← Revenir aux actualités

Londres lance un appel pour tester les trottinettes électriques partagées Rédigé par Philippe Schwoerer le 20 Nov 2020 à 00:00

Alors que les trottinettes électriques sont exclues de quelques grandes villes à travers le monde, la municipalité londonienne et l’autorité en charge des transports dans la capitale britannique (Transport for London) souhaitent décider 3 opérateurs à mettre en place, pendant une période d’essai d’un an, autant de services de location partagée. Pour rappel, l’utilisation de ces engins de mobilité douce était interdite sur ce territoire jusque début juillet dernier. Elle est depuis lors autorisée, mais uniquement en passant par la location. Se servir de sa propre trottinette électrique sur la voie publique n’est toujours pas admis.

Mesurer l’impact

L’expérimentation en situation réelle débuterait au printemps prochain. Il s’agit pour les 2 établissements publics de fixer les normes de sécurité et étudier l’impact que de tels services peuvent avoir dans les rues de Londres. Dans le contexte de l’actuelle pandémie, le gouvernement, mais aussi les arrondissements londoniens, souhaitent faciliter l’usage des modes de transport plus écologiques et éviter un report sur la voiture individuelle. « Nous sommes déterminés à faire en sorte que Londres se remette du coronavirus de manière aussi sûre et durable que possible et soutenons des solutions innovantes qui pourraient aider », commente Michael Hurwitz, directeur de l’innovation pour Transport for London. Le tiers des arrondissements est prêt à participer dès le début à ce programme. D’autres envisagent de prendre le train en marche par la suite.

60-150 trottinettes par arrondissement

Si aucun quota de trottinettes électriques n’a été décidé, les autorités espèrent commencer prudemment avec un parc de 60-150 unités par arrondissement. En fonction du succès rencontré, les opérateurs pourront gonfler progressivement les chiffres. Dans le cas contraire, ils pourront également réduire la voilure. Les stations seront contrôlées régulièrement afin de ne pas provoquer d’encombrements dans les rues. Prenant en compte la situation des personnes handicapées, les engins devront être munis d’un système pouvant piloter à distance son fonctionnement, provoquant l’arrêt automatique de la propulsion à l’arrivée dans une zone de circulation interdite, ou abaissant la vitesse à environ 12,5 km/h dans certains espaces. L’usage de ces trottinettes électriques ne sera pas autorisée sur les trottoirs de Londres. Elles pourront en revanche évoluer sur les pistes cyclables.

Evaluation des opérateurs

Les opérateurs participant au processus de sélection seront évalués sur leur capacité à répondre aux exigences de sécurité, aux normes élevées d’exploitation et à la demande de fourniture de données statistiques qui seront étudiées dans le cadre des objectifs fixés par Transport for London. « La sécurité sera notre priorité numéro un lors de cet essai de location de trottinettes électriques. L’opération est essentielle pour nous fournir les données et les informations dont nous avons besoin afin de déterminer si ces engins font partie intégrante d’un avenir plus vert et plus sain pour Londres », prévient Michael Hurwitz. « Les entreprises qui souhaitent participer à l’essai devront démontrer qu’elles ont des moyens pour garder nos rues dégagées et protéger les cyclistes, les piétons et les autres usagers de la route – y compris les Londoniens les plus vulnérables », complète le maire Philip Glanville.

partager cette actualité sur :

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

LES UTILISATEURS TÉMOIGNENT – Sandrine de l’Avem, une conductrice enthousiaste
Vidéo de présentation de Zeplug
Toutes les vidéos