Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 24/10/2019 à 09:51 par EMMANUEL MAUMON - Lu 2386 fois - 18 commentaires


Renault va lancer deux véhicules utilitaires hydrogène


Pionnier et leader en Europe du véhicule utilitaire électrique avec 41.5% de parts de marché, Renault vient d’annoncer qu’il allait compléter son offre de véhicules utilitaires en lançant dans les prochains mois un Kangoo Z.E. Hydrogen, puis un Master Z.E. Hydrogen. Deux véhicules équipés d’une pile à combustible et d’un prolongateur d’autonomie assurant une puissance électrique et thermique de 10kW, permettant d’augmenter fortement leur autonomie. Avec plus de 350 km, ils offriront d’ailleurs la meilleure autonomie des fourgons et fourgonnettes électriques.
En proposant ces deux modèles, la firme au losange estime apporter une solution complémentaire et une utilisation optimale des véhicules utilitaires électriques. Pour le Directeur de la Division Véhicules Utilitaires Renault-Nissan, Denis Le Vot : « Les clients professionnels pourront y trouver toute l’autonomie dont ils ont besoin pour leurs déplacements longue distance et un temps de charge record. Des bénéfices qui vont bien au-delà, puisque les Renault Master et Kangoo Z.E. Hydrogen pourront rouler avec une énergie de plus en plus décarbonée, respectueuse de l’environnement, et offrir tout le confort de la conduite électrique. »


Une solution complémentaire

Même si l’hydrogène embarqué n’est pas encore accessible massivement et issue d’une production décarbonée, Renault estime que son développement est complémentaire aux véhicules électriques pour des flottes d’entreprise captives ou pour des usages intensifs. A l’heure actuelle, 125 stations hydrogène sont disponibles en Europe tandis que 26 stations sont ouvertes en France et une centaine sont en projet pour 2020. Néanmoins, leur nombre ne devraient pas tarder à augmenter de manière significative puisque l’Europe ainsi que plusieurs Etats ont engagé des plans d’actions dans ce sens.
Ainsi en France, l’ADEME finance des projets hydrogène à hauteur d’environ 16 000€ pour l’achat d’un véhicule à hydrogène dans un contexte global de fourniture hydrogène/véhicule/exploitation. De plus, certaines régions comme celles d’Auvergne Rhône-Alpes, de Normandie ou d’Île de France accordent des aides complémentaires substantielles. L’arrivée du Kangoo et du Master Z.E. Hydrogen au sein du catalogue Renault pour les gestionnaires de flotte devrait enclencher une véritable dynamique dans l’acquisition d’un véhicule à hydrogène qui s’achète, s’entretient et s’exploite désormais comme tous les autres véhicules utilitaires.



Une technologie développée avec Symbio

Renault développe l’utilisation de l’hydrogène dans les véhicules utilitaires en partenariat avec Symbio, filiale du groupe Michelin, spécialisée dans la pile à combustible à hydrogène intégrable dans un véhicule électrique ou dans d’autres modes de transport comme le train ou les bus. Les premières expérimentations remontent à 2014 avec plus de 200 Kangoo Z.E. (dotés d’une batterie de 22 kWh) qui ont été équipés de la solution de prolongateur d’autonomie à l’aide d’une pile à combustible à hydrogène. L’expérimentation, ainsi que les travaux de recherche menés au sein de l’Alliance Renault-Nissan pour améliorer les performances et faire baisser les coûts de cette technologie, ont permis d’aboutir à la conclusion que l’hydrogène pouvait être une solution pertinente au sein des flottes captives.
D’un point de vue technique, l’hydrogène est stocké dans un ou deux réservoirs haute pression (350 ou 700 bars). La pile à combustible convertit l’hydrogène et l’oxygène de l’air ambiant en créant un courant électrique. La batterie et la pile à hydrogène fournissent l’énergie au moteur électrique. La pile à combustible démarre automatiquement quand le niveau de charge de la batterie électrique est à 80% afin de maintenir ou recharger peu à peu la batterie. La recharge en hydrogène est complémentaire à la recharge de la batterie et permet de prolonger l’autonomie liée à l’électrique.



Les avantages des véhicules utilitaires hydrogène

Le principal avantage de cette solution développée par Renault est qu’elle procure jusqu’à 3 fois plus d’autonomie par rapport aux véhicules 100% électriques. L’hydrogène permet donc de parcourir de plus longues distances et autorise les usages intensifs. Ainsi, en attendant l’homologation définitive, le Renault Master Z.E. Hydrogen est annoncé avec une autonomie de 350 km contre 120 km pour le Master Z.E, tandis que l’autonomie du Renault Kangoo Z.E. Hydrogen serait de 370 km contre 230 km en cycle WLTP pour le Kangoo Z.E. Autre atout, faire le plein en hydrogène ne prend que 10 minutes maximum et une recharge en hydrogène de 5 minutes offre au véhicule 150 km d’autonomie supplémentaire.
Conçus pour la ville de demain, les deux modèles Z.E. Hydrogen permettent aux professionnels d’assurer un plus grand nombre de missions dans les grandes agglomérations et en périphérie des villes, grâce à l’énergie supplémentaire permise par le stockage d’hydrogène et la pile à combustible. Adaptés à leurs usages, ils leur offrent une tranquillité d’esprit en réduisant le risque panne d’énergie. Autorisé dans les centres villes, même dans les zones zéro émission, le véhicule utilitaire hydrogène est un outil idéal pour des activités de type : transport et logistique, livraisons urbaines et services de dépannage, services municipaux, courrier express.



Une Kangoo et un Master Z.E. Hydrogen en vue

Le premier véhicule utilitaire hydrogène lancé par Renault sera le Kangoo Z.E. Hydrogen qui devrait être commercialisé avant la fin de l’année. Doté d’un volume de chargement de 3,9 m2 avec un surpoids limité à 110 kg, il est annoncé en France au prix de 48 300 € HT. Un tarif incluant l’acquisition de la batterie et auquel il convient de retrancher les aides gouvernementales et autres bonus zéro émission). Le Kangoo Z.E. Hydrogen est doté d’une pile à combustible de 10 kW (5 kW électrique et 5 kW thermique) qui lui permet de disposer de 29,7 kWh en plus de la batterie de 30 kWh de Kangoo Z.E.
La commercialisation du Renault Master Z.E. Hydrogen est quant à elle prévue au 1er semestre 2020. Il sera disponible en deux longueurs et deux hauteurs, avec des versions fourgons et châssis. Doté de deux réservoirs hydrogène de 53 litres placés sous la caisse, ce véhicule gagnera en polyvalence sans contraindre le volume de sa zone de chargement de 10,8 à 20 m2, et ce avec un surpoids limité à 200 kg. Master Z.E. Hydrogen est équipé d’une pile à hydrogène de 10 kW permettant de disposer de 56 kWh en plus d’une batterie Master Z.E. de 33 kWh. De quoi pratiquement tripler l’autonomie par rapport à la version 100% électrique.






Mots clés : Mobilité électrique | Véhicules électriques | Hydrogène | Renault | Véhicules utilitaires | Renault Kangoo | Renault Master
Catégories : Voiture électrique |

Commentaires

Posté le 24-10-2019 à 14:09:13 par Nicolas

"Quant à sa production, une très large majorité de l’hydrogène produit de nos jours l’est à partir de sources d’énergies fossiles ou de bois."

https://www.futura-sciences.com/sciences/questions-reponses/chimie-produit-on-hydrogene-6280/

Posté le 24-10-2019 à 18:17:31 par Christophe

@Nicolas
https://donnees.banquemondiale.org/indicator/EG.ELC.FOSL.ZS?locations=1W
2015 Monde 65,2 % de l’électricité est produite à partir des sources en pétrole, gaz et charbon.
65,2 % c’est aussi une très large majorité !

Posté le 24-10-2019 à 20:01:41 par viking

Bonjour,
A Saint-Lô dans La Manche nous avons des véhicules hydrogènes depuis longtemps (17 au Département et 3 au SDISS) ce qui va manquer ce sont les stations...
Cdt

Posté le 25-10-2019 à 14:07:02 par electronlibre

Le problème évident actuel de l’H2, c’est sa distribution...
Mais il y en a d’autres, comme sa production énergivore par électrolyse de l’eau, son stockage(compression, température)aussi énergivore, et pour finir, sa dangerosité potentielle.
La demande mondiale en électricité est telle(et ce n’est pas avec l’électromobilité qu’elle baissera)qu’il sera impossible de répondre à cette demande uniquement avec les EnR(qui de plus ne protègent pas l’environnement contrairement au discours des promoteurs de ces énergies).

Posté le 28-10-2019 à 12:25:13 par Phenix83

soutien total @electronlibre,le recours à l’hydrogène est un gaspillage d’energie puisque en 2019 ,à parcours égal ,un véhicule utilisant H2 consomme 4 fois plus de kWh que le véhicule à batterie (filière hydrolyse) .A croire que les décideurs de chez Renault ou d’ailleurs n’ont aucune notion du cout de l’énergie .Mème si l’énergie provient de source renouvelable pourquoi la gaspiller ? Et si H2 provient de la filère pétrole ,la dégradation d’énergie pour produire H2 est probablement encore plus grande .Le diesel n’est pas mort.

Posté le 28-10-2019 à 15:08:38 par Christophe

@Phenix83
"un véhicule utilisant H2 consomme 4 fois plus de kWh que le véhicule à batterie", cela nécessite une démonstration de votre part.

Posté le 28-10-2019 à 18:34:35 par H2

Idem, dans l’attente d’une démonstration de Phenix83 en tenant compte des technologies actuelles et en cours.

Posté le 29-10-2019 à 08:58:56 par Phenix83

@Christophe et H2.Constat en 2019 portant sur la seule énergie nécessaire à mouvoir le véhicule terrestre .En 2019 une voiture électrique type Renault ZOE (batterie) consomme de l’ordre de 15 kWh /100km .En 2019 une voiture électrique type Toyota Mirai consomme de l’ordre de 1 kG d’hydrogène/100 km .Pour fabriquer 1 kG d’H2 et le comprimer entre 300 et 700 bars ,il faut dépenser une énergie électrique de l’ordre de 60 kW ,ceci en utilisant le meilleur des hydrolyseurs de 2019.Vous avez votre rapport de 4.
C’est un constat ,pas une démonstration ;effectivement si on arrive à produire H2 (ou tout autre gaz qui pourrait activer une pile à combustible)dans des meilleures conditions cela pourrait rendre cette filière intéressante ,mais on en est loin en 2019.

Posté le 29-10-2019 à 09:17:19 par Phenix83

@Christophe et H2 : dans le message précédent lire énergie de 60 kWh au lieu de 60 kW .erreur de frappe.

Posté le 29-10-2019 à 10:54:29 par Christophe

@Phenix83
Quelle énergie faut-il à l’entrée de la centrale pour produire les 15 kWh/100 km pour la Zoé ?
https://www.enertech.fr/pdf/39/energie%20primaire-energie%20finale.pdf
"Lorsque le Ministère du Logement, et les autres ministères selon toute vraisemblance,font leurs calculs internes, il utilise la valeur de 3,23 qui correspond effectivement à la situation française actuelle et que tout un chacun peut approcher par calcul en partant du « mix » de production électrique"
15 × 3,23 = 48 kWh pour une citadine vs 60 kWh pour une voiture 2 catégories au-dessus.

Si vous voulez absolument recharger votre Zoé à partir d’énergie renouvelable tels que panneaux solaires ou éoliennes, il vous faudra une installation dimensionnée en fonction du cas défavorable d’hiver et qui donc en été fournira de l’électricité dont vous n’aurez pas besoin. Cette électricité sera bien mieux transformée en H2 et utilisée par exemple dans des REX afin d’éviter le développement de VE avec d’énormes batteries.

Posté le 29-10-2019 à 12:05:42 par Phenix83

@Christophe ,REX :connait pas .L’énergie à l’entrée de la centrale n’est pas le sujet .Mon constat est basée sur une comparaison de pur bon sens visant à affirmer qu’en 2019 il est stupide d’alimenter des VE avec de l’hydrogène quand cet hydrogène est fabriqué avec la mème source d’énergie électrique qui alimente directement les batteries du VE.
Par contre si l’hydrogène provient du surplus d’énergie produit par les sources d’énergies renouvelables (ou d’une source pétrochimique vertueuse qui n’existe pas encore),cela change la donne.En 2019 il faut constater que dans la plupart des pays développés les énergies renouvelables disponibles dans ces pays sont très loin de subvenir au besoin,sauf rares pays riches en barrages (Autriche ,Suède ,Norvège...).Par contre les pays désertiques ensoleillés pourraient ètre une source rentable de H2 ,filière qui reste à construire .

Posté le 29-10-2019 à 13:18:51 par Christophe

@Phenix83
REX = Range Extender
"L’énergie à l’entrée de la centrale n’est pas le sujet" pourtant cela permet de se rendre compte que le rendement d’un VE chargé avec l’électricité du réseau est inférieur à 30 % (1/3,23 en primaire à la prise).
"Par contre si l’hydrogène provient du surplus d’énergie produit par les sources d’énergies renouvelables [...] cela change la donne", c’est bien pour cela qu’il va se développer. Il est inconcevable de ne pas stocker l’énergie des EnR.

Posté le 30-10-2019 à 10:12:03 par electronlibre

Stop à l’éolien bien plus néfaste pour l’environnement que n’importe quel autre production d’EnR. Ce bizness de l’éolien est une arnaque que tous consommateur d’électricité paie cher.
On nous oblige à contribuer à la propagation de parcs éoliens qui sont sources de nuisances pour l’environnement. L’exemple de l’Allemagne devrait nous faire réfléchir, c’est une catastrophe...

Espérer remplacer la production d’électricité d’origine "fossile" par les EnR est une utopie; la population a de mois en moins confiance dans le nucléaire à fission, on ne sait toujours pas quand l’EPR de Flamanville sera opérationnel, ITER(fusion chaude) ne fonctionnera jamais(trop petit).

Quelles peuvent être les solutions "propres" pour répondre à la demande mondiale d’électricité, de plus en plus grande?
Une réponse peut être la fusion "froide", une réaction nucléaire aneutronique permettant une surproduction de chaleur(cop>1). Une petite centrale de ce type dans un VE permettrait d’avoir de l’électricité pour maintenir en charge une petite batterie et du chauffage à la demande...

Posté le 30-10-2019 à 11:29:43 par Sarah L.

N’importe quoi, on croit rêver de lire de telles bêtises sur l’éolien

Posté le 30-10-2019 à 20:00:09 par electronlibre

@Sarah L.
Quelle bêtises s’il vous plait? Dispenser des phrases péremptoires, c’est facile, argumenter serait mieux...
Je veux bien débattre du sujet mais expliquez moi ce qu’il y a de si génial dans l’éolien. D’abord pour "ancrer" l’éolienne au sol, il faut des centaines de m3 de béton et beaucoup de ferraille qui resteront dans le sol ad vitam aeternam; l’extraction des terres rares nécessaires à la fabrication de l’éolienne(dont la vie moyenne est de 20 ans...), la fibre de carbone des pales n’est pas recyclable et donc enterrée et enfin le meilleur, pour éviter la déformation des pales par gravité lors des périodes sans vent, un moteur fait tourner ces pales donc l’éolienne dans ces périodes non seulement ne produit pas d’électricité, mais en consomme...

Comme je l’ai dis dans mon post précédent, l’Allemagne est obligée de suppléer les éoliennes par des centrales charbon ou gaz, très écolo tout ça...
https://www.youtube.com/watch?v=2799fag2WvA

Posté le 31-10-2019 à 10:09:40 par Christophe

@electronlibre
Et les panneaux solaires photovoltaïques ?

Posté le 31-10-2019 à 21:29:21 par electronlibre

@Christophe
Les panneaux solaires photovoltaïques ? En ai-je parlé?
Pas plus que les barrages hydrauliques, la méthanisation ou autres...
Chaque procédé à ses avantages et ses inconvénients, mais l’éolien cumule les derniers il me semble...

Posté le 02-11-2019 à 08:20:14 par Charlygoal

Commentaires objectifs et articles très justes sur les comparaisons entre entre ou pas



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Les perspectives de développement de la micromobilité
Au travers de son Centre pour la Mobilité Future, le cabinet de conseils McKinsey fournit régulièrement des informations de pointe afin de façonner l’avenir des...
OppCharge, une solution normalisée pour la recharge des bus électriques
Alors que l’acquisition de flottes de bus électriques se développe fortement en Europe pour répondre aux exigences de la lutte contre le réchauffement climatique et...
Des navettes 100% électriques pour l’Aéroport de Nice
Dans le prolongement de nombreuses actions qui lui ont permis de devenir le premier aéroport de France à atteindre la neutralité carbone et de son engagement à atteindre...
Première européenne : La RATP testera un bus électrique à pile H2
Proposé par le constructeur portugais CaetanoBus, le modèle de bus électrique H2.City Gold embarque la même pile à combustible que la Toyota Mirai. Avec ses 5 réservoirs...
Un rapport sur l’intégration de la mobilité électrique
Enedis vient de publier un rapport sur l’intégration de la mobilité électrique dans le réseau public de distribution d’électricité. Un rapport qui intervient dans un...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact