← Revenir aux actualités

L’épineuse question des particules d’abrasion Rédigé par Philippe Schwoerer le 14 Jan 2020 à 00:00 0 commentaires

Parmi les arguments contre les voitures électriques revient toujours avec plus d’insistance celui des particules d’abrasion (garnitures de freins, gomme des pneus) qui seront nécessairement plus nombreuses avec des véhicules alourdis par le poids des batteries. Sur ce sujet, quelques informations nouvelles.

Nocivité

Selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de King’s College de Londres, les particules métalliques provenant de l’abrasion des plaquettes de frein provoqueraient une inflammation qui serait la cause d’une réduction de la capacité des cellules immunitaires à tuer les bactéries qui peuvent agresser le corps humain. Exactement comme celles produites par les moteurs diesel. En clair, ces 2 sources seraient tout autant responsables d’aggraver les infections et autres problèmes des voies respiratoires, dont les toux et rhumes chroniques, l’asthme, les bronchites et pneumonies. En cause, selon les chercheurs londoniens, pour les particules des systèmes de frein, le vanadium qui entre dans la composition des garnitures.

20% de la pollution routière aux PM2,5

D’après ces scientifiques, seulement 7% des PM2,5 émises par le trafic routier proviennent des gaz d’échappement, contre 20% pour les poussières de freins. L’étude ne prend cependant pas en compte celles des pneus, ce qui rend toujours aussi difficile la comparaison entre les véhicules thermiques et électriques. Ces derniers libèrent beaucoup moins de déchets issus des systèmes de frein, les jeux de plaquettes pouvant durer 2 ou 3 fois plus longtemps, et mieux encore avec les modèles pouvant s’immobiliser complètement en n’agissant que sur la pédale d’accélérateur. Connaître la nocivité des gommes des pneumatiques est donc essentiel. A noter que l’association Transport & Environment vient d’indiquer que les filtres à particules embarqués dans les nouveaux diesel sont inefficaces, émettant jusqu’à, à la louche, 1.000 fois plus de poussières à l’échappement lors de leur décrassage.

Aspirateurs à particules

Sans distinguer les sources des particules, le système imaginé par l’entreprise britannique Pollution Solution permet de nettoyer à 99% l’air au bord des routes et rues, éliminant les particules de PM1 à PM10, ainsi que différents gaz nocifs dont les oxydes d’azote, le monoxyde de carbone, les hydrocarbures et l’ozone. Installées à même la chaussée, des trappes aspirent l’air ambiant à travers des conduits enterrés à 50 cm qui mènent vers une unité de traitement avant libération en surface. L’entretien du matériel s’effectuerait tous les 3 à 12 mois en fonction du trafic et des conditions de circulation. Ne manque plus que la validation des pouvoirs publics et une véritable volonté d’exploiter cette solution…

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter