Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 29/09/2015 à par Philippe Schwoerer - Lu 7286 fois - 4 commentaires


Un Tro Breizh pour un drôle de scooter électrique


Jean-Christophe Chorlay est en train de réaliser un tour de Bretagne d’un millier de kilomètres avec un engin branché de sa conception : le Streetnaer. Il poursuit ainsi 3 objectifs : éprouver l’endurance et la fiabilité de son scooter survolté, rencontrer les élus et les responsables du tourisme pour les sensibiliser à la mobilité électrique, démontrer les qualités du véhicule pour une exploitation à la découverte du patrimoine et des sites naturels.



Né breton

Anglais le nom de ce scooter ? Pas tout à fait ! Bien sûr, dans « Streetnaer », il y a « street », un mot que les Anglois ont obtenu en transformant le « stread » breton. Et si l’origine de l’engin n’était pas suffisamment évidente sur ce seul terme, il y a « naer » qui signifie « serpent » au pays des crêpes et des galettes. Jean-Christophe Chorlay traduit le nom complet en « Celui qui serpente dans la rue ». Si notre ingénieur électronicien a choisi de baptiser ainsi son bébé mobile, c’est parce qu’il a souhaité qu’autour de son berceau se réunissent tous les Korrigans bienveillants. Il compte d’ailleurs particulièrement sur Gwenneg (tr : monnaie), la plateforme de crowdfunding dédiée aux projets bretons, pour lancer la production du Streetnaer. Et puis, « il y a cette fibre écolo que les habitants du territoire conjuguent si bien avec les productions high-tech », souligne Jean-Christophe Chorlay.



Trottinette, tricycle, VAE, planche à roulettes assistée, ou scooter ?

Le Streetnaer est un engin atypique qui joue dans la même cour que le Zuumer californien ou le Skyliner suisse. Mais autour du modèle breton, il y a un concept plus vaste, qui tient à sa manière de l’exploiter. Il s’agit d’en faire un instrument sympathique et convaincant pour découvrir les sites remarquables. Se pose la question de lui trouver une catégorie pour le cataloguer. Au sens de la nomenclature européenne, il se glisse dans celle référencée L1e, qui distingue les « véhicules à deux roues dont la vitesse maximale par construction est égale ou supérieure à 6 km/h et ne dépasse pas le 45 ». La puissance du moteur ne doit pas excéder les 4 kW, ce qui est bien le cas. Mais ensuite, pour la dénomination commerciale ? Tricycle ? Pas en phase avec la catégorie L1e ! VAE ? Non, du fait de l’absence d’un siège, ou plutôt du fait qu’il soit amovible ! Planche à roulettes assistée ? Encore un problème de nombre de roues ! Scooter ? Les Américains collent dans ce tiroir tout un tas d’engins hétéroclites, dont les fauteuils roulants électriques pour personnes à mobilité réduite. Alors oui, ici, mais dans une sous-catégorie : Stand-up scooter.



En route pour les 2.000 kilomètres

En débutant son Tro Breizh Tredan (page Facebook dédiée) samedi dernier, 26 septembre 2015, le Streetnaer affichait déjà 1.000 kilomètres au compteur. En revenant à Lannion (22) onze jours après, il aura doublé ce chiffre. Déjà un beau test intensif d’endurance, ponctué de 22 étapes, avec une moyenne d’environ 45 kilomètres entre deux. C’est à celle de Dinan (22), que j’ai rencontré hier soir Jean-Christophe Chorlay. Il revenait de Saint-Malo (35), et comptait recharger ses batteries avant de reprendre la route, ce matin-même, pour la technopole rennaise. Notre ingénieur exploite chacun de ses arrêts pour montrer aux responsables de collectivités et d’organismes touristiques les qualités du Streetnaer. Certains, comme je l’ai fait moi-même, vont réaliser un petit tour d’essai avec, histoire d’en évaluer la stabilité.



Sur le Streetnaer

L’articulation de l’engin, par un bras oscillant à l’arrière, peut au départ faire douter de sa stabilité. N’est-on pas devant un appareil qui va imposer une phase d’apprentissage plus ou moins longue, et plus ou moins scabreuse, comme lorsqu’on découvre un gyropode ? Si des élus, un enfant de 10 ans, et un sénior de plus de 75, pas forcément taillés pour le sport, parviennent à dompter rapidement la bête, alors pourquoi pas moi, avec mes presque 110 kilos !? Et puis il y a la centaine de kilomètres effectués quotidiennement par Jean-Christophe Chorlay, qui ne m’apparaît pas spécialement fatigué, là, devant moi. A main droite, le sélecteur d’allure à 3 positions : rue (6 km/h), point mort, route (jusqu’à 27 km/h). Frein de parking enlevé, pied droit sur l’arrière de la plateforme, sélecteur sur « rue » : je tourne la poignée, et la jambe gauche rejoint l’autre automatiquement alors que le scooter prend de la vitesse. Le Streetnaer se montre d’emblée très maniable. Ce qui étonne, à peine derrière le guidon, c’est la prise de hauteur qui permet de voir plus loin, par dessus les toits des voitures et nombre de murs privatifs. L’engin, qui dispose de généreuses dimensions, est stable et ne demande qu’à retourner sur la route ! En l’état, le bruit du moteur, bien présent, prévient les piétons de l’arrivée d’un véhicule. Le temps d’un essai rapide, et voilà déjà un automobiliste qui s’arrête pour en savoir plus sur le Streetnaer ! Un peu plus tard, c’est lors de mon échange avec Jean-Christophe Chorlay, qu’une autre personne souhaite poser ses propres questions. Bref, l’engin étonne ; l’engin séduit ! Une ouverture !?



Du proto au modèle commercialisable

Le modèle sur lequel je viens de faire un tour n’est qu’un prototype dont l’idée a germé il y a 2 ans environ. A l’époque, un arbitrage venait d’être donné au bureau d’études qui travaillait aussi sur un concept de vélo couché, peu propice à l’observation dans les zones fréquentées, du fait d’une position trop basse du cycliste. A la tête de Green Vehicle Brittany, Jean-Christophe Chorlay espère sortir sa version tout public homologuée route pour l’été 2016. « Croire en son produit et avancer » : telle est sa devise ! En mode randonnée, en laissant de côté toute idée de pousser des pointes, le Streetnaer devrait disposer d’une autonomie jusqu’à 90 kilomètres : de quoi réaliser au moins le tiers de manière confortable. L’actuelle vitesse de pointe, limitée à 27 km/h avec le Golden Motor 1.000 W max logé dans la roue avant, grimpera à 36 km/h avec un appareil d’un tiers plus puissant, cette fois-ci implanté au sein d’une jante dont le pneu sera de la largeur de celui d’un scooter. Ainsi, il sera pilotable sur route, dès 14 ans, avec le permis AM. A ce stade du projet, impossible d’indiquer un tarif précis. Avec une très grosse louche, ce sera entre le prix d’un scooter thermique classique et celui d’un gros Segway ! Tout dépendra du succès rencontré par le concept, déjà récompensé dans le créneau des véhicules écolos par le concours Durabili-Ty, organisé par Lannion Trégor Communauté, en partenariat avec la technopole Anticipa et Côtes-d’Armor Développement. Déjà, des contacts ont été pris.



Tourisme

Jean-Christophe Chorlay croit beaucoup en l’exploitation de son engin pour des besoins touristiques. Une dalle numérique pilotée par un logiciel couplé à une application GPS, et voilà qu’il serait possible de cliquer sur un picto représentant le monument devant soi pour en obtenir une présentation. Avec une flotte de Segway en balade, il faut démarrer un circuit par une formation plus ou moins longue des visiteurs à l’utilisation de l’engin. Lorsque les gyropodes sont lâchés, il faut encore qu’un animateur soit présent pour assister les touristes téméraires. Rien de tout cela avec le Streetnaer que les intéressés exploiteront comme un vélo et en toute autonomie. « Se balader avec plaisir » : c’est sur ces mots que Jean-Christophe Chorlay imagine une foule de véhicules de loisir. Sa tête fourmille de projets : un trike, mais aussi une voiturette 2 places, avec un petit coffre, qui ressemblerait aux légendaires Morgan venues d’outre-Manche. Morgan ! Morgane !? Au fait, Jean-Chistophe, c’est voulu cette analogie avec le nom d’une fée reconnue par la mythologie celtique ?



Catégories : Scooter électrique |

Commentaires

Posté le 30-09-2015 à 19:26:30 par Rickobotics

pour l’avoir essayé, je confirme la stabilité de l’engin. On prend tout de suite de l’assurance et du plaisir. Quant à la réactivité des accélérations, elle surprend déjà avec ce premier moteur ! Avec sa grosse batterie et en ajoutant quelques gadgets, ça devient la Tesla des trotts (tout en gardant un contraste saisissant avec l’article sur la sortie du model X ;)! Bon Tro Breizh Jean-Christophe !

Posté le 14-12-2015 à 20:55:38 par pierre le goff

super ! jean-christophe connait-il le "twike" fabriqué en Allemagne depuis1993 : un trike à pédales bi-place + assistance électrique? j’irais bien voir l’usine en Allemagne ( je ne parle pas allemand ) avis aux amateurs .
pierre le goff du 56

Posté le 19-01-2016 à 13:39:34 par djacknono

Sympa ce concept mais je ne vois pas bien le coté innovant !!!?
Tous les ans je vais en vcs sur Arcachon ou je fais avec ma famille des balades divers avec des " BIKEBOARDS " .
Ce sont des machines qui sont homologuées routes puisque l’on roule avec une plaque d’immatriculation et ces dernières ressemblent en tous points au streetnaer en question ....
Je cherche à acquérir un tricycle électrique et cela m’interpelle !!!!

Posté le 18-02-2016 à 18:18:15 par Mary

Bravo !!
Je trouve cet engin très intéressant ! Je suis actuellement en recherche de ce type de "trottinette" pour promener mes chiens à une bonne allure, mais aussi pour faire des ballades dans la nature ou en bord de mer... Et je n’ai trouvé qu’un modèle à 2 roues, moins stable.
Dommage que ça ne soit qu’un prototype, car je l’aurais acheté, s’il avait un prix raisonnable !
Bonne continuation !
Mary

Si j’osais, je vous demanderais bien de me prévenir quand il sera commercialisé...



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du /09/2021 au 09/2021 - Cagnes-sur-Mer

L’AVEM organise sa quatrième édition des Journées AVEM de l’électro-mobilité, qui aura lieu à Cagnes-sur-Mer en septembre 2021. Cet événement permettra aux acteurs...
A lire également / sur le même thème Film-débat A Contresens : La vérité sur les voitures électriques
En Suisse, Marc Muller et Jonas Schneiter sont bien connus pour leur émission intitulée « Aujourd’hui » et diffusée sur RTSun. Elle vulgarise, à la manière de « C’est...
LAFON pulse l’intelligence de la recharge électrique
Les 4 & 5 novembre 2020, LAFON participera au salon 100% digital, AUTONOMY DIGITAL. Ce rendez-vous incontournable pour les acteurs de la mobilité durable et...
Renault avance sur l’utilisation des batteries de seconde vie
Renault eWays, l’événement dédié à la mobilité d’aujourd’hui et de demain, se poursuit jusqu’au 28 octobre. Après avoir présenté le premier jour le showcar Mégane...
Avec Hynomed, le Var affiche ses ambitions dans l’hydrogène
La société Hynomed a été officiellement créée le 21 octobre à Toulon. Avec des actionnaires solides : Engie Solutions (51%), la CCI du Var (24,5%) et la Banque des...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact