← Revenir aux actualités

Plan pour l’automobile : la FNA regrette l’oubli des services Rédigé par e-Néo communique le 28 Mai 2020 à 00:00 0 commentaires

La Fédération Nationale de l’Artisanat Automobile (FNA) attendait impatiemment l’annonce d’Emmanuel Macron en ce qui concerne le plan de relance du secteur automobile. Elle s’est d’abord réjouie de la prise de parole directe du chef de l’Etat et y voit une vraie reconnaissance de l’industrie automobile. Un plan de 8 Milliards d’euros comprenant un soutien financier massif destiné à l’achat de nouveaux véhicules propres et à la modernisation de l’industrie. Mais la FNA regrette (une nouvelle fois) l’absence de mesure pour les services. Monsieur le Président, nous avons également besoin de préserver et de transformer nos 135.000 TPE des services lourdement impactées par les mutations de la filière et la crise sanitaire et qui elles aussi sont un levier pour remporter le défi écologique et celui de l’emploi.

Soutien de la vente automobile : la FNA entendue

Dans son plan de reprise, la FNA demandait d’une part le soutien à l’achat de véhicules neufs et d’occasion plus propres tout en adaptant ces dispositifs au pouvoir d’achat des français. Cette première demande a été entendue puisque Emmanuel Macron a annoncé un renforcement du bonus écologique pour les véhicules 100% électriques qui passe à compter du 1er juin de 6.000 à 7.000 euros d’aide pour les particuliers, de 3.000 à 5.000 euros pour les professionnels et un nouveau bonus de 2.000 euros pour l’achat de véhicules hybrides rechargeables.

Renforcement de la prime à la conversion

La FNA se félicite également d’avoir contribué au renforcement de la prime à la conversion, notamment pour l’achat de véhicules thermiques de dernière génération y compris des véhicules d’occasion (sous condition fixée à 3.000 euros). Par ailleurs la prime à la conversion va être amplifiée et adaptée au pouvoir d’achat des français pour qui, ces véhicules sont beaucoup plus accessibles. En augmentant le revenu fiscal de référence de 13.489 à 18.000 euros, ce sont 75% des français qui devraient être éligibles. La FNA demandait une revalorisation significative de son montant et une augmentation du revenu fiscal de référence pour rendre éligible au dispositif un plus grand nombre de contribuables. C’est chose faite.

Rétrofit

Autre victoire pour la FNA : 5.000 euros pour le retrofit électrique (la conversion d’une voiture thermique en électrique). La FNA salue aussi la volonté de relocaliser la production électrique en France qui est un élément essentiel pour le bon fonctionnement de maillage des territoires.

La FNA demande des efforts pour les services

Grands oubliés des annonces, les services de l’automobile (hors vente) n’ont jamais été cités. Or, ces véhicules une fois sur le marché, seront entre les mains de l’après-vente. Quid de la digitalisation et de la modernisation des entreprises de services de la filière automobile Monsieur Le Président ? La FNA demande un autre pacte pour toutes ces entreprises oubliées qui ont besoin de se former au numérique pour répondre au besoin de l’après-vente des véhicules électriques.

Volet dédié

Pour ce faire, il est impératif que les services soient intégrés dans un volet dédié du futur fonds de l’avenir de l’automobile amont et aval étant intrinsèquement liés, et soumis aux mêmes impératifs de digitalisation, robotisation, et de formation… Cette remarque est valable aussi et surtout pour le fonds d’investissement sensé soutenir les entreprises par l’apport de fonds propres et éviter ainsi les faillites. La Fédération Nationale Automobile attend enfin d’être entendue sur le renforcement et la maîtrise des émissions polluantes en soutenant un entretien écologique du parc automobile.

Propositions

La FNA demande :
• L’application d’un taux de TVA réduit sur les pièces relevant de l’environnement ou de la sécurité, ainsi que sur la main d’oeuvre.
• Le référencement d’une liste de pièces et d’organes pouvant bénéficier de ce taux de TVA réduit, en lien avec les organisations professionnelles du secteur.
• La création d’un observatoire de marché permettant de s’assurer de la répercussion effective et intégrale de cette baisse de fiscalité au profit du consommateur.
• Le soutien aux démarches innovantes d’entretien écologique comme l’éco-entretien reposant sur un diagnostic thermodynamique du moteur et de ses émissions sur la base d’une analyse 5 gaz avec des préconisations de traitement.

2 modes de soutien

Ce soutien peut se traduire par :
• Un chèque « transition écologique” de 100 euros au profit des automobilistes,
• Une aide à l’acquisition d’un équipement éco-entretien pour l’ensemble des professionnels labellisés à cet effet.

partager cette actualité sur :

INFOS


e-Néo

ZA la Colonne 2

85260 LES BROUZILS


Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter