← Revenir aux actualités

Genève 2017 : Morgan EV3 UK1909 Selfridges Edition Rédigé par Philippe Schwoerer le 08 Mar 2017 à 00:00 0 commentaires

Produite de 1909 à 1952 par Morgan Motor, la 3-Wheeler, dont le nom annonce de suite que l’engin tient sur 3 roues, – 2 à l’avant et une à l’arrière -, a été décliné dans une motorisation électrique présentée l’année dernière en nouveauté mondiale au Geneva International Motor Show et baptisée sobrement EV3. Pour l’édition 2017 du salon Suisse, la version très limitée de son dérivé UK1909 a pris la relève, visible sur le stand 6260. Si elle vous plaît, ne comptez pas pouvoir vous l’offrir facilement : seuls 19 exemplaires ont été souhaités, avec un objectif commémoratif.

Morgan

Les passionnés d’anciennes, et en particulier de belles anglaises, hissent le nom de Morgan au firmament des stars des oldtimers, au côté des Triumph et MG, pour ne citer que les marques les plus connues. Si les différents sites qui évoquent Morgan ne semblent pas s’accorder sur la date de création de l’entreprise, le constructeur lui-même vient de mettre tout le monde d’accord en la situant en 1909. Et c’est d’ailleurs cet événement qui a poussé Morgan à nommer sa série limitée UK1909. L’appellation complète est d’ailleurs Morgan EV3 UK1909 Selfridges Edition. La série limitée commémorative témoigne aussi que la célèbre chaîne de grands magasins a démarré son existence au Royaume-Unis, sur Oxford Street à Londres, la même année. Est-ce pour cela que les 19 exemplaires de la série limitée ont gagné un deuxième phare, en plus des jantes pleines, par rapport à l’EV3 exposée en 2016 à Genève ? En tout cas, les personnes intéressées par ces exemplaires très particuliers ont été invitées à se présenter chez Selfridges pour en réserver une.

UK1909

Morgan propose de décomposer ainsi l’appellation UK1909 : « UK » parce que « Made in United Kingdom » (fabriquée au Royaume-Uni) ; « 19 » pour le nombre d’exemplaires, chacun numéroté, qui composent la série limitée ; et « 09 », pour les 9 partenaires commerciaux, chacun issu du domaine de la mode, « pilier de l’artisanat britannique », qui ont été chargés de « créer une collection en édition limitée de kits de conduite sur commande, disponible exclusivement pour ceux qui achètent la voiture ». Cet équipement individuel d’exception, numéroté en adéquation avec l’exemplaire de Morgan EV3 UK1909 attribué, est composé d’une paire de lunettes de protection griffée Linda Farrow, d’un blouson Belstaff en cuir, d’une écharpe Alexander McQueen, d’une malle de voyage Globe-Trotter, d’une combinaison Christopher Reaburn, d’un casque Karl Donoghue, de chaussures George Cleverley, de gants Dents, et d’une veste Richard James.

Base EV3

Sur son site (https://www.morgan-motor.co.uk), Morgan Motor ne donne pas de détails techniques particuliers sur les modèles qui composent sa série limitée. C’est de toute façon l’EV3, présentée l’année dernière à Genève, qui sert de base, depuis son châssis tubulaire et sa carrosserie en aluminium et carbone composite, jusqu’à sa chaîne de propulsion. Cette dernière compte un pack de batteries lithium rechargeable en 8 heures, d’une capacité de 20 kWh, caché sous le capot avant. Les accumulateurs alimentent un moteur de 46 kW et d’un couple de 141 Nm, disposé pour entraîner les roues arrière. L’ensemble complet ne pèse même pas 500 kilos. Ainsi, l’autonomie du véhicule est d’environ 240 kilomètres. Il lui faut moins de 9 secondes pour atteindre, depuis l’arrêt, les 100 km/h, avec une vitesse de pointe de 145 km/h. A condition d’être sveltes, 2 personnes peuvent prendre place à bord de l’engin. S’il n’est pas encore informé, le passager ne se doutera sans doute pas, jusqu’aux premiers tours de roues de l’EV3, qu’il s’agit d’un tricycle électrique. Le volant, comme le tableau de bord et la sellerie reproduisent si bien l’ambiance de l’époque, qu’on pourrait presque sentir l’essence exhaler des sièges.

3-Wheeler

En 2011, Morgan Motor avait déjà ressuscité son modèle emblématique de cycle-car, mais avec un moteur bicylindres en V à essence. Pour un poids sensiblement identique, – 525 kg -, la version thermique s’offre des performances supérieures : 185 km/h de vitesse maximale, l’exercice du 0 à 100 km/h en 6 secondes. Mais c’est au prix d’une consommation de 6 à plus de 13 litres, pour 215 grammes de CO2 émis ! Avec tous ces éléments en opposition sur la balance, le constructeur britannique invite à considérer son modèle électrique comme particulièrement performant, quelque peu sous la pression du gouvernement qui a lâché une belle enveloppe de presque 8 millions d’euros afin que la gamme Morgan devienne rapidement plus vertueuse.

Fabriqué à la main

Jouant sur la fibre nostalgique, le sentiment d’échapper au conformisme ambiant, le caractère unique d’un engin fabriqué à la main, une attention pour l’environnement, un univers « so british », etc. : les Morgan électriques pourraient séduire plus d’un amateur de sportives décalées. Mais c’est au moment de signer le chèque que les choses risquent de se compliquer, si le véhicule doit être réservé à une utilisation de loisir. Proposé aux alentours de 40.000 euros, comme les modèles à motorisation thermique, l’EV3 classique paraîtrait sans doute presque abordable, comparée à la version limitée dont le prix n’a pas été communiqué, qu’on imagine cependant assez proche de celui d’une Tesla !

partager cette actualité sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter