← Revenir aux actualités

Mitsubishi se désengage du marché européen Rédigé par Philippe Schwoerer le 29 Juil 2020 à 00:00 0 commentaires

Alors que le nombre de ses distributeurs était encore en augmentation en France, le constructeur japonais a pris la décision de geler ses activités en Europe. Et ce, afin de se recentrer vers les marchés qui lui assurent de plus grands débouchés, comme le Japon et la zone Anase de l’Asie (Philippines, Indonésie, Malaisie, Laos, Birmanie, Cambodge, Vietnam, Thaïlande, etc.). Son programme jusqu’en 2022, baptisé « Small but beautiful », doit permettre à Mitsubishi de retrouver une plus grande rentabilité, en s’appuyant notamment sur Renault et Nissan, ses partenaires dans l’Alliance.

Pas de nouveaux modèles

« Mitsubishi Motors Corporation, lors de la réunion de son conseil d’administration du 27 juillet 2020, a décidé de geler l’introduction de nouveaux modèles sur le marché européen. Les ventes de modèles existants se poursuivront et les services d’après-vente se poursuivront pour les clients qui souhaitent utiliser les produits Mitsubishi », peut-on lire dans un court communiqué daté de lundi 27 juillet dernier. Les réseaux commerciaux européens ne s’attendaient pas à une telle annonce qui désoriente les concessionnaires de la marque. Le gel de l’arrivée des nouveaux modèles, s’il est définitif, se traduira nécessairement par la fin de la distribution des véhicules Mitsubishi en France. Les établissements affiliés n’auront d’autre choix que de se tourner vers d’autres marques, précipitant un peu plus le déclin du constructeur japonais dans l’Hexagone. Et ce, alors que son Outlander hybride rechargeable continue à se placer dans le Top 5 de son marché. Cet engin ne pourrait-il poursuivre sa carrière chez nous sous une autre marque, comme la citadine électrique i-MiEV diffusée chez PSA en Peugeot iOn et Citroën C-Zero ?

Alliance

Mitsubishi compte s’appuyer sur l’Alliance pour se refaire une santé. Avec Renault, le constructeur va déployer en Australie toute une gamme d’utilitaires. Nissan apporte son soutien pour le développement de l’activité dans la zone Anase de l’Asie et, surtout, pour le développement de Kei-cars électriques au Japon, ces petites voitures typiques sur ce territoire. Pour ces dernières, Mitsubishi Motors a annoncé en parallèle un investissement de l’ordre de 65 millions d’euros pour adapter l’usine de Mizushima, située à Kurashiki, dans la préfecture d’Okayama. Cette enveloppe sera exploitée pour : la mise en place d’un équipement d’assemblage et d’inspection pour les batteries de traction ; l’extension des installations d’assemblage, d’emboutissage, de soudage et de peinture destinées à la production des groupes motopropulseurs électriques, le développement des lignes de fabrication des plateformes pour ces micro-citadines branchées. En plus des subventions versées par la préfecture d’Okayama, Nissan assurera une partie de cet investissement.

partager cette actualité sur :

INFOS


M Motors Automobiles France

Parc d'Activités des Béthunes

95067 CERGY PONTOISE CEDEX


Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

LES UTILISATEURS TÉMOIGNENT – Témoignage de Stéphane SEMERIA, Président de Ffauve
LES UTILISATEURS TÉMOIGNENT – Olivier ingénieur informatique chez SAP Labs France Mougins
Toutes les vidéos