← Revenir aux actualités

Stellantis fait de la mobilité durable le pilier de son développement Rédigé par EMMANUEL MAUMON le 23 Jan 2021 à 00:00 0 commentaires

La fusion entre les groupes PSA et Fiat Chrysler Automobiles est devenue effective le 16 janvier. Elle a donné naissance à « Stellantis », une entreprise résolument internationale composé de 400 000 employés aux parcours multiples, capables de concevoir, développer, fabriquer, distribuer et vendre des véhicules et des solutions de mobilité dans le monde entier, tout en restant profondément ancrés dans les pays où ils travaillent. Fière d’une histoire débutée il y a 125 ans, Stellantis bénéficie d’un portefeuille complet de marques prestigieuses, de Peugeot à Alfa Roméo en passant par Fiat, Citroën et Jeep. 14 marques qui couvrent l’ensemble des segments du marché (luxe, haut de gamme, cœur de gamme, pick-up à forte capacité, SUV et véhicules utilitaires légers).

Le nouveau groupe est présidé par John Elkann et est dirigé par Carlos Tavares. Dès leurs prises de fonction, ces derniers ont mis en avant leur volonté de placer la mobilité durable au cœur du développement de Stellantis. D’ailleurs, pour John Elkann : « Ce n’est pas une coïncidence si Stellantis est née précisément au moment où notre monde a besoin d’un nouveau type de constructeur automobile, qui se fera le champion de solutions propres et intelligentes pour offrir la liberté de mouvement à tous ».

Etre un leader mondial d’une nouvelle ère de mobilité durable

L’ambition du nouveau groupe est clairement d’être un leader mondial de la mobilité durable. Pour y parvenir, outre sa bonne santé actuelle avec des marges d’exploitations solides reflétant ses positions fortes en Amérique du Nord, en Europe et en Amérique latine, Stellantis entend bien s’appuyer sur sa taille et les économies d’échelle pour investir dans des solutions de mobilités innovantes pour ses clients. Grâce à sa taille et à sa présence internationale, l’entreprise affirme disposer des ressources nécessaires pour investir dans des technologies de pointe afin d’offrir à ses clients une excellence de premier ordre et un choix sans égal.

Selon Carlos Tavares, Stellantis est prête à investir massivement et à consacrer entre 8 à 10% de son chiffre d’affaires dans la Recherche & Développement et dans les investissements industriels, soit environ 15 milliards d’euros. De quoi proposer, au travers de son offre, des solutions de mobilités distinctives et durables afin de répondre à l’évolution des besoins de ses clients, avec en premier lieu le développement de l’électrification et de la connectivité, mais aussi de la conduite autonome où le partenariat existant entre FCA et Google sera poursuivi, et de la mobilité partagée avec des solutions proposées par deux sociétés du groupe : Free2Move et Leasys.

10 nouveaux modèles électriques d’ici la fin de l’année

Pour Stellantis, sa percée dans la mobilité électrique passe par l’arrivée de nouveaux modèles. Après avoir été quelque peu réticentes à se lancer dans la mobilité électrique, les différentes marques ont partiellement rattrapé leur retard et se retrouvent aujourd’hui relativement bien placées avec aujourd’hui 29 véhicules électrifiés en vente. Carlos Tavares a confirmé que d’ici la fin de l’année le Groupe serait encore mieux pourvu puisque 10 nouveaux modèles électriques feront leur apparition sur le marché. De plus, d’ici à 2025, chaque nouveau modèle aura sa version électrifiée.

Mais si le CEO de Stellantis met résolument le cap sur l’électrique, il s’inquiète encore des coûts liés à l’électrification et des répercussions sur les clients : « Nous avons la technologie et les capacités de fabrication, mais pouvons-nous être sûrs que cette mobilité sera assez abordable pour le pouvoir d’achat des citoyens ». Pour lui, même si les prix vont baisser dans les années futures, il sera impossible de déployer cette technologie dans le monde entier. Compte tenu de l’intérêt pour l’environnement d’aller vers une mobilité zéro émission, les gouvernements doivent pouvoir compenser le surcoût de cette technologie. Cela peut passer par le maintien des aides à l’achat, mais aussi par des aides directes aux constructeurs automobiles qui doivent réaliser des investissements colossaux pour aller vers une mobilité durable.

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter