← Revenir aux actualités

Le rétrofit des batteries de Zoé en France commenté par Renault Rédigé par Philippe Schwoerer le 05 Déc 2017 à 00:00 0 commentaires

Dans notre article intitulé « Renault Zoé : Rétrofit de la batterie possible très bientôt en France », et publié le 10 novembre dernier, nous annoncions la prochaine possibilité offerte par Renault de faire remplacer la batterie d’une capacité de 22 kWh des anciens modèles de Zoé par celle de 41 kWh qui équipe les nouveaux. Devant le silence du constructeur, la Toile s’était quelque peu émue, en des termes parfois peu élogieux. Renault a donc décidé de contacter les différents médias concernés pour expliciter sa démarche.

Carte grise à modifier

Pas de sélection selon profil ou ancienneté, l’upgrade de 22 à 41 kWh des batteries de traction des Renault Zoé est bien actuellement proposé en France, avec une première opération réalisée à la concession agréée Z.E. d’Orléans (45). « C’est le process administratif qui a pris plus de temps que prévu », commente le service de communication du Losange pour les sujets qui concernent la mobilité électrique. Face visible de cette formalité par les automobilistes : la carte grise doit être modifiée au niveau du champ D.2.1 qui correspond au code national d’identification du type (anciennement type mine), et du poids du véhicule, légèrement plus lourd, même si le pack lithium-ion conserve la même forme et le même volume.

Procédure ouverte

La proposition de rétrofit des batteries est ouverte à tous les propriétaires d’une Renault Zoé achetée neuve ou d’occasion. Elle ne concerne cependant pas ceux qui louent cette voiture. « Pour eux, le plus simple est d’échanger leur ancienne Zoé par une nouvelle », explique-t-on chez le constructeur. A noter que, contrairement à d’autres pays, en France, toutes les nouvelles citadines branchées du Losange sont désormais équipées du pack de 41 kWh de capacité. « Après avoir communiqué sur la possibilité d’upgrade, nous avions enregistré les demandes d’une centaine de propriétaires. Avec l’ouverture du service, nous avons recontacté chacun d’eux. A ce jour, une quarantaine ont déjà confirmé leur demande », chiffre le Losange qui assure qu’il est toujours possible d’en déposer une, via le concessionnaire Renault le plus proche, ou directement en appelant la plateforme de relation clientèle au 00 800 8736 2858.

228 points Renault habilités

Les propriétaires de Renault Zoé disposent en France de 228 point agréés susceptibles d’effectuer l’upgrade de la batterie ». L’opération a-t-elle un terme ? A cette question, elle nous répond : « Il est sûr que nous n’allons pas la maintenir 10 ans, mais, à ce jour, aucune date limite n’a été fixée. La proposition d’upgrade existera le temps qu’il y aura des demandes », nous est-il affirmé. « Le véhicule est conservé 2 ou 3 jours, afin de réaliser le remplacement qui ne prend que quelques heures, mais aussi les tests techniques », souligne notre interlocutrice.

Nouveau contrat

Un nouveau contrat pour la location de la batterie sera établi par la plateforme dédiée, qui ne débutera qu’une fois la voiture récupérée par le client. C’est la nouvelle grille tarifaire qui s’applique alors, simplifiée depuis le lancement de la Zoé 40 : elle s’étend de 69 à 119 euros TTC, respectivement pour 7.500 kilomètres annuels et la formule à usage illimité. A noter que tout kilomètre supplémentaire coûte 5 centimes d’euro. Quant à l’opération d’upgrade elle-même, – terme privilégié par Renault dans sa communication à l’externe -, elle est facturée 3.500 euros.

Bénéfique au marché de l’occasion

Comme nous l’indiquions dans notre précédent article sur le sujet, la revente sur le marché de l’occasion des Zoé qui auront bénéficié du rétrofit du pack lithium-ion sera facilitée, à un prix plus élevé. On peut même imaginer que, tant que l’opération d’upgrade sera ouverte, le montant du chèque à signer pour acquérir les Zoé les moins récentes devrait conserver un bon niveau. Ce qui est rassurant pour la clientèle branchée du Losange. « Nous n’avons pas encore beaucoup de recul sur le marché de l’occasion de la Zoé. Nous constatons cependant qu’il se porte très bien. Il y a moins de demandes en véhicules diesel. Le report sur les modèles à essence n’est pas systématique. Notre offre en Zoé d’occasion qui débute à 9.600 euros permet à plus d’automobilistes de découvrir et de s’intéresser à la voiture électrique. Elle constitue une bonne alternative au diesel à moins de 10.000 euros », assure le service de communication du Losange.

Et le Kangoo ?

Le Kangoo électrique connaît aussi, depuis quelques mois, le montage d’une nouvelle batterie de traction de meilleure capacité : 33 contre 22 kWh. Un rétrofit est-il prévu ? « Non, il n’y a quasiment pas de demande pour l’utilitaire électrique », s’empresse-t-on de répondre chez Renault. Si l’on croise les quelques dizaines de demandes confirmées pour l’upgrade de la batterie de traction de la Zoé, face à 80.000 ventes d’exemplaires neufs, on imagine assez aisément que dupliquer l’opération sur le Kangoo électrique ne rencontrerait vraisemblablement aucun succès. Après tout, nombre de ces véhicules, tous classés dans les utilitaires, y compris la version à 5 places, sont en location. Dans le cas contraire, ils figurent très majoritairement dans les comptes d’entreprises, soumis à un plan d’amortissement. Le renouvellement naturel des flottes des sociétés assurera l’arrivée des modèles à meilleure autonomie.

L’Avem et moi-même remercions le service de communication de Renault d’avoir fait la démarche de nous contacter pour expliquer les contours de l’offre d’upgrade des batteries de traction des Renault Zoé.

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter