Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 09/12/2016 à 09:30 par Emmanuel MAUMON - Lu 1869 fois - 1 commentaire


De nouveaux horizons pour Plus de Bornes, lauréat Green Tech Verte


Implantée à Saint-Tropez, la société Plus de Bornes fait partie des lauréats, dans la catégorie « Mobilité durable », de l’appel à projets Green Tech Verte lancé par le Ministère de l’Environnement pour soutenir les startups du numérique dans leur effort d’innovation en faveur de la croissance verte. Plus de Bornes a été distinguée pour son projet, intitulé « Charge.fr », pour déployer les bornes de recharge de véhicules électriques. La société créée par Romain Vincent développe en effet des solutions logicielles dans le domaine de la supervision, susceptibles de transformer n’importe quel électricien en un opérateur de bornes. Entretien avec Romain Vincent pour évoquer les nouveaux horizons, tournés notamment en direction de l’international, vers lesquels s’engage Plus de Bornes.

Romain Vincent, peut-on tout d’abord parler de la genèse et de l’historique de votre société Plus de bornes ?

J’ai créé Plus de Bornes en Septembre 2013 à Saint Tropez dans le cadre d’un projet de création d’entreprise réservé aux salariés du groupe EDF. J’étais à l’époque Chef d’agence, responsable d’une centaine de personnes chez ERDF devenu aujourd’hui Enedis. J’ai une formation d’ingénieur en électronique et en informatique et après plusieurs années à m’occuper des pannes et de l’entretien du réseau chez Enedis, j’avais une bonne vision de la révolution numérique qui était en train de se passer dans le monde de l’énergie. Ce qui me passionne, ce sont les réseaux électriques intelligents (smart grids) et la brique des smart grids, qui correspondait le mieux à mes compétences, concernait les bornes de recharge pour véhicules électriques. Je suis donc parti avec l’idée de déployer un réseau de bornes de recharge au service du développement des énergies renouvelables.


De la constitution d’un réseau à la supervision de bornes


Vous avez ensuite fait évoluer le domaine d’activité de Plus de bornes ?

Historiquement, nous avons donc d’abord cherché à déployer dans le Sud-Est un réseau de bornes de recharge accessibles au public. Puis, à la recherche d’un modèle économique, nous avons construit un certain nombre d’outils dont une plateforme de supervision pour gérer les bornes de recharge d’un réseau. Nous nous sommes alors aperçus que nous avions plus de potentiel à commercialiser cette plateforme. C’est actuellement plus facile pour nous de vendre de la supervision, y compris à l’international, que de vendre des bornes localement. Même si nous continuons à le développer, notre réseau d’une trentaine de points de charge dans notre région est aujourd’hui plus un démonstrateur de notre savoir-faire.





Quel sont les types de clientèles que vous visez en priorité ?

Même si nous avons un produit destiné aux particuliers sur notre boutique en ligne, nous avons toujours été spécialisés dans les bornes de recharge sur le domaine public. Des bornes interopérables, accessibles à tous et pour lesquelles on paye pour la recharge. Même si nous souhaitons toujours développer notre activité d’opérateur de réseau dans laquelle nous installons et nous gérons les bornes sur site, nous misons clairement aujourd’hui sur la mise à disposition de nos outils technologiques, nécessaires pour exploiter des bornes de recharge de manière efficiente. Avec nos solutions logicielles, n’importe quel électricien qualifié peut devenir un exploitant de bornes de recharge à la dimension qu’il souhaite, d’une ou deux bornes à mille bornes. Ainsi, un supermarché peut parfaitement recourir à son électricien pour installer et exploiter une borne de recharge, plutôt que de faire appel à un spécialiste, fabricant ou opérateur d’un grand réseau de bornes.


Pour une interopérabilité maximale


Par rapport à vos concurrents, quelles sont les spécificités de Plus de bornes ?

Même si nous proposons tout un écosystème à nos clients, notre véritable produit est le logiciel de supervision du réseau. Notre spécificité réside dans le fait que nous ne sommes ni fournisseur de mobilité qui apporte son badge d’accès ou son application smartphone, ni fabricant de bornes. Notre objectif est d’être compatible avec tous en cherchant la plus grande interopérabilité possible et en s’adaptant à toutes les bornes existantes. Nous sommes le seul acteur de la supervision à faire cela. Les autres ont tendance à imposer soit leur badge, soit leurs bornes. Nous, au contraire, notre message c’est de dire que la supervision doit être libre et neutre pour que l’on puisse se connecter sur n’importe quelle borne avec n’importe quel badge.

Pour les particuliers, quelles sont les conditions d’accès à vos bornes ?

Aujourd’hui, nous ouvrons l’interopérabilité de notre réseau de bornes. En complément du badge local « classique » destiné plutôt aux usagers réguliers du service de recharge. Les bornes connectées à notre plateforme sont susceptibles d’accepter également le badge KiWhi Pass qui est donné par de nombreux constructeurs automobile, mais aussi avec la solution PlugSurfing qui simplifie complètement le parcours client puisque vous n’êtes plus obligé de disposer d’un badge mais vous pouvez lancer et payer votre recharge directement sur une application smartphone. Nous avons commencé avec ces deux solutions car c’était celles que nos usagers réclamaient mais notre objectif est de pouvoir accepter toutes les solutions et que tous les usagers puissent se recharger sur les bornes de notre réseau et de ceux de nos partenaires qui utilisent nos logiciels.


Le regard tourné vers la Chine et l’international


Quels sont vos projets de développement dans les mois et les années à venir ?

Aujourd’hui, nous gérons directement ou indirectement près de 200 bornes. A fin 2017, nous espérons en gérer 1 000 et être présent sur 3 continents car nous sommes en négociations avancées avec de nombreux partenaires. Rien que notre partenariat en Chine avec « Borne Recharge China » pourrait représenter près d’un tiers de cet objectif. La Chine est déjà le premier marché au monde dans le domaine et les perspectives de croissance sont immenses.





Le fait d’être lauréat de l’appel à projet Green Tech Verte va-t-il faciliter votre déploiement à l’international ?

Bien sûr. Le fait d’être lauréat nous permet de bénéficier d’un premier accompagnement financier pouvant aller jusqu’à 150 000 euros. Nous allons également saisir l’occasion d’ouvrir notre capital pour la première fois et de rechercher des investisseurs pour accompagner notre développement. Nous allons lancer une levée de fonds en cherchant à obtenir 350 000 euros par l’intermédiaire d’un nouveau dispositif pour les startups qui s’appelle l’Accord d’Investissement Rapide. Dans cette recherche, nous ciblons particulièrement des investisseurs qui connaissent et utilisent déjà nos bornes. Le fait d’être situé à Saint-Tropez constitue un bel avantage. Nos bornes sont utilisées depuis plus de 3 ans par de nombreux usagers issus de toute l’Europe et qui ont pu mesurer que notre système fonctionnait parfaitement, ce qui n’est pas toujours le cas ailleurs.


Une levée de fonds pour accélérer le développement


Concrètement, à quoi va servir cette levée de fonds ?

Elle va nous permettre de nous développer de manière simultanée sur le marché français et à l’international. En France, il existe beaucoup de bornes qui ne sont pas supervisées aujourd’hui. Nous allons notamment proposer aux collectivités de superviser leurs bornes actuellement gratuites qui leur coûtent parfois des sommes très importantes. A l’international, nous allons chercher à renforcer notre implantation dans des pays comme la Chine ou en Afrique, tout en essayant de conquérir de nouveaux marchés en faisant mieux connaître nos solutions qui sont efficaces et peu onéreuses. Des solutions technologiques que nous continuerons à améliorer en investissant dans la R&D. Une recherche qui nous permettra également de développer d’autres solutions innovantes et d’aller plus loin notamment dans le domaine des smart grids. Une supervision intelligente doit aider les bornes de recharge à devenir de bons leviers d’ajustement pour la gestion de la demande sur les réseaux électriques et favoriser l’utilisation des énergies renouvelables. Le développement de ces dernières me tient toujours particulièrement à cœur.








Pour plus d'information

Plus de Bornes
Romain Vincent
09 Boulevard Louis BLANC
Espace des Lices
83 990 Saint-Tropez

Tel : 06 64 17 23 95
Mail : contact@plusdebornes.fr
Site : http://www.plusdebornes.net

Plus de Bornes est adhérent de l'AVEM et soutient nos actions.
Accéder à la fiche adhérent de Plus de Bornes


Catégories : Borne de recharge |

Commentaires

Posté le 09-12-2016 à 14:42:32 par Pierre

Bravo à cette startup française qui petit pas par petit pas, est en train de bien se positionner sur un marché en pleine explosion.

Un point ne reste cependant pas clair pour moi. D’après ce que je comprends, Plus de Bornes est connecté à plugsurfing et plugsurfing est maintenant interopérable avec sodetrel.
Doit-on comprendre que les usagers sodetrel peuvent accéder aux bornes Plus de Bornes ?
Dans ce cas, cela voudrait dire que Plus de Bornes acceptent les badges "locaux" + les badges Kiwhi + les badges Plugsurfing + les badges Sodetrel ? Cela fait probablement de Plus de Bornes le réseau le plus interopérable de France (sans parler de l’app smartphone Plugsurfing). Cela sans GIREVE a priori ...



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème L’Autopilot de Tesla mis hors de cause dans l’accident mortel de mai 2016
Le 7 mai 2016, en Floride, un camion coupe brusquement la trajectoire d’une Tesla Model S qui, roulant à vive allure, passe sous la remorque. L’habitacle est décapité,...
Les journées de l’électro-mobilité de l’Avem, c’est fin septembre 2017
Initialement prévues les 10 et 11 avril, les Journées Avem de l’électro-mobilité, destinées aux représentants des collectivités françaises et européennes, aux...
Hydrogen Council : L’hydrogène comme solution pour la transition énergétique
En marge du forum économique mondial qui se tient jusqu’à aujourd’hui, vendredi 20 janvier 2017, à Davos, en Suisse, 13 leadeurs industriels ont décidé d’une action...
Le Trophée Andros en version électrique
Créé en 1990 grâce à la rencontre d’un chef d’entreprise à l’esprit sportif, Frédéric Gervoson, et d’un sportif à l’esprit d’entreprise, Max Mamers, le Trophée Andros,...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact