Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 06/01/2015 à 11:43 par Philippe Schwoerer - Lu 8915 fois - 3 commentaires


Essai d'une BMW i3 © DR


Décret n°2014-1672

Le décret n°2014-1672 du 30 décembre 2014 qui institue une aide à l’acquisition et à la location des véhicules à moteur les plus vertueux pour l’environnement est en vigueur depuis le 1er janvier 2015. Rien de vraiment nouveau pour ceux qui comptent s’équiper d’un modèle électrique ou d’une hybride rechargeable peu énergivore. Le bonus, s’il n’est pas pris en compte au moment de l’achat ou de la signature du contrat de location, devra être réclamé directement par l’acquéreur en adressant à l’Agence de services et de paiement (ASP) un dossier de demande d’aide. Le bénéfice du bonus suppose que l’acquéreur conserve l’engin concerné, véhicule particulier ou utilitaire léger, au moins 6 mois et jusqu’à totaliser un minimum de 6.000 kilomètres au compteur.

Exit les thermiques simples

En revanche, le régime s’est durci au point d’écarter de fait les motorisations thermiques, et de retoucher la définition d’une hybride. A ce sujet, le texte exclut « les véhicules homologués comme étant des véhicules hybrides mais qui présentent en réalité de très faibles niveaux d’hybridation (ne leur permettant pas d’autonomie en mode tout électrique) du champ d’application du barème dérogatoire hybride, en introduisant un critère d’éligibilité technique basé sur la puissance maximum sur 30 minutes du moteur électrique, avec un seuil à 10 kW ».

Hybrides GPL et GNV

Le décret ne se contente plus de n’associer la technologie hybride qu’aux seules motorisations thermiques alimentées à l’essence ou au gazole. Il prend désormais en compte celles qui carburent au gaz de pétrole liquéfié (GPL) ou au gaz naturel véhicules (GNV). Une précision qui devrait satisfaire certains automobilistes qui, pendant longtemps, n’ont pu donner suite à leur volonté de modérer leur empreinte sur l’environnement en combinant électricité et gaz.

De 0 à 20 grammes : Cas des véhicules électriques

De 0 à 20 grammes de CO2 rejetés par kilomètre, selon la norme NEDC toujours reconnue par l’administration française, le bonus s’élève au maximum à 6.300 euros, dans la limite de 27% du prix d’acquisition TTC éventuellement augmenté du coût de la batterie de traction si elle est en location. Cette tranche d’émissions concerne les voitures particulières et utilitaires légers électriques, parmi lesquels les Renault Zoé et Kangoo ZE, Nissan Leaf et e-NV200, Volkwagen e-Golf et e-up!, BMW i3, Tesla Model S, Kia Soul EV, etc.

De 21 à 60 grammes : Cas des hybrides rechargeables

Les modèles hybrides rechargeables ouvrent droit à un bonus de 4.000 euros, dans la limite de 20% du prix d’acquisition TTC éventuellement augmenté du coût de la batterie de traction si elle est en location. A condition, bien sûr, que l’engin s’inscrive dans la tranche d’émissions de 21 à 60 grammes de CO2 au kilomètre. On retrouve ici, pour exemples, les Audi A3 e-tron, BMW i8, Mitsubishi Outlander PHEV, Toyota Prius Plug-in Hybrid, Volkswagen Golf GTE, Volvo XC90 T8 hybride rechargeable. En revanche, le Porsche Cayenne S E-Hybrid ou la Mercedes S 500 Plug-in Hybrid, entre autres, sont trop gourmands pour prétendre à ce niveau de bonus.

De 61 à 110 grammes : Cas des autres véhicules hybrides

Le législateur a d’emblée exclut de cette catégorie les véhicules à simple motorisation thermique. Seuls les modèles hybrides, sous conditions, peuvent prétendre à un bonus fixé à 5% du prix TTC éventuellement augmenté du coût de la batterie si elle est en location. L’aide est toutefois bornée, entre 1.000 et 2.000 euros. Condition impérative à remplir : le moteur électrique doit présenter « une puissance maximale sur 30 minutes supérieure ou égale à 10 kilowatts ». Puisqu’il s’agit d’écarter les engins qui n’ont qu’un faible taux d’hybridation, ce point aurait pu s’attacher à un seuil plus immédiatement explicite, comme une autonomie minimale pour une batterie de traction pleine. La formulation retenue dans le texte du décret relève du casse-tête pour l’automobiliste lambda, au moins jusqu’à ce que les constructeurs désignent clairement les modèles qui bénéficient de cette tranche de bonus.

200 euros de majoration

Le bonus peut être majoré de 200 euros si l’achat ou la location du véhicule neuf concerné par le dispositif s’accompagne de la reprise, pour destruction, d’une voiture particulière ou d’une camionnette mise en circulation il y a plus de 15 ans. Parmi les conditions à remplir : être propriétaire depuis plus de 6 mois de l’ancien engin non gagé qui doit être immatriculé en France dans une série normale, assuré, et ne pas être considéré comme un véhicule endommagé.

Situation transitoire

Le bonus 2014 de 150 euros s’applique encore à tous les engins thermiques et hybrides dont les émissions de CO2 sont comprises entre 61 à 110 grammes, si la commande du véhicule ou la signature du contrat de location est intervenue avant le 1er janvier 2015 et que la facturation ou le versement du premier loyer est réalisé dans les 3 mois suivant l’opération.

Texte du décret :
www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2014/12/30/DEVR1428150D/jo/texte


Mots clés : bonus écologique | véhicule électrique | véhicule hybride | hybride rechargeable
Catégories : Voiture hybride | Voiture électrique | Voiture hybride rechargeable | Aides financières |

Commentaires

Posté le 06-01-2015 à 12:31:09 par Christophe

Je trouve que ce nouveau barème a le mérite d’être très clair, soit il faut vraiment être efficient en terme de production de CO2 (< 60 g) soit pour les hybrides il faut un temps de roulage électrique pour réduire les émissions polluantes et plus particulièrement en ville.
Par contre, cela ne veut pas dire qu’une thermique ne peut pas être éligible au bonus de 4000 €, il faut sortir une voiture à moins de 60 g. J’attends la réponse de Toyota sur la Yaris par exemple - je suis sur qu’ils vont augmenter la capacité de la batterie et donc alourdir le véhicule qui sera encore moins efficace sorti de la ville.
Mais j’attends surtout la réponse de PSA sur la question. Leurs prototypes hybrid-air sont actuellement à 69 g, il ne suffit pas de grand-chose pour descendre aux 60 g (amélioration de l’aéro. et léger allégement). Du coup, par rapport à une Yaris Hy, ils ont maintenant 4000 + 690 € pour implanter le système (si la Yaris Hy est éligible au bonus il sera de 960 €, 5% de 19200). A suivre.
Nota :
- une 208 hybrid air à 60 g sera bien plus efficace qu’une Yaris Hy à 75 g notamment hors de la ville pour les raisons suivantes : plus légère d’au moins 100 kg et plus aérodynamique,
- le décret ne prend toujours pas en compte que l’on peut être hybride sans être électrique.

Posté le 06-01-2015 à 12:45:29 par Christophe

Erratum : si la Yaris Hy est éligible elle aura un bonus de 1000 € tant que sa production de CO2 ne sera pas inférieure ou égale à 60 g/km.

Posté le 06-01-2015 à 19:44:50 par Daniel

j’ai donc bien fait d’acheter ma Yaris hybride, nouveau modèle, en septembre 2014.



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème La gamme électrique de Kia booste ses ventes en Europe
Notre adhérent Kia Motors France nous informe qu’ils ont clôturé leur meilleur semestre de l’histoire en Europe avec une croissance de 1,6 % par rapport au premier...
Prime à la conversion : Recentrage sur les modèles électriques
Le décret n°2019-737 daté du 16 juillet 2019 amorce un recentrage sur les modèles les moins émissifs à l’utilisation. En l’état, les dispositions qui entreront en...
Mitsubishi, de l’hybride rechargeable au V2X
En s’appuyant sur le succès des ventes de son modèle hybride rechargeable Outlander PHEV (200.000 exemplaires à travers le monde depuis 2013), Mitsubishi Motors...
Mitsubishi au salon de Genève : Engelberg Tourer + Dendo Drive House
Le premier est un véhicule hybride rechargeable (PHEV) 4x4 à deux moteurs électriques. Le second est une offre disponible dans les concessions Mitsubishi qui permet aux...
Mitsubishi se mobilise pour la mobilité électrique en Europe
Concernant la mobilité branchée, Mitsubishi Motors compte 2 modèles convaincants dont les propriétaires aiment généralement témoigner leur satisfaction à les utiliser :...
Retrouvez nous sur Facebook

 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact