← Revenir aux actualités

Création de Renault ElectriCity, un pôle industriel électrique Rédigé par Emmanuel Maumon le 10 Juin 2021 à 10:20 0 commentaires

Renault Group a annoncé la signature avec les organisations syndicales représentatives d’un accord donnant naissance à Renault ElectriCity. Une nouvelle entité juridique regroupant les sites industriels du Nord de la France : Douai, Maubeuge et Ruitz. Renault Group ambitionne de faire de ces usines l’unité la plus performante de véhicules électriques en Europe. L’objectif est de produire au sein de Renault ElectriCity 400 000 véhicules par an à horizon 2025. Il est aussi de permettre le déploiement d’un projet industriel robuste et cohérent pour l’ensemble de ces usines. Des usines qui emploient aujourd’hui près de 5 000 salariés.

Douai, centre de production des véhicules électriques de nouvelle génération

Si les 3 sites partageront un même modèle managérial et social, chacun d’entre eux aura une mission bien spécifique. Pour réussir ce pari industriel, Renault Group compte en effet s’appuyer sur le savoir-faire de ces usines. Créée en 1970, l’usine de Douai s’est illustrée en fabriquant les Espace, Talisman et Scénic de la marque Renault. Depuis 2018, elle se prépare au virage historique de la mobilité électrique. Ceci depuis l’annonce de l’affectation de la nouvelle plateforme « CMF-EV » dédiée à la fabrication des véhicules électriques.

La Mégane E-Tech Electric pour commencer

Le premier modèle basé sur cette plateforme à sortir de l’usine de Douai sera la nouvelle Mégane E-Tech Electric. Un véhicule doté d’un moteur électrique de 160 kW et d’une batterie de 60 kWh autorisant 450 km d’autonomie. Renault vient d’ailleurs de diffuser les premières images des modèles de pré-série qui sillonneront les routes dès cet été. Sur cette même plateforme, Douai se verra affecter un nouveau véhicule du segment C. Une nouvelle plateforme électrique dédiée à l’industrialisation de véhicules du segment B sera également installée. Elle devrait commencer à être utilisée pour la future R5 Electrique dont la commercialisation est annoncée pour 2024.

Maubeuge spécialisée dans les véhicules utilitaires

Avec le Kangoo électrique depuis 10 ans, Maubeuge est pionnier et leader en Europe sur le segment des fourgonnettes électriques. L’usine fabrique le Nouveau Kangoo pour Renault mais aussi des utilitaires pour Daimler (Mercedes Citan) et Nissan (NV250). En 2022, elle produira le Nouveau Kangoo E-Tech Electrique, tandis que tous les modèles auront une version électrique en 2023.

Fabrication de composants électriques à la manufacture de Ruitz

En complément, le site se verra également affecter d’autres variantes de Nouveau Kangoo. Il pourrait ensuite opérer un basculement sur les voitures particulières à partir de 2027. Un retour possible d’une 4L modernisée est notamment envisagé. Actuellement spécialisée dans la production de boites de vitesse et de pièces mécaniques, la manufacture de Ruitz est appelée à devenir un acteur clé de la transition vers le véhicule électrique. Elle accueillera une nouvelle activité de fabrication de composants électriques en produisant notamment les bacs de batteries.

Des créations d’emplois en perspective

La création de Renault ElectriCity illustre la volonté du Groupe de pérenniser son ancrage dans les Hauts-de-France. Un soulagement alors que Renault avait annoncé l’an dernier la suppression de 15 000 emplois dont 4 600 en France. Avec ce nouveau projet industriel ambitieux, tous les emplois seront sauvegardés.  Renault prévoit même la création sur les 3 sites de 700 emplois en CDI  entre 2022 et fin 2024. Des recrutements qui s’inscriront dans le cadre de démarches partagées avec Pôle Emploi et l’ensemble des parties prenantes du territoire.

Vers un écosystème complet

Pour Renault, la Région Hauts-de-France dispose des atouts nécessaires pour devenir la référence en matière de production de véhicules électriques. Le Groupe vise la création d’un écosystème complet s’étendant sur toute la chaîne de valeur de la voiture électrique. En lien avec ses fonctions R&D, Renault Group nouera des partenariats avec des universités. Ceci en vue de mettre en place des dispositifs de formation adaptés à l’évolution du marché automobile. De plus, il participera à des démarches de type incubateur avec des startups. De quoi accélérer le développement de solutions technologiques et de services innovants pour le véhicule électrique.

Bientôt une usine de batteries à proximité ?

Pour que l’écosystème soit véritablement complet, Renault travaillera à démontrer les avantages d’une implantation à proximité de ses usines. Ceci tant pour attirer des partenaires produisant les composants d’un véhicule électrique que pour son projet d’usine de batteries. Si le projet doit encore être validé cet été, Douai a de grandes chances d’accueillir une grande usine de batteries. Une usine construite par l’entreprise chinoise Envision qui a racheté il y a deux ans la division batteries de Nissan.

Une nouvelle bouffée d’oxygène en matière d’emplois

Cette usine serait implantée sur une centaine d’hectares à proximité de l’usine Renault qui absorberait l’essentiel de la production. Le projet aurait reçu le soutien de l’Etat et de la Région qui apporteraient des fonds. Il faut dire que la création de cette usine apporterait une nouvelle bouffée d’oxygène à la Région en matière d’emplois. L’usine pourrait en effet créer à terme près de 2 000 postes. Avec cette usine, Renault a privilégié son partenariat au sein de l’Alliance Renault-Nissan à sa participation à l’Airbus des batteries. Ses besoins étant nombreux, il n’exclut pas de passer des commandes à la co-entreprise ACC lancée par PSA et Total. Ceci d’autant plus facilement que l’usine d’ACC sera implantée à Douvrin, à seulement 30 km de Douai.

 

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter