← Revenir aux actualités

A 21 ans, il se lance dans l’achat-vente de voitures électriques Rédigé par Philippe Schwoerer le 09 Avr 2021 à 11:23 0 commentaires

Installée à Saint-Brieuc (22), La Voiture Electrique est une entreprise atypique. Tout comme l’est son jeune dirigeant, Gabin Lucas, qui sait voir loin et s’adapter aux demandes de ses clients.

 

L’achat-vente de VE comme un service

 

Au 6 rue Niépce, à Saint-Brieuc, sont aujourd’hui exposés différents modèles de voitures électriques : Seat Mii (2 exemplaires), Kia e-Soul (2 également), MG ZS EV, Aiways U5, et Nissan e-NV200 (24 et 40 kWh).

Le nouvel adhérent à l’Avem ne s’arrête pas à cette seule brochette branchée. Il se propose de vous dénicher au plus vite l’engin que vous recherchez, en consultant les bases européennes des véhicules disponibles, neufs ou d’occasion. Il suffit juste de lui indiquer vos exigences.

Gabin Lucas peut également organiser des essais des différents modèles qui pourraient vous convenir. La Voiture Electrique est considérée sur la place comme « apporteur d’affaires ». Et ce, pour différentes marques, dont certaines de prestige.

Les prix pratiqués sont les mêmes que chez les constructeurs. Mais la différence réside dans un choix multimarque. Des locations d’essai sont possibles sur quelques jours, dont le coût sera déduit lors d’un éventuel achat.

 

L’électrique comme une découverte

 

Gabin Lucas dispose d’un BTS NRC (négociation relation client) et d’une licence professionnelle en commerce et distribution qu’il a obtenue avec une formation en alternance.

« A cette époque-là, je ne connaissais pas les voitures électriques. Je peux même dire que je n’y croyais pas, même si j’étais curieux de les découvrir. Je viens d’une famille qui compte un garagiste et des chauffeurs de poids lourds. Je roulais en Volkswagen Golf, et pas une version électrique », lance-t-il.

« Je ne suis pas scolaire, mais en revanche très sociable et pas fainéant. Ce qui m’a valu une certaine complicité avec mes professeurs qui ont été de bons conseils pour mon orientation. Nous avions des intervenants extérieurs. Parmi eux, la responsable d’une entreprise de négoce de voitures électriques. Je l’ai trouvée très motivante, au point de lui donner mon CV », poursuit-il.

 

 

En alternance en 2019

 

« Ma candidature a été retenue. C’est ainsi que j’ai intégré l’entreprise en 2018 comme stagiaire, puis formation en alternance l’année suivante. J’avais le rôle de commercial auprès des professionnels. J’ai ainsi commencé par vendre des utilitaires électriques, comme le Nissan e-NV200 et le Maxus, un modèle chinois », se rappelle Gabin Lucas.

« Puis je suis passé aux voitures électriques. Mon regard sur le VE a vite changé, au point d’avoir revendu ma Volkswagen Golf diesel. L’entreprise avait de très bonnes perspectives. Mais elle a été victime d’une escroquerie très bien montée par un ‘mandataire’ qui s’était engagé à fournir des véhicules électriques de diverses marques », se désole-t-il.

« J’ai ressenti une très grande frustration à la suite de cette affaire. J’avais l’impression d’avoir travaillé pour rien, d’avoir perdu 2 ans de ma vie. Il me fallait lancer quelque chose », rapporte-t-il.

 

« Lance-toi ! »

 

« J’avais la possibilité de rejoindre des concessions près de chez moi. Mais je ne voulais pas revenir dans un monde où la voiture électrique est un produit comme un autre. Je bénéficiais d’une ancienneté de 2 ans dans le VE acquise auprès de personnes très qualifiées », explique Gabin Lucas.

« Je me suis vraiment senti poussé par ma famille et mes amis. Je suis dans une bande de copains vraiment très soudés. Ils me disaient souvent : ‘Lance-toi !’. A partir du moment où j’ai décidé de suivre leurs conseils, je n’ai pas eu le moindre grain de sable pour créer ma société La Voiture Electrique », se réjouit-il.

« J’ai racheté le stock de VE dans l’entreprise où j’avais fait mes débuts et me suis installé à sa place, dans le même local. Je suis donc parti avec le même bailleur, mais aussi le même assureur et le même banquier qui m’ont fait confiance et ont surtout très bien compris l’arnaque dont ont été victimes mes anciens employeurs », met-il en avant. « J’ai aussi pu profiter de l’expérience de mon ancienne cheffe pour monter ma boîte », souligne-t-il.

 

 

Achats-ventes

 

« Mon entreprise de négoce automobile vend et achète des voitures électriques neuves et d’occasion sous garantie constructeur. Avec la pandémie de Covid-19, je limite actuellement les immobilisations en trésorerie. Je reprends les voitures électriques des clients qui m’achètent un nouveau modèle. S’il n’y a pas achat, je propose une formule de dépôt-vente », indique Gabin Lucas.

« Je développe une offre en mandataire par laquelle je cherche et trouve la voiture ou l’utilitaire électrique neuf ou d’occasion qui répond aux demandes formulées. J’ai pris goût à cela lorsqu’un copain ma sollicité il y a un peu plus d’un an pour lui trouver la Mini qu’il voulait dans une fourchette de prix fixée », raconte-t-il.

« Je n’ai mis que 3 jours à lui trouver cette voiture. Un autre copain, chaudronnier-soudeur, a ensuite fait appel à moi pour lui dégoter un Mercedes Vito, que j’ai également rapidement déniché. Je me suis dis qu’il y avait un truc à faire là. Je prenais en plus beaucoup de plaisir à effectuer de telles recherches. Je sais maintenant que j’aime faire ça », a-t-il envie de partager.

 

Tesla Model 3 Long Range noire

 

« La première demande d’un client a porté sur une Tesla Model 3 Long Range. Il fallait qu’elle soit noire, avec la sellerie noire, et moins de 35.000 km au compteur. Son prix ne devait pas dépasser 47.000 euros. Pas facile à trouver ! En moins d’une journée, j’ai pu faire affaire avec un professionnel du Havre, pour un prix de 45.500 euros tout compris à débourser par mon client », détaille Gabin Lucas.

« J’effectue mes recherches auprès de professionnels qui me permettent de bénéficier des remises pour les marchands. Mes clients, eux, ne paieront donc pas plus cher. J’estime en outre que nous devons nous entraider entre professionnels de l’automobile. J’effectue mes recherches en France, mais aussi en Allemagne, Belgique, Espagne, Italie… Bref, un peu partout en Europe », complète-t-il.

« Je suis quelqu’un de très maniaque sur la présentation. J’ai observé des micro-rayures sur la carrosserie de la Model 3. J’ai donc fait intervenir une entreprise de polissage. Je travaille également localement avec une autre qui fait du nettoyage de voitures », précise-t-il.

 

 

Apporteur d’affaires et location

 

« La Voiture Electrique est apporteur d’affaires pour de plus en plus de marques, avec des accords au niveau local. Citroën et Volvo viennent de rejoindre la liste. Je suis en train de nouer de nouveaux partenariats, notamment pour des modèles haut de gamme à caractère sportif », se félicite Gabin Lucas.

« Je suis sur le point de mettre en place plusieurs formules de location. Tout d’abord, avec un organisme financier, je suis en train de finaliser un partenariat qui va me permettre de proposer des voitures électriques en location longue durée. Au terme des contrats, j’envisage de récupérer les véhicules pour alimenter mon fonds de modèles d’occasion », révèle-t-il.

« Je pense aussi proposer de la location à courte durée. J’ai déjà une demande d’une personne qui veut effectuer un road-trip en Bretagne. Egalement, pour ceux qui hésitent à acheter une voiture électrique, il y aura la possibilité d’en louer une pour un week-end ou plusieurs jours. En cas d’achat, la facture de location sera remboursée », projette-t-il.

 

Faire la promotion de la mobilité électrique

 

« Je souhaite participer activement à la promotion de la mobilité électrique. Par exemple en organisant des événements ou en m’inscrivant à diverses manifestations », imagine Gabin Lucas.

« J’ai un projet en ce sens avec Gwen Le Cam, de Vélo Emotion, installé à Saint-Alban, à 25 km environ de chez nous. Au sein de petits rassemblements, nous exposerions ensemble des voitures et vélos électriques que le public pourrait essayer », continue-t-il.

« Je pense également me rapprocher d’experts comptables pour présenter la mobilité électrique aux entrepreneurs. Je compte aussi solliciter les magasins bio. J’ai en fait plein d’idées à développer », conclut-il.

 

L’Avem et moi-même remercions vivement Gabin Lucas pour son témoignage et le prêt de différents véhicules électriques afin de réaliser nos essais.

 

partager cette actualité sur :

INFOS


La Voiture Electrique

6 rue Nièpce

22000 Saint-Brieuc


Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos