Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 30/08/2017 à 09:00 par EMMANUEL MAUMON - Lu 2021 fois - 1 commentaire


Vulog boucle une nouvelle levée de fonds


Leader mondial des technologies d’autopartage, Vulog vient de boucler une nouvelle levée de fonds d’un montant de 17,5 millions d’euros. Outre ses deux partenaires, BPI France et le fond londonien ETF Partners, qui avaient déjà investi 8,4 millions d’euros en 2015, la société a également attiré 3 nouveaux investisseurs. Un fond d’investissement anglais : Frog Capital, un fond tchèque (propriété de l’équivalent d’EDF en République Tchèque) qui investit dans le domaine de la « Smart Energy » : Inven Capital, ainsi qu’un investisseur japonais. Les nouvelles ressources générées par cette levée de fonds vont permettre à Vulog d’accélérer sa croissance en recrutant notamment 25 ingénieurs en France. De quoi faire en sorte de conserver son leadership dans le domaine des technologies d’autopartage. Un marché qui devrait exploser dans les prochaines années.


Une volonté de développement en Asie


La société, qui réalise déjà l’essentiel de ses activités à l’étranger, compte également sur ces moyens supplémentaires pour poursuivre son développement à l’international. La présence d’un japonais parmi les nouveaux investisseurs est par ailleurs significatif de la volonté de Vulog de se développer en Asie et elle constitue un marqueur important pour pouvoir le faire, selon son CEO Grégory Ducongé. Ce dernier nous a révélé que la Chine devrait être le premier pays auquel s’attaquera Vulog. La stratégie continue à être peaufinée et le choix des villes concernées n’est pas encore arrêté, de même qu’une éventuelle association avec un partenaire chinois. Vulog compte être très pragmatique sur le sujet et optera pour la solution qui aura le plus de sens pour la société.





Un renforcement de la présence aux USA


Outre ce développement en Asie, Vulog souhaite également renforcer sa présence en Amérique du Nord qu’elle juge encore insuffisante. Pourtant, dès 2013, Vulog s’est implantée au Canada avec deux marchés historiques à Montréal puis à Vancouver. Reste à conquérir les USA avec comme tête de pont un bureau à San Francisco qui ouvrira dans quelques jours. Un moyen d’être présent et d’accompagner les acteurs les plus pertinents sur ce marché qui commence à devenir de plus en plus actif. Hormis sur la Côte Ouest, Vulog a également quelques visées sur d’autres grandes villes américaines comme Chicago, Charlotte et New York dans lesquelles les services d’autopartage en free floating semblent avoir de beaux jours devant eux.





Des débuts encourageants à Madrid


Si elle lorgne vers l’Amérique, Vulog n’oublie pas l’Europe où ses solutions technologiques embarquent notamment depuis quelques mois à bord de 500 Citroën C-Zero qui circulent dans les rues de Madrid. Baptisé Emov, ce service d’autopartage en free-floating opéré par une co-entreprise regroupant la société espagnole Eysa, spécialisée dans les parkings, et la marque de services de mobilité du groupe PSA, connait un franc succès puisqu’il compte déjà plus de 120 000 utilisateurs inscrits en à peine 8 mois d’exploitation. Pour Grégory Ducongé : « Cela démontre que lorsqu’on apporte une solution qui répond aux attentes du marché, c’est le genre de services qui connaissent un très fort succès et Madrid en est la plus belle preuve ». Ce succès pourrait d’ailleurs bientôt faire école dans d’autres grandes villes espagnoles.





Encore trop de blocages en France


Implantée à Nice où elle est l’un des partenaires historiques du service Auto Bleue, Vulog aimerait bien aussi se développer largement en France, mais l’expansion de l’autopartage dans notre pays est aujourd’hui freinée. Des blocages provenant notamment des villes qui, pour la plupart, n’ont pas encore compris que l’arrivée de l’autopartage ne venait pas rajouter des voitures en milieu urbain mais, au contraire, qu’elle diminuait la place de la voiture dans la ville et luttait contre la pollution grâce à l’utilisation de voitures propres et à l’augmentation corollaire de l’usage des transports en commun. Pour Grégory Ducongé, ce manque de vision des collectivités est d’autant plus regrettable que la France dispose de tous les atouts pour devenir l’un des marchés les plus dynamiques du « carsharing » en Europe. De nombreux opérateurs privés sont en effet prêts à investir si les villes jouent le jeu en ouvrant leurs marchés et en réservant des places de stationnement à ces opérateurs.






Mots clés : Mobilité électrique | Autopartage | Carsharing | Vulog | Levée de fonds
Catégories : Voiture électrique en libre-service et auto-partage |

Commentaires

Posté le 30-08-2017 à 09:19:47 par Christophe

"Des blocages provenant notamment des villes qui, pour la plupart, n’ont pas encore compris que l’arrivée de l’autopartage ne venait pas rajouter des voitures en milieu urbain mais, au contraire, qu’elle diminuait la place de la voiture dans la ville et luttait contre la pollution grâce à l’utilisation de voitures propres et à l’augmentation corollaire de l’usage des transports en commun."
Très bien dit, j’aimerai que ce soit entendu par le président de ma région qui a supprimé le service d’autopartage de véhicules électriques dans ma ville mais aussi par le maire de ma ville qui n’a rien fait pour qu’il perdure et qui parle maintenant de réduire la pollution !
Mais c’est vrai qu’il y a du travail, lorsque je ramenai les voitures en station j’ai pu discuter avec des passants et beaucoup retenaient que les places de stationnement des véhicules réservées avec bornes restreignaient le nombre de places disponibles pour les autres usagers. Avec un peu de pédagogie, certains ont compris l’intérêt même si bien souvent ils concluaient que le service n’était adapté pour eux (peur du changement ? refus de se remettre en question ? refus de voir la vérité en face (concernant la pollution et le réchauffement climatique) ?).



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Un moteur plus puissant pour la Renault Zoé
Quelques jours avant sa présentation au Salon de l’Auto de Genève, Renault vient d’annoncer l’arrivée d’un nouveau modèle qui viendra enrichir sa gamme de Zoé. La...
Première réussie pour le Forum Energy for Smart Mobility
La Métropole Aix-Marseille Provence a accueilli la première édition du Forum Energy for Smart Mobility, organisée par le Pôle de compétitivité Capenergies les 15 et 16...
Le Club Smart Grids Côte d’Azur veut accompagner le développement de la mobilité électrique
Sous l’impulsion de la CCI, la filière azuréenne des réseaux électriques intelligents s’est structurée depuis 2015 autour du Club Smart Grids Côte d’Azur. Porté par le...
Véhicules électriques : ça bouge dans la recharge ultra-rapide
Les constructeurs automobiles européens ont aujourd’hui quasiment tous pris le virage de l’électrique et ils s’apprêtent à sortir, dans les deux ou trois ans qui...
Véhicules électriques : les grandes manœuvres se poursuivent autour du marché chinois
Avec plus de 600 000 véhicules électriques écoulés en 2017, le marché chinois attire la convoitise de tous les grands constructeurs automobiles qui placent tous...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact