Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 11/12/2014 à 11:04 par Philippe Schwoerer - Lu 8336 fois - 10 commentaires


En charge chez Carrefour Flins (78) © DR


Squat

C’est une excellente nouvelle que se développent sur les parkings des supermarchés les places réservées à faire le plein des batteries des véhicules électriques et hybrides rechargeables. Sauf qu’elles sont hélas régulièrement occupées par des engins thermiques. Est-ce pour autant une fatalité ?

Un parfum de fronde

Sur ce parking d’un supermarché Leclerc, quelque part dans l’ouest de la France, un vieux Citroën C25 diesel squatte l’une des 6 places aménagées pour le ravitaillement en énergie des voitures branchées. Son propriétaire représente très bien, à lui tout seul, ce parfum de fronde qui règne parfois autour de ces zones. Boucher-charcutier à la retraite, il explique : « Ca fait 10 ans que je gare mon fourgon ici, et je n’ai pas l’intention de changer ! Elles sont où, d’abord, les voitures électriques ? ». Pour lui, la Peugeot 106, 2 emplacements plus loin, n’en est pas une. Il faut dire que son câble de recharge, bien connecté, n’est pas visible. Et la plupart des automobilistes ignorent encore, qu’entre 1995 et 2005, il s’est tout de même vendu plusieurs milliers de PSA et Renault électriques.

L’article R417-10 du Code de la route…

« Qu’ils viennent donc me voir, ceux de la direction du magasin ! », ajoute-t-il, sûr de ne pas être inquiété. Cet ancien commerçant a raison : nombre de responsables des grandes surfaces préfèrent fermer les yeux plutôt que d’intervenir ! Il y a bien cet article R417-10 du Code de la route. Son chapitre III précise qu’est « considéré comme gênant la circulation publique … le stationnement d’un véhicule devant les dispositifs destinés à la recharge en énergie des véhicules électriques ». Selon les dispositions du texte, « tout arrêt ou stationnement gênant prévu par le présent article est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la deuxième classe ». Soit, à ce jour, 35 euros pour l’amende forfaitaire, éventuellement minorée à 22 euros, ou majorée à 75 euros. En outre, « lorsque le conducteur ou le propriétaire du véhicule est absent ou refuse, malgré l’injonction des agents, de faire cesser le stationnement gênant, l’immobilisation et la mise en fourrière peuvent être prescrites dans les conditions prévues aux articles L. 325-1 à L. 325-3 ».

…n’est pas applicable aux parkings privés

Sauf que les dispositions de l’article R417-10 sont applicables sur la voie publique. Et non sur les parkings privés, même s’ils sont ouverts à la circulation. Ces derniers, notamment dans les supermarchés, n’ont donc pas d’existence légale ni opposable. Les services de police ne peuvent pas être saisis directement par les électromobiliens qui y constateraient un abus de stationnement. Ils doivent s’en remettre aux responsables des établissements concernés qui, le plus souvent, rechignent à intervenir. A l’hypermarché Carrefour de Flins-sur-Seine (78), à environ 2 kilomètres de la chaîne d’assemblage de la Renault Zoé, le problème est pris très au sérieux ! Les places réservées à la recharge des véhicules électriques sont situées près d’un local occupé par le service de sécurité du magasin. Aussitôt qu’une voiture thermique s’y gare, un agent en gilet jaune se lance sur un Segway pour en rencontrer le propriétaire et lui signifier d’aller se garer ailleurs. Le scénario est suffisamment impressionnant pour effacer l’habituel sourire narquois des frondeurs, et les faire obtempérer.

Hybride = électrique ?

Il existe une variante assez surprenante du problème de squat des places équipées en bornes. On trouve régulièrement sur ces dernières des modèles hybrides classiques, c’est-à-dire non rechargeables. Leurs propriétaires se persuadent parfois qu’ils roulent ainsi en voiture électrique. On retrouve cette grossière erreur dans les annonces de ventes sur le Net. Combien de Toyota Prius et Yaris, Lexus RX 450h, Peugeot 508 RXH, Citroën DS5 Hybrid4, Volkswagen Jetta Hybrid, et bien d’autres, ressortent lorsqu’on fait une recherche parmi les véhicules en vente sur LeBonCoin en précisant « Electrique » dans le champ « Energie » ? Du côté de Thionville, en Moselle, Denis a dû se fâcher terriblement avec l’un de ces automobilistes qui l’empêchait souvent de recharger sa Nissan Leaf.

Il faut s’expliquer !

En région PACA, José est allé plus loin en barrant quelquefois avec son Kangoo ZE l’accès à des voitures thermiques stationnées sur des places matérialisées en orange. Son câble de recharge lui permettait tout de même de se brancher à l’une des bornes rendues autrement inaccessibles. « Je les attends les propriétaires de ces voitures ! », s’emporte-t-il. Sa carrure de rugbyman en impose, et il en joue : « J’en remarque bien qui retournent directement dans le magasin pour ne pas avoir à s’expliquer. A ceux qui me demandent de partir, je leur propose qu’il me donne les 4 euros que je devrai payer à nouveau pour relancer la charge ». En général, « ils attendent », avoue l’homme qui leur assène sans détour un argument édifiant : « Et si je me garais devant les pompes à essence, le temps de faire mes courses !? ».

Mieux lotis que les personnes handicapées ?

Anne-Marie, qui vient de ranger sa Peugeot 306 devant une borne, ne se laisse pas intimider. Elle montre son macaron qui l’identifie comme une personne handicapée : « C’est bien, les places pour les personnes invalides sont devant l’entrée, mais je dois traverser au total 4 fois une allée très passagère pour arriver jusqu’ici prendre et redéposer un charriot. C’est trop dangereux pour moi ! ». Effectivement, sur le parking du supermarché où elle se trouve, le stationnement réservé à la recharge des véhicules électriques jouxte un abri pour les caddies. Il n’y en a pas, en revanche, dans la zone dédiée à ceux qui souffrent d’un handicap reconnu. Une situation qui demande rectification.

Le double effet pas cool

Parfois, les automobilistes en voitures diesel ou à essence se sentent floués deux fois. Tout d’abord en voyant disparaître quelques places où ils pouvaient s’installer régulièrement. Ensuite, lorsque des véhicules électriques stationnent en dehors de celles-ci. Certains ont alors du mal à comprendre que le but du jeu est de ne les occuper que le temps de recharger les batteries.

Suggestions aux responsables des grandes surfaces

Parmi les configurations qui permettent de réserver au mieux l’usage des places dédiées au ravitaillement des VE, il en existe 2 qui opèrent de façon naturelle. La première consiste à disposer cette zone dans un coin du parking, en retrait des entrées principales des magasins, là où justement les automobilistes rechignent à se garer habituellement. Elle a pour corollaire un inconvénient majeur : les travaux de raccordement électrique risquent d’être beaucoup plus coûteux. Et pour les électromobiliens handicapés !? Autre situation favorable : le magasin dispose lui-même d’une voiture électrique bien identifiée. C’est par exemple le cas à Pleurtuit (35), chez Leroy Merlin. Le Kangoo ZE que la clientèle peut louer à un prix modique pour embarquer ses achats volumineux marque efficacement le territoire !

Petite retouche ?

On pourrait écrire encore beaucoup de choses sur le sujet. Les régulières incivilités subies par les électromobiliens sur les parkings de supermarchés s’observent aussi autour des emplacements publics similaires. A la longue, elles devraient s’estomper. A l’image du scénario supporté pendant des années par les personnes handicapées, auxquelles des automobilistes inconscients volaient aussi les places réservées. Il faudrait sans doute retoucher juste légèrement un ou deux articles du Code de la route.


Mots clés : voiture électrique | borne de recharge | place réservée | parking
Catégories : Voiture électrique | Borne de recharge |

Commentaires

Posté le 12-12-2014 à 08:20:07 par CCLB

Je trouve l’article très bien écrit et résume bien la problèmatique de la cohabitation des VT et des VE. L’entreprise où je travail possède des bornes de recharge (2 sur le parking de mon batiment). Une des places reservées aux véhicules électrique était "neutralisée" (bache sur le panneau)pour autoriser le stationnement des VT. Arrivant tôt je stationnais mon véhicule sur cette place qui permet de brancher à la borne et laisser libre la place pour qu’un autre VE puisse se stationner. Cela permet également de montrer qu’il reste de la place pour un éventuel acquéreur d’un VE.
Sauf que... A plusieurs reprises deux VT se garent sur la place électrique... J’essaye d’expliquer alors aux conducteurs indéliquats de ces VT qu’il faut laisser la place pour les VE. La réponse " Tu te gares sur une place pour les thermiques alors que tu devrais être sur la place electrique...". Malgré mes tentatives d’explications en prenant comme exemple les personnes à mobilité réduite pour lesquelles on ne se stationne pas sur leurs places sous pretexte qu’ils sont sur un emplacement normal. Rien n’y a fait.
J’ai donc demandé l’enlèvement de la neutralisation de la place VE. Ainsi, aujourd’hui il y a les deux places reservées au VE et quand je suis absent ou avec mon VT, les deux places sont inoccupées.
Moralité, le changement des comportements et les mentalités sera long à changer pour arriver à une bonne cohabitation pour le bien de toutes et de tous.
Bonne route à tous.

Posté le 12-12-2014 à 09:51:14 par Piero

Il est évident que tant que la législation des stationnements sur les places de rechargement des batteries des véhicules électriques et hybrides rechargeables ne s’alignera pas sur celle des places réservées aux handicapés, notamment dans les parkings privés, nous auront droit à ce type d’incivilité, d’autant que le nombre de places dédiées aux bornes électriques est aujourd’hui largement inférieur au nombre de places pour handicapés.

Posté le 12-12-2014 à 13:02:59 par Luc

Et si sur ma Saxo diesel, je mettai une "trappe d’aile" avec une prise pour alimenter mon chargeur C3 Bosh de batterie ... pour me garer et recharger " si nécessaire" mon unique batterie ....

Posté le 12-12-2014 à 09:51:14 par Piero

Il est évident que tant que la législation des stationnements sur les places de rechargement des batteries des véhicules électriques et hybrides rechargeables ne s’alignera pas sur celle des places réservées aux handicapés, notamment dans les parkings privés, nous auront droit à ce type d’incivilité, d’autant que le nombre de places dédiées aux bornes électriques est aujourd’hui largement inférieur au nombre de places pour handicapés.

Posté le 14-12-2014 à 12:20:39 par Mihai

Merci Mr. Schwoerer pour vos articles intelligents et intéressants. J’aimerais ajouter le fait que parfois on trouve malheureusement aussi des "squateurs" VE qui pense que c’est juste une place de parking gratuit pour eux et ils bloquent la borne pendant 4 heures.

J’aimerais aussi serrer la main de Mr José...

Posté le 14-12-2014 à 17:03:26 par Luc

"nous auront droit à ce type d’incivilité", ben parking Elec charge rapide Auchan le Pontet une 206 diesel ... gendarmerie !!!!

Posté le 15-12-2014 à 10:04:16 par Philippe Schwoerer

@CCLB @Piero @Luc @Mihai

A tous, merci pour vos retours !

Je prends un peu de temps pour lire les commentaires : c’est aussi grâce à eux et à vous que nos articles vivent !

Posté le 17-12-2014 à 13:37:20 par Jean-Charles Jacquemin

Merci pour cet excellent article.

Je connais très bien le problème ici en Belgique car très souvent au supermarché Delhaize où je fais mes courses des VTs occupent les places réservées au rechargement. Quand c’est le cas, j’appose sur leur pare brise deux autocollants promouvant le VE (Ils ne laissent pas de traces et sont facilement détachables), j’en ai une bonne provision dans mon Opel Ampera. Et je bloque les VTs (je me gare en travers derrière eux le temps de faire mes courses) en utilisant mon câble de recharge long (9M) que j’ai fait fabriquer sur mesure chez Besen.
Personne ne m’a jamais fait de remarques.

Posté le 04-03-2016 à 14:57:27 par Patrick

Bonjour
petite question législative
une place recharge VE avec le panneau handicapé en plus
un handicapé avec un véhicule thermique à t-il le droit de s’y garer?????
si il à un VE, je suis sur que oui, il est même prioritaire !
mais sans VE qu’en est-il?
merci de votre réponse
Patrick

Posté le 04-03-2016 à 15:18:02 par Christophe

@Patrick
C’est assez simple depuis la loi handicap de 2005, il doit y avoir au moins 2 % de places adaptées aux handicapés (handicap au sens large pas seulement moteur).
Si il n’y a pas d’autre place que celle-ci, il est prioritaire même avec un VT.
Et une place adaptée c’est au moins 3,30 m de largeur.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Les utilisateurs témoignent en vidéo sur la chaîne YouTube de l’AVEM
Chers lectrices et lecteurs de l’AVEM, Aujourd’hui, nous inaugurons la rubrique « les utilisateurs témoignent » de notre chaîne YouTube. A travers cette nouvelle...
Une offre de borne à la demande pour répondre au mieux aux besoins de recharge des habitants
La possibilité de se recharger facilement fait partie des critères décisifs d’achat pour les personnes qui souhaitent acquérir un véhicule électrique. Afin de répondre...
KEBA, la société autrichienne qui met en musique les bornes de recharge
Nouvel adhérent à l’AVEM, KEBA est concepteur et fabricant de bornes de recharge intelligentes pour véhicules électriques. Afin de mieux comprendre l’offre de KEBA, nous...
Le Salon de l’auto de Menton aura lieu les 03 et 04 octobre prochains
Comme depuis quelques années, nous sommes partenaires du salon de l’Auto de Menton, organisé par un de nos adhérent, Bernard Gioan, gérant de la société Le Confort...
Départ imminent pour le Riviera Electric Challenge
C’est après beaucoup d’incertitudes liées à la crise sanitaire et un dispositif COVID mis en place dans les règles de l’art que l’organisateur, Alain Gaggero, peut se...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact