Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 25/02/2015 à 09:37 par Philippe Schwoerer - Lu 5856 fois - 2 commentaires


Le préfet Vuibert aux Assises IRVE 2015


« Ce qui s’est dit pendant ces 2 jours devrait servir de base aux travaux de l’écosystème français pour les mois à venir ! », telle est la conclusion formulée par le préfet Francis Vuibert à l’issue des Assises IRVE qui ont refermé leurs portes le 12 février dernier. Chef de projet du plan industriel Bornes électriques de recharge, il a, lors de son discours prononcé en matinée de la première journée des Assises, dressé la liste des travaux qu’il reste à faire pour assurer à la mobilité électrique la place qu’elle doit prendre dans la transition énergétique.

Conforter et mettre en cohérence le réseau national

Parmi les objectifs à court terme que le préfet Vuibert à évoqué comme suite à la politique de l’Etat en faveur de l’électromobilité, la priorité est de « conforter et mettre en cohérence le réseau national d’infrastructures de recharge qui résulte des initiatives des collectivités locales, des initiatives privées et des projets reconnus de dimension nationale, aux termes de la loi du 4 août 2014 ». Pour le préfet, « ce réseau national doit permettre de répondre à tous les types de sollicitations et d’usage et doit donc offrir toutes les possibilités de recharge, normale ou rapide, judicieusement réparties ».

Interopérabilité et disponibilité

L’interopérabilité est un point que nombre d’intervenants des Assises ont souhaité mettre en avant. Il figure aussi parmi les préoccupations de l’Etat, comme le souligne Francis Vuibert : « la création de l’Association française pour l’itinérance de la recharge électrique des véhicules qui a pour objet de fédérer les initiatives qui concourent au déploiement de l’interopérabilité en France constitue une étape significative en la matière ». Interopérabilité et disponibilité sont intimement liés à un enjeu significatif : faire que le maillage soit efficace et accessible en permanence au plus grand nombre d’électromobiliens. Voilà pourquoi il faut « inciter les exploitants de réseaux à être vigilants sur la maintenance et le dépannage des installations pour lesquelles ils ont investi des crédits significatifs et veiller à la fiabilité des données publiées concernant les infrastructures ».



Recharge en zones résidentielles et d’activités

Afin que la voiture électrique n’apparaisse pas comme un engin accessible seulement à ceux qui possèdent « un pavillon avec un garage », l’Etat souhaite développer les stations de recharge « associées à des places de stationnement de longue durée dans les zones résidentielles ». Et ce, afin de profiter de la nuit pour faire le plein des batteries. De jour, l’opération pourrait être effectuée pendant les heures de travail. Le préfet en charge du Livre vert explique que des bornes devraient être installées dans les zones d’activités « pour permettre aux salariés de recharger la batterie, dans la mesure où chaque entreprise ne dispose pas toujours des espaces nécessaires ».

Directive européenne

Ces diverses actions sont à envisager en transposant en droit français les dispositions de la directive européenne relative au déploiement des infrastructures publiques pour carburant de substitution. Concernant la mobilité électrique, le texte oblige les Etats membres à fixer des objectifs pour les bornes de recharge accessibles au public qui seront installées d’ici à 2020. Il s’agit de faciliter l’usage des véhicules branchés au moins dans les agglomérations urbaines et suburbaines. Afin que l’électromobilité ne s’arrête pas aux frontières des Etats membres, cette même directive impose l’usage d’une prise commune sur tout le territoire.

Utilitaires électriques

Enfin, le préfet Vuibert demande aux constructeurs concernés d’assurer « de façon plus offensive la promotion du véhicule utilitaire électrique ». L’Etat les encourage « à développer des modèles adaptés aux usages les plus courants, jusqu’à 3,5 T et au-delà ». La raison de cette prise de position de l’Etat est que nombre de professionnels n’ont pas connaissance des différents engins qui existent et qui pourraient leur correspondre.

Enjeux environnementaux

En dressant la liste des mesures et/ou incitations à prendre par l’Etat français pour favoriser l’électromobilité, le préfet Vuibert n’a pas manqué de souligner le rôle important joué par nombre d’acteurs privés. Les efforts des constructeurs automobiles, fabricants de bornes, développeurs de systèmes de supervision et de gestion des infrastructures de recharge, collectivités locales et grandes enseignes commerciales, répondent à des enjeux majeurs aussi bien environnementaux, qu’économiques et industriels.


Mots clés : Assises IRVE | préfet Vuibert | borne de recharge | véhicule électrique | interopérabilité
Catégories : Voiture électrique | Aides financières | Borne de recharge | Pollution & qualité de l'air |

Commentaires

Posté le 26-02-2015 à 09:18:11 par soub56

"Afin que la voiture électrique n’apparaisse pas comme un engin accessible seulement à ceux qui possèdent « un pavillon avec un garage », l’Etat souhaite développer les stations de recharge « associées à des places de stationnement de longue durée dans les zones résidentielles »."
A mon avis, ce problème est abordé à l’envers : pourquoi installer des bornes résidentielles n’importe où, au cas où un habitant du quartier aurait un jour envie d’acheter un VE alors qu’il n’a pas de possibilité de recharge à domicile? Il serait plus judicieux de permettre aux personnes dans ce cas d’avoir la possibilité de demander l’installation d’une telle borne sur le domaine public, en payant l’installation et la location de la place de parking. Il serait injuste qu’un particulier se fasse payer par la collectivité l’installation d’une borne pour son usage personnel. De plus, des bornes installées au petit bonheur la chance ne seront que rarement implantées au bon endroit pour le particulier intéressé.
Oui au droit à la prise pour un particulier, non au paiement par la collectivité d’une borne de recharge pour un particulier.

Posté le 26-02-2015 à 12:06:34 par metalrod11

@soub56 : Je partage la logique sous-tendue par cette réflexion mais la logique des collectivités est plus généralement de réfléchir à plusieurs usages possibles d’une borne. Si une borne de charge normale standard (jusqu’à 7 kVA) est installée, elle peut servir autant à celui qui habite là (mais qui ne sera probablement pas présent dans la journée) qu’à celui qui passe dans le coin (rendre visite à un ami...). L’idéal pour ce type de bornes me semble plutôt les secteurs multifonctionnels.

P.S. Le financement privé par un particulier sur l’espace public est difficilement viable tant pour des raisons juridiques que pour les coûts pour le particulier... d’autant que, par définition, un privé n’est pas un "opérateur à dimension nationale" (!) et aurait à payer la mise à disposition de l’espace public en plus du reste...



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du /09/2021 au 09/2021 - Cagnes-sur-Mer

L’AVEM organise sa quatrième édition des Journées AVEM de l’électro-mobilité, qui aura lieu à Cagnes-sur-Mer en septembre 2021. Cet événement permettra aux acteurs...
A lire également / sur le même thème Etude : les conducteurs de véhicules électriques plébiscitent les bornes de recharge sur leur lieu de travail
EVBox vient de dévoiler le 3ème volet de son Baromètre de la mobilité, réalisé en collaboration avec Ipsos, sur la transition énergétique des flottes d’entreprise et sur...
Enedis, partenaire de la mobilité électrique, publie un nouveau rapport sur le pilotage de la recharge des véhicules électriques et le réseau de distribution
Après la parution en novembre 2019 d’un premier rapport sur l’intégration de la mobilité électrique au réseau public de distribution d’électricité, Enedis, partenaire de...
Une offre de borne à la demande pour répondre au mieux aux besoins de recharge des habitants
La possibilité de se recharger facilement fait partie des critères décisifs d’achat pour les personnes qui souhaitent acquérir un véhicule électrique. Afin de répondre...
EVBox élargit son offre avec EVBox Charge, une application pour payer la recharge de VE par carte bancaire
EVBox, premier fabricant de solutions de recharge intelligentes et évolutives pour véhicules électriques, présente sa nouvelle application de mobilité, EVBox Charge....
KEBA, la société autrichienne qui met en musique les bornes de recharge
Nouvel adhérent à l’AVEM, KEBA est concepteur et fabricant de bornes de recharge intelligentes pour véhicules électriques. Afin de mieux comprendre l’offre de KEBA, nous...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact