← Revenir aux actualités

L’ADEME, l’éclaireur de la puissance publique sur les transports Rédigé par EMMANUEL MAUMON le 15 Sep 2018 à 00:00 0 commentaires

Organisme participant à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines de l’environnement, de l’énergie et du développement durable, l’ADEME est un acteur majeur du développement de la mobilité électrique. Sa mission est également d’éclairer les choix qui trouveront leur traduction dans la prochaine Loi d’Orientation sur les Mobilités. Entretien avec Gaëlle Rebec (Directrice de la Direction régionale Provence-Alpes-Côte d’Azur de l’ADEME) pour évoquer ce rôle d’acteur et de conseil dans la verdification du mix énergétique, ainsi que certains sujets qui seront abordés lors des Journées AVEM de l’électro-mobilité, qui se dérouleront du 20 au 22 septembre à Cagnes-sur-Mer et dont l’ADEME est partenaire.

Gaëlle Rebec, la question centrale des Journées AVEM de l’électro-mobilité est de savoir comment le véhicule électrique peut-il passer d’un marché de niche à un marché de masse. Quels sont les freins qui limitent encore le développement des véhicules électriques ?

La question des infrastructures de recharge se pose toujours. Il faut qu’il y ait suffisamment de bornes de recharge pour rassurer les utilisateurs potentiels. Je pense également que l’usage que l’on peut faire du véhicule électrique n’est pas encore vu sous l’angle véhicule personnel, mais plus sur des nouvelles mobilités comme le covoiturage ou l’autopartage. Il faut donc jouer sur deux leviers : celui du comportement et celui des infrastructures de charge.

Justement, via le Programme des Investissements d’Avenir, l’ADEME a joué un rôle majeur dans le déploiement des infrastructures de recharge. Peut-on faire le point sur ce déploiement ?

Nous avons pratiquement déployé l’ensemble du programme au 30 juin. Nous sommes en train de faire un point avec les porteurs de projets, en particulier les syndicats d’énergie qui en sont souvent les initiateurs, afin de voir s’ils sont bien dans les objectifs que nous nous étions fixés dans le cadre des PIA, mais aussi quelles sont les difficultés qu’ils ont pu rencontrer dans l’installation et dans l’exploitation de ces bornes de recharge.

Quelles évolutions doit-on envisager sur les déploiements futurs. Faut-il notamment intensifier l’implantation de bornes de charge rapide ?

Actuellement, l’enjeu n’est pas sur la vitesse de rechargement. Les attentes ne sont pas à ce niveau mais plus à rassurer encore les utilisateurs de véhicules électriques sur la possibilité de se recharger à n’importe quel moment, même si l’autonomie des derniers modèles sorties a beaucoup progressé et que l’ensemble du système entre les voitures et les bornes commence à être bien en place.

Une accélération nécessaire dans la verdification du mix énergétique

Le tout électrique n’est pas la seule solution dans la verdification des transports. Doit-on continuer à encourager les différentes alternatives ?

Aujourd’hui nous avons trois vecteurs principaux dans la verdification du mix énergétique : l’électricité, le biogaz que nous poussons particulièrement au sein de l’ADEME, et l’hydrogène pour lequel nous allons opérer un programme global en 2019. Ces trois énergies doivent être utilisées à des fins différentes et devront être déployées en complémentarité sur les territoires. Elles se développeront à des horizons de temps différents. La plus mature à l’heure actuelle, bien entendu c’est l’électricité. Ensuite, ce qui va arriver très vite, ce sont les infrastructures en matière de biogaz avec de nombreux projets qui sont actuellement dans les tuyaux et qui concernent plutôt les transports de marchandises. Enfin, l’exécutif souhaite la montée en puissance de l’hydrogène qui au niveau industriel devrait être effective d’ici 10 ans. Nous ne devons cependant pas perdre de vue qu’il convient d’accélérer à la fois dans la manière dont on utilise les transports qu’en matière technologique. Nous n’avons plus le choix.

La Loi d’Orientation sur les Mobilités doit être présenté prochainement devant le parlement. Quel est le rôle joué par l’ADEME dans l’élaboration de cette loi ?

En tant qu’opérateur de l’Etat, son rôle est d’éclairer la puissance publique. En matière de transports et de prise en considération des enjeux, plusieurs de nos propositions seront reprises dans la loi LOM. Nous sommes en fait totalement dans notre rôle d’apporter aux décideurs publics des éléments qui nourrissent le débat parlementaire et qui contribuent à écrire la loi.

Quelle sera la place du véhicule électrique dans la smart city de demain ?

Il jouera un rôle important parce que de plus en plus de grandes métropoles, à l’instar de ce qui se fait déjà à Londres et à Milan, vont restreindre les conditions de circulation pour les véhicules diesel ou à essence. Pour améliorer la qualité de l’air et préserver la santé des habitants, la solution passe aussi par le développement d’une offre alternative de transports propres comme le tramway ou les vélos. Il faut à la fois apporter une nouvelle offre à l’usager mais aussi améliorer les infrastructures pour lui donner les moyens de bien circuler.

Des sujets à débattre lors des Journées de l’électro-mobilité

Pour conclure, quels seraient les sujets que vous aimeriez voir abordés lors des Journées AVEM de l’électro-mobilité ?

La puissance publique n’a pas pour vocation de mailler l’ensemble du territoire avec des bornes de recharge tous les cent mètres. Avec l’objectif d’un point de charge pour 3 000 habitants, elle a introduit un maillage de base qu’il faudra encore améliorer mais qui existe. Maintenant, comment fait-on pour accélérer et le privé peut-il prendre le relais ?
D’autre part, il ne faut pas se focaliser sur le carburant mais posons-nous la question de savoir comment pouvons-nous mobiliser les gens, à travers des applications et des outils, pour arrêter de voir une seule personne dans une voiture. Au-delà de la question pure du transport, comment un territoire peut-il se mettre en ordre de marche, en termes de foncier, d’aménagement et d’amélioration de la qualité de l’air, pour avoir une offre de transport cohérente et efficiente.

partager cette actualité sur :

INFOS


ADEME

STM DVTD

06500 VALBONNE


Les sujets qui peuvent vous intéresser

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Devenez
adhérent de
l'association

Vidéos

LES UTILISATEURS TEMOIGNENT – Patrick TOUFLAN, propriétaire d’une Zoe première génération
LES UTILISATEURS TEMOIGNENT – Patrick TOUFLAN, propriétaire d’une Zoe première génération
IMF E-Ptio
IMF E-Ptio
Toutes les vidéos
Newsletter