← Revenir aux actualités

Pourquoi BMW, Daimler, Ford, Audi et Porsche financent-ils un réseau de recharge ultra-rapide ? Rédigé par Philippe Schwoerer le 19 Déc 2016 à 00:00 0 commentaires

Plusieurs constructeurs automobile allemands ont décidé de créer une coentreprise pour développer à travers l’Europe un réseau composé de bornes pour la recharge ultra-rapide des voitures électriques. Dans les 400 stations prévues, la puissance délivrée en courant continu pourra grimper jusque 350 kW, selon le standard Combo CCS (Combined Charging System) ! Dans un communiqué de presse commun, BMW, Daimler, Ford, Audi et Porsche, ces 2 derniers étant filiales du groupe Volkswagen, commentent l’événement.

Vers des batteries de plus fortes capacités

Aujourd’hui, les bornes de recharge rapides autour de 50 kW de puissance sont loin d’être dépassées. Les superchargeurs de Tesla ont, par rapport à elles, un débit plus que doublé. DBT a présenté au début de l’automne son matériel à 150 kW qui constitue une avancée majeure étant en mesure d’accompagner l’arrivée sur le marché des modèles de VE à plus forte autonomie annoncés cette année 2016 par les constructeurs automobile les plus impliqués dans l’électromobilité. Que penser d’un réseau encore 3 fois plus puissant porté par 5 marques allemandes, dont certaines ne sont pas connues à ce jour pour distribuer de nombreux exemplaires de voitures électriques ? Ford et Mercedes ont jusqu’à présent été lamentables dans la diffusion de leurs respectives Focus et Classe B ED. Ces 2 constructeurs très largement à la traîne ont récemment annoncé des investissements colossaux pour se monter une gamme branchée plutôt composée de modèles hybrides rechargeables. Ce type d’engins, qui n’ont que des batteries d’une capacité moyenne ne nécessitant pas de chargeurs ultra-rapides, sont aussi ceux à l’heure actuelle distribués par Audi et Porsche. BMW développe également une offre généreuse en la matière, qui s’est récemment étoffée. Seule la citadine i3 électrique tend concrètement à ce jour vers des besoins plus grands en puissance de recharge avec sa nouvelle batterie de 33 kWh.

Faut-il y croire ?

Une puissance de 350 kW, voilà qui conviendrait très bien à des bus, cars et camions électriques. Mais d’ici 2020, pourquoi ces 5 constructeurs s’amuseraient-ils à mettre sur la table des fonds importants pour réaliser un réseau de 400 stations de recharge à très haute puissance ? On aurait tendance à estimer qu’il s’agit surtout d’une annonce de plus qui n’engagerait que ceux qui y croiront. Quoi qu’il en soit, le projet est loin d’être stupide qui anticipe le développement technologique des batteries de traction. Les stations ouvertes par la coentreprise seront de toute façon déjà exploitables par les modèles de voitures électriques et hybrides rechargeables qui acceptent le standard Combo CCS, mais à la puissance maximale que chacune accepte. Le réseau serait alors déjà prêt à recevoir les VE et VHR lancés sur le marché de l’automobile en 2025 ou 2030. Finalement, on n’en sait que très peu, sur ces infrastructures. Peut-être que ces 350 kW constituent la puissance totale de chaque site, chaque fois divisée davantage à mesure qu’une nouvelle voiture électrique se branche à l’une des bornes qui le composent. Ce qui serait contraire à la volonté des 5 constructeurs qui affirment vouloir rendre le ravitaillement des batteries aussi pratique que de faire le plein de carburant. Les stations seraient implantées le long des autoroutes et principaux grands axes en Europe. En y réfléchissant bien : 400 stations dans toute l’Europe, c’est à la fois beaucoup et peu. Peu, si l’on compare aux 200 bornes du projet Corri-Door de Sodetrel, rien que pour notre pays, encore bien loin de couvrir tous les besoins en recharge rapide le longs des axes principaux. Et beaucoup à supporter à court terme, même pour un consortium de grands constructeurs automobiles. Ces derniers espèrent d’ailleurs s’associer à des partenaires régionaux pour garantir le développement rapide du réseau. Sans doute ce projet semblera-t-il plus clair après avoir pris connaissance des commentaires des industriels concernés.

BMW

Président du groupe BMW, Harald Krüger a commenté : « Ce réseau de recharge de haute puissance fournit aux automobilistes un nouvel argument fort pour s’orienter vers la mobilité électrique. Le groupe BMW a lancé de nombreux projets de réseaux de recharge publics au cours des dernières années. Le programme conjoint constitue une nouvelle étape majeure qui démontre clairement que des concurrents peuvent combiner leurs forces pour accélérer l’électromobilité ».

Daimler

« Le développement de la mobilité électronique requiert deux choses : des véhicules convaincants et une infrastructure complète pour leur ravitaillement. Avec notre nouvelle marque EQ, nous lançons une offensive sur le marché des modèles électriques : d’ici 2025, notre gamme comprendra plus de 10 voitures particulières entièrement électriques. Avec nos partenaires, nous sommes en train d’installer le réseau de recharge le plus puissant en Europe », a déclaré Dieter Zetsche, président du groupe Daimler et à la tête de la division Automobile de Mercedes-Benz. Selon lui, « la mise en service des stations de recharge à haute puissance permet désormais la mobilité électronique longue distance et convaincra de plus en plus de clients d’opter pour un véhicule électrique ».

Ford

« Une infrastructure de recharge fiable et ultra-rapide est importante pour la conversion massive des consommateurs et a le potentiel de transformer les possibilités de conduite électrique. Ford s’engage à développer des véhicules et des technologies qui améliorent la vie, et ce réseau de recharge rendra plus pratique et plus facile aux automobilistes européens la possession des véhicules électrifiés », a expliqué Mark Fields, PDG de Ford Motor Company.

Audi

De son côté, Rupert Stadler, président du groupe Audi, a affirmé : « Nous avons l’intention de créer un réseau qui permet à nos clients sur les voyages à longue distance d’exploiter une pause café pour recharger. Des services fiables et rapides de recharge sont essentiels pour que les automobilistes choisissent un véhicule électrique. Grâce à cette coopération, nous voulons renforcer le développement du marché de la mobilité électrique et accélérer le passage à la conduite sans émissions ».

Porsche

Chez Porsche, « Il y a deux points décisifs », selon son président Oliver Blume, qui précise : « la charge ultra-rapide et la bonne situation des stations ». Il détaille : « La combinaison de ces deux facteurs permet de voyager à bord d’une voiture 100% électrique de la même façon qu’avec un véhicule à combustion classique ». Pour conclure : « En tant que constructeur automobile, nous bâtissons activement notre avenir, non seulement en développant des véhicules entièrement électriques, mais aussi en constituant le réseau de ravitaillement nécessaire ».

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos