Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 02/10/2013 à 11:00 par Michaël Torregrossa - Lu 4073 fois - 5 commentaires

Taxis électriques et hybrides rechargeables – Paris double le bonus à l’achat
Taxis électriques et hybrides rechargeables – Paris double le bonus à l’achat
Afin d’encourager les taxis à utiliser des véhicules propres, la Ville de Paris vient de valider la mise en place d’une nouvelle subvention pour l’achat de véhicules électriques ou hybrides rechargeables émettant moins de 61g/km de CO2.

Pour chaque bénéficiaire, la Ville de Paris double ainsi le montant du bonus proposé par l’Etat à l’achat de ces véhicules, soit 4.000 € pour les véhicules hybrides rechargeables et 7000 € pour les véhicules électriques. Le montant de la subvention sera plafonné à 20% du prix du véhicule hors options.

Pour pouvoir recharger leurs véhicules entre deux tournées, les chauffeurs pourront utiliser les bornes de charge dédiées aux véhicules privatifs dans les 250 stations Autolib’ parisiennes. Le dispositif sera bientôt renforcé pour atteindre 700 bornes de recharge électrique dans Paris. « Des bornes de recharge rapide seront également installées dans les stations-services situées sur le boulevard périphérique » précise le communiqué de la ville de Paris.


Valable jusqu’au 1er septembre 2014

Ce dispositif d’une durée d’un an est valable jusqu’au 1er septembre 2014.

Il prolonge en le renforçant le dispositif d’aide financière mis en place par la Ville de Paris entre 2008 et 2010 pour l’acquisition de véhicules hybrides émettant moins de 120 g/km de CO2, grâce auquel 431 chauffeurs de taxis ont été subventionnés.




Mots clés : Taxis | Subvention taxis électrique
Catégories : Voiture électrique | Voiture hybride rechargeable | Aides financières |

Commentaires

Posté le 03-10-2013 à 08:09:52 par Daniel

Paris imite l’Alsace.

Posté le 03-10-2013 à 08:50:37 par Et ce n’est qu’un début...

... Anne Hidalgo va s’engager sur nombre de réformes qui permettront - à l’instar d’Oslo - le véritable développement du VE à Paris, "Ville vitrine" en raison de ses 30 millions de visiteurs annuels..

Cela permettra de corriger l’énorme bourde de NKM qui - alors en charge de l’écologie sous Sarkozy - avait basé, contre l’avis des experts, le bonus écologique sur le CO2 au lieu de le baser sur les PM 2.5 et les NOx, de loin les plus délétères.

Cette décision incompréhensible - à part "répondre" aux pressions amicales de PSA probablement - a eu comme conséquence l’explosion du nombre de petits diesels urbains, ce que l’on risque de payer très cher au niveau santé dans les prochaines années... S

ans compter la combinaison des NOx et du NH3 atmosphérique (ammoniac en provenance des grandes zones vicinales de culture en raison de l’utilisation d’ammonitrate comme engrais), conduisant à une bruine acide qui attaque les pierres des monuments...

Regardez l’état des pierres de taille le long des quais de Seine, vous serez édifiés...

Il est vraiment temps de réagir : 30 ans de dérive diesel sont en train de ronger en silence plusieurs siècles de patrimoine...

Posté le 03-10-2013 à 09:05:37 par Enfin !

Les taxis ayant souvent valeur d’exemple, c’est vraiment le début de la fin du diesel urbain, pas trop tôt...

Regardez en replay le dernier Cash Investigation sur le diesel : vous serez édifiés... et terrifiés...


http://pluzz.francetv.fr/videos/cash_investigation.html

Posté le 03-10-2013 à 09:05:16 par metalrod11

Cette offensive permanente anti-pollution atmosphérique fait parfois penser à du climato-scepticisme. Considérer que le bonus dit "écologique" devrait prendre en compte l’ensemble des polluants, on ne peut être que d’accord. Mais laisser sous-entendre que prendre en compte le CO2 n’avait pas d’intérêt, ça me gêne. Il faut un bonus "écologique" qui prenne en compte le CO2 ET les polluants.

Posté le 03-10-2013 à 13:00:50 par Lelclar

Entièrement d’accord avec metalrod11. Et j’ajouterais qu’il ne faut pas seulement prendre en compte les polluants contenus dans la liste des normes Euro 6, c’est insuffisant, par exemple, les gaz rejetés par les systèmes de réduction de NOx des diesels Euro: N2O (ne pas confondre avec NO2), particules secondaires et quelques autres.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Taxis : Montréal mise sur l’électrique, Paris sur l’hydrogène
Même si le phénomène est encore assez limité, les taxis électriques gagnent progressivement du terrain au sein des grandes métropoles mondiales. Nissan est souvent aux...
Les taxis vont-ils se mettre à l’électrique ?
Même s’il sera probablement difficile d’atteindre l’objectif énoncé récemment par Ségolène Royal de voir 100% de taxis électriques d’ici 5 ans, ce qui dépasse nettement...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact