Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 13/12/2018 à 11:23 par Philippe Schwoerer - Lu 2494 fois - 20 commentaires


En Tesla Model S vers la COP24 avec le flambeau Light Us


Depuis 2016, la caravane Mipai, composée de voitures électriques, est chargée de transmettre symboliquement le flambeau Light Us, d’une conférence des parties à une autre. Pour la première édition, il s’agissait de faire passer le relais entre la COP21 et la COP22, c’est-à-dire de Paris à Marrakech, au Maroc. En 2018, le convoi avait pour mission d’acheminer la flamme numérique entre Bonn (COP23) en Allemagne, et Katowice (COP24), en Pologne. Pour la deuxième année consécutive, Stéphane Semeria, président de Vega (Voitures électriques du pays de Gex et des alentours), participait à l’événement, en embarquant dans une Tesla Model S.

ONG Mipai

Imaginée par Zacharia Saha et Ayoub Makhloufi, fondateurs de l’ONG Mipai (Institut marocain d’intelligence et d’affaires publiques), la flamme électronique Light Us a pour modèle la torche qui ouvre les Jeux olympiques. Elle exploite l’énergie solaire pour diffuser sur son passage une lumière aux coloris variés, chargée de provoquer l’animation sur son passage. Biodégradable afin de promouvoir le « produire propre », ce témoin se pose en symbole du développement durable et en ambassadeur de la lutte contre le dérèglement climatique, également l’objet de la 24e édition de la conférence des parties ouverte lundi 3 décembre dernier, jusque demain vendredi 14 décembre 2018. A l’heure où le président américain torpille l’Accord de Paris, chaque initiative qui valorise les actions pour l’environnement et la santé publique prend une importance capitale.



Derrière Light Us

Derrière le symbole Light Us bien visible, Mipai travaille en profondeur à développer des solutions pour accroître la visibilité des objectifs mondiaux de développement durable, promouvoir les initiatives en faveur de la lutte contre le changement climatique, trouver des canaux de financement innovants dédiés aux projets nés pour cela aux 4 coins du monde, associer une dimension culturelle aux actions, relayer les bonne pratiques et les éco-gestes, etc. Parce que les bonnes intentions déclarées lors des conférences des parties doivent avoir une résonnance dans le quotidien tout au long de l’année.

2 convois

« Cette année, la caravane Mipai se divisait en 2 : une trentaine de personnes de divers horizons ont fait le parcours en train, et nous étions 4 à bord des Tesla Model S de James Morlaix et Richard Pisarski, tous les 2 de réguliers participants aux événements dédiés à la mobilité électrique. Mipai avait choisi de ne pas organiser un convoi en voitures électriques, contrairement à 2017 où les équipages de 17 Tesla allaient d’hôtel en hôtel. C’était surtout à nous de nous débrouiller et de nous impliquer », témoigne Stéphane Semeria. « La délégation Mipai est partie de Monaco samedi 24 novembre dernier, sous les encouragement de S.A.S. le Prince Albert II. Elle a fait étape à Paris, puis à Genève. C’est là que j’ai rejoint l’équipage d’une Model S, pour un périple de 8 jours en rejoignant Katowice », détaille-t-il.



Arrêts et rencontres

« La délégation Mipai a rencontré des jeunes, notamment en s’arrêtant dans des lycées. Ainsi, pour les environs de Paris, à Dammarie-les-Lys, Charenton-le-Pont et Bezons. Il s’agissait de les interpeler sur l’avenir de la planète et de présenter la mobilité électrique comme une solution possible », indique Stéphane Semeria. « De notre côté, nous nous attendions à rencontrer beaucoup d’électromobiliens aux arrêts programmés sur notre parcours, notamment en contactant les associations dédiées VE dans les différents pays traversés, avec l’aide d’un autre fervent défenseur de la mobilité électrique : Louis Palmer. Avec le froid et des journées plus courtes, nous avons été déçus du peu de voitures électriques venues à notre rencontre, en particulier à Munich et en Autriche. Mais à chaque fois nous avons croisé des gens passionnés », poursuit-il.

Vraie fraternisation

« Mes plus grandes satisfactions ’touristiques’ ont été, par exemple, de pouvoir visiter à Munich l’usine Sono Motors d’où sortira la Sion, et de découvrir le marché de Noël à Vienne. A cette dernière étape nous avons vécu des moments de vraies fraternisations avec des électromobiliens venus à la rencontre de la flamme Light Us que nous avions avec nous. Merci à Doris de l’association autrichienne EMC », souligne Stéphane Semeria. « Pour le nombre de voitures électriques qui sont venues nous retrouver, l’arrivée à Katowice a aussi été un très grand moment. Sur place, il y a 2 sociétés de VE partagées », nous confie-t-il.



5.000 km en 8 jours

« Nous avons parcouru environ 5.000 kilomètres en 8 jours. Nous avons vécu notre plus grosse journée au retour, en totalisant 1.200 km entre Brno en Tchéquie et Genève, sous la pluie », chiffre-t-il. « En Tchéquie nous avons été étonnés de découvrir un alignement de bornes rapides à la manière des superchargeurs Tesla », ajoute-t-il. « C’était sympa de vivre cette aventure par nous-mêmes, en choisissant de petits hôtels pour la nuit, parfois à 2 par chambrée, bercés par les doux ronflements d’un coéquipier », s’amuse encore le président de Vega.

2019

« J’espère que cette aventure sera renouvelée en 2019. Les membres de l’association Mipai sont vraiment des gens très bien, très impliqués dans ce qu’ils font. Ils se battent pour intéresser des sponsors éventuels », insiste Stéphane Semeria. « C’est vraiment une très bonne chose d’aller au contact des jeunes, des populations, de rencontrer des porteurs de projets de tous les horizons, de ne pas rester dans nos bulles constituées par les voitures électriques qui nous transportent. C’est une dimension à faire monter en puissance », estime-t-il. « Les associations de VE des pays traversés par la caravane Mipai devraient être des promotrices du flambeau Light Us et organiser aux étapes des rencontres d’importance avec les électromobiliens locaux », conclut-il.

A retrouver sur Facebook

Sur le compte Facebook de l’association Vega, Stéphane Semeria a déposé chaque jour un compte rendu de la progression des équipages en Model S, avec de nombreuses photos.




Pour plus d'information

VEGA

Maison de la culture
47, rue de Gex la Ville
01170 GEX

Mail : contact@forumvega.fr
Site : http://www.forumvega.fr/

VEGA est adhérent de l'AVEM et soutient nos actions.
Accéder à la fiche adhérent de VEGA


Mots clés : COP24 | Mipai | Light Us | Tesla | électrique | véhicule | voiture | Stéphane Semeria | Vega
Catégories : Voiture électrique | Pollution & qualité de l'air |

Commentaires

Posté le 13-12-2018 à 13:55:13 par ZoéT

Bravo à ceux qui ont participé à ce rallye utile.

Posté le 14-12-2018 à 08:23:25 par Robin des bois

"En 2018, le convoi avait pour mission d’acheminer la flamme numérique entre Bonn (COP23) en Allemagne, et Katowice (COP24), en Pologne." 987 km.
Sur 24 h production de CO2 par kWh pour l’électricité allemande 449 g minimum et polonaise 728 g minimum. Production majoritairement grâce au charbon très polluante.

"Cette année, la caravane Mipai se divisait en 2 : une trentaine de personnes de divers horizons ont fait le parcours en train, et nous étions 4 à bord des Tesla Model S de James Morlaix et Richard Pisarski, tous les 2 de réguliers participants aux événements dédiés à la mobilité électrique."
Les trains auraient circulé sans les 30 participants.
Par contre les 2 Tesla rajoutent bien de la pollution et des GES lors de leurs recharges et en roulant.

"Il s’agissait de les interpeler sur l’avenir de la planète et de présenter la mobilité électrique comme une solution possible" en train, métro, tramway, trolley alors.

Posté le 14-12-2018 à 10:59:03 par Vérité

C’est comme mes collègues qui utilisent une voiture tous les jours pour venir travailler qui vont aux marches pour le climat dans la ville où je travaille.....en voiture à pétrole.

C’est vachement utile de rajouter du CO2 pour appeler à réduire les émissions de CO2.

Posté le 14-12-2018 à 12:10:36 par Toomy75

@Robin des bois et Vérité,
Profitons des prochaines élections européennes pour imposer un meilleur mix énergétique sans charbon dans l’UE, choisissons les listes centrées la transition énergétique/écologique :)

Posté le 14-12-2018 à 13:06:12 par Mallow

Ce que certains font pour faire avancer les choses dans le bon sens sont vertement critiqués par d’autres. De là naît l’immobilisme dans les populations. Et on va droit dans le mur. Continuez comme ça : on y passera tous.

Posté le 14-12-2018 à 13:17:11 par Vérité

@Mallow
Moi j’agis à mon niveau en ayant conscience de mon bilan carbone et pollution, je ne fais pas du vent à manifester et à demander aux élus d’agir.
Surtout je ne fais pas croire que remplacer les VT par des VE permettra d’atteindre la neutralité carbone et les seuils OMS sur la pollution.
Il va juste falloir changer de mode de vie et arrêter d’utiliser la voiture pour des choses futiles.
C’est bien ceux qui n’ont pas conscience de cela qui nous emmènent droit dans le mur donc ceux qui militent pour la voiture électrique en usage individuel.

Posté le 14-12-2018 à 14:04:13 par Mallow

@Vérité
Pour faire bouger les populations, il faut 2 choses : un projet qui attire et qu’ils se sentent capable de suivre. L’urgence est grande, mais faire le grand écart n’est pas possible pour la plupart. Ils ont besoin d’avancer à pas modérés. Pour eux, jeter le discrédit sur le premier pas qu’ils pouvaient faire, c’est les bloquer dans leur processus d’évolution. Arrêter de prendre la voiture pour des choses futiles, bien sûr. Et ensuite ? Admettons que du jour au lendemain tous ceux qui travaillent ou vivent à Paris doivent prendre les transports en commun, les réseaux arriveraient ils à suivre ? Même avec 20% de plus de trafic ils ne suivraient pas.

Posté le 14-12-2018 à 14:40:53 par Robin des bois

@Mallow
Pour pouvoir payer mes taxes d’habitation et foncière de mes biens hérités de mes parents qui les ont hérité de leurs parents, j’élève quelques chèvres et brebis dans la montagne et je vends le fromage de ma production dans le village en bas. Pour communiquer avec mes clients, déclarer mes revenus, la TVA et payer mes impôts, j’ai besoin d’internet. J’ai donc un ordinateur et un smartphone qui me donne la connexion via la 4G.
Ma cabane a été construite avec le bois de mes terrains et isolée avec la laine de mes moutons.
Je me chauffe avec le bois de mes terrains. Un moteur stirling de ma conception me permet de produire de l’électricité en hiver. En été, une turbine de ma conception entraînée par un ruisseau sur mes terrains prend le relais.
Je consomme donc uniquement de l’énergie renouvelable.
Vous pouvez faire mon bilan carbone si cela vous chante.
Je suis peut-être immobile mais je suis sûr que mon bilan comme celui de mes ancêtres est acceptable pour la planète.

Et vous ?

Posté le 14-12-2018 à 15:30:51 par Mallow

@Robin des bois
Quelques personnes isolées qui ont des habitudes de vie extrémement écolos ne changeront hélas pas la situation de la planète. L’urgent et l’impératif est de faire changer les populations.

Posté le 14-12-2018 à 16:06:32 par Vérité

@Mallow
Quelques catastrophes naturelles et les mentalités vont évoluer ainsi que les comportements. C’est bien en cours.

Votre solution est seulement transitoire et il faut bien aller vers la neutralité carbone. Et ce n’est pas avec une voiture électrique en usage individuel que l’on y arrive.

Combien de CO2 votre solution transitoire fait-elle économiser ?
Combien cela représente-t-il d’années de production de CO2 ? On va dire x années.
Il vaut mieux consacrer ces x années à amener les gens vers la neutralité carbone que de passer par une solution transitoire. Toute personne qui aura atteint la neutralité carbone avant la fin de ces x années sera du bonus par rapport à la solution transitoire.
Les "Quelques personnes isolées qui ont des habitudes de vie extrémement écolos" sont bien du bonus par rapport à votre solution transitoire.
En niant ce bonus par rapport à votre solution transitoire, vous participez bien à faire naître l’immobilisme.
Il serait bien mieux de mettre en avant des gens qui ont atteint le facteur 4 tout en continuant à vivre normalement que de continuer à mentir en faisant croire que remplacer les VT par des VE permettra d’atteindre la neutralité carbone et les seuils OMS sur la pollution.

Posté le 14-12-2018 à 17:46:59 par Mallow

@Vérité
"Quelques catastrophes naturelles et les mentalités vont évoluer ainsi que les comportements". Ouvrez les yeux : on constate bien que ca ne suffit pas. Vous croyez que ceux qui ont connu des inondations dans le sud on changé leurs habitudes en majorité.
"Votre solution est seulement transitoire et il faut bien aller vers la neutralité carbone". Bien sûr qu’elle est transitoire et doit même durer le moins longtemps possible. Mais son intérêt est de faire bouger les gens dans un sens, afin qu’il prennent en compte les enjeux environnementaux.
"Il vaut mieux consacrer ces x années à amener les gens vers la neutralité carbone que de passer par une solution transitoire" : Bon courage !
"Les "Quelques personnes isolées qui ont des habitudes de vie extrémement écolos" sont bien du bonus par rapport à votre solution transitoire". Mauvais calcul. 10 personnes à coéf 0 CO2 + 1.000 personnes à coéf 10, le tout pendant 10 ans, auront un impact plus mauvais que 1.000 personnes qui descendent d’un coéf par an sur 10 ans.
"En niant ce bonus par rapport à votre solution transitoire, vous participez bien à faire naître l’immobilisme". Ne renversez pas les rôles SVP.

Posté le 15-12-2018 à 21:56:43 par electronlibre

@ Robin des bois
"Vous pouvez faire mon bilan carbone si cela vous chante."
Cela n’a aucune importance:
Les émissions de CO2 anthropiques ne représentent que 5% de toutes les émissions de CO2(donc les 95% autres sont naturelles); la France émet environ 10% de toutes les émissions de CO2 anthropiques(soit 0,5% de tout le CO2 émit); réduire les émissions de la France de 90%= 0,05% des émissions totales.

En unités:
taux de CO2 globale: env. 400 ppm
Taux de CO2 anthropique: env. 20 ppm
Taux de CO2 anthropique France: env. 2 ppm
Taux de CO2 anthropique France après hypothétique réduction 90%: 0.2 ppm soit une différence de 1.8 ppm.

L’augmentation du taux de CO2 constaté actuellement est très majoritairement d’origine naturelle et n’a rien d’exceptionnelle.
Par contre, les émissions de polluants(chimie, particules(nano), molécules, radionucléides...) sont bien plus inquiétantes et donc la priorité aussi bien d’un point de vue environnemental que sanitaire...

Posté le 17-12-2018 à 18:14:55 par Robin des bois

@Mallow
"Mauvais calcul. 10 personnes à coéf 0 CO2 + 1.000 personnes à coéf 10, le tout pendant 10 ans, auront un impact plus mauvais que 1.000 personnes qui descendent d’un coéf par an sur 10 ans".
Oui mais peut-on considérer que des gens qui remplacent leur VT par un VE descendent d’un coef compte-tenu du kilométrage nécessaire pour annuler la fabrication du véhicule ?
Par contre, des gens qui réduisent l’usage de leur VT de 10 % tous les ans répondent bien à cette réduction. Et si ils arrivent à faire en 10 ans un kilométrage inférieur à celui nécessaire pour annuler la fabrication du véhicule, il est bien préférable qu’ils continuent à réduire ce kilométrage que de changer de véhicule.

@electronlibre
Je vois à vue d’oeil les glaciers fondre d’année en année.
Il y a donc bien un réchauffement rapide.
Si il n’est pas imputable à l’homme, a quoi est-il imputable ?
A-t-on déjà eu des variations aussi brutales ?

Posté le 17-12-2018 à 20:09:34 par Mallow

@Robin des bois
Mon exemple n’avait pas la mobilité comme limite (empreinte carbone individuelle ou par foyer global). Il s’agit de faire bouger les citoyens.

Posté le 18-12-2018 à 08:04:26 par Vérité

@Mallow
Oui il faut faire bouger les citoyens mais quels sont leurs champs d’action :
1/ transport,
2/ logement,
3/ alimentation,
4/ biens de consommation.

Les points 3 et 4 sont les plus faciles à modifier en achetant uniquement le nécessaire pour les biens de consommation et en réduisant la consommation de viande et en privilégiant les produits locaux pour l’alimentation.

Pour le logement, bien souvent cela nécessite de gros travaux qui impose un déménagement temporaire. Les bailleurs sociaux n’hésitent pas à le faire mais dans le parc privé c’est très très rare.

Pour les transports, avec un peu de bonne volonté et de réflexion on arrive à sortir du schéma 100 % voiture. Malheureusement il manque un vrai discours de vérité de la part des élus en indiquant qu’il faut modifier ses moyens de déplacements.

Ce sont bien tous ces postes qu’il faut modifier pour atteindre une réduction de 75 %.
La voiture entre dans deux postes, dans le 1 vis-à-vis de sa consommation énergétique et dans le 4 vis-à-vis de sa fabrication.

Dans le village où j’habite par nécessité (compagnon maraîcher bio), nombre de maisons, achetées pour des raisons de coût moindre que dans la ville proche, s’échangent et malheureusement aucun nouveau propriétaire ne fait de travaux pour les rendre BBC et ils vont travailler à la ville en voiture, alors qu’il y a le train, que j’emprunte. Beaucoup croient que le voiture électrique est la solution mais aucun n’a intégré son coût dans son projet. Donc bien qu’il y ait urgence, on a des logements qui pourraient faire l’objet d’amélioration thermique à l’occasion de mutations qui continuent à être des passoires et on a des habitants qui continuent à utiliser une voiture seule pour aller bosser.
Le seul point positif c’est que le turn-over est important, que les biens s’échangent de plus en plus difficilement et qu’il y en a de plus en plus qui n’arrivent pas à revendre le bien le montant qu’ils l’ont payé quelques années avant. Un moment le cycle va s’arrêter.

Posté le 18-12-2018 à 10:29:10 par Gilles et John

Pas les moyens pour changer. Ca fait 1 mois qu’on veut le faire comprendre.

Posté le 18-12-2018 à 17:02:45 par Vérité

@Gilles et John
Que vous ne puissiez pas changer les points 1 et 2, je veux bien mais pour les points 3 et 4, qu’est-ce qui vous empêche d’agir ?
Malgré tout sur le point 1, on peut agir en modifiant sa manière de conduire et en adaptant ses trajets et ses horaires pour choisir les moins énergivores.
Pour le point 2, il y a plein de petites actions qui permettent de réduire la consommation énergétique.

Posté le 18-12-2018 à 17:34:57 par electronlibre

@Vérité
Quand Gilles et John dit qu’il n’a pas les moyens, c’est d’aller plus loin dans le changement qu’il a effectué certainement depuis quelques temps...
En fait mois on a de moyens, plus les changements sont régis par les manques de moyens financiers par obligation de s’adapter.
Moi, il y a bien longtemps que je ne fais que 3500 km par an(gpl) pour 5500 km en vélo. Je pollue moins que le VE qui fait 20000 km par an...

@Robin des bois
"A-t-on déjà eu des variations aussi brutales ? "
Oui, même si à l’époque l’événement n’était pas médiatisé comme maintenant: Dans la période plutôt froide des années 50, les glaciers alpins reculaient comme actuellement. On peut en déduire que la fonte des glaciers a peu de rapport avec la température atmosphérique.

Posté le 18-12-2018 à 18:36:12 par Vérité

@electronlibre
Moins on a de moyens moins on a d’argent à dépenser et moins on pollue.
Plus on a de moyens, plus on consomme et plus on pollue, même quand on place de l’argent on pollue sans toujours connaître l’utilisation des fonds (les investissements dans les énergies fossiles sont repartis à la hausse poussés par certaines banques).

Posté le 19-12-2018 à 12:21:26 par electronlibre

@Vérité
On est bien d’accord, ce sont les plus riches qui polluent le plus...



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Riviera Electric Challenge
Riviera Electric Challenge
Du 08/05/2019 au 09/05/2019 - Entre Cagnes-sur-Mer et Monaco

Portée par le Maire de Cagnes-sur-Mer et Président délégué de la Métropole Nice Côte d'Azur, Monsieur Louis Nègre et le Ministre Plénipotentiaire chargé de mission...
A lire également / sur le même thème La trottinette électrique s’impose dans une mobilité qui change à Paris
En à peine 1 an, les habitudes de déplacements ont été chamboulées à Paris. Les Bluecar d’Autolib’ ont disparu et les stations sont parfois totalement désertées ; entre...
EVBox : un événement, un prix reçu, une interview, des arbres plantés
Dans sa dernière lettre d’informations, EVBox, adhérent à l’Avem, propose un rapide retour en vidéo sur sa manifestation rEVolution, l’accès à une interview de la...
Electrique ou pas ? Choisissez comment utiliser ces vélos Michelin !
Trois sociétés - Michelin, Norauto et Wayscral - lancent la commercialisation d’un vélo associé à un kit d’électrification, à activer ou désactiver en une poignée de...
La FP2M publie un baromètre au beau fixe pour la micro-mobilité
Dans un contexte de fortes attentes autour de la Loi d’orientation sur les mobilités (Lom), la fédération des professionnels en micro-mobilité vient de publier les...
Voitures électriques : Des offres spécifiques en crédit auto à comparer
L’apparition d’une nouvelle gamme de modèles sur le marché des voitures particulières électriques a incité nombre d’organismes financiers et d’assurance à mettre en...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact