Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 27/02/2019 à 06:00 par EMMANUEL MAUMON - Lu 2902 fois - 26 commentaires


La Peugeot e-208 se dévoile quelques jours avant sa présentation à Genève


Quelques jours avant sa présentation officielle au salon international de l’automobile de Genève, Peugeot a dévoilé les caractéristiques de sa nouvelle Peugeot 208. Un enjeu majeur pour la marque au lion puisque sa citadine s’est écoulée l’an dernier à 230 000 exemplaires et que ce type de voiture pèse 30% des volumes de la marque, le premier en termes de ventes. Construite à partir de la dernière génération de plateforme du groupe PSA : la CMP (Common Modular Platform) qui, comme son nom l’indique, est modulable en termes de dimensions et de motorisations. Multi-énergies, elle permet d’offrir aux clients le choix entre une motorisation thermique ou électrique.
La nouvelle Peugeot 208 sera donc déclinée en plusieurs versions dont une 100% électrique qui sera disponible dès le début de sa commercialisation en septembre 2019. Avec l’e-208, Peugeot fait son véritable retour dans le monde de l’électrique avec un modèle performant, susceptible d’affronter la concurrence sur son segment de marché et de se faire une place aux côtés de la Renault Zoé qui pour l’instant caracole en tête des ventes de voitures électriques en France.

100 kW de puissance, 340 km d’autonomie

La Peugeot e-208 est dotée d’un moteur électrique d’une puissance de 100 kW (136 ch) et d’un couple de 260 Nm pour une réactivité immédiate. Elle offrira 3 modes de conduite : Éco pour une optimisation de l’autonomie, Normal pour un confort optimal au quotidien, Sport pour donner la priorité aux performances et aux sensations. Deux modes de freinage seront également proposés avec des typologies de régénération de batteries adaptées : modérée pour des sensations proches d’un véhicule thermique, augmentée pour une décélération contrôlée par la pédale d’accélérateur.
Disposées sous le plancher pour offrir une habitabilité et un volume de coffre identique à la version thermique, les batteries d’une capacité énergétique de 50 kWh permettent d’atteindre une autonomie de 340 km en cycle WLTP. 3 modes de charge sont possibles : depuis une prise domestique classique ou une prise renforcée Green Up avec le câble de recharge fourni, depuis une Wall Box pour une charge complète en 5h15 en triphasé (11kW) ou en 8h en monophasé (7,4 kW), depuis une borne publique avec la possibilité d’utiliser des chargeurs 100 kW pour atteindre 80% de la charge en 30 minutes.



Une gamme de services pour accompagner le client

En parallèle de la commercialisation de la Peugeot e-208, la marque lance une nouvelle gamme de services pour accompagner ses clients dans la transition énergétique. Easy Charge permet tout d’abord de leur faciliter l’accès aux différentes solutions de charge. Le service comprend des solutions de charge à domicile ou au bureau avec une large offre de matériel ainsi qu’un diagnostic pour évaluer la meilleure solution de charge et prévoir l’installation finale. Il comporte aussi une offre de recharge publique, via Free2Move Services, incluant un Pass permettant d’accéder à un réseau de plus de 85 000 bornes en Europe.
Easy-Move souhaite assurer la mobilité des clients en toute circonstance. Il comprend un outil de planification et d’organisation des longs déplacements (Trip planner), un forfait inclus dans le loyer du véhicule permettant d’avoir un véhicule en location à tout moment en fonction de ses besoins (Mobility Pass), ainsi qu’un outil permettant de recevoir des conseils pour optimiser sa conduite et l’autonomie de sa e-2008 (E-coaching). La dernière gamme de services (Serenity) vise à rassurer les clients et à leur faire profiter de leur voiture en toute tranquillité.



Un design expressif

Le design de la nouvelle Peugeot 208 se veut affuté et désirable. Plus longue, plus large et plus basse que la 208 actuelle, cette nouvelle génération adopte une silhouette évoquant la sportivité avec ses lignes tendues et pures. De profil, elle dispose d’un pare-brise reculé permettant d’implanter un capot sculpté plus long. La face avant combine une évocation de la signature visuelle de la nouvelle Peugeot 508 en partie basse et une signature lumineuse à 3 griffes dans les projecteurs Full Led. La face arrière est caractérisée par un bandeau noir courant sur toute la largeur du volet de coffre et reliant des feux à 3 griffes.
La Peugeot e-208 se pare de signes extérieurs distinctifs reconnaissables au premier coup d’œil : une calandre de la même couleur que la carrosserie, des Lions dichroïques (procédé qui change la couleur suivant l’angle de vision) et un monogramme « e-208 » à l’arrière et un lettrage « e » sur les ailes arrière. Réservée à la e-208, la finition GT se distingue encore davantage avec un garnissage exclusif en alcantara et des jantes de 17’ aux inserts spécifiques.



Un i-Cockpit et des aides à la conduite

La nouvelle 208 dispose d’une nouvelle et inédite génération du Peugeot i-Cockpit® qui emploie la même stratification à trois niveaux que les autres modèles de la marque. Au niveau de l’œil, les informations tombent sous le regard en étant placées dans le champ de vision du conducteur. Devant la dalle numérique haute, elles sont projetées à la manière d’un hologramme, tandis qu’en partie centrale, l’écran est disponible en 5,7 ou 10 pouces selon les options choisies. Au niveau des mains, les matériaux sont agréables au toucher et les commandes judicieusement placées. Enfin pour le corps, l’habitacle forme un cockpit enveloppant autour de ses occupants.
Avec ses aides à la conduite, la nouvelle 208 est ultra-sécurisante. Le Drive Assist ouvre la voie à la conduite semi-autonome avec des équipements de dernière génération. Parmi eux, notons un régulateur de vitesse adaptatif avec consigne de distance inter-véhicules ajustable ; une aide au maintien de la position dans la voie de circulation ; un Full Park Assist gérant automatiquement la direction, l’accélération et le freinage pour entrer et sortir de la place de parking, et enfin une alerte d’attention pour détecter la vigilance du conducteur sur des durées de conduite importantes et à des vitesses supérieures à 65 km/h.





Mots clés : Mobilité électrique | Véhicules électriques | PSA | Peugeot e-208 | Salon Genève
Catégories : Voiture électrique |

Commentaires

Posté le 27-02-2019 à 07:50:01 par Daniel

Vivement un test ou essai comparatif avec la prochaine Zoé 2.

Posté le 27-02-2019 à 08:08:42 par Christophe

PSA a aussi communiqué les fiches techniques des différentes versions : https://int-media.peugeot.com/fr/nouvelle-peugeot-208-n-futuristic-young
J’y note :
- version essence 75 ch - 1023 kg pneus en 185/65R15 (la version actuelle est à 975 kg),
- version électrique - 1455 kg pneus en 195/55R16 (elle est pourtant la plus légère des VE à plus de 40 kWh de batterie).
Il est indéniable qu’avec 432 kg de plus sur la balance, la seconde va émettre plus de particules d’abrasion des pneus et du revêtement que la première. La production totale va être aussi supérieure.

Au passage je rappelle que l’ANSES qui a étudié en 2015 la pollution des Enceintes Ferroviaires Souterraines, constituée essentiellement de particules d’abrasion, a indiqué qu’il fallait considérer qu’à concentration massique égale, les particules d’abrasion étaient aussi dangereuses que celle de l’air extérieur.
https://www.theengineer.co.uk/electric-vehicles-and-particulates/
"There have been numerous studies of the effects of airborne particles on human health, many of which in recent years have tried to differentiate the toxicity of particles of different composition and size arising from various sources. These do not paint a consistent picture and the current advice from the government’s advisory committee, COMEAP, is that all should be treated as being of equal toxicity per unit mass."
Donc le gouvernement anglais pratique le principe de précaution en considérant que toutes les particules, abrasion comme combustion, présentent une "equal toxicity".

Posté le 27-02-2019 à 11:27:32 par Phenix83

@Christophe ,ne pas oublier que le freinage électrique des VE permet de récupèrer des kWh sans entrainer aucun frottement donc aucune particule.Sur ZOE la récupération est efficace ,elle doit l’ètre encore plus sur les nouveaux VE .Usure des Pneus: pourquoi une VE émettrait-elle plus de particules qu’un véhicule thermique à style de conduite comparable ? Le poids ? Peut ètre mais cela est à mesurer.
En tous cas cette 208 a de beaux atouts.Intéressant la possibilité de charge en courant alternatif comme la ZOE .Son prix ?

Posté le 27-02-2019 à 11:55:48 par nouh

#Christophe; Le problème des particules(fines et surtout ultra fines) liées aux freinages est certes un problème qu’il ne faut surtout pas oublié, mais le freinage d’un train n’a rien à voir avec le freinage d’une voiture électrique et surtout comme il a été dit, il ne faut pas oublier le freinage par récupération.
Pour les trains et surtout les métro et RER qui ont des freinages répétitifs, c’est l’échauffement des freins qui entraine la fragilité des freins et leur abrasion tout simplement car aucune matière à ce jour n’a les caractéristiques de résistance à température égale que l’amiante. Récupérer ces particules semble l’option envisagée par la SNCF. Pour la RATP, les patins de freins en bois reste le plus propre mais ils sont incompatible avec les freinages importants du au pilotage automatique des lignes 14, 1 et bientôt 4.
Le Métro à pneu dégage aussi des particules, mais a moins de nuisances sonores que le fer.
Pour revenir au VE, en ville la vitesse faible n’engendre pas de freinage important et les pneus sont de ce fait moins sollicité. L’abrasion de la route bien moindre et encore une fois ce sont les particules fines et ultra fines les plus dangereuses, je ne sais quel type de particules est lié à l’abrasion de la route.
Pour les cœurs de ville, la suppression de tout véhicule des particuliers est la meilleur solution. En Europe cela arrive, on y viendra, surement en retard chez nous, car au nom de la liberté de chacun toute les raisons sont bonnes pour ne pas l’adopter et c’est encore une fois tout le monde qui en pâti....
Mais la jeune génération sera peut-être plus sensible à la pollution.....

Posté le 27-02-2019 à 15:48:09 par Christophe

@Phenix83
Un élément de réponse : https://www.rtbf.be/info/dossier/bon-a-savoir/detail_pneus-et-freins-polluent-plus-que-votre-pot-d-echappement?id=10112509
"Mais il y a un autre souci : les voitures électriques! Elles ne rejettent aucune particule fine. Mais avec l’usure des freins et des pneus, est-ce encore le cas? Pour le avoir nous sommes allés chez Transport et Mobility à Leuven. Là, Bruno Van Zeebroeck, administrateur de Transport et Mobility Leuven, a fait la comparaison : "Au niveau ordre de grandeur, c’est la même chose. Au niveau des particules qui sont causées par l’usure des freins, de la route et des pneus, c’est le même ordre de grandeur. C’est environ 20mg/km pour une voiture électrique, pour une voiture diesel ou essence. Maintenant la répartition des particules est différente. Il y en a plus au niveau des pneus et de la route parce que la voiture électrique est plus lourde à cause de la batterie et moins à cause des freins"."
Je suis d’accord avec vous qu’au niveau des particules de freinage, il y en a moins avec un VE qu’un VT mais sur un freinage il n’y a pas moins de particules pour la bonne raison qu’il y aura plus de particules d’abrasion de la route et des pneus liée à la friction entre les deux nécessaire pour retenir le véhicule et plus le véhicule est lourd plus l’effort de retenue à développer est important. Pour ralentir un véhicule il faut réduire son énergie cinétique. Si deux véhicules roulent à la même vitesse, le plus lourd a plus d’énergie cinétique et il faudra dissiper plus d’énergie. Essayez de faire un freinage sur une plaque de verglas et vous verrez ce que cela donne de ne pas avoir de frottement entre une roue et la surface de roulement pour s’arrêter. Votre moteur électrique a beau vouloir retenir le véhicule si l’adhérence est précaire vous ne vous arrêterez pas.

La ville de Paris plutôt que de se focaliser sur le diesel serait plus inspirée de mettre en place le système de notation « Air’volution » dont elle parle si souvent mais aux conditions suivantes :
- que l’organisme qui fait les mesures soit indépendant,
- que tous les polluants soient mesurés (donc pour les particules en masse et en nombre),
- que le test (style rde) soit reproductible pour tous les véhicules dans les mêmes conditions,
- que les classements soit établis en fonction des pondérations liées à la dangerosité des différents polluants établies par un collège d’experts indépendants.

@nouh
Les métro et les RER sont tous équipés d’un freinage électrique en utilisant leur moteur de traction éventuellement en dissipant l’électricité produite dans des résistances (rhéostat).
Les freins mécaniques sont utilisés uniquement en fin de freinage comme pour une voiture électrique. Les freins s’échauffent mais après tout ils sont bien prévus pour cela. L’abrasion est inhérente aux frottements entre deux surfaces.
En ce qui concerne l’abrasion des pneus et de la route celle-ci est une fonction de la masse en mouvement. Il n’y a donc aucune raison qu’un VE plus lourd émette moins de particules de ce type d’abrasion qu’un VT moins lourd. Un autre paramètre est le couple, plus il y a de couple et plus il y a d’abrasion.

Si les politiques voulaient vraiment réduire la pollution et protéger la population, ils auraient conscience de l’ensemble de la pollution et ils mettraient en place les solutions adaptées. Le seul souci pour eux c’est qu’à la prochaine élection, ils risquent de perdre leur siège sauf peut-être dans les villes où le taux d’utilisation des VP par les habitants est faible. Mais même dans ces villes les élus n’ont pas le courage de bien poser le débat.

Posté le 27-02-2019 à 16:17:37 par Christophe

@nouh
"Pour la RATP, les patins de freins en bois reste le plus propre mais ils sont incompatible avec les freinages importants du au pilotage automatique des lignes 14, 1 et bientôt 4." Vous confirmez ce que je dis à propos des BNHS pour lesquels le diagramme de vitesse en ligne s’apparente beaucoup plus à une course de vitesse qu’à une course de fond. A ce titre le poids est l’ennemi dans ce cadre et d’autant plus au freinage.
Sur les métro, c’est bien ce que fait le pilotage automatique il optimise les accélérations et les ralentissements pour obtenir le cadencement le plus important et transporter le plus de passagers. En gros il accélère le plus possible pour atteindre la vitesse limite en ligne le plus rapidement possible et il freine le plus tard possible. Sur un bus à batterie c’est bien là que le moteur électrique montre ses limites par rapport à un ralentisseur hydraulique.
Cela devrait pourtant être compréhensible par les X qui nous gouvernent.

Posté le 03-03-2019 à 09:34:24 par soub56

@Christophe
Il me semblait que cet article était consacré à la 208 électrique...
Créez votre propre site pour continuer à exposer vos théories sur les particules fines, sans "polluer" les commentaires des autres lecteurs. Vous avez écrit 100 lignes, il y en avait 3 sur la 208...

Posté le 03-03-2019 à 10:26:40 par Vérité

@soub56
Est-ce que vous roulez en voiture électrique ?
Si oui quelles sont les raisons pour lesquelles vous utilisez une voiture électrique plutôt qu’une voiture thermique ?
Si la pollution est une raison, on comprend que vous ne souhaitiez pas que le mensonge des activistes du VE sur la supposée moindre pollution des voitures électriques soit abordé.
Vous ne souhaitez pas non plus que le mensonge sur la supposée participation apportée par le VE pour atteindre la neutralité carbone soit abordé, me trompe-je ?
Pourtant n’est-ce pas le rôle d’une association agréée environnement d’aborder ces sujets sur son site et sans mentir ?
Qu’un site comme AP se livre à de la modération quand les propos ne correspondent pas au discours que les internautes veulent entendre, passe encore mais pour une association agréée par le ministère de l’environnement une telle modération ne doit pas avoir lieu.

Posté le 03-03-2019 à 22:47:54 par soub56

@Vérité et @Christophe
Oui, je roule en voiture électrique : 106 il y a 20 ans, C zéro pendant 6 ans et maintenant i3.
Si vous voulez débattre sur la pollution des VE et leur neutralité carbone, ouvrez un site dédié à ces sujets ou écrivez des articles, mais de grâce, arrêtez de "polluer" les actualités consacrées aux nouveaux véhicules bientôt disponibles sur le marché.

Posté le 04-03-2019 à 07:58:03 par Christophe

@soub56
Pourtant le VE est imposé aux constructeurs et aux utilisateurs par les politiques dont Bruxelles pour des questions de pollution et d’émissions de gaz à effet de serre qui sont soit-disant nulles avec ce type de véhicule.
Je comprends que ceux qui ont construit leur vie autour d’un véhicule ne veuillent pas "débattre sur la pollution des VE et leur neutralité carbone", cela remet trop en question leurs certitudes.

Tiens concernant les émissions de GES pour la construction du véhicule :
- 208 essence 1023 kg 5,7 t CO2eq,
- e208 1455 kg j’ai du mal à croire que la batterie fasse plus de 390 kg, ce qui veut dire que sans batterie la version électrique est plus lourde que la version essence 1455-390 = 1065 kg 5,9 t CO2eq + 50 * 100 = 5 t CO2eq pour la batterie et encore j’ai du mal à croire que cette valeur de 100 soit obtenue avec des cellules fabriquées en Chine et des batteries assemblées en Slovaquie avec des électricités très carbonées(respectivement 766 gCO2eq/kWh et 197) soit 10,9 t CO2eq.
Différence au désavantage de la version électrique 5,2 t CO2eq avant même d’avoir rouler.
Pour émettre en phase roulage ces 5,2 t CO2eq avec un véhicule thermique, pour ma part il va me falloir largement plus de 10 ans et sans les contraintes liées aux véhicules électriques. Et si j’intègre que le véhicule est déjà construit et qu’il va au fur et à mesure du temps accepter du carburant renouvelable, sur la durée de vie la e208 ne compense jamais cela tout en m’imposant des contraintes que je ne puis pas accepter subissant déjà les nuisances de ceux qui veulent me l’imposer.

Finalement mon cher ami soub56, votre demande ne fait que renforcer mon envie de dénoncer les incohérences des décisions des politiques.

Posté le 04-03-2019 à 13:43:46 par Phenix83

@soub56 @verité @christophe,avec la ZOE je roule en zone urbaine depuis bientot 6 ans .Mon premier motif de satisfaction est de ne pas polluer l’atmosphère des lieux ou mon véhicule roule ,que ce soit dans les rues de ma ville ou marchent des piétons ou dans les parkings sous-terrains.C’est au moins un point sur lequel tout le monde peut ètre d’accord .Ensuite on peut calculer dans tous les sens et comparer la dépense d’énergie et la pollution qui résultent de la fabrication des VE ou VT mais cela devient très complexe.En admettant que les batteries actuelles ont recours à des matières rares et polluantes ,il n’est pas interdit aux industriels qui les fabriquent d’équiper les installations industrielles (qui ne sont pas situées au milieu de lieux habités)de tous les moyens de filtrage de particules dangereuses pour la santé et de les recycler proprement.Il faut admettre que cette tache est beaucoup plus difficile à réaliser sur le pot d’échappement des véhicules qui brulent du pétrole dans ces mèmes rues et parkings sous-terrains.

Posté le 04-03-2019 à 15:31:58 par Z-Bob

+1 avec Phenix83 concernant la complexité des comparaisons et les appareils industriels de filtrage.

Posté le 04-03-2019 à 16:13:42 par Christophe

@Phenix83
Vous n’usez pas les pneus de votre véhicule ?
Bien sûr que si donc votre assertion "Mon premier motif de satisfaction est de ne pas polluer l’atmosphère des lieux" est fausse.
De plus si vous ne voyez pas les particules émises par l’usure de vos pneus, c’est bien parce qu’elle sont fines.
De plus contenu des constituants des pneus et de la taille des particules, elles sont bien dangereuses même si personne ne veut le reconnaître ni l’admettre.
http://www.cancer-environnement.fr/557-Caoutchouc.ce.aspx

http://news.defricheurs.fr/thomas-bourdrel-a-tokyo-la-restriction-du-diesel-a-permis-de-reduire-la-mortalite-respiratoire-de-22/
Si cet éminent spécialiste déclare :
- "Le mieux serait quand même de ne pas favoriser le trafic routier",
- "le mieux serait quand même qu’on n’ait plus du tout de voitures".
C’est bien qu’il a de bonnes raisons de le déclarer.
Bien entendu tout le monde va se focaliser sur ce qu’il dit sur les polluants du diesel, parce que cela arrange la grande majorité des gens de se focaliser uniquement sur le diesel et d’oublier tout le reste.

Posté le 04-03-2019 à 18:42:34 par Jean-Marc L.

C’est soulant cette vampirisation des articles qui présentent les nouvelles voitures. C’est pas du tout ce que je viens chercher ici.

Posté le 04-03-2019 à 18:54:39 par Christophe

https://www.leblogauto.com/2019/03/ainsi-naquit-green-ncap.html
"L’avis de Leblogauto.com

Le Green NCAP est une bonne idée à la base. Mais, il faut rapidement ajouter la prise en compte de la pollution sur toute la vie du véhicule pour ne pas biaiser les résultats. De plus, cela permettra aux acheteurs de prendre conscience qu’une voiture a une pollution avant et une pollution après sa vie sur la route.

On pourra aussi reprocher à la note polluants de ne regarder que ce qui sort du pot d’échappement et pas la pollution globale du véhicule (particules d’abrasion, de frein). "

C’est quand même fort que sur un site consacré à l’automobile on parle de la pollution et des émissions de GES dans leur ensemble et que sur un site d’information sur le véhicule électrique on se refuse à regarder les choses en face.

Posté le 09-03-2019 à 07:14:56 par Julien

Bonjour,

Pour Christophe et Vérité (et tous ceux qui utilisent les arguments des lobbies du pétrole pour tenter de discréditer les VE).

J’ai acquis un VE il y a quelques mois. J’en rêvais depuis plusieurs années.
Je ne regrette en rien cet achat car j’ai le sentiment de participer à la transition écologique, même si pour le moment la fabrication et le recyclage des VE n’est pas bien au point.

En ce qui concerne la pollution, voici ce que je mets sur la balance.

Pollution sanitaire :
- les particules fines émises par le freinage de tout véhicule est presque inexistant sur un VE car c’est le freinage électrique qui est principalement utilisé. L’intérêt étant évidemment de récupérer de l’électricité. Il faut conduire un VE plusieurs jours pour bien comprendre.
- les particules fines émises par les pneus sont probablement générées en plus grand nombre que sur un VT à cause du poids supérieur et du couple plus important du moteur. Mais ce n’est que la théorie. Si on conduit un VE plusieurs jours, on se rend compte également que, pour économiser l’électricité, on ne fait que des accélérations lentes, donc mois d’abrasion que sur un VT. Donc la différence ne doit pas être si importante que cela.
- Aucun NOx pour un VE.

Dans tous les cas, je considère que la pollution sanitaire passe en second plan. Limiter le réchauffement climatique me semble plus urgent. C’est un avis personnel.

Pollution de la planète (réchauffement climatique):
Les émissions de CO2 d’un VE sont en effet trop importantes pour le moment lorsque l’on regarde globalement, c’est à dire fabrication-utilisation-recyclage.
- En ce qui concerne l’utilisation, il y a déjà un atout en France par rapport à d’autres pays, c’est que l’électricité est principalement d’origine nucléaire donc moins génératrice de CO2 que les usines à charbon. Il faut que l’on se débarrasse du nucléaire car c’est un énorme danger pour tous mais c’est un atout durant la transition écologique. Je suis sur le point de souscrire à un contrat d’alimentation électrique avec ENERCOOP. C’est un fournisseur 100% renouvelable et qui créé plein de projets dans le renouvelable. Plein d’espoir pour l’avenir. Avec ce fournisseur, les rejets de CO2 sont nuls lors de l’utilisation du VE voire négatifs.
- En ce qui concerne la fabrication, elle n’est pas au point pour le moment, je suis d’accord. Mais je suis confiant en l’avenir. Je suis sûr que d’ici quelques années, les batteries seront fabriquées dans des usines beaucoup plus respectueuses de l’environnement, qu’elles seront plus petites pour autant d’autonomie (quitte à diminuer un peu l’autonomie). Je reste persuadé que si personne n’investit dans les VE, tout ce système s’éteindra alors que, pour moi, c’est probablement une des solutions d’avenir (il y en a certainement d’autres notamment avec l’hydrogène).
- En ce qui concerne le recyclage, j’ai le même discours que pour la fabrication : on ira de plus en plus vers des solutions efficaces.


En ce qui concerne les décisions politiques, je suis d’accord avec certains qui disent qu’elles sont souvent illogiques probablement parce que les politiciens ne comprennent pas les problèmes de pollution et parce que les lobbies du pétrole sont certainement très proches d’eux...
Je trouve tout de même que, globalement, leurs décisions vont dans le bon sens grâce au courage de certains.

Merci.
Julien

Posté le 10-03-2019 à 18:12:30 par Vérité

@Julien
Vous vous utilisez les arguments des lobbyistes du VE qui plus est faux.
"pour économiser l’électricité, on ne fait que des accélérations lentes", ce n’est pas lié au véhicule mais au conducteur qui change de comportement en fonction du véhicule qu’il utilise.
"Avec ce fournisseur, les rejets de CO2 sont nuls lors de l’utilisation du VE voire négatifs" rien ne prouve que l’électricité que vous consommez a bien été produite par les producteurs qui revendent à ce fournisseur et ce en temps réel. De plus il n’y a aucun système qui produit de l’électricité sans rejet de CO2 et encore moins qui en séquestre.
Vous n’avez même pas besoin de moi pour discréditer le VE.

Posté le 10-03-2019 à 19:10:55 par PMC

@Julien
Choisir Enercoop et en général les énergies renouvelables pour les voitures électriques est une excellente chose. C’est un choix très responsable. Je vous suis parfaitement.

Posté le 11-03-2019 à 13:39:04 par Christophe

@Julien
Je suis un activiste du climat donc puisque vous dites "Limiter le réchauffement climatique me semble plus urgent" mes arguments devraient vous convenir.
Je note que vous ne les remettez pas d’ailleurs en question que vous cherchez seulement à les minimiser avec des arguments assez fallacieux.
En gros vous nous dites que bien qu’il soit très imparfait il faut aller vers le VE parce qu’il y a toutes les chances qu’il s’améliore avec le temps. Et si l’amélioration tant attendue ne se produit pas, on fait quoi ?
Pour ma part, je n’attends pas que la solution vienne de la technologie, j’agis en réduisant mon usage de la voiture. Et dans ce cadre un VE en propriété n’est pas pertinent.
Je ne discrédite aucune solution, je suis factuel je regarde les impacts de chacune en terme de pollution et de GES.

@Julien et PMC
Il n’y a qu’un seul fournisseur qui injecte en temps réel de l’électricité renouvelable en fonction de la consommation de ses abonnés et ce n’est pas celui que vous mettez en avant.
Les autres font seulement du gros GREENWASHING. Ils auront du crédit à mes yeux quand ils injecteront en temps réel l’équivalent de l’électricité consommée par leur abonnés.

Posté le 16-03-2019 à 09:25:10 par Julien

Bonjour,

@Christophe
Oui je pense vous connaitre un peu vu tous les commentaires que vous avez pu laisser depuis toujours. Et d’ailleurs merci pour toutes les précisions que vous apportez.
J’ai pour l’instant du mal à changer mes habitudes (j’habite à 22kms de mon travail - pas de train à proximité, juste possibilité de faire du covoiturage mais travail en 3*8 donc pas facile de trouver du monde). Mais je suis entièrement d’accord avec vous, les habitudes sont à changer.
En ce qui concerne les progrès technologiques, je constate que de plus en plus d’industriels se lancent dans différentes courses (fabrication de batteries, etc) et j’ai juste envie d’avoir confiance. Je ne vois pas trop d’autre solution pour le moment.

Quel est donc le seul fournisseur dont vous parlez ?
Je pensais avoir fait le tour en me référant au site de Greenpeace.

Désolé pour ce forum qui porte normalement sur la 208. J’aime beaucoup son design, dommage qu’elle soit si lourde en VE.

Merci d’avance
Julien

Posté le 16-03-2019 à 12:22:39 par Christophe

@Julien
http://www.enerzine.com/et-si-vous-consommiez-de-lelectricite-verte-en-temps-reel/26343-2019-01

Posté le 17-03-2019 à 11:06:49 par electronlibre

Que l’électricité soit injectée en temps réel ou non, cela ne change rien, il s’agit simplement de compensation. Pour être sûr de consommer renouvelable, il faut que chaque électron du réseau soit issu d’une production renouvelable(100% EnR), c’est encore loin d’être le cas en France...

Posté le 17-03-2019 à 18:21:20 par Ti-NE

La compensation comme rappelée par electronlibre favorise efficacement le développement des énergies renouvelables, en attendant un réseau 100% vert.

Posté le 18-03-2019 à 06:36:57 par Julien

Bonjour,
@Christophe,
Merci, je connaissais Planète OUI. Je ne connaissais pas l’accord qu’ils viennent de passer avec cette entreprise allemande.
Mais finalement cet accord ne consiste qu’en l’achat d’électricité d’origine hydroélectrique. C’est quelquechose que l’on peut faire soi-même déjà en France, sans passer par Planète OUI (voir le site de ILEK).
Acheter l’électricité issue des barrages d’eau me plait bien car c’est de l’électricité générée 24h/24 mais cet achat n’encourage pas la création de fermes photovoltaiques et d’éoliennes.
Je pense en fait qu’en achetant l’électricité hydroélectrique, on enlève, à la bourse de l’électricité, les KWh concernés. Donc finalement ça revient à faire du Greenwashing comme tout le monde.

Je suis d’accord avec Ti-NE.

Merci.
Julien

Posté le 18-03-2019 à 07:28:19 par Christophe

Au final, il ressort bien que la problématique est l’adéquation entre la production et la consommation.
Quand mon compteur linky indique 0 comme valeur pour la puissance appelée alors que j’ai bien des consommateurs qui sont branchés, je suis bien sûr que je consomme de l’électricité renouvelable en provenance de mes panneaux solaire en autoconsommation. Là je ne suis pas sur de la compensation mais bien sur de la consommation d’énergie renouvelable. Mais le problème est bien quand ils ne produisent rien, comme ce fut le cas en décembre et janvier ou quand ils produisent plus que ce dont j’ai besoin et là pour consommer de l’électricité renouvelable rien de mieux qu’une centrale hydroélectrique ou thermique alimentée en "carburant" renouvelable.

Posté le 18-03-2019 à 08:47:45 par Christophe

Un article intéressant qui permet de voir où est implantée la batterie : https://www.largus.fr/actualite-automobile/comment-est-fabriquee-la-nouvelle-peugeot-208-9686393.html
Et d’intégrer que celle-ci ne fait augmenter ni la hauteur du véhicule ni le plan de repos des pieds des passagers.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème Audi en ordre de bataille pour aller vers le tout électrique
Audi vient de préciser sa stratégie pour aller progressivement vers le tout électrique. Pour la firme d’Ingolstadt l’avenir est clairement électrique et elle s’apprête à...
Interview vidéo de Louis Nègre - Maire de Cagnes-sur-Mer
La Ville de Cagnes-sur-Mer soutient les Journées AVEM depuis maintenant 3 ans, son Maire Louis Nègre a ouvert la troisième édition par une allocution dans laquelle il...
La mobilité durable en pleine lumière au salon Autonomy
La 4ème édition d’Autonomy, le salon international des solutions de mobilité durable, se déroulera les 16 et 17 octobre à Paris dans la Grande Halle de La Villette....
Concept-car Nissan IMk, l’avant-goût d’une micro-citadine électrique
A quelques jours de la 46ème édition du Tokyo Motor Show qui ouvrira ses portes au public le 24 octobre, Nissan a commencé à dévoiler un nouveau concept-car qui...
Les Journées AVEM de l’électro-mobilité placent l’usager au cœur des débats
Organisées les 26 et 27 septembre à Cagnes-sur-Mer, les Journées AVEM de l’électro-mobilité étaient cette année centrée sur les défis actuels et futurs que la mobilité...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact