← Revenir aux actualités

Volkswagen lance sa production de batteries Rédigé par EMMANUEL MAUMON le 27 Sep 2019 à 00:00 0 commentaires

A l’instar de bon nombre de constructeurs européens, le Groupe Volkswagen est désormais engagé dans la production massive de véhicules électriques puisqu’il prévoit de lancer près de 70 nouveaux modèles électriques au cours des dix prochaines années. Or aujourd’hui, alors que la batterie représente près de 40% de la valeur d’une voiture électrique, la production de cellules de batteries est totalement dominée par des entreprises chinoises et coréennes. Volkswagen a décidé de s’affranchir en partie de cette dépendance et de s’approprier progressivement le savoir-faire dans ce domaine.
Dans la mise en place de cette politique, le groupe allemand a posé un premier jalon lundi en inaugurant, dans son centre d’excellence de Salzgitter en Basse-Saxe, une ligne pilote de production de cellules de batteries. Sur le même site, débutera l’an prochain la construction d’une giga-usine qui entrera en production à l’horizon 2023-2024. Une usine construite en partenariat avec le producteur suédois de batteries Northvolt.

Une ligne pilote pour développer des technologies innovantes

Avec sa ligne pilote destinée à la production de cellules de batteries en série limité, le Groupe Volkswagen veut poser les bases du développement, du test et de la production de technologies de cellules de batteries en Allemagne. Dans un premier temps la firme de Wolfsburg va investir plus de 100 millions pour étudier toutes les étapes de la production de cellules de batteries, de la production d’électrodes au conditionnement des cellules en passant par l’introduction d’électrolytes. Près de 300 experts participeront au développement et à l’expérimentation de technologies innovantes en matière de production de batteries.
Pour Stefan Sommer, membre du Directoire du Groupe en charge de l’Approvisionnement « Le regroupement du développement, du test et de l’expérimentation de la production de cellules de batteries à Salzgitter marque une nouvelle étape de l’offensive électrique du Groupe Volkswagen. En rassemblant tout le savoir-faire sur ce site, nous œuvrons à l’avancement de nos propres activités de développement de cellules de batteries en tant que composante clé de l’électrification, à l’établissement de nouvelles normes et à une évolution rapide vers la production en série ».

Une giga-usine en 2023-2024

Une production en série qui débutera en 2023-2024 sur le site de Salzgitter où le groupe va lancer dès l’an prochain la construction d’une giga-usine de 200 000 m2, représentant un investissement de 900 millions d’euros ainsi que la création de près de 700 emplois. Conçue avec une production annuelle initiale de 16 GWh, cette usine ne suffira pas à répondre à l’ensemble de la demande des différentes marques du groupe mais devrait leur permettre de couvrir à peu près un dixième de leurs besoins en Europe.
Le Groupe estime en effet ses besoins à plus de 150 GWh par en Europe et autant en Asie à partir de 2025. Si dans un premier temps les batteries produites à Salzgitter utiliseront la technologie classique lithium-ion, Volkswagen compte poursuivre ses recherches pour concevoir une batterie à électrolytes solides. Une technologie qui offre plus d’autonomie et un temps de charge raccourci. Dans leur projet d’Airbus des batteries, les pouvoirs publics européens misent d’ailleurs clairement sur cette nouvelle génération de batteries pour rattraper le retard technologique et industriel pris sur les pays asiatiques.

Un joint-venture avec Northvolt

Pour bâtir et exploiter cette giga-usine, Volkswagen s’appuiera sur un partenariat avec la firme suédoise Northvolt dans laquelle il a pris au préalable une participation de 20%. Un joint-venture à parts égales a été créé entre les deux entreprises. Fondée en 2016 pour favoriser la transition européenne vers un futur décarboné, Northvolt est un fournisseur de systèmes et de cellules de batteries durables et de haute qualité. Depuis sa création, l’entreprise a rapidement progressé dans sa mission qui consiste à produire la batterie lithium-ion la plus écologique au monde, assortie d’une empreinte minimale en CO2 et d’un taux de recyclage exceptionnel.
Ce partenariat avec Northvolt permettra au Groupe Volkswagen d’augmenter ses capacités de production de cellules de batteries, ce qui lui donnera la possibilité d’élargir notablement sa gamme de véhicules électriques. Il visera également à optimiser le processus de production de ces cellules en réduisant notamment l’utilisation de matières premières rares et en consolidant son savoir-faire en matière de recyclage des systèmes de batteries. Avec l’intégration du secteur d’activité des cellules de batteries, qui vient s’ajouter à ceux concernant la production de l’électronique de puissance, des moteurs électriques et des systèmes de batteries, Volkswagen a désormais l’ambition de devenir l’un des principaux fabricants mondiaux de composants destinés à l’électro-mobilité.

Le recyclage des batteries à l’étude

Outre l’ouverture de la ligne pilote de production de cellules de batteries, Volkswagen prévoit également en 2020, le démarrage d’une ligne pilote de recyclage des batteries. Pour que la mobilité électrique soit véritablement durable, la question du recyclage des batteries est essentielle et le constructeur allemand ne compte pas l’éluder. Il souhaite notamment développer la récupération de matières premières rares. A cet effet, les batteries en fin de vie seront réduites à l’état de poudre constituée de cobalt, de lithium, de nickel ou de manganèse qui pourront ensuite, une fois séparés, entrer dans la composition de nouvelles batteries. Volkswagen estime que 53% de ce qui constitue une batterie peut être recyclé aujourd’hui et compte atteindre jusqu’à 72% lorsque l’usine de Salzgitter aura atteint sa capacité de traitement maximale.
Le Groupe travaille également sur une autre façon de résoudre le problème en donnant une seconde vie aux batteries des véhicules électriques. La solution préconisée est de les utiliser pour développer des super-chargeurs. En effet si, au bout de 8 ou 10 ans, les batteries ne répondent plus aux exigences de performances d’une voiture électrique, elles peuvent encore fonctionner de 70 à 80% de leur capacité, ce qui est amplement suffisant pour alimenter des stations de recharge. Volkswagen se positionne sur ce créneau et a dévoilé récemment un chargeur rapide composé de batteries de seconde vie. Un super chargeur qui pourrait atteindre jusqu’à 360 kWh et recharger jusqu’à 4 véhicules simultanément.

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter