Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 05/02/2015 à 10:44 par Philippe Schwoerer - Lu 14457 fois - 17 commentaires


Ségolène Royal © DR


A consulter les différents médias ce matin, il règne une certaine confusion autour des déclarations de Ségolène Royal recueillies par Le Parisien et la chaîne d’information nationale en continu iTélé. Superbonus à 10.000 euros pour les voitures électriques et à 6.500 pour les hybrides rechargeables dès le 1er avril : attention, tout les Français et tous les modèles ne seront pas concernés. Seule la publication d’un texte officiel permettra de lever complètement le voile sur les contours exacts des mesures envisagées.

Vieux diesel à la casse

S’il apparaît assez clairement dans les propos de la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie que l’attribution du superbonus est suspendue à la reprise, pour mise à la casse, d’un véhicule diesel de plus de 13 ans, d’autres conditions majeures n’ont pas été évoquées. Certaines pourraient facilement disparaître, d’autres nécessiteraient de rectifier le système de bonus déjà en vigueur depuis le 1er janvier 2015.

Tous les hybrides rechargeables, vraiment ?

Aujourd’hui, la prime de 4.000 euros ne concerne pas tous les modèles hybrides rechargeables. La limite à 20% du prix d’achat n’est pas vraiment en cause : quel constructeur propose à son catalogue actuel une telle architecture technologique à moins de 20.000 euros ? En revanche, ce sont les émissions en dioxyde de carbone qui excluent, par exemple, chez Porsche son Cayenne S E-Hybrid, et chez Mercedes la S 500 Plug-in Hybrid. Trop gourmands, ils rejettent plus des 60 grammes de CO2 par kilomètre qui constituent le plafond d’attribution du bonus. Il est donc très probable que l’abondement à 2.500 pour atteindre une prime de 6.500 euros ne soit réservé qu’aux modèles qui savent s’inscrire dans la tranche 21-60 d’émissions carbonées. Les autres hybrides rechargeables ne décrocheront sans doute que l’enveloppe de 1.000 à 2.000 euros prévue pour les hybrides relâchant moins de 110 grammes.

Un superbonus sans condition du lieu de résidence ?

Jusqu’à présent, l’attribution du superbonus n’était envisagée qu’à condition de résider dans une zone couverte par un plan de protection de l’atmosphère. Or, Ségolène Royal n’a rien dit à ce sujet hier, mercredi 4 février 2015, sur iTélé ni au journaliste du Parisien qui l’interrogeait. En l’état, on pourrait donc penser que cette clause est abandonnée. Si oui, le dispositif profiterait à un bien plus large panel d’automobilistes français. Il serait pourtant précoce de s’en réjouir. Les annonces gouvernementales sont souvent émaillées de petits manques qui ont pourtant leur importance mais qui ne peuvent apparaître dans des réponses denses mais nécessairement écourtées. De là naissent nombre de scénarios chez les administrés. Pour l’instant, il convient d’interpréter les paroles de Ségolène Royal dans une continuité avec les annonces précédentes, à savoir que les superbonus à 10.000 et 6.500 euros, respectivement pour l’achat d’une voiture électrique ou hybride rechargeable, supposent que l’acquéreur réside sur un territoire concerné par un PPA.

Un geste des constructeurs ?

Les mesures gouvernementales seraient plus efficaces, quelles que soient leurs limites, si les constructeurs les accompagnaient par des gestes concrets qui rendraient les véhicules électrifiés plus accessibles. Ce serait, par exemple, des prix de vente plus serrés, comme l’a évoqué hier la ministre. Même avec le superbonus, bien des utilisateurs de vieux diesel auront du mal à se convertir à l’électromobilité, leur choix ou habitudes étant le plus souvent dictés par de petits moyens budgétaires. Le petit déclic pour penser à la santé publique peut néanmoins inciter à profiter d’une manne qui ne durera sans doute pas.

Pastilles de couleur

Prendre une décision vertueuse pour l’environnement sera aussi poussé par les récentes annonces de Anne Hidalgo, maire de Paris, à l’encontre de tous les véhicules polluants, dont les diesel, depuis les voitures individuelles jusqu’aux poids lourds. A celles-ci s’ajoute la probable mise en place d’un système de pastilles de couleur par seuil d’émissions de CO2. Dans la bouche de Ségolène Royal, il s’agit de certificats de qualité de l’air qui pourront être apposés derrière le pare-brise, attribuant aux modèles les plus vertueux quelques avantages, dont la possibilité de circuler les jours des pics de pollution. Le législateur a aussi prévu que ces engins puissent emprunter les voies d’ordinaire réservées aux bus ou stationner gratuitement, selon autorisations données par les collectivités.

Des précisions aux Assises IRVE ?

« Eh bien en voilà une bonne nouvelle ! Le gouvernement fait officiellement le lien entre véhicule électrique, qualité de l’air et santé publique… Le Credo des Assises IRVE depuis 2 ans ! », se réjouit Isabelle Rivière, présidente de l’Avem et fondatrice des Assises IRVE, devant l’annonce de Ségolène Royal concernant la mise en place au 1er avril du superbonus. Rendez-vous est donné dans moins d’une semaine pour échanger, découvrir et co-produire l’électro-mobilité franco-européenne. La 4e éditions des Assises se tiendra à Nice (06) les 11 et 12 février 2015. Il est encore possible de s’inscrire pour y participer.


Mots clés : Véhicule électrique | bonus | superbonus | Ségolène Royal | hybride rechargeable | certificat de qualité de l’air
Catégories : Voiture électrique | Voiture hybride rechargeable | Aides financières | Pollution & qualité de l'air |

Commentaires

Posté le 05-02-2015 à 12:18:22 par sd06

Comme toujours, trop axé sur les émissions de CO2 (impact sur le climat global et pas sur la santé publique).
Quid des autres émissions de particules (issues du diesel petits moteurs à essence 3cylindres).
De plus, on peut discuter les méthodologies de calcul des émissions (basées par exemple sur 0 à 50km/h en 25s !!! ou modèle le moins lourd sans options pour homologation).
On peut avoir un véhicule hybride et fonctionner en mode "sport".

En outre, les voies de bus devraient plutôt être réservées au covoiturage (polluant ou non)... plutôt que sur la capacité financière individuelle (un comble pour un régime socialiste!!!). Quel intérêt des voies dédiées si c’est pour les "encombrer" avec des transports individuels.

Rien pour les autres carburants (GPL, GNV).
Rien non plus sur les voitures de sociétés... qui peuvent récupérer TVA Diesel et pas les autres (avantage fiscal supplémentaire).

Posté le 05-02-2015 à 15:58:30 par kern

Merci pour les pastilles !
C’est bon pour la gorge.
En attendant, je ne sais toujours pas si je vais pouvoir bénéficier du superbonus: j’ai un vieux diesel mais je suis en limite du PPA de Marseille.Alors j’attendrai encore pour me décider. Combien serons-nous dans ce cas ?

Posté le 06-02-2015 à 11:08:08 par Phenix83

l’émission Télé Envoyé Spécial consacrée à la voiture électrique diffusée sur Antenne 2 le jeudi 5 fév 2015 à 21h a démoli complètement la voiture électrique .Le réalisateur n’a retenu que les aspect négatifs :autonomie ridicule 6 heures pour aller de Paris à Reims 140km ,le temps de charge exessif des batteries sur des bornes minables ;la construction hyperpolluante des batteries au Lithium actuelles .Bref une descente en flammes!Par la moindre analyse des solutions du futurs proches comme la pile à combustible à hydrogène qui fournira aux véhicules électriques suffisamment d’énergie pour atteindre 500 kms ou plus !! Rien sur la capacité de fabriquer de l’hydrogène propre .Des béociens en recherche de sensationnel!Attitude lamentable au moment ou les pouvoirs publics veullent encourager les véhicules propres !!

Posté le 06-02-2015 à 15:08:07 par Christophe

@Phenix83
Ce que je trouverai lamentable, c’est qu’une télévision publique passe sous silence un certain nombre d’aspects négatifs sur le moyen de locomotion porté aux nues par certains.
Après le reportage de France 5 sur l’exploitation du lithium, France 2 nous parle de l’exploitation du graphite (utilisé dans les batteries lithium ion).
Cela permet de rééquilibrer le débat vis-à-vis des offensives des premiers sur un moyen pourtant très efficient : les TC. Et cela ce n’est pas une solution du futur proche, c’est une solution actuelle !

Posté le 06-02-2015 à 15:49:04 par metalrod11

@Christophe : Je trouve lamentable, pour ma part, de ne pas remettre les choses dans leur contexte. La question est surtout de savoir si la voiture électrique est moins polluante sur l’ensemble de son cycle de vie que la voiture à pétrole. C’est le cas si on ne la jette pas avant d’avoir parcouru 100 000 km (cf. étude ADEME 2013). Pourquoi, dans ce cas, pour défendre les transports en commun ou le vélo "cracher" sur la voiture électrique ?! Le résultat, c’est que les gens qui le peuvent ne passent pas plus aux TC/vélo qu’à la voiture électrique. Résultat = 0 !!

P.S. Je le dis alors que je n’ai jamais eu de voiture et toujours tout fait pour vivre dans un logement qui puisse me le permettre... Et je n’ai aucune envie d’en acheter une (mon pouvoir d’achat est nettement meilleur sans !).

Posté le 06-02-2015 à 16:35:06 par Christophe

@metalrod11
Vous résumez bien la situation en vous référant à l’étude de l’Ademe de 2012. Je ne crache pas sur la voiture électrique, je remets les choses dans leur contexte : le fait est que dans son domaine d’usage (bien expliqué dans le reportage) elle entre en concurrence avec des moyens de locomotion bien plus efficients : marche, vélo, cyclo électrique et TC.
L’étude indiquait que pour un véhicule fabriqué en France (y compris la batterie), ce qui n’est le cas d’aucun VE vendu à l’heure actuelle (le reportage l’a bien expliqué concernant le VE présenté et assemblé en France), il fallait parcourir au moins 50 000 km avant que le VE soit plus propre qu’un VT au niveau de la production de CO2.
Pour ma part je fais moins de 5000 km par an en voiture et la plupart du temps pas au départ de chez moi (pré-acheminement en TC), dans ce cadre, il me faudrait 10 ans pour parcourir les 50000 km et je ne suis même pas sûr qu’un VE résiste à ce traitement (période longue sans utilisation).
Ensuite, le rapport de l’Ademe indiquait bien que sur un certain nombre de points le VE était moins efficient que le VT :
- consommation d’énergie primaire,
- potentiel d’acidification [kg SO2-eq] - largement pire,
- potentiel d’eutrophisation de l’eau en fonction de l’origine de l’électricité.
Et encore, ce rapport ne tient pas compte des améliorations sur la consommation des VT (PSA a gagné 30 g/km en moyenne depuis 2008 !).
Je suis tout à faire d’accord pour la réduction de la pollution en ville mais pour la moi la solution la plus efficiente est loin d’être la solution voiture électrique. Et pour les longs trajets ce n’est pas une solution viable.
Je serai curieux de savoir quel est le bilan carbone d’une Tesla à la sortie de l’usine, pour mémoire :
- VE de l’étude ADEME de 2012 : presque 7 tonnes !
- VT de la même étude : un peu moins de 4 tonnes.
Avec les voitures que j’utilise, je consomme moins de 4,5 l d’E10 au 100 km (voir bcp moins), pour produire les 3 t d’écart il me faut plus de 23341 km soit presque 5 ans. Sachant que pour ce km, un VE aurait produit au moins 324 kg de CO2 (soit 2590 km de plus en VT).
Pour ma part je préfère continuer avec des VT plutôt que d’investir dans un VE sachant qu’avec le temps je pourrai me passer de plus en plus d’un VP (développement des TC) et que de toute façon je n’ai pas la possibilité de le recharger.

Posté le 06-02-2015 à 17:44:43 par Pascal Houssard

Encore un reportage à charge...on finirait presque par s’y habituer venant du groupe France Télévision. Quand je repense au reportage de France 5 diffusé pendant le Mondial de l’Automobile et pour lequel j’ai accueilli en Vendée une journée entière le réalisateur et son cameraman et voir ce qu’il en est résulté, je me dis que j’aurais mieux fait de consacrer ma journée à autre chose.
Un peu de hauteur de vues : évidement que la voiture électrique n’est pas la solution universelle et écologiquement parfaite. Qui de sérieux oserait le prétendre ?
Mais entre deux maux j’ai toujours choisi le moindre et les effets bénéfiques ne sont pas tous mesurés par les études (ADEME ou autres) Le bruit, pas celui de la voiture, celui que n’entendent plus des millions de riverains des voies publiques (écoutez au fond du bois le doux murmure du vieux diesel qui démarre...) et les salissures générées par la pollution (des voitures et autres sources). Quel est le coût économique, sanitaire et humain de ces fléaux des temps modernes ?
Alors oui je suis pour le VE
Pour les énergies vertes et pas contre le nucléaire, mais un nucléaire maitrisé
Pour l’amélioration des cycles de fabrication et recyclage des batteries
Pour la maitrise des usages de l’automobile, pour les Smart Grid
Pour le développement des TC et autres modes de transports doux et alternatifs
Bref pour le progrès et contre l’obscurantisme sans jamais perdre l’esprit critique.
Pascal Houssard
DG SyDEV 85 (les propos n’engageant que leur auteur)

Posté le 06-02-2015 à 21:22:59 par etienne

la ségolène elle sait que celui qui roule avec une voiture diesel de plus de 13 ans,il n’a surement pas l’argent pour acheter une voiture supérieur à 10000 euros , alors son "superbonus" de 500€(auquel je participe puisque la prime , j’y participe comme vous tous,on appelle ça "impôts") il n’en a que faire, donc il ne changera pas sa voiture.
Je suis vendeur de voiture,je côtoie ces gens là, madame, tous les jours .Ségolène va voir ce qu’il se passe chez les marchands de voiture,sort de ton bureau "rond de cuir" c’est pas avec ton superbonus que tu attraperas les acheteurs!

Posté le 07-02-2015 à 08:23:12 par Denis

Formidable , magnifique , mais je n achèterai pas de voiture électrique , encore moins d hybride , vu leur prix et ( ou ) prix de location de batterie .Je continue de rouler avec mon vieux diesel , qui était propre a l époque de son achat ....et mon scooter électrique NON subventionné , dès le retour des températures frisant la dizaine de degrès.

Posté le 09-02-2015 à 11:31:01 par Jerome

le prix d ’un VE ?

aujourd hui une Zoé en loc ( modele intense , batterie incluse et pas la 5000km , mais la 12500) est au meme prix qu une LLD sur une clio4tce ( essence ) , auquel évidement il faudra rajouter l essence ( comptez 7à8cts/km , contre 2,5cts/km en electrique, a condition de recharger chez soi et encore moins cher avec des HC ou des pleins gratuit a Ikéa)

source : site renault : http://www.renault.fr/promotions/promotions-vehicules-particuliers/#products/clio_berline
"MODÈLE PRÉSENTÉ : CLIO INTENS TCE 90 ECO2 AVEC OPTIONS À 249 €/MOIS, SANS APPORT (1)" , évidement en gros c est marqué a partir de 149€/mois, mais pareil chez Zoé a 160€/mois ( pour une life 5000km )

alors certes un VE n a pas la polyvalence d un VT , mais j aimerais qu on arrête de ressortir l argument c’est trop cher, c est pour les riches.
Quand on ne veux pas changer et se remettre en cause, on trouve des excuses , quand on est face a un problème, on cherche des solutions (phrase de moi)

Posté le 09-02-2015 à 12:34:12 par soub56

Je partage l’avis de Jerome : un VE en LLD n’est pas plus cher qu’un VT en LLD. Le seul problème, c’est que la LLD est un financement plus cher qu’un crédit normal...
Néanmoins, "acheter" une ZOE en LLD est une meilleure solution que la LOA ou l’achat en crédit : pas de problème de revente en fin de location ( qui achèterait une ZOE d’occasion de 5 ans au prix fort, avec en plus une location mensuelle de batterie? Une telle voiture ne peut être que bradée), pas de problème de perte de puissance de batterie ( en location, cette puissance est garantie), pas de problème pour changer de voiture, quand des modèles à batterie améliorée seront disponibles.
Je n’aurai pas bénéficié de l’offre CITROEN à 90 euros/mois, je me serai laissé tenter par une ZOE.

Posté le 09-02-2015 à 14:23:32 par Denis

les évidents avantages du scooter électrique ne sont pas assez mis en avant , dans les différents médias , la pub non plus sur le modèle léonin français ou l Artelec , ou si peu , et c est bien dommage ,ca n interesse pas non plus le monde politique .
Que d incitations a mettre la main au porte monnaie en ces temps difficiles pour acheter une auto électrique , mais le bilan des ventes de ce type de VE en fin d année mettra malheureusement tout le monde daccord .

Posté le 09-02-2015 à 16:28:54 par metalrod11

je suis d’accord
* S’agit-il de dire que c’est plus économique au global (hors peut-être en région parisienne ?) de choisir un lieu de vie où on peut se déplacer à pieds, à vélo, en transports en commun, etc. que de vivre au milieu de nulle part avec un VE ? -> je suis d’accord

Mais lorsque que quelqu’un vit "au milieu de nulle part" ou lorsque pour des raisons professionnels, un des membres du foyers se retrouvent à devoir travailler dans une ville éloignée et/ou dans un secteur mal desservi et/ou à des horaires non compatibles avec les TC et va donc se déplacer en voiture (au milieu de nulle part, il ne peut pas y avoir de transports en commun attractifs et les distances à parcourir en l’absence d’aménagements spécifiques limitent très fortement l’envie de se déplacer à pieds ou à vélo), que fait-il ? Il garde son véhicule thermique ou il passe à l’électrique ?

P.S. Dans la perspective de moyen et long terme, je trouve particulièrement intéressant que le véhicule électrique se développe pour remplacer dès que possible nos véhicules de service public et de sécurité !">

Posté le 09-02-2015 à 16:28:54 par metalrod11

@Christophe : "Pour ma part je fais moins de 5000 km par an en voiture et la plupart du temps pas au départ de chez moi (pré-acheminement en TC), dans ce cadre, il me faudrait 10 ans pour parcourir les 50000 km et je ne suis même pas sûr qu’un VE résiste à ce traitement (période longue sans utilisation)."
Le véhicule en tant que tel (y compris moteur mais hors batterie) résisterait mieux qu’un véhicule thermique car il repose sur une mécanique plus simple. Les moteurs électriques sont increvables ! Le VE résisterait donc sans problème mais la batterie, je n’en sais rien. J’ai tendance à penser comme vous qu’elle souffrirait.

Vous prouvez donc par ces quelques mots que le véhicule électrique n’est pas fait pour votre usage de l’automobile. Vous n’êtes pas le seul ! Sous cette forme (batteries avec cette autonomie), il n’a pas vocation à remplacer l’ensemble du parc français de véhicules (soit dit en passant, c’est pour ça que les calculs façon Jean-Marc Jancovici sur le parc français n’ont pas de sens...). D’ailleurs, à court terme, c’est 10% du parc qui est visé...

"le fait est que dans son domaine d’usage (bien expliqué dans le reportage) elle entre en concurrence avec des moyens de locomotion bien plus efficients : marche, vélo, cyclo électrique et TC."
L’autonomie des voitures électriques actuelles (en excluant les modèles Tesla) est généralement supérieure à 80 km dans les plus mauvaises conditions (en utilisation courante, c’est entre 120 et 150km). Elles sont intéressantes sur le plan financier lorsque l’utilisation quotidienne est la plus proche possible des limites de l’autonomie. Je ne crois pas qu’il y ait pour l’instant d’étude scientifique sur le sujet mais il semble ressortir de la seule enquête que je connaisse (http://www.avere-france.org/Uploads/pdf/Resultats-enquete-recharge_2014.pdf) que ces véhicules sont bien "le premier véhicule du foyer", ce qui semble se traduire par "celui qui roule le plus fréquemment pour la distance la plus longue". Sans surprise, également, les acheteurs sont situés majoritairement en pavillon. Conclusion : le véhicule électrique actuel intéresse les résidents des secteurs ruraux et périurbains pour faire quotidiennement un kilométrage suffisant pour "rentabiliser" le surcoût du véhicule et/ou la location de la batterie.

Je ne sais pas où France 2 est allé chercher ses informations mais je ne suis pas sûr que ce soit une approche très scientifique et objective... Je pense qu’on reste sur le biais qui perdure : "les performances du véhicule électrique le cantonnent à la ville et c’est là qu’on peut se déplacer autrement". Vu l’autonomie (cf. plus haut), c’est désormais faux. Et les acheteurs ne s’y trompent pas : hormis 2/3 friqués qui voudraient faire du "greenwashing", ceux qui dépensent leur argent dans un véhicule de ce type font des kilomètres avec.

Mais quel est l’objet de votre propos ?
* S’agit-il de dire à ceux qui voudraient faire du greenwashing en achetant un VE et en le laissant dormir au garage qu’ils font fausse route ? -> je suis d’accord
* S’agit-il de dire que c’est plus économique au global (hors peut-être en région parisienne ?) de choisir un lieu de vie où on peut se déplacer à pieds, à vélo, en transports en commun, etc. que de vivre au milieu de nulle part avec un VE ? -> je suis d’accord

Mais lorsque que quelqu’un vit "au milieu de nulle part" ou lorsque pour des raisons professionnels, un des membres du foyers se retrouvent à devoir travailler dans une ville éloignée mais dans un secteur mal desservi (ou à des horaires non compatibles avec les TC) et va donc se déplacer en voiture (au milieu de nulle part, il ne peut pas y avoir de transports en commun attractifs et les distances à parcourir en l’absence d’aménagements spécifiques limitent très fortement l’envie de se déplacer à pieds ou à vélo), que fait-il ? Il garde son véhicule thermique ou il passe à l’électrique ?

P.S. Dans la perspective de moyen et long terme, je trouve particulièrement intéressant que le véhicule électrique se développe pour remplacer dès que possible nos véhicules de service public et de sécurité !">

Posté le 10-02-2015 à 01:51:40 par lepolo

Il y a déjà deux clients chez Kia Nice pour le Soul EV qui ont mis leur commande au frigo, parce que les conditions pour le superbonus ne sont pas clairs. Moi, je vies juste dehors le PPA, mais comme beaucoup de monde dans l’arrière pays Niçois, je roule surtout à Nice et avec un vieux diesel. Je veux changez pour une VE et profiter du superbonus. Pourquoi on peut pas créer des conditions simple et logiques et pourquoi on n’arrive pas a les comminuquer dans notre age d’infprmation?

Posté le 10-02-2015 à 12:52:48 par Stéphane

@Pascal Houssard
Concernant le bruit, ce n’est pas avec 1 % de part de marché que le VE va avoir un impact sur l’exposition au bruit des riverains des infrastructures routières avant un moment. Et encore votre argumentaire pourrait être valide seulement à vitesse faible soit pour les villes mais pas pour les routes périurbaines et plus importantes. Ensuite la nuisance n’est pas seulement fonction du niveau de bruit, elle est aussi fonction de la fréquence (entre d’autres termes de la fréquentation) et de l’état de la chaussée (qui est de moins en moins souvent entretenue). Pour avoir habité près d’une voie ferrée, d’une autoroute et d’une voie passagère en ville, je préfère le cas n° 1, les trains sont certes plus bruyants mais moins fréquents et il n’y a pas de circulation la nuit.
Vous êtes pour le développement des TC mais qu’est-il fait dans votre département de la Vendée ?
Quand je vois que de nombreuses voies ferrées ne sont pas électrifiées (La Roche - La Rochelle avec de plus un cantonnement imposant un intervalle d’au moins 3/4 h entre deux trains (ligne Nantes - Bordeaux tout de même !), Saumur - La Roche ou Sainte Pazanne - St Gilles). Pourtant il y a une vraie demande, il suffit de voir le succès du train des plages entre Saumur et Les Sables).
Le développement de trains efficaces sans rupture de charge, permettrait de résoudre pour partie l’un des problèmes des stations balnéaires l’été : l’encombrement par la voiture.
On pourrait ainsi citer de la ligne Fontenay - Niort dont on parle depuis longtemps de la réouverture aux voyageurs mais qui se fait attendre. cela permettrait aux nombreux travailleurs à Niort de laisser leur voiture ou aux habitants de la ligne de pouvoir aller prendre le train à Niort (avec le bénéfice prochain de l’ouverture de la SEA).

Franchement, je préférerai voir l’argent public utilisé pour les bornes dans le développement des TC (comme l’a fait remarquer le reportage) d’autant plus que ces derniers même thermique (pour les trains) sont plus efficients que la voiture électrique.

Posté le 11-02-2015 à 16:09:13 par Christophe

@metalrod11
Comme vous l’avez bien précisé mon objectif est d’expliquer qu’il y a d’autres solutions que celles que l’on veut nous vendre (petit pavillon, VE, etc.).
Dans le même ordre d’idée, la plupart des gens me disent que j’ai tort lorsque j’affirme que les prix sont inférieurs sur les marchés aux grandes surfaces.
Par contre remplacer tous les véhicules de service public ou de sécurité par des VE n’est tout simplement possible. En effet la plupart de ces véhicules ont des besoins en électricité qu’un VE n’est pas à même de couvrir si ce n’est à réduire l’autonomie.
Prenez l’exemple d’un véhicule d’intervention sur autoroute. Déjà il parcourt plus de 100 km par jour et dès qu’il est à l’arrêt il lui faut au moins un giro allumé.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Ever Monaco
Ever Monaco
Du 28/05/2020 au 30/05/2020 - Grimaldi Forum, Monaco

EVER de Monaco est un événement organisé chaque année par l'association MC2D (Monaco Développement Durable). Le salon est entièrement dédié aux véhicules écologiques et...
A lire également / sur le même thème 173 Kia Niro hybrides rechargeables pour Mobilib’ avec Ubeeqo
Ubeeqo est l’un des opérateurs choisis par la mairie de Paris pour assurer le service d’autopartage Mobilib’. En mai dernier, l’entreprise proposait déjà, avec ou sans...
La gamme électrique de Kia booste ses ventes en Europe
Notre adhérent Kia Motors France nous informe qu’ils ont clôturé leur meilleur semestre de l’histoire en Europe avec une croissance de 1,6 % par rapport au premier...
Prime à la conversion : Recentrage sur les modèles électriques
Le décret n°2019-737 daté du 16 juillet 2019 amorce un recentrage sur les modèles les moins émissifs à l’utilisation. En l’état, les dispositions qui entreront en...
Bonus-malus : Bientôt le poids des véhicules pris en compte ?
Dans une note d’analyse de 12 pages publiée hier, jeudi 20 juin 2019, France stratégie, institution rattachée au Premier ministre et également appelé commissariat...
Mitsubishi, de l’hybride rechargeable au V2X
En s’appuyant sur le succès des ventes de son modèle hybride rechargeable Outlander PHEV (200.000 exemplaires à travers le monde depuis 2013), Mitsubishi Motors...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact