← Revenir aux actualités

Lyon : 26 bus diesel remplacent des modèles électriques ! Rédigé par Philippe Schwoerer le 19 Jan 2015 à 00:00 0 commentaires

Oreos et Europolis

Alors que nombre de collectivités s’attachent à offrir le meilleur accueil à la mobilité branchée, la Sytral, autorité organisatrice des transports en commun dans le Rhône, est en train de remplacer 26 bus électriques Oreos et Europolis par des modèles diesel conçus pour embarquer plus de passagers, 51 places debout contre 32. Sont concernées les lignes 27 (Vieux Lyon / Villeurbanne Centre), 65 (Gorge de Loup / Charcot la Source), S1 (Gare Saint-Paul / Confluence Rambaud), S4 (circulaire Croix Rousse), S6 (Hôtel de Ville Louis Pradel / Croix Rousse), S9 (St-Genis Jean Giono / Moly), S12 (Croix Rousse / Hôtel de Ville Louis Pradel), et S15 (Ecully Le Trouillat / Les Sources).

Heuliez diesel

Peu convaincue par les bus mis en ligne il y a 10 ans environ, la Sytral n’a semble-t-il pas cherché à évaluer une potentielle relève électrique, ne testant que des modèles hybrides ou thermiques, et ne retenant finalement que le GX 137 diesel fabriqué en France par Heuliez. L’autorité organisatrice des transports à Lyon justifie son choix par le fait que la motorisation de ces engins répond à la norme Euro 6.

En avant vers hier

Si les systèmes de dépollution embarqués sur les bus au gazole de dernière génération permettent d’éviter la libération d’une bonne proportion de gaz nocifs et de certaines particules, il ne règle pour autant pas tous les problèmes, loin de là. L’exploitation de ces nouveaux engins ne peut être perçue que comme un retour en arrière, dans une ville où pourtant la mobilité douce et durable est bien installée. Aucun véhicule alimenté d’un produit du pétrole ne saura respecter aussi bien le cadre et la santé des citadins que son équivalent à batterie de traction. La mention « Ce bus électrique préserve votre environnement », visible sur les bus électriques Oreos et Europolis, devrait donc disparaître du paysage local.

Choix discutable

La décision prise par la Sytral a un poids pour les Lyonnais qui va se mesurer en nouvelles émissions nocives, particules très fines, et gaz à effet de serre. Un choix curieux qui va aussi à l’encontre d’un allègement de la dépendance énergétique ! A Tarbes (65), Tours (37) ou Bayonne (64), par exemple, l’exploitation d’anciens bus électriques a ensuite ouvert la porte au Bluebus de Bolloré.

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter