← Revenir aux actualités

Vega et son Tour du pays de Gex pour promouvoir les véhicules électriques Rédigé par Philippe Schwoerer le 28 Juin 2016 à 00:00 0 commentaires

Retours sur le premier circuit de sensibilisation à la mobilité électrique organisé dimanche 19 juin 2016 par l’association Vega du pays de Gex (01). Avec une météo peu encourageante, le convoi a accueilli jusqu’à 32 véhicules, selon les étapes, certains venant de la Suisse toute proche. Stéphane Semeria, président de Vega, revient également pour nos lecteurs sur la genèse de l’association.

Un parcours de 45 kilomètres

Dans un article mis en ligne sur notre site le 28 mai dernier, nous indiquions que l’association Vega organisait un rallye, pour sensibiliser les élus, la presse, les concessionnaires automobiles concernés, les entrepreneurs et le grand public, à la mobilité électrique et aux enjeux d’un maillage satisfaisant en bornes de recharge. Le parcours, d’une longueur d’environ 45 kilomètres, devait faire étape à Gex, Saint-Genis-Pouilly, Thoiry, Ferney-Voltaire et Divonne.

Visiteurs suisses

Comme tout organisateur d’événement, à l’heure de faire le bilan du rallye programmé il y a 8 jours, Stéphane Semeria, président de Vega, pense à ce qui aurait pu être mis en œuvre pour faire venir plus de monde à la rencontre des électromobiliens mobilisés. Il estime qu’une soixantaine de personnes ont fait le déplacement pour rencontrer la colonne. Devant un chiffre qu’il perçoit comme plutôt modeste, il est aussi persuadé que, l’événement ayant plutôt bien été relayé dans la presse, son association et ses objectifs sont désormais mieux connus. Cerise sur le gâteau : quelques véhicules électriques originaux sont venus de Suisse, notamment un engin solaire à 3 roues baptisé « Photon » par ses concepteurs du Solar Club du Cern , et une Citroën Dyane convertie à l’électrique.

La Dyane de Jean Donnier

La Dyane électrique de Jean Donnier n’est en théorie pas une inconnue de nos lecteurs, et son heureux propriétaire non plus. La belle convertie, qui disposait en 2010 de 170 kilomètres d’autonomie, a participé à la 5e traversée des Alpes co-organisée par Mobil’Eco et l’Avem. L’aventure de cette voiture est étonnante, et l’on trouve sur le Net différentes vidéos qui la présentent. L’autorisation exceptionnelle qu’a reçue Jean Donnier pour électrifier cette ancienne implique cependant qu’elle ne puisse être cédée en l’état. Inutile de rêver : impossible de l’acheter pour rouler en France ! L’engin est cependant si intéressant qu’il a suscité la curiosité d’un journaliste du Dauphiné. Dans une de ses publications du 21 juin dernier, il a restitué les grandes lignes du projet. Sauvée de la casse, il y a un peu moins d’une vingtaine d’années, il n’aura fallu que 2 ans à son propriétaire pour convertir la Dyane. En constante amélioration, elle devrait prochainement recevoir 7 m2 (repliable sur 4 m2 pour circuler) de panneaux photovoltaïques, lui assurant une certaine autonomie énergétique.

Un échange d’informations et de savoir-faire

« Lorsque j’ai acheté ma voiture électrique, je ne me suis pas vraiment documenté. Aujourd’hui, avec le recul je procéderais autrement et ferais sans doute d’autres choix », explique Stéphane Semeria. Il justifie ainsi un des objectifs principaux de l’association Vega : « échanger des informations et des savoir-faire autour des véhicules électriques ». Propriétaire d’une Nissan Leaf achetée d’occasion il y a environ 1 an, il estime que c’est important de disposer d’un « lieu pour se renseigner sur le sujet sans discours commerciaux ». Travaillant à Annecy (74), le président de Vega parcourt presque 120 kilomètres quotidiennement. Coût des déplacements, pollution, etc. : la voiture électrique s’est donc quasiment imposée à lui, remarquant que le maillage en Haute-Savoie, et notamment à Annecy avec la possibilité de recharges gratuites, était bien plus avancé que dans le pays de Gex. L’association cherche donc également à interpeler les élus sur ce dernier point. Le rallye du 19 juin devrait avoir fait un peu son effet aussi sur le sujet. « Deux mairies souhaitent nous rencontrer pour débattre des bornes à installer sur le territoire », se réjouit-il. Son association apportera une information de premier niveau à toutes personnes intéressées par la mobilité électrique, n’hésitant pas à les rediriger vers des interlocuteurs plus compétents en cas de besoin.

Etre mieux entendus

Pour Stéphane Semeria, « se rassembler en association pourrait permettre d’obtenir de meilleurs tarifs pour acheter des véhicules électriques auprès des concessionnaires ou des accessoires en nombre ». Il pense aussi aux éventuels problèmes bloquants auxquels les électromobiliens peuvent avoir à faire face : « L’un de nos adhérents a connu une panne de charge rapide qui a altéré l’utilisation de sa voiture électrique pendant 5 mois, le concessionnaire et le constructeur se renvoyant la balle ». Pour créer et développer son association, Stéphane Semeria a bénéficié de l’expérience d’autres présidents de structures équivalentes, dont Sébastien Gall, du Leaf France Café, et Robert Morandeira, de l’Ame66. « Je suis allé rencontrer Sébastien Gall chez lui à Péage-de-Roussillon, et j’ai contacté Robert Morandeira par téléphone : tous les 2 m’ont donné de précieux conseils », remercie-t-il. Notre interviewé communique aussi avec un club automobile près de Zurich, en Suisse. Et c’est toujours dans l’idée de porter la mobilité électrique sur son territoire qu’il se rendra mi-juillet prochain à Val d’Isère (73), au 2e Salon du véhicule électrique et hybride.

Acteurs du changement

« Les membres de Vega souhaitent être acteurs des changements qui doivent se produire dans le pays de Gex concernant la mobilité électrique », résume Stéphane Semeria. Un nouveau rallye en 2017 ? Avec quelles modifications ? Le président de Vega y songe. Mais avant l’année prochaine, des participations à d’autres manifestations sont envisagées : comme le forum des associations programmé nationalement en septembre prochain ; le salon du bio, des énergies renouvelables et de la mobilité douce qui se tiendra à Ferney-Voltaire (01) le 9 octobre ; ou tout simplement exposer une voiture électrique pendant quelques heures dans quelques marchés ou manifestations diverses afin d’aller à la rencontre des automobilistes. En attendant, Stéphane Semeria prépare un document souvenir du rallye qui lui permettra d’appuyer ses demandes auprès des professionnels et élus qu’il démarchera pour faire avancer la mobilité branchée dans le pays de Gex.

partager cette actualité sur :

INFOS


VEGA

Maison de la culture

01170 GEX


Commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter s'il vous plaît*

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoindre le réseau AVEM

Vidéos

Toutes les vidéos
Newsletter