← Revenir aux actualités

Essai du Kosmob : Nouveau deux roues écolo Rédigé par le 13 Août 2008 à 00:00 0 commentaires

Après avoir dévoilé mes premières impressions de l’e-max 90s il y a quelques semaines, je vous propose à présent de découvrir un nouvel engin qui vient de sortir en France : le Kosmob !

Présenté pour la première fois lors du salon EVER à Monaco fin mars, le Kosmob est un petit cyclomoteur à propulsion électrique distribué en France par la société Monegasque B. Power.

Les caractéristiques du Kosmob sont les suivantes : moteur brushless de 500W, batteries plomb-gel 48V 14Ah, autonomie annoncée de 40 km et vitesse maximale de 40 km/h. En terme de coût, le Kosmob s’affiche au même prix que le e-solex : 1150 € TTC soit moins cher que certains vélos électriques haut de gamme.

J’ai donc réalisé une série d’essais afin de vous faire partager l’avis de l’association sur ce nouvel engin.

Test d’autonomie

Mon premier essai a consisté à vérifier l’autonomie de l’engin sur un trajet relativement plat. Le Kosmob n’étant pas équipé de compteur kilométrique, le relevé a été effectué grâce à un GPS. Il faut savoir que le Kosmob dispose de deux modes de roulage : un mode Eco qui bride le cyclo à 25/27 km/h et un mode normal qui permet d’atteindre les 40 km/h.

Pour cet essai, j’ai alterné les deux modes : démarrage en mode Eco puis passage en mode normal pour atteindre la vitesse maximale. Dès le départ, je suis étonné par le couple de l’engin, et ce même en mode Eco. Je démarre très bien sans « me traîner » au feux rouges et aux ronds point. Je me faufile également parfaitement dans le trafic car le Kosmob, qui ne pèse que 55 kg sur la balance, est ultra maniable. Vraiment à l’aise sur l’engin, je me suis même aventuré sur une voie rapide (limité à 70 km/h) et je ne me suis pas senti en danger sur la voie en roulant à 40 km/h. Par contre, il n’y a pas de clignotants, ce qui est gênant pour indiquer ma direction.

Au bout de 20 km parcourus, je sens que les batteries commencent à faiblir et la jauge approcher du rouge. 5 km plus tard, le moteur commence à avoir des coupures intempestives et je décide d’arrêter ce premier essai. Mon autonomie a donc été de 25 km au total. On est loin des 40 km annoncés mais il faut dire que l’engin est assez nerveux au démarrage ce qui engendre une consommation supplémentaire des batteries. Je pèse également près de 85 kg, cette autonomie augmentera donc pour les plus petits gabarits.

La mise en charge

Sur le Kosmob, il y a deux solutions pour mettre la batterie en charge :

– en laissant la batterie sous la selle et en la raccordant à la prise électrique via le chargeur qui, lui aussi, peut être placé sous la selle.

– en retirant la batterie pour la monter chez soi. C’est un gros avantage pour l’engin et pour tous les utilisateurs qui vivent en appartement sans accès à une prise électrique sur la voirie ou dans leur garage. Par contre, il ne faut pas aller bien loin puisque la batterie plomb pèse tout de même 18 kg !!!! Autre avantage, celui de pouvoir bénéficier de plusieurs packs batteries facilement interchangeables…

Le franchissement en côtes

A mon sens, le Kosmob n’est vraiment pas fait pour parcourir des routes de montagne mais il est néanmoins intéressant de savoir s’il est capable de franchir certaines côtes.

Sur des côtes moyennes (15%), le Kosmob se comporte très bien et les franchit sans difficultés à une vitesse de 25/30 km/h. Pas de problème non plus pour redémarrer en milieu de côte.

Par contre, sur les côtes plus marquées (>17%), qui restent assez rares, le passage est déjà plus difficile. Le scooter monte à 10/12 km/h en moyenne sans pédaler et avec « élan ». Par contre impossible de redémarrer dans la côte avec la seule « force » du moteur, le pédalage s’impose.

Kosmob VS e-Solex

Puisque le Kosmob a des performances similaires à celle de l’e-Solex, je n’ai pas pu résisté à l’envie de réaliser un petit comparatif entre les deux engins. Je me suis donc fait prêter un e-solex, et son chauffeur, pour une séance d’essais.

Vitesse maximale : le Kosmob, de part ses caractéristiques, va plus vite que l’e-solex (40km/h contre 35)

Freins : Equipé de freins à disque avant et arrière, l’e-solex freine tout de même beaucoup mieux que le Kosmob équipé de freins tambours

Franchissement en côte : Pour le e-Solex, c’est la paté ! Là où mon concurrent doit pédaler pour gravir la côte, je monte tranquillement sur le Kosmob. Cette différence s’explique par un moteur plus puissant pour le Kosmob.

Le pédalage : Si vous devez pédaler, l’e-Solex est plus confortable et plus maniable. Le Kosmob est beaucoup plus dur à diriger et pour moi qui suis grand, j’avais tendance à avoir les « genoux dans les dents ».

L’autonomie : Pris par le temps, je n’ai pas pu faire de comparatif d’autonomie.

Places assises : Le Kosmob dispose de deux places assises contre une pour l’e-Solex

Pour conclure…

J’ai été vraiment bluffé par l’essai de cet engin. Le Kosmob n’est pas seulement un gadget, c’est une vraie solution pour circuler en ville !

25 km d’autonomie ! Certains trouveront cela insuffisant. Pour autant le Kosmob n’est pas destiné aux grands parcours et sa meilleure application reste urbaine. Néanmoins sachez que d’autres types de batteries pourraient être prochainement proposées en option (lithium ou Ni-Mh).

Puissant, pratique, maniable et surtout pas cher, le Kosmob a de sérieux atouts et pourrait bien venir concurrencer l’e-Solex mais ceci à condition que B Power, importateur du produit, arrive à construire son réseau de revendeurs pour notamment assurer le SAV à travers la France entière…

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Vidéo de présentation de K-Motors
LES UTILISATEURS TÉMOIGNENT – Matthieu, ingénieur, utilise quotidiennement les scooters d’Eccity Motocycles.
Toutes les vidéos