Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 



Posté le 30/01/2014 à 16:32 par Michaël Torregrossa - Lu 4614 fois - 9 commentaires

Isabelle Rivière, Présidente de l'AVEM et fondatrice des Assises IRVE.
Isabelle Rivière, Présidente de l'AVEM et fondatrice des Assises IRVE.
Présidente de l’AVEM et Fondatrice des Assises des Infrastructures de Charge pour Véhicule Electrique, Isabelle Rivière revient sur la troisième édition de l’événement qui aura lieu à Nice les 5 & 6 février prochains.



Isabelle Rivière, les 3èmes Assises des Infrastructures de Charge des véhicules électriques auront lieu à Nice les 5 & 6 février. Des Assises marquées par une dimension résolument européenne cette année ?

Oui, absolument. Pour cette troisième édition, il fallait innover, prendre du « champ ». Nous avons décidé de regarder ce qui se faisait ailleurs pour comprendre ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas et surtout, laisser les industriels, les gouvernements et tous les acteurs engagés s’en inspirer, échanger... pour continuer à mobiliser un écosystème qui grandit. Il est très différent de ce que l’on aurait pu imaginer en février 2012, lors des premières Assises.


Après la Norvège l’an dernier, un coup de projecteur sera cette fois donné sur les expériences menées en Irlande et aux Pays bas ?

Oui, l’objectif était de mettre en présence les acteurs de l’écosystème qui constituent le « business-model ».

Le ministre irlandais des transports, Alan Kelly TD, sera l'un des invités d'honneur des Assises
Dans le cas d'un pays comme la République d’Irlande, il y a un déploiement prévu de 1500 bornes publiques entre l’EDF local (ndlr ESB) et le gouvernement irlandais dont nous avons la chance et l’honneur d’avoir le témoignage, mercredi 5 février. Monsieur le Ministre Alan Kelly expliquera les raisons de l’engagement du gouvernement de la République d’Irlande sur ce projet d’éco-mobilité qui le positionne très en pointe.

Les Pays-Bas, eux, ont un autre modèle, très différent, et nous avons choisi de faire intervenir trois acteurs engagés dont la première Fondation, les précurseurs vers lesquels tout le monde se tourne lorsqu’on pense déploiement : la Fondation e-Laad qui a été créée en 2010.

Il y aura à la fois le directeur de la Fondation mais aussi un métier très prisé pour l’avenir du déploiement des bornes de recharge et de l’électro-mobilité... c'est le métier d’opérateur avec le fondateur de The New Motion.

Toujours à propos des Pays-Bas, il y aura aussi un entrepreneur, avec un témoignage très intéressant, pour le développement de bornes de recharge rapides dans des stations services. Ceci illustrera un modèle extrêmement différent de celui de la France. Nous allons nous inspirer de ces modèles et comprendre comment ils s’y sont pris…



Outre ces deux pays à l’honneur, la Commission Européenne sera également très présente ?

Laure Chapuis, conseillère du Vice-président en charge des transports, le Commissaire Européen Siim Kallas, sera l’un des deux intervenants de la Commission aux Assises.
L’an dernier, nous avions eu Olivier Onidi qui était venu présenter le projet de Directive CPT qui avait à peine 15 jours.

Aujourd’hui, ce projet à suivi un long chemin, pas toujours tranquille, et nous avons l’honneur d’accueillir la conseillère du Vice-président en charge des transports, le Commissaire Européen Siim Kallas. Ce sera donc le cabinet de Siim Kallas qui sera représenté en la personne experte des bornes de recharge et du suivi du projet de Directive, Laure Chapuis, qui fera l’introduction des Assises. En tant que partenaire officiel cette année, la Commission Européenne a souhaité repositionner « pourquoi » il était important « d’agir aujourd’hui pour mieux vivre demain ».

Ce sont bien les enjeux d’une mobilité décarbonée et le Zéro Emission qui ont mobilisé la construction de ce programme.



Le groupe Bolloré viendra également parler de son implantation à Londres où il a remporté un grand marché ?

Effectivement, nous avons le Directeur Général de IER Blue Solutions qui viendra expliquer en quoi consiste ce marché. Souvent lorsqu’on pense à IER Blue Solutions, on pense à l’autopartage Bolloré type Paris, Bluely ou Bordeaux.

En fait, Source London est sous un autre modèle, totalement différent. C’est un marché sans autopartage où il y a un déploiement de bornes très important : 1400 points de charge. Dans ce cadre là, le groupe Bolloré apparait donc comme un opérateur et c’est très intéressant car autour de ce métier se cristallise beaucoup de passion en ce moment.



Les constructeurs automobiles seront très présents lors de ces Assises. Ils continuent à miser sur le véhicule électrique malgré un démarrage timide des ventes ?

Cette année, nous avons quatre « poids-lourds » engagés dans l’électro-mobilité à travers une session qui s’intitule « l’engagement des constructeurs dans l’électro-mobilité : libre propos ».

Pourquoi ? Simplement parce que, souvent, lorsqu'on entend parler d’électro-mobilité on dit « Oh ! il n’y a pas beaucoup de ventes de voitures… ». Alors les chiffres sont ce qu’ils sont, l’engouement est là, les constructeurs investissent, chacun à leur façon, chacun dans leur style et… je leur ai demandé de venir témoigner.

Aujourd’hui, l’électro-mobilité est plus un centre de coût que de profit et pourtant ils y croient et chacun développe une philosophie et un « business model » qui est très spécifique.

BMW sera là avec un représentant de la marque BMW i3, la responsable du programme VE du Groupe Renault et Nissan également.

Enfin, et c’est vraiment une première pour la France, il y aura un représentant du groupe Volkswagen qui a sorti son 1er modèle purement électrique mi-décembre à Paris : la E-up. Celle-ci sera d’ailleurs présente aux Assises pour des essais.





Alors pour vous, 2013 était « l’année zéro » de l’électro-mobilité, 2014 sera vraiment « l’année 1 » du déploiement des Infrastructures de Charge. ?

Oui. Pourquoi ? Je prendrais pour commencer, un point qui a cristallisé beaucoup de critiques, ce sont les 50 millions du Grand Emprunt destinés au déploiement des bornes de recharges via le dispositif financier de l’ADEME.

Ce dispositif a été lancé en janvier 2013, donc un an après nous pouvons faire un bilan. C’est ce que nous ferons à travers des cartographies qui seront les premiers outils concrets de l’Observatoire du déploiement des infrastructures de recharges pour véhicules électriques que nous développons. 2014 sera l’année 1 du déploiement avec un chiffre de 6.500 bornes à ce jour qui devrait au moins doubler d’ici 2015.



Cet Observatoire sera présenté au cours de ces Assises ?

Oui, nous avions lancé l’idée de l’Observatoire en Juin dernier, lors d’un congrès ami, Innovative City Convention, qui a eu lieu à Nice.

Cette idée a continué à se nourrir de données, notamment pour savoir qui a déposé un dossier ? Avec combien d’argent ? Combien de bornes ? Quels départements ? Quels syndicats d’énergie ? Quelles régions ? Pour déployer quoi ? Avec quels types de prestataires ? etc…
Donc nous aurons ces premières informations sur l’utilisation des fonds publics dans le déploiement.



3èmesAssises des Infrastructures de Charge - En savoir plus

S'inscrire aux Assises

Télécharger le programme complet

Le site des Assises


Mots clés : Assises IRVE 2014 | Isabelle Rivière
Catégories : Borne de recharge |

Commentaires

Posté le 31-01-2014 à 00:55:23 par Didier

2004, l’année zéro ? Il n’y a pas de quoi être fière car il y a des VE sur les routes depuis 20 ans...

Posté le 31-01-2014 à 04:22:33 par Ryssen

Je préfère voir quelques bornes vraiment utiles utilisées... qu’une multitude de ces bornes pas utilisées, et financées sans supervision par les contribuables.

L’électrique est encore à sés débuts dans l’automobile: Attention au gaspillage:
- L’hybride qui est un succès n’a pas besoin de bornes...
- Le Véhicule hybride rechargeables qui s’annonce bien aussi n’a pas besoin de bornes publiques (car il marche sur un principe de recharge à domicile)...
- Le véhicule avec Range Extender (BMWi3), a peut etre besoin de bornes effectivement sur les autoroutes, car le carburant est aussi important que la batterie pour cela.
- Le véhicule 100% électrique ne dépasse pas les 150km réels (ormis Tesla). C’est un véhicule qui sert à faire des déplacements courts depuis son domicile, ou il se recharge. Il n’a besoin de bornes publiques simplement en cas d’urgences pour ceux qui ont mal prévu leur déplacement quotidien. Ces bornes seraient alors utiles en centre ville plutôt (la ou les gens vont travailler), pas vraiment ailleurs !

Il ne faut pas oublier que la recharge prend environ 3, 4 heures pour récupérer 70km. Cela implique qu’une borne n’est utilisée que pour une ou deux personnes par jour. Pas plus... (sans meme parler des problemes de compatibilité des types de recharges: une borne peut accepter une Zoé renault mais pas une Nissan, ni une BMWi3, les trois voitures les plus vendues).

Si leur présence est réellement utile dans certains cas, leur omniprésence l’est beaucoup moins ! Et même si cette évolution dans le secteur de l’automobile est passionante, attention à ne pas s’enflammer ou créer une bulle financière. Il faut faire en sorte qu’il y ait une bonne supervision de leurs installations !

Posté le 31-01-2014 à 09:28:14 par A 10,000 € la borne...


.. on continue de tondre le contribuable, visiblement la moisson des Collectivités n’a pas tout à fait cessé, malgré la crise...

Heureusement que des personnalités "bien inspirées" ne sont pas dupes de cette arnaque manifeste...

Anne Hidalgo par exemple vient d’annoncer officiellement l’installation généralisée dans les rues de Paris de simples petites bornes à charge lente – beaucoup moins chères à l’installation, et quasiment sans entretien car pas « d’interface intelligente » parfaitement inutile - couplées à l’éclairage urbain ("un lampadaire, un VE" ) permettant de charger tranquillement la nuit en batch, et surtout gratuitement...

Pour les "pressés" adeptes de la charge rapide, il leur suffira de "passer à la caisse chez Vinci" ou autres en sous-sol qui leur factureront 9 euros ce que EDF facturera 1 à Vinci, la tradition est respectée. Donc, charge rapide en sous-sol chez Vinci pour les pressés. Charge lente et gratuite aux heures creuses qui arrangent tout le monde en surface (un "plein" suffit au déplacement hebdomadaire moyen).

Et "sous le lampadaire" : le VE est beau, intelligent et propre; Il doit se voir et "s’auto-markété"!

Cette idée d’Anne Hidalgo est brillantissime, même Oslo, pourtant très en avance sur Paris, est séduite par le concept et en train de l’adopter... :)

Posté le 31-01-2014 à 09:46:42 par S’auto-markéter...

... Désolé... Un anglicisme couplé à une faute de conjugaison, cela fait beaucoup... Je corrige ! :)

".. on continue de tondre le contribuable, visiblement la moisson des Collectivités n’a pas tout à fait cessé, malgré la crise...

Heureusement que des personnalités "bien inspirées" ne sont pas dupes de cette arnaque manifeste...

Anne Hidalgo par exemple vient d’annoncer officiellement l’installation généralisée dans les rues de Paris de simples petites bornes à charge lente – beaucoup moins chères à l’installation, et quasiment sans entretien car pas « d’interface intelligente » parfaitement inutile - couplées à l’éclairage urbain ("un lampadaire, un VE" ) permettant de charger tranquillement la nuit en batch, et surtout gratuitement...

Pour les "pressés" adeptes de la charge rapide, il leur suffira de "passer à la caisse chez Vinci" ou autres en sous-sol qui leur factureront 9 euros ce que EDF facturera 1 à Vinci, la tradition est respectée. Donc, charge rapide en sous-sol chez Vinci pour les pressés. Charge lente et gratuite aux heures creuses qui arrangent tout le monde en surface (un "plein" suffit au déplacement hebdomadaire moyen).

Et "sous le lampadaire" : le VE est beau, intelligent et propre; Il doit se voir et "s’auto-markéter"!

Cette idée d’Anne Hidalgo est brillantissime, même Oslo, pourtant très en avance sur Paris, est séduite par le concept et en train de l’adopter... :)

Posté le 31-01-2014 à 09:44:01 par Phenix83

@Ryssen,d’accord avec vous; ZOE par ex est une voiture de déplacements de proximité ne dépassant pas 160 km en une journée.L’idée d’en semer sur les routes et autoroutes n’est pas mauvaise en soi mais il faut des bornes puissantes qui puissent recharger au maximum en 1h sinon le temps d’immobilisation à la borne est trop long .Aujourd’hui en France la puissance des bornes publiques installées est trop faible et souvent inférieur à 22 kW .Pourtant avec son cable standard de charge ZOE peut se recharger à 100% en moins d’une heure 1 h (batterie 22 kWh presque vide).

Posté le 31-01-2014 à 12:00:25 par Ryssen

Bonjour,

Je crois que mn analyse est bonne si l’on veut vraiment réduire au minimum le gaspillage. Pour l’instant, le VE ne peut tout simplement pas se concevoir pour la majorité des intéressés sans une recharge sûre à son propre domicile, dans son garage ou sa place de parking privée.

Apres, si on veut aller plus loin, et promouvoir le VE, vous avez raison, il faut depenser et tenter des expériences, mais prudemment et à petite échelle ! Ainsi, pour moi, vos idées sont bonnes mais pas encore completement cohérent financierement:

- une prise par lampadaire: très bonne idée, c’est sur que pas besoin d’une grosse borne quand une simple prise suffit, et ca réduit les travaux de voirie. Par contre, si les lampadaires sont utiles pour tous, les prises ne le sont pas pour les automobilistes non VE (98% des gens)... Ces derniers seront donc injustement avantagés. Et puis, déja qu’il faut chercher longtemps une place libre le soir, alors en trouver une avec un lampadaire et une prise électrique, ca peut prendre pas mal de temps. Je crois donc qu’il faut que cela reste conçu comme une solution d’urgence.

- les bornes de recharges rapides, oui effectivement 1h ou 30 min c’est mieux que 3, ou 4 heures mais cela reste encore long quand on compare à un simple plein d’essence ou quand on se dit qu’il faudra le faire souvent. Sur les voies rapides ou autoroutes, pour les rares trajets longs effectuées en VE... Sur les parkings pour les encore rares propriétaires de VE... Ok à la limite, mais alors, il faut les rendre payants vraiment pour les rentabiliser car ils coutent chers !

Posté le 01-02-2014 à 08:00:35 par Paco

Il faut garder à l’esprit que les bornes de recharge coûtent rien en comparaison d’une simple station service.

Aujourd’hui on peut acheter une borne 22kWh à moins de ... 1000 € hors pose !

Certes une borne 43kW compatible Zoé et Leaf (Chademo) est plus chère

On pourrait équiper la France entière de bornes avec ce que nous coûte un jour de carburant à l’échelle nationale...

Pour faire des corridors électriques, il faudrait peu de bornes rapides à l’échelle nationale : 2 entre Toulouse et Bordeaux, 2 entre Perpignan et Toulouse, 3 entre Bordeaux et Paris. Voilà 1 tiers des couloirs autoroutiers couverts avec 7 bornes, soit moins cher qu’une seule station service !

Voilà, je pense qu’il est intéressant de mettre tout ça en perspective.

Equiper la France de bornes ne coûte rien au contribuable. (Bien moins que ce qu’on a mis pour subventionner le charbon, incommensurablement moins que ce qu’on met pour "subventionner" le nucléaire, etc.)

Posté le 03-02-2014 à 10:36:00 par @ Ryssen

Pour revenir sur votre remarque "Un lampadaire, un VE", c’est bien sûr un raccourci de communication. Mais dans la "vraie vie", l’idée est jouable...

Les services de la Ville de Paris ont commencé l’inventaire des rues disposant de stationnements de surface. Il y a un lampadaire environ tous les quinze véhicules, ce qui n’est pas rédhibitoire... Il suffira de réserver cette place "au pied du lampadaire" aux VE à partir de 19:00 le soir, et le tour est joué... Ce sont les résidents n’ayant pas de parking ou de prise dans ce parking qui en profiteront. Avec le plaisir de pouvoir garer leur voiture plus facilement en rentrant le soir, et ce dans l’endroit le mieux éclairé de leur rue...

Difficile de trouver plus incitatif et moins coûteux... Et une fois qu’une idée est entrée dans une réflexion collective... :)

Posté le 04-02-2014 à 04:34:18 par Ryssen

Bonjour,

Oui effectivement, 1/15 place réservée au VE, cela semble honnête et acceptable au début.

Meme si bon, si la place du quartier est prise, et que les deux autres du quartiers le soient aussi à cause d’une voiture essence en infraction de stationnement. Imaginez que la 4eme borne soit hors de service... Bon ca veut dire qu’il faudra pas mal tourner et il faudra etre sur que la batterie du VE ne soit pas déjà vide. Mais bon oui de toute facon, je suis d’accord, c’est une bonne idée. Déja rien pour éviter les pannes en cas d’urgence, c’est une bonne idée.

Et puis il y a trop de chose qui maintenant roulent pour le VE pour arreter la dynamique:
- l’option Rex qui peut donner de l’autonomie (type BMWi3)
- les options de recharges en voie publics (sur lampadaire, mais aussi bornes par induction)
- l’intérêt des VE, et Scooter électriques contre la poluution en ville
- le fait qu’un moteur électrique soit plus efficient qu’un moteur thermique
- la diversité des VE actuels (vélo, scooter élec pliables (XO2), etc..., voitures VE de petites tailles)

Dans l’idéal, je crois que les gens passeraient alors par une solution de solution de recharge sur voie publique la première année, puis trouveront une place de parking réservée avec prise les années suivantes.

Et peut être qu’en ville, les places de parkings avec recharge à induction (qui demandent par contre un peu de dépense de voirie) s’ajouteront aussi par la suite à cette option de recharge sur lampadaire. Ce qui serait pas bête non plus.

Toute la question est de savoir si le VE (et scooter élect) est vraiment le véhicule du futur, si on croit à sa nécessaire adoption, ou si on pense que plus tard, on roulera autrement, tous en hybride simple, en H2 ou toujours en Benzin très économe...



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Infrastructures de charge pour véhicules électriques

Découvrez notre dossier spécial
AVEM
Retrouvez notre dossier complet sur les infrastructures de charge pour les véhicules électriques : actualités, vidéos, fournisseurs, localisation des bornes, différents types de bornes...

Accéder au dossier
Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Journées AVEM de l'électro-mobilité
Du 26/09/2019 au 27/09/2019 - Cagnes-sur-Mer

L’AVEM organise sa troisième édition des Journées AVEM de l’électro-mobilité, qui aura lieu à Cagnes-sur-Mer les 26 & 27 septembre 2019. Cet événement permettra aux...
A lire également / sur le même thème Les 5ème Assises IRVE dévoilent son programme
Fidèle partenaire des Assises IRVE qui correspondent bien à sa volonté de privilégier le développement durable et l’innovation, la Métropole Nice Côte d’Azur accueillera...
Nice : 5ème anniversaire pour les Assises IRVE
La cinquième édition des Assises IRVE se déroulera les 11 et 12 février à Nice, au Centre Universitaire Méditerranéen sur la Promenade des Anglais. Rencontre avec...
ePrix de Monaco : Isabelle Rivière invitée de France 3 Côte d’Azur
C’est à quelques heures du départ du ePrix de Monaco, que la présidente de l’Avem était invitée à s’exprimer sur les liens possibles entre la Formule E et les voitures...
VE & transition énergétique – Isabelle Rivière invitée de BFM TV
Valérie Formond (Schneider Electric) et Isabelle Rivière (AVEM) ont répondu aux questions de Nathalie Croisé dans le nouveau format de son émission traitant d’un sujet...
Quand Sénat Info explique la voiture électrique et la proposition de loi pour un déploiement national
Alors que le 17 juin, la PPL sur le déploiement d'un réseau national d'IRVE sera à nouveau discutée en Commission des Affaires Economiques, à l'Assemblée Nationale,...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact