← Revenir aux actualités

L’usine Mercedes de Woerth se prépare aux camions électriques Rédigé par Philippe Schwoerer le 20 Juil 2021 à 12:27 0 commentaires

Créée en 1963 dans la ville allemande de Woerth, la plus grande usine d’assemblage de camions de Mercedes-Benz Trucks construit les modèles Arocs, Atego et Actros, mais aussi les Econic, Unimog et Zetros.

Ce sont 10 000 employés qui s’activent sur ce site d’où sortiront à l’avenir des camions électriques à batterie et piles hydrogène. Pour ce virage pris vers une mobilité décarbonée, le constructeur compte sur le soutien du secteur public.

 

Dès octobre 2021

 

Premier camion électrique à sortir de l’usine de Woerth : le porteur eActros. Les exemplaires de lancement devraient quitter les chaînes d’assemblage dès octobre prochain. Suivront l’eEconic et, en 2024, la déclinaison en tracteur routier de l’eActros. Le modèle équipé d’une pile à combustible hydrogène pourrait être produit en série et livrable à partir de 2027.

Ces annonces sont de nature à rassurer le comité d’entreprise qui a validé le programme présenté par la direction. L’accord, qui s’étend jusqu’en 2029, fait de l’usine Mercedes-Benz de Woerth le centre du transport sans émission du réseau de production en camions de la marque.

Cette évolution s’accompagnera de lourdes phases d’investissement. C’est pourquoi Daimler Truck AG a soumis une demande de subvention au gouvernement fédéral allemand dans le cadre du financement des technologies de l’hydrogène et des piles à combustible. Le Land de Rhénanie-Palatinat a déjà manifesté son intention de soutenir le mouvement.

 

Une question d’autonomie

 

Si Mercedes-Benz Trucks envisage de commercialiser des camions électriques aussi bien équipés de batterie que de pile hydrogène, c’est pour répondre à un éventail élevé de besoins, en réponse aux attentes des clients transporteurs.

Les poids lourds à pack lithium-ion seront réservés aux livraisons dans un rayon relativement peu élevé au sein de tournées le plus souvent planifiées. Certains modèles spéciaux seront même affectés à différents services assurés par les collectivités. Ainsi la collecte des déchets ménagers.

Avec l’hydrogène, le constructeur propose une solution pour le fret à longues distances qui peut imposer de s’écarter plusieurs jours de la base d’attachement.

 

Préparer l’usine au virage électrique

 

« Aujourd’hui, nous posons les bases de l’avenir de la production de camions Mercedes-Benz. Le virage technologique de notre industrie vers des camions sans émissions au niveau local implique également une immense transition pour nos sites et notre production », a commenté Sven Gräble, responsable des opérations et du réseau de production mondial de Mercedes-Benz Trucks.

« Avec la nouvelle image cible de l’usine de Woerth, nous assurons la compétitivité et donc l’avenir à long terme du site : nous souhaitons étendre considérablement la production en série de nos camions électriques ici et nous créons déjà les conditions pour cela », a-t-il poursuivi.

Président du comité d’entreprise pour cette unité de production, Thomas Zwick s’est réjoui de l’arrivée à Woerth de nouveaux produits qui offriront « de nombreuses opportunités de carrière et des possibilités de développement ».

 

Usine flexible…

 

La conversion de l’usine de Woerth implique une grande flexibilité des chaînes d’assemblage afin de faire coller la production avec les demandes des clients. Cette possibilité de réagir très vite aux changements de tendances est de nature à améliorer la compétitivité de l’ensemble du site. Ainsi, le concept baptisé « fullflex » permettra d’intégrer les camions électriques dans la production existante. Et ce, tout en satisfaisant aux normes de qualité exigeantes que s’impose Mercedes-Benz.

Cette évolution interviendra dans un contexte d’augmentation considérable de la capacité de production du site. Afin de faire face à l’afflux de commandes, Woerth va passer avant la fin de la présente année d’un fonctionnement en 2 équipes à un régime impliquant la rotation de 3 groupes. L’introduction de nouveaux processus d’assemblage sera accompagnée d’une mise à niveau des connaissances du personnel. « L’objectif est de préparer la main-d’œuvre aux tâches futures », souligne le constructeur.

Depuis 2018, environ 2 000 employés ont déjà acquis des qualifications supplémentaires dans la manipulation de véhicules et de composants à haute tension dans le centre de formation et de développement du site à Wörth.

 

…et neutre en CO2

 

Mercedes-Benz Trucks souligne en outre que le site se développe comme « une usine numérique neutre en CO2 avec la logistique et l’infrastructure correspondantes ». La production entièrement décarbonée est planifiée pour 2022. L’énergie verte qui alimentera le site proviendra de parcs éoliens et solaires ainsi que de centrales hydroélectriques.

Cette démarche s’accompagne d’une amélioration constante de l’efficacité énergétique du site. Le constructeur livre en exemple son projet d’un système central de réfrigération à absorption qui remplacera plusieurs centaines d’unités de climatisation décentralisées sur le site.

Le dispositif exploitera la chaleur dégagée par divers process, au lieu de l’électricité. Les bâtiments subiront une rénovation pour alléger ses besoins en énergies.

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter