← Revenir aux actualités

50 000 bornes de recharge en entreprises de services et de distribution ? Rédigé par Philippe Schwoerer le 01 Déc 2021 à 06:00 1 commentaires

Le CNPA et l’Avere-France vont être partenaires pour développer l’équipement en bornes de recharge dans les entreprises de services et de distribution de secteur automobile. Le nouveau plan AXLR, soutenu par le gouvernement, est doté d’une enveloppe de 30 millions d’euros.

 

Les entreprises concernées

C’est dans un sens très large qu’il faut entendre les entreprises de distribution et des services de l’automobile. Dans son communiqué daté du 29 novembre 2021, le Conseil national des professions de l’automobile cite en exemple, sans chercher à être exhaustif : les concessions, stations-service, garages de réparation, loueurs de véhicules, parcs de stationnement, et auto-écoles.

Défendant l’intérêt général d’une filière reconnue comme la 5e branche économique en France, l’organisme représente 150 000 entreprises de proximité et 500 000 emplois non délocalisables. C’est à ce titre que le CNPA accompagne les professionnels concernés dans leur conversion vers l’électromobilité.

 

50 000 bornes supplémentaires

Doté d’une enveloppe de 30 millions d’euros, le plan AXLR a été annoncé par Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports, lors de sa visite à la concession Renault du groupe Faurie à Limoges.

Il permettrait d’installer globalement 50 000 bornes (ou points ?) de recharge pour véhicules électriques dans les entreprises représentées par le CNPA. C’est pourquoi le conseil va copiloter le déroulement du programme, avec, comme partenaire, l’Avere-France.

Ce projet devrait servir l’objectif de 100 000 points (ou bornes ?) de recharge ouverts au public en 2022.

 

Bornes ou points de recharge ?

Dix ans après l’arrivée de la vague électromobile lithium-ion, le flou demeure toujours entre les points et les bornes de recharge dans nombre de communiqués officiels présentant le déploiement des réseaux.

Ainsi dans le communiqué du CNPA qui indique : « Rappelons que le réseau de bornes de recharge s’élève aujourd’hui à 50 000 bornes accessibles ». Alors que l’Avere-France vient de révéler dans son dernier baromètre que la France comptait « 49 914 points de charge accessibles au public » au 31 octobre 2021. Bornes de recharge et points de recharge ne sont pas des synonymes. Pas plus que cigarette et paquet de cigarettes.

La très grande majorité des bornes accessibles en voirie aux automobilistes sont dotées de 2 points de recharge. En clair et pour rappel, même si la puissance peut être momentanément dégradée, il est le plus souvent possible de brancher en même temps 2 véhicules électriques sur une même borne. Dans ce cas : 1 borne = 2 points de recharge.

Nous nous permettons d’insister, car indiquer avec précision points ou bornes est impératif pour constater l’évolution de la recharge en France en fonction du nombre de véhicules électriques en circulation.

 

Advenir +

Les contours du plan AXLR ont été définis au terme de discussions menées depuis plusieurs mois entre le CNPA, l’Avere-France et la délégation interministérielle en charge des bornes électriques. Intégré au programme Advenir +, il devrait démarrer au cours du premier trimestre 2022.

« La stratégie annoncée par le ministre, Jean-Baptiste Djebbari, doit permettre de donner une impulsion très forte pour atteindre l’objectif de plus de 1 million de bornes de recharge en 2022, dont 100 000 points de recharge ouverts au public, et faciliter l’électromobilité et les déplacements quotidiens et régionaux. Comme l’a rappelé le ministre à l’occasion de cette visite, il est fondamental de lutter contre les ‘zones grises’ en termes de mobilité, en particulier dans les territoires ruraux », souligne le CNPA dans son communiqué de presse.

 

Un empilement de financements

Pour réussir cette fois-ci le virage de la mobilité électrique et faire table rase des différents écueils passés, l’Etat français aligne les aides au financement de manière ciblée. Il y a bien sûr le programme Advenir +, doté d’une enveloppe de 200 millions d’euros, dont 30 millions seront donc consacrés au plan AXLR.

S’y ajoutent les appels à projets qui totalisent 300 millions pour l’installation de bornes de recharge ultrarapide sur l’ensemble du territoire, avec 50 millions réservés à l’accompagnement des véhicules industriels sur des bornes haute puissance, dans le cadre du plan « France 2030 ». Ces nouveaux financements viennent compléter les dispositifs en cours de réalisation.

 

Stratégie gouvernementale

Le CNPA précise que les nouveaux programmes forment une stratégie qui « s’appuie également sur les travaux menés dans le cadre de la ‘Task Force Bornes de recharge’ lancée par le ministère des Transports il y a plusieurs mois pour identifier et lever les freins au déploiement des bornes de recharge ».

Au cours de son déplacement en Haute-Vienne, le ministre a salué les efforts effectués par les professionnels de l’automobile, « alors qu’ils subissent une crise exceptionnelle depuis de nombreux mois dans un contexte de pénurie des semi-conducteurs ».

Une mutation prévisible dans laquelle les professionnels de l’automobile les plus visionnaires se sont déjà engagés, parfois même sans s’attendre à recevoir des aides publiques.

 

partager cette actualité sur :

INFOS


Avere-France

22 avenue Jean Aicard

75011 Paris


Commentaires

  • Guittat le jeu Déc 2 2021

    -1) on nous rebat les oreilles avec le tout électrique pour tous et tout le temps. Ce qui est une hérésie économique et écologique en amont, en aval comme à l’usage… Mais c’est le discours biaisé des constructeurs qui essayent à tout prix d’éviter les amendes en nous faisant, à toute vitesse, des véhicules identiques, sans aucun personnalité…
    – 2) sur le comptage des bornes et des points de charge, personne n’est d’accord, personne ne parle le même langage. Il a été question de 100 000 bornes de recharge dans l’espace public fin 2023, puis fin 2022 et puis, pour dire mieux : fin 2021 ! Comme on est très loin du compte, on reparle désormais de fin 2022… et ainsi de suite. Tout cela n’est pas sérieux d’autant que personne n’est non plus d’accord sur de fait de savoir comment l’on produit et produira toute l’énergie électrique nécessaire et à quel coût pour l’usager…
    -3) Mettre tous ses œufs dans le même panier n’est pas très futé… Aussi faut-il plaider tout autant pour les carburants alternatifs (bio-carburants de 3e génération, E-Fuels, hydrogène, ammoniac…), des trains, avions plus propres et économes, de vrais transports multi et intertidaux, etc.

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter