origine, engendrant des déceptions, comme en témoigne la Toile.

En dépit des avertissements de différentes associations pour la promotion de la mobilité douce, les fabricants n’ont pas suffisamment anticipé le rush sur les vélos. Lorsqu’ils ont voulu rectifier le tir, les ruptures de stocks à répétition sur les pièces n’ont pas permis de revenir à une situation sereine.

 

Pièces et accessoires

 

L’achat d’un vélo s’accompagne généralement de l’acquisition d’accessoires qui peuvent être aussi divers qu’un casque, une béquille, un porte-bagage, un afficheur de guidon, et des éléments d’éclairage. Sur le territoire concerné, ce marché a atteint à lui seul 3 milliards de chiffre d’affaires.

Ce qui pousse la Conebi à militer pour une relocalisation de la production de ces éléments. « Sur la base des projections actuelles, nous nous attendons à ce que la valeur des pièces et accessoires produits en Europe double pour atteindre 6 milliards d’euros d’ici 2025 », met en avant Erhard Büchel, président de la Confédération des industries européennes du vélo.

 

Hausse des investissements

 

Les citoyens ont massivement adopté le vélo à mesure que de nouvelles pistes cyclables, même temporaires, ont été mises en service. Erhard Büchel souligne : « Les investissements/l’innovation ont dépassé 1,5 milliard d’euros, contre 1 milliard d’euros en 2019. Cela a alimenté une croissance de la production sans précédent dans toute l’Europe ».

Dans les rues et les habitudes, le vélo électrique grignote la place des voitures trop coûteuses et encombrantes et des transports en commun pas vraiment très séduisants à l’heure des confinements successifs.

Sur les 4,5 millions d’exemplaires vendus dans la zone EU27 + Royaume-Uni, 3,6 millions ont été fabriqués localement, soit 80 %. La production locale des cycles et de leurs accessoires se traduit par une réduction de plus de 2 millions de tonnes des émissions de CO2 par an.

 

Bon pour l’emploi

 

« Notre secteur apporte une valeur tangible à l’économie européenne en termes d’emplois, d’investissement, d’entrepreneuriat et d’innovation », se réjouit Manuel Marsilio, directeur général de la Conebi. L’emploi, par exemple, a connu sur le territoire une hausse de 30 %, en incluant tous les vélos et leurs accessoires et pièces détachées.

« Aujourd’hui, nous avons plus de 1 000 PME manufacturières durables et saines en Europe, qui fournissent 155 000 emplois manufacturiers verts directs/indirects », chiffre Manuel Marsilio.

Le nombre de postes qui dépendent de la filière est même bien plus élevé. En comptant le cyclotourisme, les services de vélo-logistique et de vélopartage, et le secteur de la vente au détail, ce seraient plus de 850 000 emplois verts qui seraient rattachés à l’industrie du cycle en EU27 + Royaume-Uni. Relocaliser 1 000 vélos classiques et 1 000 modèles électriques déboucherait sur la création respective de 3-5 et 6-9 emplois qualifiés.

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter