Mot de passe oublié | Adhérer
Votre mail Votre mot de passe  
 

Posté le 05/01/2016 à par Philippe Schwoerer - Lu 9726 fois - 2 commentaires


Bonus 2016 : Un pas de plus vers la voiture électrique


En réduisant les aides à l’achat des modèles hybrides, le décret 2015-1928 du 31 décembre 2015, publié au Journal officiel le 3 janvier 2016, et déjà en vigueur, favorise clairement les véhicules électriques. Il rejette en outre toute motorisation associée à la technologie diesel, et ne s’en cache pas. Le gouvernement prend une sérieuse avance sur la communauté des automobilistes au sein de laquelle il existe actuellement plus de personnes prêtes à s’équiper d’un véhicule à chaine de traction carburant + batterie que 100% branché.

Notice

« Le décret modifie le dispositif d’aide à l’acquisition des véhicules peu polluants afin de renforcer le développement des véhicules électriques et de favoriser le remplacement des véhicules diesel », peut-on lire en notice du décret 2015-1928 en vigueur depuis hier, lundi 4 janvier 2016. De fait, « le bonus pour l’acquisition d’un véhicule électrique est maintenu et les aides pour les véhicules hybrides sont diminuées ». Globalement, une prime à l’achat des engins les plus vertueux peut être « attribuée à toute personne justifiant d’un domicile ou d’un établissement en France et à toute administration de l’Etat »« pour une voiture particulière ou un utilitaire léger ». Mais en réalité, les camionnettes ne sont que rarement concernées.

Exit les diesel…

Le décret 2015-1928 modifie quelques articles de l’arborescence D. 251 du Code de l’énergie. Des aménagements qui, à l’heure à laquelle nous écrivons cet article, ne sont toujours pas visibles sur le site Web Legifrance, alors que le texte est en vigueur depuis hier. D’où de sérieux risques de confusions, comme nous en notons hélas trop souvent à la publication de nouvelles directives. Quelles que soient leurs émissions en CO2, tous les types de motorisations employant le gazole sont exclus du bénéfice des aides à l’achat versées par l’Etat. En clair, même les plus vertueuses voitures hybrides rechargeables sont ignorées du dispositif si elles embarquent, à côté du moteur électrique, un bloc diesel. Pas de problème, par exemple, pour BMW et Volkswagen qui ont misé suffisamment tôt sur l’essence. Pour Volvo et Mercedes, on trouve les deux types de carburant. Ainsi, la V60 du constructeur suédois, bien qu’affichant des émissions de CO2 inférieures à 60 grammes par kilomètre, ne décrochera plus d’aide à l’achat en France.

…à exclure de la circulation

Puisqu’il s’agit d’exclure les diesel, le fameux superbonus ratisse plus large, dès les 10 ans de mise en circulation. Plus exactement, il faut sacrifier une voiture alimentée au gazole mise en circulation avant le 1er janvier 2006 pour recevoir 3.700 ou 2.500 euros, selon que l’on achète une voiture neuve 100% électrique (émissions de CO2 comprises entre 0 et 20 grammes par kilomètre) ou hybride rechargeable (entre 21 et 60 g de CO2/km). Les mêmes chiffres qu’en 2015 ? Oui, pour le superbonus ! C’est pour le bonus qu’il y a du nouveau. A noter que, si ces aides ne sont pas prises en compte au moment de l’achat ou de la signature du contrat de location, elles devront être réclamées directement par l’acquéreur en adressant un dossier à l’Agence de services et de paiement (ASP) un dossier. Une seule demande d’aide doit être présentée en cas de cumul possible du bonus et du superbonus. Le paiement s’effectuera également simultanément. En contrepartie, l’acquéreur doit conserver l’engin concerné au moins 6 mois, et jusqu’à totaliser un minimum de 6.000 kilomètres au compteur.

De 0 à 20 g : cas des véhicules électriques

C’est toujours la très controversée norme NEDC qu’exploite l’administration française pour diviser en tranches son fameux bonus. De 0 à 20 grammes de CO2 rejetés par kilomètre, c’est-à-dire pour les véhicules électriques, VP (Nissan Leaf, Peugeot iOn, BMW i3, Renault Zoé, Volkwagen e-Golf et e-up!, Tesla Model S, Kia Soul EV, etc.) et VU (Nissan e-NV200, Peugeot Partner, Renault Kangoo ZE, etc.), cette seule prime s’élève au maximum à 6.300 euros, dans la limite de 27% du prix d’acquisition TTC, éventuellement augmenté du coût de la batterie de traction si elle est en location. Par conséquent, hors aides plus locales, l’Etat continue de verser pour l’achat d’un véhicule électrique neuf jusqu’à 10.000 euros, si destruction d’un vieux diesel (cumul bonus et superbonus). Toujours rien de nouveau ! C’est pour les hybrides que ça change !

De 21 à 60 g : cas des hybrides rechargeables

Alors que l’achat d’une voiture particulière hybride rechargeable émettant de 21 à 60 grammes de CO2 par kilomètre parcouru ouvrait droit à un bonus de 4.000 euros, les automobilistes intéressés devront se contenter de 1.000 euros en 2016. Une surprise ? Pas vraiment pour nos lecteurs, puisque nous annoncions cette possibilité dés le début du mois d’octobre 2015. Et le fameux plafond de 20% du prix d’acquisition TTC, éventuellement augmenté du coût de la batterie de traction si elle est en location ? Disparu des textes officiels ! Et pour cause, il est devenu inutile ! Il n’existe pas encore de PHEV affiché neuf à moins de 5.000 euros !!! Et l’on n’oublie pas la nouvelle condition sine qua non pour prétendre au bonus : pas de moteur diesel embarqué. Pour exemples, les Mitsubishi Outlander PHEV, BMW i8, Audi A3 e-tron, Volkswagen Golf et Passat GTE, et Volvo XC90 T8 hybride rechargeable sont favorablement concernés pour la prime de l’Etat. En revanche, le Porsche Cayenne S E-Hybrid et la Mercedes S 500 Plug-in Hybrid, entre autres, sont exclus car trop gourmands pour prétendre à ce niveau de bonus, ainsi que le break Volvo V60 équipé d’un bloc alimenté au gazole.

De 61 à 110 g : cas des autres véhicules hybrides

Plus de plafond non plus pour les voitures particulières hybrides dont le moteur électrique présente, sur 30 minutes, une puissance d’au moins 10 kW ! La prime est cependant réduite de 2.000 euros, au maximum, à 750 euros.

Automobilistes non imposables

Deux aides sont accessibles en 2016 aux automobilistes non imposables en 2015, à condition d’acquérir un véhicule aucunement alimenté au gazole, immatriculé en France dans une série définitive, émettant jusqu’à 110 grammes de CO2 au kilomètre parcouru, et de le conserver au moins 6 mois pour un minimum de 6.000 kilomètres réellement effectués. Elles s’élèvent à 1.000 et 500 euros, pour des engins répondant respectivement aux normes Euro 6 ou Euro 5.

Situation transitoire

Dès lors qu’elles sont plus favorables, les dispositions 2015 s’appliquent aux véhicules commandés pour achat ou location avant le 4 janvier 2015 et dont la facturation ou le versement du premier loyer sera effectué dans les 3 mois suivants, soit avant le 4 avril 2016.


Liens supplémentaires pour nos membres



Catégories : Voiture hybride | Voiture électrique | Voiture hybride rechargeable | Aides financières |

Commentaires

Posté le 05-01-2016 à 20:43:52 par arno

Je ne suis que moyennement convaincu quand je vois que Renault à réussi à faire passer son offre en 6 mois ( pour 12500Km par an) de 139€ par mois sans apport initial à 160€ par mois avec 700€ d’apport.Ce qui fait une augmentation sur 3 ans de 1500€ du coût de la voiture.
Tout ça la même année ou l’état donne 3600€ en plus lorsque l’on a un véhicule diesel à sortir du parc auto.

Posté le 06-01-2016 à 17:40:24 par Maes

Bon, on sait que le gouv est sous la botte des constructeurs-pétroliers et même ses prise de position (juste politiques) ne changent pas les milliers des mort que se sont octroyés pendant des décennies on faisant croire....La voiture électrique devrait couter 10 000 euros maxi et les pétroliers dehors!!!



Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo

Mail

Votre commentaire

Je souhaite recevoir une notification par mail si d'autres internautes commentent cette actu
Copiez ce code avant de valider le formulaire (anti-spam)



Newsletter de l'AVEM Notre lettre d'information hebdomadaire

Alertes quotidiennes par mail

S'abonner au flux RSS actualités
Rejoindre le réseau AVEM Devenez adhérent de l'association
Constructeurs, importateurs, distributeurs, collectivités, écoles, entreprises ou particuliers, rejoignez dès à présent le réseau d'adhérents de l'association et bénéficiez des nombreux avantages accordés à nos membres...

Découvrir les avantages adhérent AVEM

Formulaire de demande d'adhésion

A lire également / sur le même thème B.E. green commande 2 bus électriques à pile hydrogène
Au salon Transports publics 2016, qui s’est tenu à Paris du 14 au 16 juin derniers, notre adhérent B.E. green n’a pas seulement reçu les clés du premier bus électrique...
300 euros pour l’achat d’un vélo à assistance électrique à Nevers
Depuis ce mois de juin 2016, Nevers Agglomération (58) accorde une aide de 300 euros pour l’achat d’un vélo à assistance électrique neuf, et, sous condition, d’occasion....
Véhicules électriques : Mercedes prépare son offensive
Après avoir été longtemps en retrait dans le développement des véhicules électriques, le groupe Daimler et en particulier sa marque emblématique Mercedes se préparent à...
Les bornes Plus de Bornes accessibles avec l’application PlugSurfing sur Smartphone
C’est ce matin, lors du Plan Climat Énergie du Conseil Départemental des Alpes-Maritimes, que Romain VINCENT, le gérant de la société tropézienne a dévoilé...
 
 

Actualités

Vidéos

Catalogue véhicules électriques et hybrides

Revendeurs véhicules électriques

Petites annonces véhicule électriques

Thématiques

L'association AVEM

Agenda du transport électrique

Liens

Contact