← Revenir aux actualités

Renault Eolab « ZE Drive » – La voiture hybride rechargeable à 1l/100 km Rédigé par le 17 Sep 2014 à 00:00 0 commentaires

A deux semaines du Mondial de l’Automobile, Renault révèle l’Eolab, un concept de voiture ultra-basse consommation annonçant une consommation moyenne de 1 l/100 km, soit 22 g CO2/km. Un prototype, animé par la nouvelle motorisation hybride rechargeable « ZE Hybrid », qui préfigure les orientations futures du constructeur d’ici à 2020…

Véritable vitrine technologie du constructeur, l’Eolab n’est autre que la réponse de Renault au plan de la « Nouvelle France Industrielle » pour le développement d’une voiture consommation moins de 2 litres aux 100 km. Un modèle ultra-efficient dont les performances reposent sur trois principaux piliers : l’aérodynamique et la motorisation hybride rechargeable « ZE Hybrid ».

Un gain de poids de 400 kg

Basé sur la plateforme d’une Clio IV, l’Eolab est parvenu à réduire son poids de 400 kg par rapport à la Clio avec une masse totale de 955 kg. Pour ce faire, les ingénieurs du constructeur ont du recourir à de nouveaux matériaux, tant sur le châssis et la chaîne de traction que pour la carrosserie ou les équipements. Un véritable défi pour les équipes de Renault qui devaient également trouver des solutions économiquement viables pour une éventuelle industrialisation.

« On peut toujours alléger en y mettant le prix, mais ce serait contraire à la philosophie de Renault. Notre stratégie consiste à alléger pour tout le monde, ce qui nous impose de ne retenir que des solutions économiques, accessibles pour nos clients. Cette approche peut se résumer en quelques mots : mettre le bon matériau au bon endroit » souligne Laurent Taupin, le chef de Projet EOLAB.

La caisse de l’Eolab combine ainsi des éléments en acier, aluminium, magnésium et composite plastique, alors que la plupart des voitures actuelles sont mono-matériau. De façon générale, l’usage de l’aluminium, plus léger et tout autant résistant que l’acier, a été privilégié par le constructeur lors de la conception du véhicule.

Une aérodynamique améliorée de 30 %

Avec un SCx de 0,470 m2(S = 2,00 m2 et Cx = 0,235), l’Eolab affiche une amélioration de 30% par rapport à une Clio IV. « Cette amélioration de la traînée amène une réduction très sensible sur la consommation à haute vitesse : à 130km/h en stabilisé, cela représente en effet une baisse de la consommation de 1,2l/100km par rapport au véhicule de référence » souligne le communiqué du constructeur.

Pour améliorer cette aérodynamique, le constructeur a travaillé sur plusieurs axes comme la mise en place d’une suspension « pilotée », celle-ci s’abaissant automatiquement de 25 mm pour limiter le passage de l’air sous la voiture.

Renault a également travaillé avec Michelin pour développer des pneus très étroits, de 145 mm, à comparer aux 185 mm de la plus petite des Clio IV. La résistance au roulement de ces nouveaux pneus est ainsi réduite de 15%.

60 km d’autonomie avec la technologie « ZE Hybrid »

Totalement inédite, la technologie hybride rechargeable essence/électrique « ZE Hybrid » fait ses débuts à bord de l’Eolab.

Concrètement, elle se compose d’un petit moteur 3 cylindres essence de 999 cm3, développant une puissance de 57kW (75ch) et un couple de 95Nm, associé à un moteur électrique, situé dans le logement de l’embrayage, capable de fournir 50 kW de puissance et 200 Nm de couple.

Volontairement réduite pour minimiser le poids du véhicule, la batterie lithium-ion affiche une capacité de 6.7 kWh, soit près de 4 fois moins que celle qui équipe la Renault Zoé. Conçue en partenariat avec le CEA, elle annonce 60 kilomètres d’autonomie.

Mode « semaine » ou « week-end »

A l’usage, le conducteur peut choisir parmi deux modes de conduite :

Un mode semaine, qui privilégie au maximum la traction électrique sur les trajets quotidiens, du type domicile-travail.

Ce mode privilégie l’usage « Zéro Emission » et le démarrage de la voiture se fait toujours avec le moteur électrique. Le premier rapport permet de rouler en électrique jusqu’à 60/70 km/h. Au-delà, le système passe automatiquement sur le second rapport – toujours en électrique – jusqu’à 120 km/h. Au-delà, le démarrage et le couplage au moteur thermique est automatique avec le basculement en mode hybride avec l’aide du 3ème rapport.

Un mode week-end, qui mixe les deux modes de propulsion, pour offrir davantage d’autonomie, et couvrir des distances plus longues.

Ici encore, le démarrage se fait toujours avec le moteur électrique, mais cette fois, le moteur thermique se met en route à basse vitesse. A partir de là, les deux propulsions agissent de concert, ce qui permet bien sûr de consommer moins, mais aussi de bénéficier d’un vrai gain de puissance, grâce à l’association d’un moteur thermique de 57 kW (75ch) et d’un moteur électrique de 40 kW. En usage mixte, le constructeur annonce une consommation moyenne de 1l/100 km, soit l’équivalent de 22 g CO2/km selon le cycle NEDC.

Une technologie abordable, commercialisable avant 2020

Pour Renault, la technologie « ZE Hybrid » se veut beaucoup plus abordable que les solutions existantes et pourrait intégrer certains modèles de sa gamme avant 2020.

« Aujourd’hui, la plupart des hybrides du marché sont des véhicules des segments supérieurs, qui affichent des prix de vente supérieurs à 40 000€. Les solutions adoptées sur EOLAB sont beaucoup plus économiques, et permettent d’envisager une diffusion de l’hybride aux petites voitures, sur une échelle beaucoup plus large. Notre objectif est bien de réaliser une voiture à deux moteurs au prix d’un seul moteur » souligne Jean-Pierre Fouquet, chef de projet Innovation Z.E. Hybrid.

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter