← Revenir aux actualités

Yacht électrique solaire sur base Volkswagen MEB, dessiné par Cupra Rédigé par Philippe Schwoerer le 29 Jan 2021 à 00:00 0 commentaires

Entreprise autrichienne de construction navale engagée dans la neutralité carbone depuis 15 ans, Silent-Yachts emploie 400 personnes. De ses différents sites qui s’étendent jusqu’en Italie, Chine et Thaïlande, sont sortis, depuis 2009, 12 catamarans électriques et solaires de 13 à 24 mètres de long. Dans le cadre d’un programme d’intrapreneuriat financé sur le fonds d’innovation II du groupe Volkswagen, elle a été retenue pour bénéficier des compétences de design de Cupra et de la plateforme modulaire MEB de VW. Pour rappel, cette dernière sert de base à un nombre grandissant de véhicules électriques terrestres.

Une idée absurde ?

A la tête de la stratégie produits du groupe allemand, Michael Jost se souvient du premier contact qu’il a eu avec le dossier présenté par Silent-Yachts : « Au sein du groupe Volkswagen, nous avons mis en place un fonds d’innovation pour promouvoir des idées commerciales innovantes. Il y a environ 18 mois, on m’a présenté un projet d’utilisation de la plateforme modulaire MEB dans un yacht. Au début, j’ai trouvé l’idée absurde ». Heureusement pour l’entreprise de construction navale, cette première impression a vite été effacée. « Nous avons fait connaissance avec le partenaire potentiel, Silent-Yachts. Nous avons été impressionnés par l’engagement de l’entreprise dans le domaine de la neutralité carbone. Constructeur de yachts à énergie solaire, elle est considérée depuis longtemps comme une pionnière du développement durable dans l’industrie », rapporte-t-il.

Une conception émotionnelle sur une technologie éprouvée

Après avoir rencontré Michael Köhler, l’un des dirigeants fondateurs de Silent-Yachts, Michael Jost a eu une intuition pour leur éventuelle coopération : « Une conception émotionnelle sur une technologie éprouvée ». La plateforme modulaire MEB de Volkswagen allait ainsi passer « de la la terre à l’eau pour la première fois ». Pour l’entreprise autrichienne, disposer de cette base est de nature à faire gagner beaucoup de temps en développement pour ses futurs yachts électro-solaires. « Les groupes motopropulseurs efficaces sont un sujet important pour nous. Les moteurs et les batteries sont nombreux, mais il n’existe guère de système tout-en-un capable de comprendre la recharge des batteries via les panneaux solaires, l’intégration d’un générateur diesel de secours et une alimentation depuis un quai », explique Michael Köhler. Les éléments disparates qu’il emploie depuis lors sont efficaces, mais empêchent de passer à une production en série avec des délais raisonnables.

Intégration des éléments de la plateforme MEB

L’actuel Silent 55 est capable de voguer 160 kilomètres sur une journée avec la seule énergie électrique produite par les panneaux solaires qui le recouvrent. Le futur Silent 50, dont on mesure les progrès stylistiques apportés par Cupra – ancienne division sportive de la filiale Seat de VW -, bénéficiera d’un groupe motopropulseur dimensionné aux désirs et budgets de la clientèle. Repris de la plateforme MEB, ce sont jusqu’à 6 batteries, produites avec une électricité verte, qui pourront être installées, afin d’alimenter 2 moteurs électriques d’une puissance unitaire au choix de 50, 150 ou 300 kW. Cette adaptation nécessitera un développement spécifique des logiciels d’exploitation, confié aux habituels fournisseurs de Volkswagen. « Un onduleur commandé par impulsions est programmé différemment pour une voiture et pour un yacht », confirme Michael Jost. Que de chemin parcouru pour le navigateur Michael Köhler, entre son Solarwave 46 de 2009 – premier yacht de haute mer à utiliser exclusivement l’énergie solaire pour la propulsion et l’alimentation de tous les équipements à bord -, et ce projet d’un bateau au design très contemporain, limite futuriste, conçu avec les équipes de Volkswagen !

Objectif : 50 yachts électriques solaires Silent 50 par an

L’exercice stylistique pour le Silent 50 a relevé du défi pour les designers de Cupra. Ils « ont dû penser en termes de dimensions, proportions et surfaces complètement différents, et adapter leurs idées à la géométrie du yacht ». Deux grandes échéances figurent désormais sur la feuille de route de Silent-Yachts pour ce modèle. Tout d’abord 2022, avec la mise à l’eau du prototype d’avant série. Quatre ans plus tard, le bateau électrique solaire devra être produit à une cadence de 50 exemplaires annuels au minimum. « La production d’un navire prend beaucoup plus de temps que celle d’une voiture », souligne Michael Jost. « La construction de la coque prend environ 4 semaines avec 3 équipes qui se relaient pour travailler dessus 24/24 », confirme Michael Köhler.

Les autres modèles de yachts aussi

Le partenariat entre les 2 entreprises dépassera le cadre du Silent 50. Des composants Volkswagen seront également installés sur tous les autres modèles au catalogue de Silent-Yachts. Alors que les éléments de la plateforme MEB vont être dupliqués à plusieurs millions d’exemplaires pour équiper toutes les voitures électriques sur laquelle elles s’appuient – 19 millions en 10 ans -, le constructeur naval va bénéficier pour ses propres productions des économies d’échelle ainsi réalisées. « Un voyage avec un yacht électrique fonctionne à peu près comme ceci : vous naviguez vers votre baie préférée et allez nager. Pendant ce temps, les panneaux solaires rechargent les batteries. Après la baignade, vous revenez au mouillage sans avoir consommé de carburant », conclut Michael Köhler.

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Vidéo de présentation de K-Motors
Mobilité électrique et Smart Grid – Retour d’expérience SAP
Toutes les vidéos