Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 29/06/2015 à par Philippe Schwoerer - Lu 6320 fois - 12 commentaires


Week-end familial en Nissan e-NV200


Essayer un véhicule électrique impose d’évaluer ses performances en fonction de l’utilisation que l’on peut faire de l’engin. Sur la base de sa camionnette NV200 thermique, Nissan propose depuis environ un an un ludospace, baptisé « Evalia », que l’on voit encore finalement assez peu sur nos routes. Quasiment sans équivalent, sauf à le mettre en concurrence avec le Kangoo ZE de Renault, nous avons voulu évaluer si cet engin est véritablement taillé pour vivre de bons moments en famille. Retour d’un périple d’environ 1.000 kilomètres en 3 jours à travers la Bretagne et la Vendée, depuis le nord des Côtes-d’Armor, avec quatre personnes à bord, dont 2 ados, et les bagages pour tout le monde. Soit 275 kilos embarqués, environ.



Un itinéraire balisé par les bornes de recharge

Si nous avons choisi Fontenay-le-Comte (85) comme destination de notre périple familial avec le Nissan e-NV200, c’est en particulier pour rencontrer un hôtelier qui propose à ses clients la recharge gratuite de leurs véhicules électriques. Nous souhaitions également nous faire une idée de l’efficacité du maillage en bornes sur les territoires du Morbihan et de la Vendée. En partant vendredi 26 juin au matin, nous ne pensions pas que le séjour nous permettrait de vivre tous les cas de figures que nous avons rencontrés. La première difficulté a été de composer avec deux points de recharge CHAdeMO hors service depuis des mois : Ploërmel, qui dépend de Morbihan énergies, et Grand-Fougeray (35), sur le parking du magasin U Express.



130 kilomètres à parcourir

Afin d’arriver au plus vite en Vendée, nous avions choisi de faire une première étape à Arzal (56), à environ 130 kilomètres de notre point de départ qui se situait dans les environs de Dinan (22). Avec une autonomie de 170 km annoncée par le constructeur, même revue à la baisse de 15% pour nous réserver une marge de sécurité, ça devait passer ! Après la recharge nocturne, le e-NV200 annonçait 134 km, basés sur mes performances de la veille, en le ramenant de la concession Nissan de Saint-Brieuc qui nous l’a prêté. Il affichait alors 121 km, résultant d’un usage répété sur voies rapides. Mais plus nous approchions de Ploërmel, où nous savions que nous ne pourrions pas utiliser la borne rapide, et plus les quelques kilomètres d’autonomie que nous avions gagnés dans les 30 premières minutes s’évanouissaient. Notre marge de sécurité ne tenait plus que sur les cinq doigts d’une main. Cinq giratoires, deux ou trois dépassements de tracteurs, et nous risquions de ne pas pouvoir atteindre notre première étape ! D’autant plus que nous ne connaissions pas encore les bons gestes à avoir pour inverser la tendance sur un véhicule plus lourd et moins aérodynamique que ceux que nous avons en main au quotidien. Par chance, Madame souhaitait passer au retour par La Gacilly pour découvrir les photos du festival qui s’y tient actuellement.



Charge lente

En consultant, la veille de notre départ, le site ChargeMap, nous avions retenu que nous pourrions recharger chez Yves Rocher, sur le parking de la Croix des Archers, à condition d’être client. Et puisque nous avons la carte de fidélité en poche pour les produits commercialisés par cette entreprise, nous pensions faire, à La Gacilly, d’une pierre plusieurs coups : un peu de tourisme culturel avec le festival photo, un petit peu de shopping en visitant le magasin d’usine, et régénérer suffisamment les batteries du e-NV200 pour arriver enfin à Arzal. Pour ce dernier point, Madame avait contacté la boutique Yves Rocher pour s’assurer du bon fonctionnement de la borne. Nous avions reçu un accord de principe à faire valider plus tard dans la journée par téléphone ou sur place en arrivant. Mais devant le bâtiment de la Croix des Archers, ça a été beaucoup moins évident. Un responsable du site nous a indiqué que les bornes étaient réservées à un usage interne. Après un petit temps de flottement et d’explication, nous avons pu malgré tout recharger sur la prise domestique de l’installation, pendant environ cinq heures : largement de quoi poursuivre notre voyage tout en profitant, à notre rythme, des points d’intérêt de la ville morbihannaise.



Le e-NV200 étonne sur son passage

C’est devant le point de recharge privé du parking Yves Rocher que nous avons rencontré la première personne à s’étonner qu’il existe un ludospace de ce genre en version électrique. A tel point qu’elle a sorti son mobile pour prendre l’engin en photo. La deuxième du genre, nous l’avons rencontrée sur le parking Auchan de Trignac, près de Saint-Nazaire (44). En cinq heures de recharge, il n’était plus nécessaire pour nous d’aller à Arzal. Voilà pourquoi nous nous sommes retrouvés devant ce supermarché de Loire-Atlantique, attendant que la Leaf déjà connectée libère la borne. Nous avons pu converser avec sa propriétaire qui s’est intéressée à L’Evalia. Nous n’avons finalement pas pu nous restaurer sur place, puisque le temps de la conversation et d’une rapide visite de la galerie marchande, les batteries étaient rechargées à 93%. C’était la première utilisation de notre KiWhi Pass personnel ! Avant d’arriver à Fontenay-le-Comte, nous l’avons utilisé 2 nouvelles fois, en Vendée cette fois-ci, pour autoriser de courtes recharges à Challans et La Roche-sur-Yon, le temps de manger un sandwich à la première borne rapide du SyDEV, et un dessert à la seconde, soit à peine 10 minutes pour juste s’assurer de parvenir à notre destination finale en milieu de soirée. Là encore, quelques automobilistes ont montré leur surprise de voir un Evalia branché !



Le e-NV200 : un bon routier !

Alors que le début de notre périple nous laissait un peu douter des capacités du e-NV200 à filer sur les nationales, la suite du parcours nous a montré un autre visage de l’engin. Finalement pas plus sensible qu’un autre au vent latéral, le ludospace nous a prouvé qu’à 90-105 km/h sur les voies rapides, il pouvait se révéler plutôt sobre, à condition d’accompagner le profil de la route d’un appui adéquat sur l’accélérateur. A peine plus lourd sur la pédale pour avaler les côtes légères, un filet d’énergie sur le plat, et même un peu de régénération en descentes. Le lendemain, l’autonomie, évaluée sur les 20 derniers kilomètres parcourus par le véhicule, s’élevait à 144. Confortable pour tous ses passagers, l’Evalia ne peut cacher la base sur laquelle il a été conçu : il est suspendu comme une camionnette d’aujourd’hui. C’est-à-dire qu’il avale la route en ménageant la fatigue de ses occupants, avec un mouvement de la suspension avant propre aux utilitaires, plus particulièrement perceptible par le conducteur. Il était un peu plus de 22 heures lorsque nous sommes arrivés à destination, après environ 350 kilomètres de routes diverses, et de nombreuses heures à jouer les touristes et ambassadeurs de la mobilité électrique.



Legrand nous accueille au Rabelais

A l’hôtel Le Rabelais de Fontenay-le-Comte, deux stations de recharge ont été installées. Dans un parking couvert, ancien atelier de carrosserie, trône une Wallbox de 3 kW signée Legrand, équipée d’une prise de type 3 qui favorise les Zoé, et d’une Green Up qui nous permettra de faire le plein de la batterie de l’Evalia en une dizaine d’heures. De l’autre côté de l’établissement, à l’extérieur, un matériel similaire, à 2 différences principales près : son implantation sur un pied revêtu de bois, et sa puissance doublée, soit 32 ampères. L’ombre de Pascal Houssard, directeur général du SyDEV, plane encore sur cette réalisation. Nous avons rencontré et interrogé Frédéric Beuchillot qui gère l’hôtel. Nous devrions restituer ses propos dans quelques jours, concernant son projet global en faveur de la mobilité durable, qui se conjugue à l’électrique et au multimodal.



Tourisme

Samedi, l’Evalia s’est montré plutôt convaincant pour faire un peu de tourisme, surtout sous des rayons du Soleil particulièrement chauffants. Par son vaste volume intérieur, ses vitres légèrement athermiques plus particulièrement à l’arrière, et sa couleur claire, l’engin a fait barrière à la chaleur sans qu’il soit nécessaire d’utiliser la climatisation, ni même la ventilation. Une ouverture d’environ 10 centimètres, voire moins, des 2 vitres des portes avant, était suffisante la plupart du temps. Notre e-NV200 de prêt nous a conduit jusqu’au Zoo de Mervent, pour satisfaire la curiosité zoologique de l’ado version demoiselle, puis à Vouvant pour tourner quelques pages d’histoire de la Vendée, avant de découvrir les petites routes du territoire. L’Evalia amène régulièrement à lui les curieux que nous avons renseignés sur la mobilité électrique… et sur l’existence de médias Web dédiés, dont l’Avem.



Un maillage plutôt rassurant en Vendée…

Entre Fontenay et Challans, l’Evalia a avalé sans problème les 106 kilomètres qui séparent le Rabelais de la borne rapide installée par le SyDEV au 167 de la route de Nantes. L’autonomie restante était évaluée à 24 kilomètres par l’électronique embarquée. Une performance relative obtenue en évitant l’autoroute, mais en roulant tout de même la plupart du temps aux vitesses indiquées par les panneaux de limitation. Sauf sur les voies rapides où nous n’avons que peu souvent dépassé les 100 km/h. Souhaitant faire une recharge maximale, nous avons attendu environ 35 minutes avant de couper nous-mêmes la charge à 93%. Le ludospace, comme le préfixe latin le laisse supposer, invite au jeu, et plus particulièrement aux jeux de société. Nous avons juste eu le temps de boucler 2 tours de Blitz, avant de repartir. Direction Trignac : pour utiliser, également pour la deuxième fois, la borne implantée sur le parking d’un des rares magasins Auchan du Nord-Ouest. Environ 70 kilomètres entre les 2 sites, et l’assurance de trouver à se restaurer pour pas trop cher : il est 12h30 ! En revenant au e-NV200, nous constatons que la charge s’est déroulée jusque 100%, alors que la même borne, la veille, s’était arrêtée à 93%, et pour nous, et pour la propriétaire de la Leaf déjà branchée.



…mais perfectible dans le Morbihan

Puisque la borne rapide ne fonctionnait toujours pas à Ploërmel, nous avons planifié de rentrer par Vannes et Pontivy, en nous réjouissant de tester enfin les bornes de Morbihan énergies, le syndicat départemental en la matière. Comme son homologue vendéen, le SDEM a positionné le plupart de ses points de recharge dans des zones d’activités, à la fois désertées le dimanche, et dépourvues des commodités classiques : toilettes, restauration, etc. Des sites en revanche stratégiquement bien placés, aux abords des grands axes, avec peu de distances à parcourir pour les atteindre depuis la sortie des nationales. Si en Vendée des panneaux amènent immanquablement vers les bornes, dans le Morbihan, il faut ouvrir l’œil, et le bon ! Elles sont bien visibles, sauf quand un véhicule imposant les masque. Trignac-Vannes : 82 kilomètres. Pas de problème pour y parvenir ! De là, 125 kilomètres nous séparaient encore de la maison. Risqué ! Nous avons préféré monter jusque Pontivy, à 59 kilomètres, puis retrouver la campagne dinannaise à encore 80 km de là. Par manque de chance, la sortie DC CHAdeMO de la borne de Pontivy ne fonctionnait plus. Malgré les essais effectués à distance par l’agent d’astreinte chez Sodetrel, qui gère le maillage de Morbihan énergies, nous n’avons pas eu d’autre choix, à par dormir à mi-distance dans un hôtel qui accepterait de mobiliser une prise électrique domestique pour l’Evalia, que de redescendre sur Baud. Il restait heureusement suffisamment d’énergie pour cela. Nous avons alors pris le temps d’effectuer une recharge rapide la plus complète possible. Mais de là, nous étions encore à 120 kilomètres de la maison. Un décor fortement vallonné nous séparait, traversé par des voies rapides. Nous n’y arriverons pas !



Nous n’y arriverons pas ! Vraiment !?

[Mode « Stress max » On ] ! A parfois moins de 60 km/h sur une 4 voies dans les montées, les feux de détresse allumés, en descente sans consommation, voire en régénération, en traversant ensuite par la campagne, toujours en roulant en « mode dégradé », nous avons finalement « fait cracher » 160 kilomètres d’autonomie au e-NV200 : 120 parcourus réellement, puis 44 d’autonomie restante estimée, après une recharge à 97% ! [Mode « Stress max » Off ] ! Dans des conditions très éloignées de l’utilisation normale d’une voiture, nous avons frisé les 170 kilomètres annoncés pour Nissan pour son e-NV200. Il peut donc le faire… en dépannage ! D’ordinaire, en s’écartant des villes, il vaudra mieux ne pas trop compter sur plus de 100-120 kilomètres, sauf usage expert ou dans la Beauce.



Taillé pour le tourisme ?

Si les assistantes maternelles trouveront dans l’Evalia un engin qui soulagera à la fois leur dos et les poumons des enfants qui leur sont confiés, beaucoup pourront apprécier de l’exploiter pour du tourisme à portée d’autonomie, ou le long des corridors bien pourvus en bornes. Il ne manque qu’un maillage efficace pour que cette version du e-NV200 quitte les villes pour des destinations lointaines. Après 1.000 kilomètres de route, et en dépit des difficultés que nous avons rencontrées, le confort de ce ludospace a gommé toutes les fatigues. Très convaincant, cet engin nous a véritablement séduit. Nissan n’hésitera vraisemblablement pas à en prêter un exemplaire à ceux qui sont intéressés. Il serait vraiment dommage que cet Evalia branché ne décolle pas mieux dans le marché du véhicule électrique : il a presque tout pour réussir !



Les avis des passagers

N., 40 ans : « Confortable, spacieux, et agréable, j’ai apprécié le pare-brise panoramique et la position élevée des sièges par rapport à la route ! Un coffre immense pour embarquer les bagages et ramener plein de souvenirs et de cadeaux ». T., 14 ans : « Spacieux, assez confortable, bonne barrière contre la chaleur, même si je préfère la Leaf, qui fait moins camionnette ! ». G., 13 ans : « Il est confortable. Il est pas mal, même s’il n’a pas le meilleur design du monde ! Il y a beaucoup de place dedans, et c’est très pratique, pour les chiens, par exemple ! ».



Remerciements

Je remercie personnellement Nissan et la direction de la concession Nissarmor de Saint-Brieuc pour le prêt du véhicule. Nous aurons prochainement l’occasion d’interviewer le vendeur du site de Lannion également dirigé par Philippe Poezevara. Un grand merci à Christophe Baron, responsable chez Yves Rocher, pour nous avoir permis de recharger l’Evalia sur une borne interne, et à ses collaborateurs qui ont rendu possible cette action sur le terrain. Pour leur accueil, merci aussi à tout le personnel, sans exception, de l’hôtel Le Rabelais à Fontenay-le-Comte. Dans quelques jours, nous donnerons la parole à son directeur Frédéric Beuchillot. Enfin, mes remerciements à l’agent Sodetrel d’astreinte qui a pris en charge notre appel, au beau milieu de l’après-midi du dimanche, et qui a cherché avec nous un plan B’.



Pour plus d'information

Ce contact n'étant pas adhérent de l'AVEM,
ses coordonnées ne peuvent être visualisées que par nos membres



Catégories : Voiture électrique | Borne de recharge |

Commentaires

Posté le 29-06-2015 à 22:31:56 par Rickobotics

Merci pour ce retour détaillé ! Finalement, dommage pour la dernière étape, le Vannes-Dinan l’aurait fait à l’aise, plutôt qu’un Vannes-Pontivy-Baud-Dinan !! On a toujours tendance à sous estimer l’autonomie d’un VE, surtout quand on ne le connait pas. D’autant qu’il reste une réserve, souvent de plus de 10km voir 20km non pris en compte ds l’estimation d’autonomie restante ... Sûr que ce calcul ne se fait que sur les 20 derniers km sur l’e-NV200 ?
ps: ce ne serait pas Michel Nivet que tu viens interviewer sur Lannion ?

Posté le 30-06-2015 à 14:00:06 par Philippe Schwoerer

Oui pour le vendeur de Lannion : c’est bien Monsieur Nivet. Dans le doute, je lui poserai la question du calcul de l’autonomie estimée.

Posté le 30-06-2015 à 14:02:33 par Stéphane P

Sur la Zoe après une recharge complète, pour l’autonomie indiquée la page 1.66 de la notice d’utilisation indique : "L’autonomie est réinitialisée automatiquement en fin de recharge complète de la batterie de traction à une valeur calculée sur la consommation d’énergie durant les derniers 200 km."
Il est possible de réinitialiser la valeur indiquée à une valeur de 130 km.
Pour celles que j’utilise, j’ai déjà eu, en fonction des usagers précédents, des valeurs comprises entre moins de 90 km et plus de 165 km.
Du coup, je me fie très peu à cette valeur, je me fie à l’odb (conso. moyenne au 100 km et conso. totale) et à la jauge (même si la jauge n’est pas d’une lecture aisée - je préfère celle du Kangoo ZE à l’ancienne avec une aiguille).
Après plusieurs usages et étude du trajet, je suis capable d’évaluer le nombre de kWh qu’il me faudra pour le réaliser et ensuite prévoir, le cas échéant, les recharges nécessaires.
Si augmentation importante de la masse, c’est un peu plus difficile.

Posté le 02-07-2015 à 22:14:49 par Battista

Ce véhicule de loisir est génial ... sauf l’autonomie trop faible. Nous regrettons déjà celle de la Zoe un peu juste. Notre deuxième VE sera un e-NV200 EVALIA version 2, dès qu’ils auront mis une grosse batterie ! 24 kWh, cela est bien pour la version utilitaire destinée aux entreprises pour des déplacements quotidiens chez des clients, généralement en banlieue des grandes villes, mais pour un usage familial, il faut au moins 40 kWh, 50, 60, ... 70 kWh !! Nous sommes prêts à "mettre le prix" pour une version grosse batterie avec 200 km à 300 km réels, soit 250 à 350 km NEDC. Pourquoi ne se vent-il que 1 ou 2 EVALIA par mois pour toute la France ? Juste à cause de cette fichue autonomie trop juste ! Etre obligé de plannifier tout le temps chaque déplacement, de s’arrêter tout le temps aux bornes ... etc, cela est amusant au début, mais cela devient lassant à la fin. La nouvelle batterie de la Leaf fera 30 kWh. Et bien, mettez-nous une double-batterie de 60 kWh sur l’EVALIA, et les ventes décolleront !

Posté le 03-07-2015 à 14:05:21 par Philippe Schwoerer

DBT-CEV tient à préciser que son SAV n’était pas informé des pannes des bornes rapide dans le Morbihan, dont Ploërmel, indisponible depuis plusieurs mois. Depuis notre remontée d’information, ce service est en train d’organiser les interventions.

Posté le 03-07-2015 à 12:47:41 par Elec77

Le fait de mettre une double batterie est interessant mais par contre le prix du vehicule risque de s’en ressentir ainsi que d’apporter du poids supplementaire.
Utilisateur d’un kangoo Ze 5 places, depuis 3ans je fait souvent des longs parcours et j’arrive a faire 130 kms par charge en ete, en privilegiant pour la conduite la conso instantanee a limiter a 20 kw/h pour accroitre l’autonomie.

Posté le 03-07-2015 à 17:02:37 par Rickobotics

"pas informé des pannes des bornes indisponible depuis plusieurs mois" ??? Ça veut dire que personne ne les surveille, ou pire, ne les utilise, et donc que personne ne s’en serait rendu compte ?? Ça me parait un peu louche comme excuse, dsl ! Dans tous les cas, y a un soucis !

Posté le 03-07-2015 à 22:18:45 par Battista

Et chez TESLA, avec 85 kWh de batterie sur la Tesla S, ils ont du poids supplémentaire par rapport à la version 60 kWh ... mais je pense que c’est cette version qui se vend le mieux quand même !!
Franchement, nous, passionnés de VE, nous aimerions bien que les concepteurs automobiles du Nissan e-NV200, et de tous les VE d’ailleurs, épluchent attentivement les forums de discussion spécialisés comme celui-ci et plein d’autres; ils comprendraient de suite que la demande va vers des grosses batteries, et que les acheteurs potentiels ne sont pas à 5000 € ou 10 000 € près. Je veux mettre le prix pour une grosse batterie, voilà tout, même si le poids embarqué supplémentaire vient en déduction de la charge utile autorisée sur la carte grise. Ecoutez-donc un peu les doléances des clients, plutôt que de jouer aux autistes dans vos bureaux d’études, avec des perspectives de marché gâchées par une mauvaise conception ! 1 ou 2 e-NV200 EVALIA vendus par mois pour toute la France, j’appelle cela un bide commercial, alors qu’avec une grosse batterie, NISSAN en vendrait 50 ou 100 par mois tellement ce véhicule serait pratique et génial pour les familles ! En attendant, tant-pis, je vais renouveler le contrôle technique de notre vieux minibus TOYOTA LITE ACE DIESEL 8 places, datant de 1993 (23 ans !). C’est nul, je sais, car il y a la prime à la casse de 10 000 € ... jusque fin 2015 ... et nous n’allons pas en profiter. C’est la faute à NISSAN qui ne veut pas proposer, comme TESLA, deux versions de batterie : la "petite batterie" de 24 kWh, et la "moyenne" de 40 ou 50 kWh par exemple.
Désolé pour le coup de gueule. (NDLR : Renault ZOE "zen" depuis mars 2013, 23 000 km. Satisfaits ... sauf la scandaleuse location de batterie exhorbitante ... et sauf le bruit nouveau, suspect, du moteur "ZZZ" "ZZZZZ" à chaque accélération. Agaçant à la fin ... mais le mécano dit simplement que cette zoe fait un peu plus de bruit que les autres, mais rien d’inquiétant d’après lui ...).

Posté le 04-07-2015 à 18:42:04 par Stéphane P

@Battista
Où est-il possible d’avoir des informations concernant la différence de masse entre la 60 et la 85 ?
Pour avoir cherché, il ne semble pas y avoir de différence ni de masse ni de nombre de cellules donc ni de volume.
Ce que j’en ai retenu, c’est que la 60 avait des cellules non validées pour la 85. La production s’étant améliorée en qualité, les batteries sortent toutes au moins 70 kWh d’où le passage de 60 à 70.
Cela doit aussi exister sur les autre VE, je pense qu’il y a des batteries qui ont des capacités supérieures aux autres. Par contre, elles sont garanties pour une capacité mini. La seule différence, c’est que les autres constructeurs considèrent que la technologie employée pour les 60, 70 ou 85 n’est pas une techno. industrielle avec une tenue dans le temps suffisante - à suivre donc.

Posté le 08-07-2015 à 00:42:23 par Rickobotics

Les tesla S utilisent toutes les même cellules, des Panasonic NCR 18650A. 7104 ds la version 85kWh pour 545kg niveau pack, contre 5040 et 462kg pour la version 60kWh. Il y a donc bien différence de poids et de nb de cellules, mais pas de volume pour des raisons de compatibilité entre les versions (une S60 peut parfaitement devenir une S85 techniquement parlant).

Posté le 08-07-2015 à 08:20:20 par Stéphane P

Tu peux citer tes sources. Tu indiques une différence de masse de 83 kg juste sur le pack de batterie.
Je suis en effet d’accord sur le type de cellules (qui s’apparentent plus à des cellules pour appareil high tech), cependant pour avoir cherché sur un forum de possesseurs, il y était indiqué qu’il n’y avait pas de différence en nombre donc pas en masse totale.
Ce site (http://www.guideautoweb.com/specifications/tesla/model-s/) indique une masse de 2108 kg pour la 60 et 2142 kg pour la 85 et 2240 kg pour la P85D qui à priori à deux moteurs. Entre la 60 et la 85 on ne retrouve pas tes 83 mais seulement 34, sachant qu’il faut ensuite voir le nombre de moteurs (la 70 en ayant deux, un par essieu dont un est optimisé pour la régénération, à l’instar de la P85D par contre la 60 et la 85 n’en ont qu’un, il faut un D (dual) pour en avoir deux).
Sachant que ce n’est pas parce que l’on associe 7104 cellules de 11,9 Wh que l’on obtient 85 kWh, il y a d’autres éléments qui entre en jeu et donc il doit bien y avoir des batteries montées déclassées. Sur les moteurs thermiques, même chez Ferrari qui pèse toutes les pièces et monte des pièces de même masse sur un même moteur, il y a des différences de puissance importante en sortie d’usine. Un magazine auto avait testé sur un banc la puissance de différentes voitures et l’une donnée pour 170 ch donnait en réalité plus de 190, par contre sa soeur sortait juste la puissance de la fiche technique.
Autre point, il semble y avoir une différence de garantie entre les types de batterie (km illimité sur les 70 et 85 et 200 000 km sur la 60).

Posté le 09-07-2015 à 10:40:50 par Rickobotics

Mes infos datent un peu, glanées sur différents forums au fil du temps, suite notamment au désossage de packs complets (et là on comprend très bien la config du pack, du système de refroidissement, etc). Il existe des évolutions constantes chez Tesla. Il me semble que pour la 85, ils en sont à la version D (4e) depuis la sortie ... donc les données évoluent. Mais oui, il y a bien une différence sur le nb de cellules utilisées entre les 60 et les 85 (pas encore d’info sur la 70). La différence d’un pack jumeau à un autre est très réduit, du fait d’une précision extrême ds la fabrication des cellules, indispensable à son contrôle, et du moyennage sur plus de 7000 éléments, donc non, tu n’auras pas une 85 avec 80kWh quand une autre en aura 90kWh ... la garantie limité sur les S60 n’est plus d’actualité avec l’abandon de cette batterie. Maintenant toutes les batteries sont soumises aux mêmes conditions de garantie. Les retours sur la première gen (Roadster) sont meilleurs que prévu et depuis la techno à encore évoluée. La perte estimée après 150000km serait comprise entre -7% et -10% pour la 85, même perte mais dès 110000km pour la 60, d’où l’écart initial de garantie.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Nissan e-NV200 Evalia

Retrouvez toutes les informations sur la voiture électrique Nissan e-NV200 Evalia à travers notre dossier spécial : caractéristiques techniques, actualités, vidéos, revendeurs...

Tout savoir sur la voiture électrique Nissan e-NV200 Evalia
Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Acoze France : 5 ans au service des usagers de véhicules électriques
Avec 163 membres cotisants et environ 3.300 sympathisants, les effectifs de l’Acoze France montrent que cette association a su gagner la confiance de nombreux...
Audi en ordre de bataille pour aller vers le tout électrique
Audi vient de préciser sa stratégie pour aller progressivement vers le tout électrique. Pour la firme d’Ingolstadt l’avenir est clairement électrique et elle s’apprête à...
Securecharge et ses solutions de chargeurs portables
L’AVEM est ravie de compter parmi ses nouveaux adhérents, Securecharge, une société française qui propose des « chargeurs portables ». Securecharge est parti du...
Recharge rapide dans l’Yonne sans badge ni application mobile
Il s’agit pour l’instant d’implantations pilotes Plug&Charge qui seront testées dès le début de l’année 2020 sur le territoire du SDEY, le syndicat de l’énergie du...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact