← Revenir aux actualités

Une Interview du Président de l’Avere-France Rédigé par EMMANUEL MAUMON le 18 Mar 2021 à 00:00 0 commentaires

Succédant à Joseph Beretta, Antoine Herteman a été élu en novembre dernier à la Présidence de l’Avere-France, l’association nationale pour le développement de la mobilité électrique, qui représente l’ensemble de l’écosystème de l’électro-mobilité. Une association qui a notamment pour mission de représenter les acteurs de la filière auprès des pouvoirs publics, de stimuler le développement de la mobilité électrique et d’informer le grand public grâce au site Je-roule-en-electrique.fr. Interview d’Antoine Herteman pour évoquer les objectifs de l’Avere-France et les perspectives de développement de l’électro-mobilité.

Antoine Herteman, avant d’évoquer l’Avere-France et ses objectifs, peut-on revenir brièvement sur votre parcours ?

Mon parcours s’est déroulé dans le secteur automobile au sein de Renault où j’ai pratiqué beaucoup de métiers très différents. J’ai en effet alterné à la fois des fonctions financières, de vente marketing ou d’animation de réseaux en France et à l’étranger. Je me suis également occupé de grands projets transverses comme la qualité et la fiabilité en mêlant l’ingénierie, l’après-vente et le marketing ou la construction d’un Technocentre en Inde pour Renault-Nissan. Enfin, parmi tous ces métiers passionnants, je suis rentré il y a 12 ans dans le cercle de l’électrique en m’occupant du programme véhicules électrique de Renault et plus particulièrement des batteries au niveau marketing-vente en mettant notamment en place le système de location de batteries.
A partir de là, je me suis pris de passion pour les véhicules électriques que je conduis d’ailleurs à titre personnel depuis ce temps-là. Je me suis également intéressé à la seconde vie des batteries et quand j’ai pris ma retraite, j’ai poursuivi quelques activités dans ce domaine en élargissant mes compétences à l’hydrogène puisque j’ai notamment planché sur la pile à combustible comme un range extender pour prolonger l’autonomie des véhicules électriques à batteries. C’est le mariage astucieux de l’hydrogène et de la batterie. Enfin, outre le fait d’utiliser toujours des véhicules électriques aussi bien à Paris que dans le Midi qui sont mes deux points principaux de résidence, j’ai aussi pour celui du midi une maison quasiment autonome en énergie, alimentée par des panneaux photovoltaïques, où je stocke l’énergie dans des anciennes batteries de véhicules électriques.

Qu’est-ce qui vous a conduit à la présidence de l’Avere-France ?

L’Avere-France représente l’entité où se rassemble l’ensemble de l’écosystème du véhicule électrique, du producteur d’énergie jusqu’aux distributeurs d’électro-mobilité en passant par les constructeurs de voitures et les fabricants de bornes. Compte tenu de mon parcours à la fois personnel et professionnel, cela m’a semblé une évidence de m’intéresser à cette entité véritablement transverse qui fasse en sorte de promouvoir la mobilité électrique en prenant langue avec les pouvoirs publics.
Ensuite, quand la possibilité d’en prendre la présidence s’est présentée, je me suis dit pourquoi pas. Je pense en effet que je peux apporter à l’Avere mon expérience au sein de l’écosystème mais aussi ma connaissance du management de grands projets disruptifs, et le déploiement de l’électro-mobilité est pour tout un chacun une forme de rupture. Cette expérience peut être utile à l’Avere qui est certes devenu un interlocuteur incontournable pour beaucoup, mais qui se trouve aujourd’hui face à de grands challenges.

Justement, quelles sont aujourd’hui les principales missions de l’Avere-France ?

Nous avons deux grandes missions. La première est en direction des adhérents qui sont tous des professionnels de l’électro-mobilité. C’est d’être pour eux le référent, le point de rencontres. Nous avons ainsi des groupes de travail sur de nombreuses thématiques au sein desquels les adhérents mettent en commun leurs réflexions. Ce que nous leur livrons après, ce sont des études et des dossiers sur ces thèmes ainsi que sur la législation.
La seconde mission est d’être un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics pour les réflexions sur les moyens d’accélérer le développement de la mobilité électrique. C’est clairement du lobbying. L’avantage de l’Avere, c’est de ne pas être une fédération de professionnels mais d’être le représentant d’un écosystème. Au sein de nos groupes de travail, il est possible de trouver des compromis entre un fabricant de bornes, un constructeur automobile, un installateur et un producteur d’énergie. Notre position est généralement consensuelle et représentative, non pas d’un seul métier mais de l’ensemble de l’écosystème, y compris l’utilisateur final que nous savons mettre au centre de nos réflexions.

« La tendance à l’augmentation des parts de marché des véhicules électriques et hybrides rechargeables va se poursuivre en 2021, mais sûrement pas au même rythme que l’an dernier »

Malgré une année 2020 très difficile pour le marché de l’automobile, les ventes de véhicules électriques ont connu une progression spectaculaire. Pensez-vous que la transition vers une mobilité électrique est véritablement enclenchée ?

Je pense qu’elle est bien enclenchée puisque les véhicules électriques et hybrides rechargeables représentent aujourd’hui près 10% du marché automobile. C’est quelque chose de significatif alors qu’on était à 1% il y a trois ou quatre ans, avec une offre de produits qui était dix fois moins importante. Aujourd’hui, nous avons à la fois un volume de ventes et une offre produits très conséquents. De plus dans l’actualité, il ne se passe pas un jour sans que les constructeurs ne communiquent sur leurs véhicules électriques ou hybrides rechargeables. Le marché commence et l’intérêt des clients est réel. On a donc franchi le pas du vrai démarrage.

Si l’année 2020 a été exceptionnelle pour le marché du véhicule électrique qui semblait insensible aux effets de la crise sanitaire, le début de l’année 2021 est plus difficile. Cet essoufflement est-il provisoire et restez-vous optimiste pour le reste de l’année ?

Il faut relativiser cet essoufflement. Le marché du véhicule automobile dans son ensemble est toujours sinistré avec un recul de 20% par rapport à la même période de l’année dernière. Les électriques purs sont à moins 10% à peu près, mais les hybrides rechargeables progressent de plus de 130%. Au total, la part de marché des véhicules électriques et hybrides rechargeables reste autour de 10 ou 11%. Néanmoins, c’est vrai que cela stagne alors que l’an dernier on enregistrait une croissance spectaculaire, notamment grâce à l’apparition de nouveaux modèles. Sans vouloir jouer les augures, je pense que la tendance à l’augmentation des parts de marché des véhicules électriques et hybrides rechargeables va se poursuivre en 2021, mais sûrement pas au même rythme que l’an dernier.

« Si l’on veut séduire de nouveaux utilisateurs, il reste incontournable d’offrir davantage de points de charge publics »

Pour que le développement de la mobilité électrique se fasse sans encombre, il est nécessaire que le nombre de points de charge publics augmente fortement. Avec son plan « Objectif 100 000 bornes », le gouvernement s’est fixé un objectif ambitieux. Est-il réalisable dans les délais impartis ?

L’objectif 100 000 bornes répondait à une forte demande des constructeurs de véhicules qui maintenant qu’ils disposaient d’une gamme de véhicules électriques ou hybrides rechargeables et que le marché était là, réclamaient une augmentation du nombre de bornes de recharge accessibles au public. Ceci même si l’on sait que près de 90% des utilisateurs rechargent leur véhicule électrique à domicile ou au travail. Néanmoins, si l’on veut séduire de nouveaux utilisateurs, il reste incontournable d’offrir davantage de points de charge publics.
Par ailleurs, plus que le nombre de 100 000, il convient que les bornes soient simples à utiliser, fonctionnent correctement et répondent aux besoins. C’est-à-dire qu’elles soient là où l’utilisateur en a réellement besoin. Plus que d’être sur le dogme des 100 000, si on arrive grâce à ce plan à avoir peut être un peu moins de bornes mais faciles à utiliser et aux bons endroits, ce sera une très bonne chose. Des bornes fiables car pour moi la qualité des points de recharge est aussi importante que leur quantité. Installer des bornes c’est 50% du chemin parcouru, les autres 50% c’est qu’elles fonctionnent bien et facilement.

Est-ce que le fait que les hypermarchés comme Carrefour ou que les stations-services comme Total se lancent fortement dans l’installation de bornes de recharge est une bonne chose ?

Evidemment, cela va dans le bon sens. Je crois qu’avec l’électro-mobilité les utilisateurs changent de comportement vis-à-vis du plein d’énergie. Alors qu’au début c’est vécu comme une contrainte de devoir se recharger à droite ou à gauche, mais au bout de quelques temps, surtout s’il y a des bornes un peu partout aux bons endroits, au lieu d’avoir le rythme de passage à la pompe à essence, on adopte finalement une autre approche pour son plein d’énergie et on ne le perçoit plus comme une contrainte.

« Alors qu’un premier programme est à peine achevé, un nouveau programme Advenir a été lancé avec une enveloppe de 100 millions d’euros sur les trois ans à venir »

Outre les bornes de recharge publiques, l’Avere-France s’attache au développement des infrastructures de recharge privées, via le programme Advenir. Quel est le bilan de cette action ?

Plus qu’un bilan, le plus important pour moi c’est le nouveau programme Advenir. Alors qu’un premier programme est à peine achevé, un nouveau programme Advenir a été lancé avec une enveloppe de 100 millions d’euros sur les trois ans à venir. Le simple fait qu’on parte sur un programme 10 fois plus important est un signe de la volonté d’accélérer fortement le développement des bornes en voirie et en copropriétés. Non seulement la somme est très conséquente, mais avec ce nouveau programme de nouveaux acteurs comme les syndics découvrent que l’installation de bornes de recharge dans une copropriété n’est pas forcément si compliquée et si onéreuse que çà. Le nouveau programme Advenir constitue donc un vrai plus dont nous devrions pouvoir mesurer les effets d’ici 3 ans.

Quels sont les points à améliorer pour faciliter encore l’installation de points de charge, notamment en copropriété ?

Peut-être déjà dans la communication pour que les gens soient bien au courant des démarches à entreprendre, du coût et de que cela apporte. Aujourd’hui, la communication sur la partie copropriété n’est pas suffisante et nous allons tenter de l’améliorer dans les prochaines semaines en lançant un guide pour les copropriétés. Un guide qui a été rédigé avec l’ensemble des parties prenantes : d’Enedis aux installateurs de bornes, en passant par les fabricants de bornes et les fournisseurs d’électricité. Nous espérons que ce document qui sera diffusé largement améliorera l’accès à l’information et accélérera encore l’intérêt des gens et le développement du programme Advenir.

Quel est votre ressenti au bout de vos premiers mois à la tête de l’Avere-France. Avez-vous été surpris par certains aspects de votre mission ?

J’ai été surpris par 3 choses. La première c’est que, au sein de l’Avere-France et de son Conseil d’Administration dans lequel siège une vingtaine d’acteurs représentant bien l’ensemble de l’écosystème, il y a vraiment la volonté d’avancer ensemble. Cela me conforte car souvent lorsque le gâteau augmente la capacité de travailler ensemble diminue. Le deuxième constat que je dresse est que les pouvoirs publics avancent à marche forcée. Alors que je m’attendais à une période d’activité un peu réduite en raison de la crise sanitaire, nous sommes au contraire fortement mis à contribution, ce dont je ne me plains pas. Nous avons un programme particulièrement chargé de consultations, groupes de travail et autres task forces avec les autorités publiques, aussi bien sur les copropriétés que sur la recharge sur les autoroutes ou sur le plan Objectif 100 000 bornes.
Enfin, le troisième élément qui me surprend un peu, c’est que le maillage entre une entité comme l’Avere regroupant des groupes nationaux et discutant avec le gouvernement qui se trouve à Paris, et les régions est insuffisant. Ce maillage doit absolument être amélioré. Cela va commencer avec Advenir puisqu’une partie du programme consacrée à la formation sera menée par les Avere régionales et par l’Avem en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Corse. Ce type d’actions doit être renforcé en développant fortement les interactions entre le local et le central.

partager cette actualité sur :

INFOS


Avere-France

22 avenue Jean Aicard

75011 Paris


Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter