← Revenir aux actualités

Report en septembre 2021 de la Green Expédition Aéropostale Rédigé par Philippe Schwoerer le 29 Déc 2020 à 00:00 0 commentaires

En hommage aux pionniers de l’acheminement de courriers à longues destinations, Atypik Travel Organisation (ATO) avait programmé en mars prochain la nouvelle édition de sa Green Expedition intitulée pour l’occasion « Sur les traces de l’Aéropostale ». La pandémie actuelle de Covid-19 a imposé à Bruno Ricordeau et son équipé de déplacer l’événement sur le calendrier. En tenant compte du prologue qui se jouera entre le Futuroscope et Toulouse, le périple se déroulera du 17 au 25 septembre 2021, avec une arrivée à Cap Juby, au Sud du Maroc et aux portes du Sahara. Le vainqueur sera celui qui aura réalisé le plus rapidement les 3.000 kilomètres d’un parcours dont il définira en grande partie le tracé.

Green Expedition 3e édition

Sur les traces de l’Aéropostale s’ajoute en 3e édition d’une série démarrée en avril 2018 avec l’objectif de faire découvrir la mobilité électrique en Argentine. L’année suivante, la Green Expedition embarquait pour le Cap Nord. Dans les 2 cas, les concurrents ont dû avaler 5.000 kilomètres qui ont parfois mis à rude épreuve leurs véhicules branchés. A chaque fois, tous les objectifs ont été atteints, en particulier celui de prouver la fiabilité des voitures particulières et motos électriques, même lorsqu’elles ont été soumises à des températures très basses ou très hautes. La nouvelle édition se mêle à des images fortes des patrimoines de la littérature, de la poésie, de l’histoire, et des pionniers de l’aviation. Tout est résumé dans cette simple phrase du dossier de presse d’ATO : « L’arrivée se fera à proximité du Fort où Saint-Exupéry, nommé chef d’aéroplace en 1927, écrivit les premières lignes de son livre ‘Le Petit Prince’ ».

Course sportive, écologique…

L’âme du Petit Prince devrait donc inspirer les participants qui se lanceront dans l’aventure avec une voiture ou une moto électrique. Cette course sportive, écologique et solidaire est placée sous le haut patronage du ministère de la Transition écologique en France. Sportive, la Green Expedition l’est résolument car la capacité à tenir l’endurance et à se dépasser est nécessaire pour affronter le parcours. Une bonne préparation physique est donc impérative avant le départ. Poussant toujours plus loin le curseur vers l’écologie, ATO interdit la recharge des batteries en utilisant des groupes électrogènes fonctionnant au pétrole, et promeut le ravitaillement en énergie obtenue de sources renouvelables.

…et solidaire

La nouvelle expédition sert également de support à l’acheminement de fournitures scolaires dans des écoles primaires et rurales du Maroc, ainsi qu’à sensibiliser leurs élèves aux enjeux environnementaux de la planète. « En référence à l’Aéropostale, un échange de courriers traitant notamment de l’écologie et du développement durable sera organisé entre élèves français et marocains. Grâce au soutien actif de nos partenaires, il est prévu également d’aider à l’implantation de bibliothèques et de salles multimédias dans certaines écoles rurales du royaume », souligne l’organisation de la Green Expedition. Ce n’est pas tout ! Des écoles techniques françaises vont pouvoir se joindre à l’aventure. Le lycée Paul-Héraut de Gap et d’autres établissements similaires auront pour mission de monter un projet de conception ou de remise en état de véhicules électriques. En conclusion de leurs travaux, ils pourront participer à l’éco-raid à bord de leurs propres engins et présenter leurs résultats à leurs homologues marocains.

Motos et voitures électriques

A qui s’adresse cette course ? Aux passionnés « de nouvelles aventures, sportifs de haut niveau, personnalités et entrepreneurs » qui « mettront en œuvre les qualités nécessaires pour être sur le podium : la motivation, la ténacité, mais aussi la stratégie et l’adaptation au terrain, tout en tenant compte du matériel et de la technologie utilisés », répond ATO. Ayant déjà participé en 2018, le pilote français de moto trial Bastien Hieyte explique pourquoi il s’engage à nouveau, sur Zero DS de 2017 : « Participer à The Green Expedition représente un triple défi : prouver que d’un point de vue technologique, une moto électrique n’a rien à envier à ses homologues à essence ; se battre pour un futur plus propre et dépasser ses limites en tant que compétiteur. Je roule à moto électrique depuis 9 ans. Je connais parfaitement le véhicule et le type de difficultés que je vais rencontrer ».

Parcours libre entre Toulouse et Casablanca

Pour être le premier équipage à arriver à destination, il faudra chercher le meilleur itinéraire qui devra tenir compte des possibilités de recharges en adéquation avec les capacités du véhicule utilisé. « Ce sera donc la stratégie de course qu’il faudra optimiser. L’ingéniosité du pilotage et le choix du parcours et des recharges intermédiaires seront déterminants car l’autonomie des véhicules va être éprouvée dans des conditions qui varieront tout au long des 3.000 km de cette aventure (vent, différences de température, dénivelés etc.). Seule une éco-conduite exemplaire permettra d’allonger la longueur des étapes », prévient ATO. Une sérieuse avance pourrait bien être prise dès les 3 premiers jours, puisqu’il n’y a pas de tracé imposé entre Toulouse et Casablanca. Sur la partie espagnole, où les possibilités de recharge se font encore rares, il s’agit « de montrer aux pouvoirs locaux l’importance d’un tel maillage en insistant sur l’efficacité des bornes de recharges branchées à des sources d’énergies renouvelables ».

L’organisation au Maroc

Les choses changent au MarocATO fournira une assistance mécanique et logistique ainsi qu’une aide médicale. Entre Casablanca et l’arrivée à Cap Juby, les hébergements, dîners et points de ravitaillement sont gérés par l’organisation.

partager cette actualité sur :

INFOS


Atypik Travel Organisation

5, Rue de Mayenne

72140 SILLE LE GUILLAUME


Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Pink Style 50 cc et Pink Style Plus 125 cc
LES UTILISATEURS TÉMOIGNENT – Témoignage de Stéphane SEMERIA, Président de Ffauve
Toutes les vidéos