← Revenir aux actualités

Stations-e : 10.000 stations de recharge et services en France en 2026 Rédigé par Philippe Schwoerer le 21 Avr 2021 à 12:48 0 commentaires

Stations-e est un nouvel opérateur très atypique dans l’écosystème de la mobilité électrique.

Nouvel adhérent à l’Avem, il souhaite travailler avec les collectivités, mais sans peser sur leur budget. D’où une rapidité possible pour ouvrir de nouveaux sites dont l’équilibre financier pour la jeune entreprise sera obtenu grâce aux services qui seront proposés autour des chargeurs.

Stations-e sera par ailleurs sponsor de l’équipage Watt’Elles inscrit au rallye en véhicules électriques Natur’Elles Aventures.

 

Electromobilien convaincu

 

Fondateur de Stations-e, Alain Rolland est un électromobilien convaincu. Il roule en Renault Zoé depuis 2015. Comme nombre d’utilisateurs de VE entreprenants et régulièrement confrontés aux limites du maillage français en infrastructures de recharge, il a eu le temps de développer des convictions et de mûrir des idées afin d’améliorer la situation. Il fait partie de ceux qui vont au-delà de la réflexion.

En 2018, Alain Rolland a créé son entreprise Stations-e. Son programme est soutenu par la Banque des territoires. Une enveloppe de 200 millions d’euros va être consacrée au déploiement de 10.000 stations de recharge d’ici 2026.

A partir de 2023, elles devraient sortir de terre au rythme de 2.000 nouvelles adresses par an. L’année 2022 sera celle de la transition avec une première montée en puissance significative. Déjà, fin 2021, le maillage devrait présenter une liste d’environ 200 sites en France.

 

De la Bretagne au Grand Est

 

Même si Stations-e bénéficie d’une notoriété galopante qui permet de multiplier les contacts partout en France, le maillage maison devrait d’abord se déployer au Nord de la Loire. Ainsi en Bretagne avec 1.500 stations d’ici 2025, dont 300 sur l’aire urbaine de Rennes. Un budget d’un peu moins de 40 millions d’euros devrait être consacré à cette opération.

A l’autre bout de la France, la région Grand Est s’apprête à recevoir sur son territoire entre 1.500 et 2.000 stations déployées par Stations-e. Là aussi la carte des implantations se veut cohérente, avec des sites dans l’espace collectif public et d’autres au sein de zones privées accessibles à tous les électromobiliens.

Des projets se dessinent également en Ile-de-France où les toutes premières bornes de la startup ont été connectées, ainsi qu’en Normandie et dans les Hauts-de-France.

 

 

Tel un arbre à palabres

 

Les sites retenus par Stations-e vont en quelque sorte endosser un peu le rôle des arbres à palabres d’Afrique. Ils constitueront progressivement des points de rencontre multi-services au sein desquels un chargeur dont la puissance dépendra des besoins sur place occupera le point central. Ce matériel représente l’un des 4 piliers de croissance identifiés par Alain Rolland. En l’occurrence le « transport vert ».

Les 3 autres sont également intégrés au concept de Stations-e. Il s’agit « du digital avec des services de communication, des services de proximité avec des circuits courts comme de l’autopartage, des casiers connectés, et enfin, avec un réseau interconnectés, on va pouvoir analyser des données, ajouter des capteurs qui vont permettre d’apporter des services autour de tout ce qui est la ville intelligente », a listé Alain Rolland dans le cadre du Printemps des Territoires 2021.

Des startups locales pourront se faire connaître en développant des briques technologiques à intégrer à ces espaces. En résulteront des activités très diverses d’une station à une autre.

 

Une offre idéale pour les collectivités

 

Le concept développé par Stations-e apparaît comme une offre idéale pour les collectivités. Déjà parce que ces sites pourront mettre en avant leurs activités et celles des entreprises des territoires. Mais aussi parce qu’elles n’auront pas besoin de bloquer un budget pour que soit installé un nouveau chargeur.

« Nous investissons dans les territoires, nous prenons en charge tous les investissement en fonds propres y compris l’exploitation, sans budget pour les collectivités », a assuré Alain Rolland. Ce scénario peut donc se dérouler sans passage par un appel d’offres.

En bénéfice, la possibilité de mettre en service beaucoup plus rapidement de nouvelles bornes de recharge. Un atout considérable pour soutenir le programme français qui vise à déployer 100.000 points de recharge d’ici la fin de la présente année 2021.

 

Sponsoring

 

Quatorze équipages de chacun 2 femmes sont inscrits à la première édition du rallye Natur’Elles Aventures. Parmi eux : Watt’Elles. Il est composé de Juliette Duault et Axelle Chatain-Gigou, respectivement directrice de communication et directrice commerciale. Les deux Franciliennes bénéficient d’une belle liste de sponsors. Stations-e y figure en bonne place, aux côtés, entre autres, de Norauto, du spécialiste de la recharge IES Synergy, et du Conseil national des professions de l’automobile (CNPA).

L’événement se présente comme « le premier rallye électroféminin au monde ». Toujours conditionné à l’actuelle pandémie de Covid-19, le calendrier de l’édition 2021 prévoit un périple à réaliser entre le 30 mai et le 5 juin. Le départ sera donné dans le cadre d’un village éphémère installé à Versailles. C’est cependant à cheval sur les départements de Savoie et Haute-Savoie que l’aventure se déroulera pendant une semaine, avec une arrivée fixée à Evian.

« Le concept unique consistera à mixer des étapes en voitures électriques et en trek. Aucune notion de vitesse ne sera retenue, elles navigueront à l’aide d’une carte, d’une boussole et d’un road-book », indique l’organisation.

 

partager cette actualité sur :

INFOS


Stations-e

3-5 rue Marcel Pagnol

91800 Boussy-Saint-Antoine


Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter