← Revenir aux actualités

De 2017 à 2018 : Les véhicules utilitaires légers électriques Rédigé par Philippe Schwoerer le 29 Déc 2017 à 00:00

Longtemps les acteurs de la mobilité électrique ont estimé que ce serait par les professionnels, en exploitant sur le terrain les véhicules branchés, que le marché se développerait. Ca n’a pas vraiment été le cas jusqu’à présent, même si de grandes entreprises, comme La Poste ou EDF, s’y sont investis considérablement, faisant émerger quelques modèles d’utilitaires électriques parmi d’autres. Il existe une multitude de petits constructeurs qui espèrent que leurs solutions seront retenues et développées. Nous ne pouvons hélas toutes les citer. Pourquoi ? En particulier parce que, contrairement au marché des voitures particulières électriques, la communication autour de ces engins se fait plus discrète. Autre difficulté : un même utilitaire apparaît et disparaît dans la même année, badgé sous des marques différentes. Voilà pourquoi le présent article va principalement évoquer les nouveautés des grands constructeurs : celles qui ont eu une réalité en 2017, et ce qui a été annoncé pour 2018, avec des glissements probables en 2019.

Les nouveaux VULE en 2017

Dans un marché qui cherche son public depuis plusieurs années, les constructeurs sont devenus frileux. De petites entreprises ont mis la clé sous la porte alors qu’elles proposaient des modèles d’utilitaires légers électriques particulièrement convaincants. Il en ressort qu’en 2017, il n’y a pas eu d’introduction réelle d’un nouvel engin de ce type en France effectuée par un grand groupe. Quelques exemplaires d’Electron II, – une transformation du Fiat Ducato par Gruau -, ont tout de même été immatriculés dans l’Hexagone, courant de la présente année qui s’achève. Les autres nouveautés ne sont que des améliorations, dont la première concerne aussi les voitures particulières électriques : l’augmentation de l’autonomie de la Renault Zoé, grâce au passage de la capacité du pack de batteries de 22 à 41 kWh. La version société bénéficie également d’un meilleur rayon d’action, qui grimpe d’environ 150 à un peu moins de 300 kilomètres réels. Poursuivant cette politique, le Losange a également fait évoluer son Kangoo Z.E., désormais équipé d’un pack de 33 kWh de capacité, pour une autonomie réelle qui passe d’environ 120 à plus de 180 kilomètres. La recharge rapide lui est toujours interdite, mais il a reçu un chargeur de 7 kW de puissance.

Nouveautés attendues pour 2018

Pour tourner la page d’une année trop timide avec les utilitaires électriques légers, 2018 devrait faire mieux. C’est à nouveau Renault qui pourrait en profiter avec l’arrivée du Master électrique, au départ annoncé pour la fin de l’année 2017. Ce nouvel engin, fabriqué en Lorraine et adapté du fourgon thermique existant, vise à répondre aux besoins de livraison du dernier kilomètre, ainsi qu’à ceux des grandes municipalités et collectivités locales. Il ne faudra pas en attendre davantage : le Master Z.E. va recevoir le pack 33 kWh développé par Renault et LG Chem pour le nouveau Kangoo. Un peu chiche, surtout associé au moteur de 57 kW de la Zoé. En comparaison, l’offre de Gruau propose dans son catalogue, avec un appareil de 70 kW, 3 capacités différentes de batteries : 38, 51 et 58 kWh. Il faudra être champion pour tirer 120-150 km d’un Master Z.E. rempli de colis ou marchandises ! Suffisant cependant pour certaines rotations dans des zones à circulation restreinte.

2 futurs concurrents pour le Master

C’est d’Allemagne, principalement, que la concurrence va surgir au détour du chemin que s’apprête à emprunter le Renault Master. Mais pas avant la fin des vacances estivales, ce qui laisse au Losange plusieurs mois pour imposer son modèle. Premier à débarquer, sans doute, le Vokswagen e-Crafter qui, lui, va disposer de la recharge rapide Combo (80% de la capacité retrouvée en 45 minutes). Rien que cet argument pourrait faire pencher la balance en sa faveur. La puissance de son moteur électrique est également plus salivante que ses 2 concurrents vus ci-dessus : 100 kW. En revanche, du côté de la batterie, c’est encore un peu flou, entre un pack annoncé à 35,8 kWh de capacité et un autre de 43 kWh. L’autonomie du e-Crafter ne sera donc pas bien plus élevée que celle du Master Z.E., pour une utilisation urbaine similaire, avec le pack le plus modeste. En revanche, si cet engin sort avec 43 kWh de capacité, il ajouterait un nouveau plus à sa liste des avantages. Du côté du Mercedes eVito, que l’on s’attend à voir circuler en France en fin d’année prochaine, il ne faudra pas compter sur plus de 160-175 kilomètres, – ce qui est déjà pas mal face à la concurrence. Sa chaîne de traction devrait être composée d’un moteur de 84 kW alimenté par une batterie de 41,4 kW de capacité. Si son volume utile de 6,6 m3 est globalement plus réduit que sur le e-Crafter (environ 11 m3) et le Master Z.E. (8 à 22 m3) qui offre de nombreuses configurations possibles, la charge utile dépassera la tonne pour les 3 modèles.

Davantage d’autonomie pour le Nissan e-NV200

Entre les Renault Kangoo et Master Z.E., la place est occupée par le Nissan e-NV200, proposant 700 kilos et 4,2 m3, respectivement de charge et volume utiles. Jusque-là, il était difficile d’en tirer plus de 140 kilomètres réels d’autonomie. En 2018, dans l’espoir de dynamiser les ventes de ce fourgon, le pack des batteries grimpera de 24 à 40 kWh de capacité. Cette opération lui permettrait de parcourir plus de 200 kilomètres sur une seule charge. En outre, alors qu’il disposait déjà d’un moteur de 80 kW, sa vivacité pourrait encore s’accroître s’il est confirmé que l’engin recevra bien le nouvel appareil de la Leaf, de 30 kW plus puissant. Et si 200 km d’autonomie n’était pas suffisants, rappelons que Symbio a annoncé au premier trimestre 2017 son intention d’équiper l’engin d’une pile hydrogène, pour environ 500 km de rayon d’action. A l’époque, la mise en production avec cette architecture était envisagée pour septembre 2018.

partager cette actualité sur :

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

LES UTILISATEURS TÉMOIGNENT – Christophe PDG d’Eccity Motocycles, écologiste affirmé & expert en VE et 2 roues
LES UTILISATEURS TÉMOIGNENT – Olivier ingénieur informatique chez SAP Labs France Mougins
Toutes les vidéos