← Revenir aux actualités

En 2024 les voitures électriques moins chères que les thermiques ? Rédigé par Philippe Schwoerer le 29 Nov 2016 à 00:00

Le Beuc, organisation européenne de consommateurs, affirme, dans une étude publiée hier, lundi 28 novembre 2016, qu’entre 2020 et 2030, les voitures économes en carburant seront beaucoup plus abordables… à condition que de nouvelles technologies soient mises sur le marché. Ce qui implique que l’Union européenne continue de fixer des objectifs contraignants de réduction des émissions de CO2. Par ailleurs, le prix des voitures électriques devrait beaucoup baisser, à tel point que l’association estime que sur une durée de 4 ans, à horizon 2024, leurs coûts à l’achat et à l’usage seraient identiques, voire inférieurs, à ceux des modèles classiques à motorisation thermique.

Nissan Leaf vs Opel Astra essence

Pour parvenir à chiffrer la différence de coûts à l’achat et à l’utilisation entre une voiture électrique et une thermique, le Beuc a choisi 2 modèles du segment C, c’est-à-dire les compactes. La technologie électrique est représentée par la Nissan Leaf, sa concurrente à essence est l’Opel Astra. En 2015, le coût global de possession sur 4 ans pèse 8% plus lourd sur la japonaise branchée : un frein pour les foyers à faible ou moyen revenu. En cause, souligne l’organisation, le poids financier de la fabrication des batteries, que plusieurs pays européens ont décidé de compenser en partie en octroyant des subventions à l’achat d’un véhicule électrique ou en baissant certaines taxes le concernant.

Entre 2020 et 2030 : …

Selon les estimations du Beuc, la différence de coût en défaveur d’un véhicule électrique face à son équivalent thermique devrait tomber à 4% en 2020, puis aux alentours de 1,5% en 2025, pour ne plus être que de 0,5% à la fin de cette décennie, soit approximativement 100 euros d’écart seulement. Entre temps, l’autonomie théorique d’une voiture branchée aura augmenté d’environ 120 kilomètres, passant de 200 à 320 km. L’organisation européenne de consommateurs estime que ce ne sont pas une centaine d’euros qui dissuaderont un automobiliste d’acquérir un VE. D’autant plus, comme le pointe l’association, qu’il suffirait de se passer d’une ou deux options, comme la peinture métallisée ou les sièges électriques, pour faire basculer l’avantage.

…2024 ?

Quelle que soit l’énergie utilisée pour faire avancer une voiture, électricité ou produit pétrolier, le coût global de possession sur 4 ans diminuera. La baisse profitera cependant davantage aux voitures électriques. Le Beuc s’attend même à ce que la bascule intervienne, non pas en 2030, mais plutôt en 2024. L’association précise toutefois ne pas avoir tenu compte de l’achat d’une station de recharge à installer au domicile. Là encore, le document publié hier prévoit une baisse du prix d’achat, qui s’inclinerait de 1.000 à 600 euros, grâce à une production en plus grand nombre. L’organisation envisage plusieurs scénarios qui font toujours la part belle aux engins thermiques, en dégageant 2 points principaux qui joueront plus ou moins en faveur du VE : un réseau de recharge jugé satisfaisant et/ou efficace, la disponibilité des modèles branchés dans tous les segments automobiles.

H2

L’association européenne de consommateurs a aussi envisagé le cas des voitures à hydrogène, dont le coût global de possession sur 4 ans baisserait considérablement d’aujourd’hui à 2030, notamment grâce à une deuxième génération de véhicules H2. Pas suffisamment cependant pour prendre l’avantage sur les modèles thermiques ou à batterie.

Appel aux décideurs politiques

L’étude du Beuc souligne que « les décideurs à tous les niveaux devraient reconnaître la relation entre réduction des émissions de CO2, efforts à l’échelle locale pour améliorer la qualité de l’air (zones urbaines réservées aux véhicules à faibles émissions, par exemple), et diminution de la dépendance au pétrole de l’Europe ».

partager cette actualité sur :

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

LES UTILISATEURS TÉMOIGNENT – Christophe PDG d’Eccity Motocycles, écologiste affirmé & expert en VE et 2 roues
LES UTILISATEURS TEMOIGNENT – Pascal, chauffeur de Taxi en Tesla Model 3 à Cagnes-sur-Mer
Toutes les vidéos