← Revenir aux actualités

Chago Wall par Ensto : De la pub pour financer les bornes de recharge Rédigé par Philippe Schwoerer le 08 Déc 2015 à 00:00

Installer des bornes coûte cher. Les responsables des réseaux en place et à venir cherchent l’équation la plus parfaite qui leur permettra d’assurer un service rentable, et satisfaisant pour les électromobiliens traversant les territoires concernés ou y résidant. Ensto se prépare à présenter officiellement Chago Wall (voir vidéo ci-contre, à droite). Plus qu’une borne, c’est un concept qui devrait séduire nombre d’entreprises et collectivités publiques, et surtout les régies publicitaires, premières concernées par le scénario imaginé par l’entreprise installée à une vingtaine de kilomètres de Perpignan.

Qui doit payer le déploiement des bornes ?

Parler d’argent, en France, est souvent vécu sur le mode du tabou. Le déploiement des bornes de recharge pour véhicules électriques et hybrides rechargeables n’échappe pas à cette règle. Les collectivités sont appelées à installer ce type d’infrastructures sur leurs territoires avec l’aide de l’Ademe. Beaucoup reculent encore devant le budget à réserver à cette opération. Des acteurs privés ont emboîté le pas, voire même créé le mouvement en amont, ici ou là. Mais à un moment ou un autre de l’étude préliminaire aux implantations, se pose obligatoirement la question du financement, et en particulier de la gratuité ou non du service. Une gratuité qui peut n’être que temporaire, le temps de faire apprécier le maillage et de convaincre les utilisateurs de contribuer à la prise en charge des coût d’agencement et d’exploitation.

Chago Wall

Chago Wall est avant tout un modèle économique imaginé pour dispenser les électromobiliens et les collectivités du paiement des réseaux de recharge pour véhicules électriques et hybrides rechargeables. Avec lui, les coûts d’installation et de maintenance sont financés par la publicité. Il ne s’agit pas d’affiches en papier glacé placées derrière une protection transparente, mais d’un véritable écran numérique de 55 pouces (139,7 cm) qui peut diffuser des images statiques ou des films promotionnels. Directeur Marketing et Communications pour Ensto France, Laurent Prades précise : « Dans certaines communes existent des contraintes qui empêchent d’exploiter des séquences animées ». Ainsi pour des raisons de sécurité, par exemple, afin de ne pas attirer l’attention des automobilistes. Mais aussi pour lutter contre une certaine forme de pollution visuelle.

L’Ame66

Mercredi dernier, 2 décembre 2015, Ensto a présenté sa solution Chago Wall à quelques acteurs du Pôle économique Saint-Charles (PESC), situé au sud de Perpignan. Robert Morandeira, alias Bob66, fondateur et président de L’Ame66, une association qui milite pour le développement de la mobilité électrique dans les Pyrénées-Orientales, était dans l’assemblée. Par un rapide appel téléphonique, il nous expliquait comment il avait été séduit par le concept, lui trouvant un intérêt majeur pour soutenir le déploiement des infrastructures de ravitaillement dédiées aux véhicules branchés. Le temps de prendre la pause pour une photo réalisée chez Ensto, à côté de la borne équipée de 4 prises, une de 22 kW et une autre de 3 kW de chaque côté, et voilà que l’écran numérique diffuse une image en l’honneur de son association. Je remercie d’ailleurs, au nom de l’Avem, Robert Morandeira, qui nous a communiqué ses photos et nous a autorisés à les utiliser pour illustrer le présent article.

PESC

La borne particulièrement design, à côté de laquelle pose Bob66, devrait être officiellement installée et inaugurée en janvier prochain. C’est la régie France Com qui a pris en charge le projet de l’installer au sein du Pôle Saint-Charles, une zone d’activités économiques qui rassemble pas moins de 700 entreprises. Un contrat pour une concession de 5 ans a été signé à cette occasion entre les différentes parties directement concernées. En fouillant un peu sur le Net, on trouve les modalités de vente de l’espace publicitaire encapsulé dans la structure de la borne : 1.800 euros HT par an, pour l’affichage d’une image fixe à raison de 5 secondes par heure. Pour activer le processus, une offre de lancement à prix cassé est proposée à 200 euros HT jusqu’au 24 décembre 2015, incluant les frais techniques de création.

Sieil

Un deuxième exemplaire du package Chago Wall a été vendu au Syndicat intercommunal d’Energie d’Indre-et-Loire, auquel Ensto a déjà fourni 300 bornes de recharge pour voitures électriques et hybrides rechargeables. Toutes ces opérations constituent autant de vitrines du savoir-faire de l’entreprise en matière de solutions dédiées à l’électromobilité. Il est probable que le concept Chago Wall séduise un nombre grandissant de gestionnaires de réseaux branchés, mais aussi d’entreprises qui y verront une excellente opportunité pour véhiculer des messages le plus souvent zappés par les piétons et automobilistes. Ces derniers, lorsqu’ils disposent d’un engin dont les batteries auront besoin d’être rechargées, auront sans doute plus de temps et de disposition pour découvrir les séquences publicitaires programmées.

Architecture évolutive

L’infrastructure associée au concept Chago Wall est évolutive. Déjà, bien sûr, au niveau du nombre et des modèles de connecteurs fixés sur le corps du matériel. Mais aussi en formant une véritable station multi-services, qui pourra, par exemple, inclure une ombrière à vélo munie de panneaux photovoltaïques pour faire le plein des batteries équipant les modèles à assistance électrique.

partager cette actualité sur :

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

LES UTILISATEURS TÉMOIGNENT – Témoignage de Stéphane SEMERIA, Président de Ffauve
Interview Avem de Stéphane SEMERIA, Président de Ffauve
Toutes les vidéos