← Revenir aux actualités

Des objets volants électriques identifiés pour le Royaume-Uni Rédigé par Philippe Schwoerer le 02 Fév 2021 à 00:00 0 commentaires

Outre-Manche, l’agence publique pour la recherche et l’innovation (UKRI) aide au développement des bonnes idées pour que le Royaume-Uni devienne le territoire le plus avancé sur la mobilité aérienne électrique, autonome ou non, à batterie et/ou pile hydrogène. Et ce, à travers un programme baptisé « Future Flight Challenge » (Challenge de l’aéronautique du futur), doté d’une enveloppe de 300 millions de livres sterling (125 millions d’aides publiques + 175 millions d’investissement privés) qui s’intéresse aussi bien aux drones de transport de marchandises qu’aux véhicules aériens urbains, en passant par les avions régionaux hybrides électriques et les aéroports éphémères à installer dans le cadre d’une situation de crise temporaire. Dans une étude, elle met en évidence les coûts et bénéfices de l’usage des objets volants à zéro émission locale à travers 6 cas évalués. Par son action, l’organisme espère « stimuler les investissements technologiques au Royaume-Uni en augmentant les possibilités de fabrication et de services sur le territoire ».

Inspection d’une ligne électrique

Chaque année, l’inspection annuelle d’une ligne aérienne haute tension reliant Beauly à Denny, en Ecosse, coûte 193.141 livres sterling (219.173 euros). Ce sont 220 kilomètres de câbles, portés par 615 pylônes d’acier, qui sont contrôlés. Actuellement, 2 personnes se déplacent entre ces installations pour manœuvrer un drone. Avec une solution de pilotage décentralisé, imposant tout de même la présence d’un technicien pour remplacer régulièrement les batteries de l’engin, les gains financiers sont de l’ordre de 34%, pour une facture réduite à 127.856 livres (145.089 euros). Si l’appareil est autonome, ces chiffres descendent à 119.287 livres (135.364 euros).

Transport postal

Gain également de 35% pour l’acheminement du courrier et de colis entre les villes écossaises de Inverness et Kirkwall, distantes de 169 kilomètres. Tous les jours, un avion cargo à turbopropulseur ATR-42-500 transporte 2 tonnes d’envois postaux dans chaque sens. Un service qui coûte quotidiennement 1.722 livres (1.954 euros). Le poids financier peut être ramené à 1.117 livres (1.267 euros) avec l’emploi d’un drone thermique qui devra cependant effectuer 6 allers-retours par 24 heures. L’état actuel de développement des batteries ne permet pas encore d’envisager de façon économique l’exploitation d’un appareil électrique sur une telle distance, pour des charges de plusieurs centaines de kilos, avec des rotations si serrées au niveau horaire.

Livraison de médicaments en zone urbaine

Chaque jour, un pharmacien livre avec une fourgonnette des médicaments à 4 personnes dont les domiciles sont éloignés de 4,26 à 21,3 km de l’officine. Dans ce cas, un drone électrique autonome est tout indiqué. Le rayon d’action minimal nécessaire est de 40 km, pour une charge jusque 4 kg. Un gain de 20% a été calculé, la tournée ne coûtant plus que 12 livres (13,62 euros), contre 15 livres (17,02 euros) actuellement.

Déplacements régionaux

Les auteurs de l’étude ont pris pour référence un déplacement quotidien de 108 km entre York et Preston, en Angleterre, pour laquelle il n’existe pas de liaison ferroviaire directe. Un changement, avec une attente non négligeable entre les 2 trains, fait grimper la durée du trajet à 2 heures et 31 minutes. Dans les calculs, l’agence publique pour la recherche et l’innovation prend en compte « la valeur du temps d’un individu ». Pour faire face à cette situation, l’organisme a imaginé un service de taxi aérien électrique capable d’embarquer simultanément 12 personnes. Le voyage aller et retour pèserait 48% de moins financièrement, en passant de 126 (143 euros) à 66 livres (75 euros).

Déplacements depuis un domicile en milieu rural

Le cinquième cas est celui d’une personne qui réside en milieu rural et doit parcourir 25 km afin de rejoindre une destination en ville ou dans un autre village. Il pourrait laisser sa voiture pour profiter d’un service de taxi aérien avec des appareils électriques proposant 3 places en plus de celle du pilote. Ce scénario n’est pas financièrement intéressant a priori, puisque qu’il coûterait 67% plus cher, soit 40 livres (45,39 euros), contre 24 livres en voiture (27,23 euros). Le gain de temps ne serait pas significatif non plus.

Déplacements en milieu urbain

Le même appareil aérien électrique est comparé à un service de VTC pour un déplacement en milieu urbain. Pas de gain financier non plus, puisque le coût du trajet augmenterait de 23%, passant de 31 (35,18 euros) à 38 livres (43,12 euros). C’est plus au niveau de la durée que cette formule pourrait être intéressante ici, notamment lorsque la circulation est difficile dans les rues.

Des résultats à prendre avec précaution

Tous les calculs communiqués s’appuient sur des scénarios imaginés avec des conditions qui peuvent être discutables. Par exemple le nombre de passagers occupant les appareils aériens, le prix de ces derniers lorsqu’ils atteignent le stade d’une production en petite série (500 exemplaires), et des situations bien précises qui sont parfois de l’ordre du cas particulier. Dans ce cas, les résultats permettent de se faire une idée sur les gains économiques potentiels, mais ne peuvent être pris comme bases fiables adaptables à chaque besoin.

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

LES UTILISATEURS TEMOIGNENT – Pascal, chauffeur de Taxi en Tesla Model 3 à Cagnes-sur-Mer
LES UTILISATEURS TÉMOIGNENT – une conductrice de Tesla Model 3 instructive
Toutes les vidéos