← Revenir aux actualités

Véhicules électriques : le groupe PSA met le cap sur le Québec Rédigé par Emmanuel Maumon le 01 Fév 2016 à 00:00 0 commentaires

En marge du Forum économique mondial qui s’est déroulé il y a quelques jours à Davos en Suisse, le groupe PSA Peugeot Citroën a signé avec le gouvernement du Québec un accord visant à la création d’une coentreprise spécialisée dans le développement de véhicules électriques. Pour que cette entité voie le jour sur le territoire de la « Belle Province » canadienne, le gouvernement québécois apportera 16 millions de dollars canadiens (environ 10 millions d’euros), 10 millions sous la forme d’une prise de participation via la structure Investissement Québec, accompagnée d’un prêt de 6 millions à la nouvelle entreprise qui compte également pour associés Hydro-Québec et la PME française Exagon Motors.

Les ambitions de PSA

Au sein de cette entreprise franco-québécoise, PSA Peugeot Citroën apportera son expertise sur l’intégration automobile des composants pour voitures électriques haute performance. Composants dont le groupe deviendrait le principal client pour une diffusion mondiale. Pour Carlos Tavares, le Président du Directoire de PSA, « cet accord avec Investissement Québec, Exagon Motors et Hydro-Québec démontre l’agilité de notre groupe à saisir toute les occasions qui contribuent à renforcer son avance technologique. Ce partenariat souligne également l’intérêt de notre entreprise pour le développement de composants pour véhicules hybrides et électriques de haute performance ». Des composants qui devraient tout naturellement se retrouver dans les futurs modèles électriques que le groupe PSA envisage de commercialiser d’ici à 2020, ainsi qu’il l’a annoncé au dernier salon de l’auto de Francfort en présentant le Peugeot Fractal, son concept-car 100% électrique.

Une création qui s’inscrit dans un vaste plan gouvernemental

La création de cette coentreprise n’est pas le fruit du hasard mais s’inscrit dans le cadre d’un vaste plan gouvernemental, intitulé « Propulser le Québec par l’électricité », portant sur la période 2015-2020 et doté de 420 millions de dollars canadiens. Un plan articulé autour de trois axes : favoriser les transports électriques, créer un environnement favorable pour les automobilistes et développer une filière industrielle autour de la mobilité électrique, notamment en attirant les investissements étrangers. Avec cette politique, le gouvernement entend faire du Québec un chef de file en matière de mobilité électrique et il estime que le soutien financier accordé à la structure formée par PSA, Exagon Motors et Hydro-Québec constitue un exemple probant de sa détermination à soutenir les entreprises qui misent sur l’innovation et la collaboration.

Une association avec Hydro-Québec

Le gouvernement québécois intervient également dans cette coentreprise par l’intermédiaire d’Hydro-Québec, le producteur et distributeur d’électricité dont il est l’unique actionnaire. Un fournisseur d’électricité qui exploite principalement des sources d’énergie renouvelables, essentiellement d’origine hydraulique vu la configuration de cet état canadien. Le développement de la mobilité électrique constitue l’une des priorités d’Hydro-Québec qui est très actif dans ce domaine, d’abord à travers la mise en place d’un réseau public de plus de 600 bornes de recharge. Hydro-Québec dispose également d’un institut de recherche, l’IREQ, qui travaille au développement de nouveaux matériaux pour les batteries, ainsi que d’une filiale, TM4, qui a pour mission de commercialiser les systèmes de motorisation électrique développés par l’IREQ. Hydro-Québec investit 4 millions de dollars canadiens dans l’opération et espère bien que l’association avec PSA permettra d’augmenter encore la qualité des produits de TM4 et de renforcer leur notoriété internationale.

Un partenariat avec Exagon Motors

Implantée au cœur du technopole de Magny-Cours, à proximité du circuit de Formule 1, Exagon Motors est le quatrième partenaire de la coentreprise franco-québécoise. Créée en 2004, la PME française est spécialisée dans l’étude, la simulation, la conception, le design et la fabrication de prototypes thermiques et électriques destinés à la compétition automobile comme les buggys utilisés lors du Trophée Andros électrique. Elle s’est aussi illustrée par le passé en développant la Furtive e-GT, une sportive 100% électrique. A l’origine de cet accord qui s’est initié dans ses locaux, Exagon Motors fera bénéficier la nouvelle entreprise de son expertise dans la mise en œuvre des chaînes de traction électrique et dans le développement de plateformes technologiques innovantes. Son PDG, Luc Marchetti, se réjouit de « ce partenariat unique qui nous permettra de proposer une technologie qui réconcilie performance et environnement, et où le plaisir et la passion pour l’automobile seront présents ».

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Mobilité électrique et Smart Grid – Retour d’expérience SAP
Vidéo de présentation de K-Motors
Toutes les vidéos