Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 02/12/2019 à 06:00 par EMMANUEL MAUMON - Lu 1963 fois - 10 commentaires


Des navettes 100% électriques pour l’Aéroport de Nice


Dans le prolongement de nombreuses actions qui lui ont permis de devenir le premier aéroport de France à atteindre la neutralité carbone et de son engagement à atteindre le seuil de zéro émission d’ici 2030, l’Aéroport Nice Côte d’Azur a mis en service ce week-end une flotte de 3 bus 100% électriques afin d’effectuer 7 jours sur 7, de 4h30 à 00h30, les navettes entre ses deux terminaux et les différents parkings de la deuxième plateforme aéroportuaire française.
En faisant le choix du 100% électrique, l’aéroport renforce son offre de mobilité douce et va réduire de 250 tonnes eq. CO2 les émissions de gaz à effet de serre générées sur l’ensemble de la plateforme. Pour le Président du directoire des Aéroports de la Côte d’Azur, Dominique Thillaud : « Après la mise en service en décembre 2018 de l’extension du réseau de tramway jusqu’aux terminaux, c’est une fierté de devenir le premier aéroport de France à proposer des navettes gratuites 100% électriques à nos passagers, leurs accompagnants et à nos collaborateurs. Cette innovation renforce notre politique de préservation de notre territoire et de développement de son attractivité ».


Un premier test dès 2014

Dès octobre 2014, l’aéroport avait déjà expérimenté une navette électrique pour le transport des passagers d’un terminal à l’autre. Un bus à autonomie illimitée, exploité par Transdev et fabriqué par PVI. Une navette équipée du système WATT de recharge ultra rapide « à biberonnage », qui alimente le bus tout au long de son parcours de 4 km entre les différents sites de l’aéroport. A chaque arrêt, un bras robotisé situé sur le toit du bus vient se raccorder automatiquement à un totem alimenté par le réseau électrique standard. Une fois ses super condensateurs rechargés en 20 secondes, le bus dispose d’une autonomie suffisante pour atteindre l’arrêt suivant.
Au terme de 18 mois d’expérimentation, Transdev avait dressé un bilan positif de cette navette électrique de 12 mètres qui a transporté plus de 65 000 passagers sur plus de 12 000 kilomètres et permis une économie de 4 400 litres de carburant. Même si ce projet ne fut pas prolongé au-delà des 18 mois prévus, sa mise en place a permis, selon Transdev, d’établir des axes de développements pertinents pour relever les défis de la mobilité électrique, notamment la maîtrise de nouvelles solutions de stockage et de transfert d’énergie.



Deux lignes de tramway au départ de l’Aéroport

La technique de recharge par biberonnage est d’ailleurs utilisée par les deux nouvelles lignes du tramway niçois, même si la technologie utilisée par Alstom prévoit cette fois une alimentation des rames par le sol à chaque arrêt. L’arrivée du tramway pour desservir les deux terminaux, marqua une nouvelle étape dans la stratégie zéro émission de l’Aéroport de Nice. Ce dernier a participé financièrement à l’extension du réseau de tramway afin d’être raccordé directement au centre-ville ainsi qu’au nouveau pôle de développement que représente l’Eco-Vallée ou 25 000 emplois sont attendus à l’horizon 2025.
Aujourd’hui, deux lignes de tramway assurent non seulement, avec un accès gratuit pour les déplacements au sein de la zone aéroportuaire, la desserte des deux terminaux, mais permettent aussi d’accéder au cœur de la ville de Nice via la ligne 2 dont le dernier tronçon allant jusqu’au port sera inauguré dans quelques jour. De son côté, la nouvelle ligne 3 est susceptible d’emmener les passagers de l’aéroport sur les pôles majeurs de l’Eco-Vallée ainsi qu’au stade de l’Allianz Riviera. Si ces deux lignes permettent d’assurer tous les transferts d’un terminal à l’autre, il fallait également trouver une solution écologique pour desservir tous les autres sites et les parkings de l’aéroport.



3 nouvelles navettes électriques

Justement, la mise en service de 3 navettes 100% électriques, exploitées par Transdev, constitue cette solution. Longs de 12 mètres, ces bus pourront accueillir jusqu’à 96 personnes avec 26 places assises. Ergonomiques, silencieux et confortables, ils arboreront une livrée rappelant les mouvements de la mer, avec une peinture extérieure métallisée bicolore bleu et argent. Et parce que l’exceptionnel se mesure aux détails infimes, un diffuseur de parfum se déclenchera à chaque ouverture des portes.
L’acquisition de cette flotte a bénéficié du soutien de la Région Sud et de la Métropole Nice Côte d’Azur. Pour ces deux collectivités, la mise en place de navettes électriques au sein de l’aéroport est totalement en phase avec leurs Plans Climat-Energie dont l’une des priorités est de rendre la mobilité plus propre sur leur territoire. Transdev est également particulièrement fier d’être le premier à installer des bus électriques sur un aéroport français. D’autant plus que le groupe est parvenu à le faire dans des délais très serrés, grâce aux excellents rapports qu’il entretient avec le constructeur de ces bus : Mercedes.



Le choix de l’eCitaro de Mercedes-Benz

Transdev a en effet choisi les eCitaro Mercedes-Benz pour opérer ce service de navettes. Derrière leur apparence élégante, ces bus électriques cachent un concentré de technique qui déploie une performance maximale et une haute efficacité énergétique. Dans l’endroit habituel du moteur thermique, le véhicule abrite 4 packs de batteries NMC, tandis que 8 autres packs sont positionnés sur le toit. Chaque pack de batteries étant constitué d’une unité de commande et de 15 modules cellulaires comportant chacun 12 cellules, pour une capacité totale de 253 kWh. La recharge en courant continu s’effectue sur des bornes de recharge classique, via une prise Combo 2.
Ces batteries alimentent 2 moteurs de moyeux de roues ZF AVE 130, d’une puissance totale de 250 kW, avec un couple de 2x485 Nm. Pour économiser de l’énergie, l’eCitaro est doté d’un régulateur d’accélération grâce auquel le véhicule accélère à pleine charge avec la même dynamique, qu’il quitte un arrêt de bus ou redémarre aux feux et qu’il soit vide ou bondé. Mercedes se félicite que son eCitaro ait été retenu par Transdev et par l’Aéroport Nice Côte d’Azur. Le constructeur considère que cela constituera une formidable vitrine pour ce bus qui ouvre la voie à la mobilité électrique au cœur des villes.





Mots clés : Mobilité électrique | Véhicules électriques | Bus électriques | eCitaro | Mercedes-Benz | Aéroport Nice | Transdev
Catégories : Bus électrique et hybride |

Commentaires

Posté le 02-12-2019 à 07:48:05 par Vérité

Et les avions continuent de décoller, voler et atterrir en utilisant du kérosène, et encore pour très longtemps.
Gros, très gros greenwashing, pour ne pas remettre en question l’existence même de l’aéroport.

Posté le 02-12-2019 à 13:18:39 par Daniel

@ Vérité
Il faut bien commencer quelque part, et surtout par là où c’est réalisable. Les avions électriques ne sont pas pour demain, ni sans doute pour après- demain. Les petites rivières ...

Posté le 02-12-2019 à 20:32:55 par Pierre

Félicitation pour cette belle initiative. C est avec ce type d’amélioration que l on va progressivement rendre nos villes plus propres et nos,aéroport plus agréables et modernes . Bravo à l aeroport de Nice Cote d’Azur

Posté le 03-12-2019 à 08:12:08 par Vérité

@Daniel Pierre
C’est tout bonnement très insuffisant.
La loi n° 2019-1147 grave dans le marbre l’objectif de neutralité carbone de la France en indiquant "d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050 en divisant les émissions de GES par un facteur supérieur à 6".
Un facteur 6 c’est 83 % de réduction.
Si on ne s’attaque pas aux gros émetteurs on ratera l’objectif.
L’avion il faut oublier, il ne suffit pas de venir ou de repartir de l’aéroport dans un véhicule électrique.

Posté le 03-12-2019 à 10:52:08 par Daniel

@ Vérité
Oublier l’avion, soit. Alors, expliquez moi déjà comment tous les participants aux COP XX se sont rendus sur place. A pieds, à cheval, en voiture ? Ou en train, à la nage ? Il faut donc aussi stopper les navires de croisière et de transport maritimes de marchandises. Que proposez vous à la place ? Personnellement, je préfère l’écologie réaliste à l’écologie punitive. L’aviation, comme la navigation, trouvera aussi sa solution pour moins polluer avec des carburants alternatifs. En attendant, soyons écolo tout de suite là où c’est réalisable.

Posté le 03-12-2019 à 11:16:42 par Vérité

@Daniel
L’écologie réaliste c’est de reconnaître que l’aviation pollue et qu’il n’y a à ce jour pas d’alternative propre donc il faut bannir le tourisme de masse en avion.
L’écologie réaliste c’est de faire la même analyse sur tous les domaines et de prendre les dispositions qui s’imposent donc bannissement des navires de croisière, du transport maritime de marchandises, etc. On peut s’en passer.
C’est réalisable de suite et très efficace pour réduire nos problèmes et éviter d’aller dans le mur. C’est punitif uniquement pour les pseudo-ecolos qui pratiquent le greenwashing.

Posté le 03-12-2019 à 14:25:36 par Daniel

@ Vérité
Chacun la sienne. L’écologie selon Greta, par exemple, c’est de se pavaner en voilier dont les skippers ont pris l’avion dans un sens ou dans l’autre pour avant ou après la traversée. En attendant, je roule en voiture hybride. Et vous ?

Posté le 03-12-2019 à 14:40:21 par Vérité

@Daniel
Moi en VAE jusqu’à la gare, puis TER électrique puis marche jusqu’à mon bureau.
Sinon j’habite un logement passif et je mange végétarien et local.
Le facteur 6 c’est déjà une réalité pour moi.
Par contre les activistes du VE ou de l’hybride qui viennent habiter dans mon village pour des questions soit-disant bassement matérielles, ils en sont encore très loin et ont beaucoup d’efforts à faire.

Posté le 05-12-2019 à 10:07:08 par Patrick

@Vérité - 0Daniel C’est très bien de fustiger untel ou untel mais sans argument c’est inutilement polémique, inefficace et stérile. L’aviation pollue certes mais ne contribue qu’à hauteur de 2,6% (cf IPCC, EASA and Earth Syst. Sci. Data, 9, 697-720, 2017) aux émissions globales de CO2, 859 Mt en 2017 pour un total de 37.000 Mt, à eux seuls les feux de forêt représentent 8.000 Mt soit 21,6% ! Greenwashing peut-être mais il faut bien commencer quelque part et toute initiative allant dans le bon sens et positive pour tous. Allez lire le Flightpath 2050 Europe’s Vision for Aviation publié par la commission européenne. Quant au transport maritime là aussi les opérateurs font d’énormes effets pour réduire leurs émissions, depuis 2005 les émissions de SOx sont encadrées par l’IMO (International maritime Organization) mais à partir du 1 janvier 2020 le taux de soufre passera des 3,5% actuels à 0,5% m/m (mass by mass). Certaines zones vont déjà plus loin en limitant aussi les émissions de NOx et de particules. Il a par ailleurs été décidé en 2018 que les émissions de CO2 globales de la profession devront être diminuées de 50% en 2050 par rapport aux émissions de 2008. L’IMO encourage les armateurs à changer de carburant, ce que commence à faire certains comme la CMA CGM qui a opté pour le GNL pour plusieurs de ses navires porte-conteneurs, l’IMO encourage aussi le développement de motorisation hybrides diesel électrique mais aussi l’émergence de systèmes de propulsion purement électriques avec stockage batteries ou hydrogène, elle encourage enfin la production de l’énergie 100% électrique pour l’hotel load.

Posté le 05-12-2019 à 13:21:07 par Vérité

@Patrick
En interdisant les avions on réduit les émissions de GES de 2,6%. Dans les faits bien plus parce que les 2,6% concernent uniquement la combustion de kérosène.
Pour atteindre les plus de 83% de réduction, il y a encore des efforts à faire, par exemple en interdisant les voitures.
Les petits pas ne suffisent pas, il faut passer à la vitesse supérieure.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Evènement partenaire
Ever Monaco
Ever Monaco
Du 28/05/2020 au 30/05/2020 - Grimaldi Forum, Monaco

EVER de Monaco est un événement organisé chaque année par l'association MC2D (Monaco Développement Durable). Le salon est entièrement dédié aux véhicules écologiques et...
A lire également / sur le même thème Les perspectives de développement de la micromobilité
Au travers de son Centre pour la Mobilité Future, le cabinet de conseils McKinsey fournit régulièrement des informations de pointe afin de façonner l’avenir des...
OppCharge, une solution normalisée pour la recharge des bus électriques
Alors que l’acquisition de flottes de bus électriques se développe fortement en Europe pour répondre aux exigences de la lutte contre le réchauffement climatique et...
Un rapport sur l’intégration de la mobilité électrique
Enedis vient de publier un rapport sur l’intégration de la mobilité électrique dans le réseau public de distribution d’électricité. Un rapport qui intervient dans un...
Démarrage en deux temps pour la saison de Formule E
La saison 2019-2020 de Formule E a débuté ce week-end par deux courses disputées en Arabie Saoudite sur le circuit en ville d’Ad Diriyah situé à proximité de la capitale...
Ford se lance dans l’électrique au galop
Retour sur la présentation lundi à Los Angeles de la Ford Mustang Mach-E, un SUV qui reprend l’un des noms les plus emblématiques de l’automobile pour le faire entrer...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact