← Revenir aux actualités

Chambéry, Fougères : La route solaire Wattway s’allonge Rédigé par Philippe Schwoerer le 02 Juil 2018 à 00:00 0 commentaires

Où en est le développement du programme Wattway, qui s’appuie sur un revêtement routier photovoltaïque mis au point par Colas, en partenariat avec l’Institut national de l’énergie solaire, pour produire de l’électricité ? Sur son site, le groupe de BTP indique : « Avec 1 kilomètre de route équipée de dalles Wattway, on peut approvisionner l’éclairage public d’une ville de 5.000 habitants ». Depuis le premier tronçon inauguré par Ségolène Royal, – alors ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer -, à Tourouvre (61), fin 2016 : l’expérimentation se poursuit. Parmi les derniers sites équipés de plusieurs mètres carrés de dalles de route solaire : Technolac, près de Chambéry (73), et l’Ehpad de la Chesnardière, à Fougères (35). Auparavant, c’est à Utrecht, aux Pays-Bas, qu’une portion de la route N401 a été transformée avec l’objectif de participer à l’agenda énergétique de la province concernée. Pour rappel, l’intérêt majeur du programme Wattway est de produire de l’énergie électrique sans empiéter sur les surfaces agricoles ni les paysages naturels.

Wattway

Les portions transformées en route solaire, – toujours en mesure d’être empruntées par tous les types de véhicules -, doivent permettre de produire de l’électricité susceptible d’alimenter maisons, entreprises, éclairages publics, mobiliers urbains, et/ou bornes de recharges pour véhicules électriques et hybrides rechargeables. Si rapidement différents médias avaient mis en doute la pérennité du programme Wattway (Durabilité des matériaux dans le temps ? Résistance au trafic routier ? Efficacité du système du fait de la circulation et d’une inclinaison des panneaux qui ne sera jamais optimum ? Colle de maintien des dalles trop sensible à l’humidité ? Ratio rendement/coût plusieurs fois inférieur à celui d’une installation photovoltaïque en toiture ?), Colas avait fait savoir dans la foulée que des améliorations seraient apportées, et que, par exemple, en 2020, son système serait compétitif par rapport aux moyens classiques de produire de l’électricité via l’énergie du Soleil. Le planning établi en 2016, qui prévoyait pour 2017 une centaine de chantiers expérimentaux, a cependant dû être aménagé. Ce sont une trentaine de sites qui sont équipés à ce jour de la technologie Wattway, en France, mais aussi à l’étranger. Pour compléter la liste, Colas propose aux décideurs publics « de transformer l’espace urbain pour construire la ville de demain », et aux entrepreneurs « d’aménager les espaces de circulation et de stationnement afin de produire une énergie propre ».

Chambéry

C’est le 16 juin dernier qu’a été inauguré un tronçon Wattway composé de 68 m2 de dalles photovoltaïques, à Technolac, juste devant le bâtiment de l’Institut national de l’énergie solaire : tout un symbole ! Plus qu’ailleurs, et du fait que le programme du groupe Colas s’inscrit ici dans la dynamique d’ensemble « Zero Emission Valley », il s’agira de tester un panel plus large d’usages en exploitation de l’électricité produite par le système. Bien sûr, une borne de recharge pour véhicules électriques et hybrides rechargeables est classiquement reliée à la route solaire. La grande première, c’est d’associer l’ensemble à une station de production d’hydrogène Atawey déjà ouverte pour alimenter en énergie une flotte de 15 vélos Pragma à pile à combustible livrée fin 2017 sur le territoire de Chambéry Grand Lac Economie. La priorité sera donnée à l’une ou l’autre de ces infrastructures en fonction des besoins, avec un renvoi vers le réseau lorsqu’elles n’auront pas besoin de recevoir d’énergie.

Fougères

A Fougères, en Ille-et-Vilaine, un tronçon expérimental Wattway a été installé sur un site auquel on ne penserait pas forcément pour ce programme : le parking d’un Ehpad, celui de la Chesnardière, géré par l’association Anne-Boivent. De taille plus modeste, puisqu’il est composé de 31 m2 de dalles photovoltaïques. Ouvert depuis des dizaines d’années, l’établissement a fait place nette début 2016 pour accueillir de nouveaux bâtiments inaugurés il y a quelques mois. D’où une sensibilité aux technologies pouvant améliorer l’impact environnemental global du site. Selon Servanne Reslou, directrice qualité de l’association, interrogée par Ouest-France, cette installation est suffisante pour avoir permis de fournir en 3 jours l’énergie nécessaire pour effectuer « 5 allers-retours Fougères-Rennes en voiture électrique », soit 500 kilomètres au total. Sur ce territoire, il faudrait 4 kilomètres de route solaire Wattway pour alimenter tout l’éclairage public de la ville. Afin de répondre à la question de l’efficacité du système du fait de la circulation, Colas a profité de l’inauguration bretonne, lundi 25 juin dernier, pour rappeler que « les infrastructures routières ne sont utilisées que 10% du temps ». Le tronçon installé à l’entrée du domaine de la Chesnadière doit être suivi expérimentalement pendant 2 ans. Ouest-France a communiqué le coût des travaux : « 93.000 euros, financés à hauteur de 50% par l’Association Anne Boivent, 40% par les fonds européens Feder et 10% par la mairie de Fougères ». Les dalles alimentent l’éclairage du site, mais aussi le panneau d’affichage numérique qui indique, devant l’entrée du domaine, le volume d’énergie produit sur place par le dispositif Wattway.

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter