← Revenir aux actualités

Airbus des batteries : Emmanuel Macron lance la construction de l’usine pilote Rédigé par EMMANUEL MAUMON le 01 Fév 2020 à 00:00 0 commentaires

Après sa validation en décembre dernier par la Commission européenne, le projet d’« Airbus des batteries » a franchi une nouvelle étape cette semaine avec le lancement, en présence du Président de la République, de la construction d’une usine pilote de fabrication de batteries pour véhicules électriques. Une ligne de production située dans la région Nouvelle-Aquitaine, sur le terrain de l’usine Saft à Nersac près d’Angoulême.
Sur ce site, les groupes Total, au travers de sa filiale Saft qu’elle a racheté en 2016, et PSA avec Opel, uniront leur savoir-faire pour développer en Europe une activité de production de batteries qui, en s’appuyant sur une R&D de pointe apportée par Saft, seront au meilleur niveau de performances énergétiques en termes d’autonomie et de temps de charge. Ceci tout en présentant un bilan carbone meilleur que la concurrence, de façon à établir une nouvelle référence en Europe. Pour mener à bien ce projet, Saft et PSA ont annoncé leur intention de créer une société conjointe dénommé ACC (Automobile Cell Company).

Une première étape avant la construction de deux usines

La société ACC sera créée sur une base 50/50 pour la ligne de production pilote, tandis qu’en phase industrielle, la part de Saft dans ACC sera limitée à 33%. Représentant un investissement de 200 millions d’euros, la création de l’usine pilote, qui devrait être opérationnelle à la mi-2021, ne constitue qu’une première étape devant permettre de décider l’investissement de deux usines de fabrication à grande échelle. La première serait située dans la région Hauts-de-France, avec une capacité de 8 GWh dans un premier temps et de 24 GWh à terme. La seconde, de même capacité, verrait le jour en Allemagne à Kaiserslautern où l’actuelle usine de moteurs d’Opel devrait être reconvertie.
Lorsqu’elle a fait l’acquisition de Saft, un acteur majeur du domaine des batteries, Total avait pour objectif principal le développement du stockage d’électricité afin d’accompagner la croissance des énergies renouvelables intermittentes comme le solaire et l’éolien. Pour son PDG Patrick Pouyanné : « L’accélération du développement de la mobilité électrique offre à Total une opportunité supplémentaire de croissance et d’engagement pour une économie décarbonée. » De son côté, Carlos Tavares, le Président du groupe PSA dont la raison d’être est pour lui de proposer une mobilité propre, sûre et abordable, a déclaré être persuadé que ce projet permettra de créer un acteur de référence du développement et de la fabrication de cellules de batteries automobiles en Europe.

Un enjeu de souveraineté

Avec une capacité cumulée de 48 GWh à l’horizon 2030, ces deux usines pourraient produire un million de batteries par an, soit environ 10 à 15% du marché européen. Mais pour y parvenir, il sera nécessaire de mobiliser près de 5 milliards d’euros d’investissement. D’où la nécessité d’un fort soutien de l’Union européenne et de plusieurs de ses états membres au premier rang desquels figurent la France et l’Allemagne. Avec 3,2 milliards d’euros d’aides publiques prévus pour le programme d’Airbus des batteries, ces derniers semblent répondre présents car l’enjeu est de taille.
Comme l’a rappelé Emmanuel Macron lors de sa visite de l’usine de Nersac, il s’agit d’un enjeu de souveraineté européenne car les constructeurs automobiles ne doivent plus dépendre, pour les batteries de leurs véhicules électriques, des producteurs asiatiques qui peuvent « monter les prix comme ils veulent, ce qu’ils ont commencé à faire ». Aujourd’hui, alors que les batteries représentent le tiers de la valeur d’un véhicule électrique, l’Europe ne capte qu’une infime partie de ce marché. Le projet d’Airbus des batteries doit permettre d’inverser cette tendance. Il aura aussi le mérite de créer des emplois et, selon les termes du Président de la République, de réconcilier l’industrie et l’écologie puisque le développement de la mobilité électrique est l’un des éléments moteurs de la transition énergétique.

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter