Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 22/08/2019 à 10:41 par Philippe Schwoerer - Lu 2211 fois - 3 commentaires


Les gaz d’échappement responsables de DMLA ?


C’est en tout cas ce qu’ont cherché à démontrer les auteurs d’une étude d’observation qui se base sur des données du système d’assurance maladie de Taiwan concernant la période 2000-2010. L’enquête a porté sur une population de 39.819 résidents de plus de 50 ans non touchés par la dégénérescence maculaire liée à l’âge. Au final, 1.442 d’entre eux ont développé cette maladie. Un constat qui s’ajoute à ceux qui pointent la pollution atmosphérique causée par les transports dans les troubles respiratoires et cardiovasculaires.

DMLA

Difficile de passer en France à travers les mailles de la campagne de sensibilisation à la DMLA. Cette maladie résulte du vieillissement, prématuré ou non, de la zone centrale de la rétine (macula). Première cause de cécité des plus de 50 ans, la dégénérescence maculaire liée à l’âge toucherait dans l’Hexagone environ 1,3 million de personnes. Ils subiraient, de façon plus ou moins marquée, différents symptômes parfois véritablement invalidants : déformation des images et des lignes droites, diminution de l’acuité visuelle dans la partie centrale du champ de vision avec difficulté à percevoir les détails, gêne en vision nocturne et notamment pour conduire, sensation de taches sombres ou d’éblouissements, modification de la perception des couleurs, baisse de la sensibilité aux contrastes, difficultés pour lire, etc.

NO2 + CO

Publiée sur le site du Journal of Investigative Medicine, l’étude s’est plus particulièrement intéressée au rôle du dioxyde d’azote et du monoxyde de carbone provenant des gaz d’échappement dans l’apparition précoce de DMLA. La population étudiée se répartissait à peu près selon 3 catégories d’exposition : zones fortement, modérément ou peu urbanisées. Dans leurs conclusions, les chercheurs taïwanais ont pris en compte différents critères tels que l’âge, le sexe, le niveau de revenus et la présence d’autres maladies. Selon eux, les individus les plus exposés au dioxyde d’azote (plus de 9825,5 ppb) étaient près de 2 fois (91%) plus nombreux à risquer de développer une DMLA que ceux soumis au niveau le plus bas (moins de 6563,2 ppb). Idem pour le monoxyde de carbone, avec un facteur de 84% (valeurs aux extrêmes : plus de 297,1 ppm contre moins de 195,7 ppm).

Première

Il est probable que cette étude soit la première à chercher à faire un lien entre dégénérescence maculaire liée à l’âge et pollution atmosphérique due aux transports. Ses conclusions devront donc être complétées et/ou contredites par d’autres investigations. En attendant, les chercheurs taïwanais estiment que, la rétine dépendant du système nerveux central, sa vulnérabilité aux produits chimiques est évidente, et plausible celle au dioxyde d’azote et au monoxyde de carbone. Une nouvelle bonne raison de réduire l’usage des véhicules à moteur thermique au profit de toutes solutions plus douces pour l’environnement et la santé publique, dont la gamme très étendue des engins électriques.


Mots clés : pollution | DMLA | maladie | transport | étude
Catégories : Pollution & qualité de l'air |

Commentaires

Posté le 22-08-2019 à 12:02:17 par nouh

Un peu trop dirigé comme article qui, de plus, ne prouve rien....
Toutes les applications à led "blanche" sont bien plus dangereuses pour les yeux et cette dangerosité est RECONNUE et CONNUE, alors pourquoi ne pas l’écrire et limiter les applications comme pour la voiture avec tout ces écrans, non ergonomiques, qui détourne l’attention du conducteur, par exemple!!! et je ne parle pas des optiques surpuissants......
Les gaz d’échappements sont polluants, on le sait, en rajouter ne changera rien dans l’immédiat.
Il faut garder raison, c’est la concentration en ville de la pollution chimique mais surtout des particules ultra fines qui altèrent la vie des résidents dans les grandes métropoles. Il faut interdire la circulation en centre ville et même si tout le monde circulait en VE, il faudrait malgré tout interdire la circulation car les embouteillages, la pollution sonore et même aux particules dans une moindre mesure, seraient complètement défavorable aux résidents!!
La marche, le vélo(électrique), les transports en commun, les taxis(électriques) et le retour aux commerçants de proximité(livrable en véhicules électriques ou non polluant) sont le seul moyen de remettre la ville à un niveau de pollution raisonnable à condition que le chauffage, les industries, suivent et diminuent aussi leurs rejets.
La pollution ne vient pas que de l’automobile, elle est une cause évidente, mais pas la seule, loin s’en faut, alors taper dessus ne résoudra pas grand chose mais surtout va stigmatiser, provoquer et surtout créer un sentiment de mépris et le mépris engendre toujours les haines et les conflits......

Posté le 22-08-2019 à 14:22:39 par Scal

C’est un nouveau point méconnu et très négatif sur les dioxydes d’azote (merci diesel), que vous nous mettez en évidence.
Merci

Posté le 23-08-2019 à 11:13:39 par PMC

Et combien d’autres méfaits pas encore connus de la pollution ? Je me demande toujours comment il est possible pour les résultats d’une étude d’isoler la part due à un secteur en ignorant les autres.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du 26/09/2019 au 27/09/2019 - Cagnes-sur-Mer

L’AVEM organise sa troisième édition des Journées AVEM de l’électro-mobilité, qui aura lieu à Cagnes-sur-Mer les 26 & 27 septembre 2019. Cet événement permettra aux...
A lire également / sur le même thème L’étude sur la capacité des territoires à intégrer la mobilité électrique accessible
Nous l’avions présentée lors des Journées AVEM de l’électro-mobilité en septembre dernier, l’étude CATIMINI a été réalisée par le laboratoire ESPACE (Etude des...
La mobilité électrique de logistique au SITL
Programmée du 26 au 28 mars 2019, à Paris Porte de Versailles, la nouvelle édition de la Semaine de l’innovation transport et logistique (SITL) cherche à réunir...
Transport & Environnement plaide pour les bus électriques
Dans une actu mise en ligne sur son site en date du 12 novembre 2018, la Fédération européenne pour le transport et l’environnement se réjouit de la position de l’Europe...
Que penser d’une enquête du Dauphiné sur les véhicules électriques ?
Suite à une étude publiée le 10 octobre 2018 par l’UFC-Que Choisir, le Dauphiné a interrogé ses lecteurs : « Faut-il rendre obligatoire les voitures électriques ? ». En...
Les piles à combustible moins puissantes ni durables avec la pollution
Les routes vers la mobilité durable sont décidément parsemées d’embûches et de surprises ! Selon un article publié dans Journal of Power Sources, une équipe de...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact