← Revenir aux actualités

Essai de la Toyota Yaris hybride Rédigé par le 31 Juil 2012 à 00:00 0 commentaires

Traduisant la volonté du constructeur de décliner l’ensemble de sa gamme en motorisation hybride, la Toyota Yaris HSD est disponible depuis quelques semaines et vient concurrencer la Honda Jazz Hybride jusqu’ici seule hybride du segment B du marché.

Comme le reste de sa gamme hybride, Toyota a choisi de marier motorisation essence et électrique. La Yaris hybride est ainsi dotée de le motorisation de la Prius II revue et améliorée et combine un moteur 1.5 l de 74 ch à un moteur électrique de 80 ch pour une puissance totale cumulée de 100 ch. La Yaris hybride est donc moins puissante que ses grandes sœur, la Prius et l’Auris HSD, qui affichent une puissance totale de 136 chevaux mais il faut également préciser qu’elle est plus légère (1085 kg contre 1380 kg pour une Auris HSD).

Habilement placées sous les sièges arrière, le pack batteries Ni-Mh ne vient pas empiéter sur l’habitabilité du véhicule et la Yaris hybride conserve un volume de chargement de 286 litres, identique à celui de ses consœurs thermiques.

Côté design, l’affichage hybride est plutôt sobre. A l’extérieur, la citadine adopte ainsi les codes du reste de la gamme hybride Toyota : calandre légèrement modifiée, logo bleuté et feux diurnes à LED. Idem à l’intérieur où elle se différencie par une instrumentation spécifique, un levier de vitesse bleuté et un écran affichant les différents flux d’énergie.

Consommation et comportement routier

Comme le reste de la gamme hybride du constructeur, la Yaris hybride propose différents modes de conduite dont un mode « EV » pour rouler en 100 % électrique sur une distance maximale de 2 km, un mode « Eco » pour favoriser l’économie d’énergie et un mode « Charge » pour renforcer la puissance du frein moteur et récupérer davantage d’énergie lors des phases de descente ou de décélérations. Au démarrage, la Yaris fonctionne d’office en mode électrique et ce jusqu’à 50 km/h si la capacité batterie est suffisante et si le conducteur n’appuie pas trop fort sur l’accélérateur.

Encore une fois, il est essentiel d’adopter une conduite souple et de favoriser l’usage du mode « Eco » pour obtenir une consommation minimale. Selon le cycle normalisé NEDC, la Yaris hybride revendique une consommation moyenne de 3.5 l/100 km et nous sommes parvenus à une moyenne correcte de 4.5 l/100 km lors de notre essai.

Sur la route, les 100 chevaux de la Yaris hybride offrent suffisamment de puissance pour un usage citadin mais sont beaucoup moins à l’aise sur autoroute ou voie rapide où des accélérations plus franches peuvent être nécessaires. Dans ce cas, le moteur a tendance à rugir et à s’emballer…

L’hybride au prix du Diesel

Le point fort de la Yaris hybride est surtout économique puisqu’elle est capable, grâce au bonus écologique, de rivaliser avec une Yaris à motorisation diesel.

Ainsi, la Toyota Yaris hybride est vendue à partir de 18.500 € TTC et passe à 16.500 € TTC une fois le bonus écologique déduit. Un montant à comparer aux 15.750 € TTC de la version Diesel 100 chevaux.

Et sur une hypothèse de 4 ans et 60.000 km parcourus, l’écart est quasi inexistant et joue même en faveur de l’hybride si on inclut la TVS comme le révèle notre calcul économique ci-dessous.

A souligner également le très bon niveau d’équipements du véhicule qui, dès la première des deux finitions, dispose de commandes audio et Bluetooth au volant, d’une climatisation automatique bi-zone ou encore du système multimédia embarqué Toyota Touch qui offre de très bonne indications quant aux consommations moyennes réalisées et au fonctionnement du système hybride.

Emissions de CO2 record !

Sur le plan environnemental, avec des émissions de seulement 79 g/km contre 103 g pour la version diesel, la Yaris hybride permet d’économiser près d’1.5 tonnes de CO2 sur une période de 4 ans et 60.000 km parcourus.

Pour conclure

Très attendue, la Yaris hybride devrait largement contribuer à populariser le véhicule hybride en France et notamment auprès des particuliers. Agréable à conduire et totalement adaptée à un usage citadin, elle est surtout économiquement compétitive face aux modèles thermiques. Et à l’heure où le récent plan de soutien à la filière automobile cherche à promouvoir le « made in France », il est bon de rappeler que la Yaris hybride est fabriquée à Valenciennes, sur les mêmes lignes de production que les versions purement thermiques.

Seul bémol : la Yaris hybride semble être victime de son succès et le constructeur annonce plusieurs mois d’attente pour en obtenir la livraison…

Merci à la concession Toyota Ellipse Antibes pour la mise à disposition du véhicule

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Présentation de Stations-e lors du Printemps des territoires 2021
Pink Style 50 cc et Pink Style Plus 125 cc
Toutes les vidéos